L’art de mener un live comme un pro

Voilà. C’est le jour J. Vous avez rameuté tous vos fans, tous vos prospects, et vous avez plein de monde qui attend frénétiquement le début de votre live.

Il est temps d’attaquer… Mais juste avant…

1. Préparation matérielle

Pour que tout se passe bien, il faut commencer par vous assurer en amont d’avoir bien à disposition :

  • Une grande bouteille d’eau (vous allez parler pendant 1 heure voire plus, il ne s’agirait pas d’avoir la bouche trop sèche)
  • Plusieurs stylos pour noter ce qui vous vient lors du live (vous allez avoir plein d’idées pour le prochain)
  • Un bloc de papier
  • Les différentes étapes de votre live (contenu, questions, offre au besoin)
  • Branchez-vous si possible en filaire pour éviter les coupures de connexion (le wifi est généralement trop instable pour avoir une connexion fluide pour un direct). Si vous êtes avec votre téléphone, assurez-vous d’être d’en une zone couverte par la 4G sans souci.
  • Idéalement, demandez à une personne de surveiller les commentaires et de vous rapporter les questions posées en direct. Elle devrait aussi pouvoir supprimer les commentaires insultants qui arrivent parfois et bannir les gens malintentionnés (il y en a des fois).

Concernant ce dernier point, vous pouvez le faire vous-même aussi, mais ça vous fera perdre du temps et vous risquez de louper des commentaires. En même temps, ça peut apporter un côté intimiste de tout faire tout seul, car vous découvrez le tout en direct, et ça favorise évidemment l’improvisation, la vulnérabilité et le côté touchant et proche de l’ensemble.

L’important est que vous restiez zen par rapport à ça. Ce n’est pas un webinaire, c’est juste un live : une sorte de discussion en direct avec les gens qui vous suivent. Ils acceptent – et aiment – les imperfections, le côté touchant et la proximité que vous leur offrez.

2. C’est parti

Commencez par vous assurer que les constantes techniques de bases sont bien respectées :

  • Le son est OK,
  • L’image est OK,
  • Vous êtes bien à l’endroit, la tête en l’air (j’ai eu assisté à des lives où la personne est restée horizontale tout le temps. Ça fait mal au cou à force :)
  • La connexion est OK de votre côté

Une fois que tout est bien OK et vérifié (demandez à ceux qui sont déjà là), vous pouvez attaquer :

  • Présentez-vous (votre nom, ce que vous faites, votre site, et comment vous aidez les gens).
  • Remerciez les gens d’être là. Vous pouvez leur demander de faire un coucou, d’annoncer leur pays de connexion (si vous avez beaucoup de fans c’est toujours très exotique et ça fait voyager tout le monde)
  • Pensez aussi à ceux qui verront le replay (ils ne sont pas là pour le live, ils ne verront que sa retransmission vidéo)
  • Engagez les gens à partager votre live pour étendre au maximum l’audience de ceux qui vous écoutent,
  • Rappelez le thème du live (le titre)
  • Annoncez un plan en quelques mots (on va voir ça ça et ça, ensuite, questions…)
  • Si vous avez demandé qu’ils pré-remplissent un document, assurez-vous qu’ils l’ont bien avec eux.
  • Déroulez votre contenu.

N’hésitez pas à faire des pauses pour vous assurer que les gens comprennent bien ce que vous dites (vous seriez surpris de voir combien les gens se perdent facilement).

Ajoutez IMPÉRATIVEMENT des relances d’attention toutes les 3 minutes (histoire sympa, question, image, rupture de ton, suspense…).

Déjà, quand on est dans une salle face aux gens, c’est ultra compliqué de garder le public concentré plus de 5 minutes d’affilée, et il faut fréquemment les impliquer physiquement (exercices mentaux ou physiques pour les sortir de leur torpeur).

Alors imaginez quand les gens sont chez eux,  avec leur tel portable ou leur ordinateur et Facebook – ou leurs enfants – à portée de main.

Il n’y a effectivement qu’une seule personne sur 3 qui vous écoute jusqu’au bout lors d’un live FB, à moins que vous ayez bien fait votre job pour qu’ils voient ça comme une vraie formation en ligne et en direct.

Je vous recommande donc d’utiliser fréquemment ce qu’on appelle des boucles d’attention. Je vous en ai déjà parlé sur ce blog. Notamment dans cet article :

Ces boucles qui ficellent vos textes pour les rendre hypnotiques

Ca marche vachement bien lors d’un live ! Depuis que j’en emploie 2 ou 3 toutes les 5-10 minutes dans mes lives, j’ai un taux d’abandon qui est passé de 70% à 30%. J’arrive donc à garder 2 fois plus de gens.

Vous devriez essayer.

IMPORTANT : Pour des raisons que nous verrons un peu plus loin (replay), éviter autant que possible d’inclure des notions temporelles dans votre live.

Évitez de dire par exemple :

  • « Ravi de vous retrouver en ce vendredi soir »,
  • « Ce sera disponible jusqu’au 21 avril 2019 »,
  • « Je pars en vacances aux caraïbes demain »,
  • « Je viens de rentrer de Rome où j’ai passé 4 jours exceptionnels »,
  • etc.

Tout ce qui date un live est à proscrire, car sinon, quand vous aurez envie de réutiliser la vidéo de ce live pour plus tard, ce sera plus compliqué.

Nous y reviendrons dans l’article suivant.

3. La séance de Questions-Réponses

Une fois que vous avez terminé votre contenu, faites une belle pause de 2-3 minutes.

C’est le moment de :

  • Fermer les boucles que vous avez ouvertes,
  • Résumer ce que vous avez dit en 2-3 phrases clés,
  • Engager les gens à poser leurs questions avant d’aborder celles qui ont déjà été posées avant.

Désaltérez-vous, engagez les gens à en faire de même, et prévenez de ce qui s’en vient.

Une fois que tout est fermé, plié et résumé au niveau du contenu, attaquez alors les questions.

Soyez précis, assuré et efficace dans vos réponses aux questions. C’est le moment où l’expert que vous êtes montre combien vous maîtrisez votre sujet.

De plus, répondre à des questions vous permet souvent de clarifier certains points de votre expertise, et ça c’est salutaire pour tout le monde, y compris pour vous.

Important : Il se peut que parfois, vous receviez une question en direct à laquelle vous ne savez pas répondre.

Aucun souci dans ce cas : dites-le. Ne répondez pas à côté ou rapidement.

Préférez dire :

  • « Je n’ai pas la réponse précise à cette question tout de suite« 
  • ou « la réponse à cette question sera trop longue pour un live FB« ,
  • ou encore « j’ai besoin de faire quelques recherches pour bien répondre à cette question« , etc.

…et dites que vous répondrez soit en commentaire plus tard soit dans une vidéo séparée.

Ne pas savoir n’est pas un aveu de faiblesse. C’est une opportunité de montrer à ceux qui vous suivent que votre apprentissage et votre évolution sur votre sujet est permanente et que vous ne vous reposez pas sur vos lauriers.

Vous comprenez pourquoi il est important de bien demander en amont un maximum de questions pour que vous puissiez préparer vos réponses.

4. Clôture du live

Voilà. Vous avez répondu à toutes les questions, et vous vous êtes assuré qu’il n’y en aura pas d’autres.

Il va être temps de conclure. Et ici comme pour le reste, il ne faut pas vous louper, car c’est un moment stratégique dont vous devriez vous servir pour faire agir les gens.

Dans un monde idéal, vous pourriez donc :

  • Remercier les gens pour leur participation jusqu’au bout,
  • Remercier ceux qui n’ont pas pu être là lors du direct et qui le voient en replay,
  • Engager les gens à partager le live pour faire découvrir toutes les astuces que vous avez livrées en direct,
  • Engager les gens à agir dans le sens de ce que vous avez expliqué,
  • Proposer une offre ou un lien vers un de vos produits qui compléterait ce que vous avez dit.

Concernant ce dernier point, il faut vous sentir totalement décomplexé par rapport à la proposition commerciale de fin de live. Les gens ne sont pas débiles. Ils savent très bien ce que vous vendez (ils vous suivent).

Le tout est de proposer votre produit (un seul, vous vous rappelez) de manière intelligente en évitant autant que faire se peut les pratiques trop bourrines comme par exemple :

  • Parler de votre offre toutes les 5 minutes à grand coup de « profitez-en maintenant »,
  • Proposer votre produit tout au long du live, à la moindre occasion, mettant ce que vous délivrez aux gens au second plan,
  • Mettre un lien tous les X commentaires, etc.

Les gens accepteront sans souci que vous vendiez votre produit, mais si c’est trop omniprésent lors de votre live, ça va vite les gonfler.

L’idéal est d’ouvrir de temps en temps des portes vers le produit en lui-même en rappelant dès le début que vous êtes le créateur de celui-ci, à quoi il sert et en quoi il aide les gens.

Par exemple, pour reprendre ma bible du blogueur rédacteur dont je vous ai parlé au début, vu que ce livre vous apprend à écrire des articles de manière facile et récurrente, je pourrais vous parler, lors d’un live des différentes structures d’articles qui fonctionnent le mieux et qui sont les plus faciles à écrire.

Et vous dire ensuite qu’il en existe une bonne dizaine de plus dans le livre, et qu’il faudrait un live de 5 heures pour toutes les aborder.

Si vous avez bien choisi le thème de votre live, et que vous avez donné un vrai contenu de qualité, alors les gens qui vous ont suivi devraient avoir compris la valeur de vos enseignements.

La dernière étape…

Dans l’article suivant, nous verrons le concept du replay d’un live, et tout ce que vous pouvez en tirer d’un point de vue stratégique.

Peu de gens qui font des lives ont compris l’intérêt énorme d’utiliser ce moyen pour faire évoluer leur business d’une manière importante, sans faire beaucoup d’effort.

C’est ce principe que nous verrons la prochaine fois.

Et je compléterai donc forcément cet article avec des notions qu’il vous faudra rajouter en cours de live afin d’en faire un produit à part entière (hé oui !) à offrir ou à vendre.

Donc dès aujourd’hui, vous pouvez commencer à préparer tous les éléments de votre futur live et à poser les différentes parties sur papier.

Je vous en rappelle le plan :

  • Déterminez l’objectif unique de votre live (un seul produit à proposer),
  • Trouver le nom et le thème de votre live (un titre percutant, qui donne envie et qui répond à un réel désir de votre communauté),
  • Prévoir une date et une heure,
  • Créer le plan complet de votre contenu (timing 30 mn maxi si possible),
  • Cherchez au moins 4 histoires ou anecdotes autour de votre thème à raconter durant le live et/ou dans les mails de sensibilisation,
  • Créer le plan et le contenu de votre PDF préparatoire,
  • Créer la page de capture de l’email en échange du doc préparatoire,
  • Créer les mails de demande de questions à votre liste et à ceux qui se seront inscrits à votre live,
  • Prévoir les titres des différents posts de sensibilisation (et les mails correspondants),
  • Créer le contenu de vos posts et de vos mails de sensibilisation,
  • Complétez le plan de votre contenu que vous aviez commencé en (4) pour en faire quelque chose de plus complet.
  • Rajoutez au moins une boucle d’attention à insérer en début de live pour garder les gens avec vous.

Dans l’article suivant, on rajoutera quelques trucs ici ou là pour créer une sorte de machine automatique à créer du contenu de manière récurrente.

D’ici là… faites tourner vos méninges et commencez à préparer votre prochain live pour qu’il impacte comme il se doit vos suiveurs.

PS : Ha oui j’ai failli oublier : Tous les animaux sautent plus haut qu’un poteau télégraphique parce qu’un poteau – télégraphique ou non – ça ne saute pas du tout… ;)

Précédent

Faire monter la sauce pour avoir un max de monde sur vos lives Facebook

Suivant

Ce foutu chiffre 1…

  1. Bonjour Yvon ;

    Et moi qui pensait que le miel Facebook live était épuisé , que non , « le bon vin » était précieusement gardé , les convives s’en délecteront sans modération.
    Merci pour le nectar.

  2. formidable ce texte : utile et concret.
    Merci ;)

  3. Ca c’est du pratico-pratique !!! Merci Yvon ;)

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER