RSS FB
 

Ces boucles qui ficellent vos textes pour les rendre hypnotiques

22 sept

 maginez : Vous êtes dans la rue... Une personne assez lointaine marche dans votre direction. Elle est encore à bonne distance, mais vous sentez malgré tout qu'il y a quelque chose qui cloche... Et vous ne savez pas vraiment pourquoi...

Vous faites comme si de rien n'était, mais c'est plus fort que vous : au fur et à mesure qu'elle approche, vous sentez comme une angoisse qui monte. Une sorte de nœud qui commence à se former dans votre estomac...

Et plus la personne s'approche, plus ce sentiment devient palpable, pesant... Il se transforme peu à peu en une angoisse indicible qui ne vous donne plus qu'une seule envie : fuir à toutes jambes...

Elle s'approche encore... Plus près... encore plus près... Soudain, en un dixième de seconde, vous comprenez...

Portrait of a surprised young man

Et là, toutes vos capacités de raisonnement, toutes vos habitudes sociales et toutes vos limites s'évanouissent d'un seul coup... Ne subsistent que la terreur, l'envie de hurler et le réflexe instantané de courir le plus vite possible... pour aller le plus loin possible de cette vision de cauchemar...

Ce que vous faites sans même réfléchir, de manière totalement instinctive... Parce qu'à ce moment précis, le plus important de tout, c'est votre survie. Et il n'y a absolument rien que vous ne puissiez faire pour changer ça. Votre "système", votre "corps", vous a littéralement forcé à fuir... Vous n'y pouvez rien.

Pourquoi ? Par quel mécanisme est-ce que c'est possible ? Et pourquoi parler de ça dans cet article ?

Vous allez comprendre dans quelques instants.

Mais juste avant, je voudrais vous parler des "boucles".

Les boucles de tension

Vous aurez bien compris de quoi je parle, parce qu'innocemment, avec mon histoire ci-dessus, j'en ai "ouvert" 2.

Vous voyez de quoi il s'agit ? Ne vous sentez-vous pas un peu fébrile, suite à mon histoire ? Comme une sensation "d'inachevé" ? De quelque chose qui manque ? Vous vous sentiriez presque "tendu"...

C'est l'effet voulu. On peut donc appeler ça des "boucles de tension".

Ce terme de "boucle" est issu de la PNL, et dans un souci de ne pas vous embrouiller, je ne rentrerai pas trop dans le détail de cette origine.

C'est plus ou moins le même principe que l'effet "Zeigarnik", qui stipule qu'on retient mieux les informations liées à une tâche qui n'est pas totalement achevée.

Ce que vous devez retenir, c'est qu'on emploie ça généralement pour éveiller votre intérêt et attirer votre attention pour la maintenir le plus longtemps possible afin que vous puissiez rester collé au texte que vous êtes en train de lire.

C'est bien entendu discutable. Voire carrément manipulatoire. Et vous n'avez encore rien vu... (vous voyez, encore une boucle).

Globalement, si on voulait définir une "boucle", c'est une sorte d'information incomplète, qui trouvera son achèvement "plus tard".

Dans la vraie vie, c'est le truc qui énerve un peu. Du genre :

- Rholalaa ! Si tu savais ce qui m'est arrivé ce matin en sortant de chez moi !!

- Non, quoi ?

- Heu... rien... oublie...

Vous avez déjà forcément eu affaire à ce genre de truc n'est-ce pas ?

Vous avez compris ce qu'est une boucle.

Pour bien comprendre pourquoi on se met à parler de ça en copywriting depuis quelques mois, voire quelques années, il faut comprendre le mécanisme d'une page de vente.

Principe de base d'un bon texte de vente

A l'origine, une page de vente, c'est fait pour aligner des arguments les uns au-dessous des autres, dans le but de donner des renseignements sur le produit que vous vendez.

Les expériences et les multiples tests que j'ai pu faire ainsi que bon nombre de mes prédécesseurs montrent qu'à l'instar d'un email (j'y reviendrai dans quelques instants), plus la page de vente est longue, et mieux elle convertit.

Pour une raison très très simple : Si une page de vente est bien structurée, alors chaque "type" de client devrait pouvoir acheter au moment où il est le plus prêt à le faire.

Ceux qui sont pressés devraient pouvoir avoir le minimum d'information dont ils ont besoin pour acheter le produit en question, et un bouton d'achat qui apparaîtrait au bout d'une trentaine de lignes (pas plus).

Ceux qui ont besoin de plus d'infos devraient pouvoir lire une trentaine de lignes supplémentaires pour en savoir un peu plus avant de se décider. Et un nouveau bouton qui permettrait d'acheter après ce complément d'infos.

Et ainsi de suite avec tous les autres profils qui ont besoin d'avoir une quantité d'informations plus ou moins importante pour se décider à acheter.

Une bonne page de vente devrait être construite de la sorte.

Or, ce que l'on constate, c'est que c'est loin d'être le cas.

Par conséquent, on se retrouve avec des pages qui sont mal préparées, mal ordonnées, ce qui fait que les gens, par nature pressés de passer à autre chose, lisent les 5 premières lignes de votre lettre et envoient de grands coups de souris pour faire défiler votre roman.

Soigner son accroche, son premier paragraphe et inclure une ou plusieurs boucles de tension le plus tôt possible permettrait ainsi de retenir plus aisément les scanneurs.

Il faudrait également en refaire fréquemment pour continuer à maintenir le lecteur en haleine.

Mais attention... Il faut aussi que vous refermiez toutes vos boucles, et si possible que vous le fassiez assez vite.

Sinon, votre lecteur pourrait se sentir floué. Voire en colère. Et ce n'est pas ce que vous voulez.

Et d'ailleurs, à ce propos, je vous parlais de mail, au-dessus, et je voudrais revenir dessus.

Mais juste avant de vous parler de ça (oui parce que les boucles ça marche aussi dans les mails, mais de manière un peu différente), il faut absolument que je vous explique comment on fabrique une boucle.

Comment créer des boucles ?

Maintenant que vous savez ce qu'est une boucle et à quoi elle sert, voyons comment en créer.

Vous pouvez en "ouvrir" plusieurs dans un même texte ou dans une même vidéo. L'important est de toutes les refermer...

Pour cela, vous avez plusieurs manières de procéder.

1. Raconter une histoire

C'est le cas ici. C'est aussi ce que j'ai fait jeudi dernier avec l'enseignante : Je vous ai raconté une histoire bien haletante qui vous a donné une forte envie de savoir la fin.

Je vous ai dit ensuite que j'allais vous expliquer POURQUOI j'avais raconté cette histoire et que j'allais vous en donner la chute "dans quelques instants".

Vous pouvez faire ça avec n'importe quelle histoire. Je vous ai expliqué jeudi dernier comment vous pourriez les agencer pour cela.

A chaque fois, lorsque vous terminez une histoire, vous avez le choix de faire 3 choses :

a) Vous donnez la chute tout de suite. Mais vous différez le "rapport" qu'il peut y avoir avec votre sujet.

C'est moyennement efficace. Le mieux est généralement de créer un "pont" entre l'histoire, sa morale, et le sujet de votre article ou de votre lettre de vente.

b) Vous ne finissez pas l'histoire, et vous annoncez que vous le ferez un peu plus tard. 

On est pile poil dans une création de boucle. C'est ce qui s'est passé la semaine dernière avec l'histoire de l'enseignante et ce qu'elle avait écrit au tableau.

c) Vous ne finissez pas l'histoire, ou vous laissez une zone très sombre, mais vous ne dites rien.

C'est - vous l'aurez saisi - ce que j'ai fait dans l'article d'aujourd'hui.

J'ai commencé à vous raconter une histoire, j'ai fait monter le suspense, et au sommet de l'action, là où normalement la tension est à son comble, je vous ai annoncé le résultat : la fuite.

Par contre, jusqu'à maintenant, vous ne savez toujours pas ce que le personnage de mon histoire à vu qui a déclenché tout le reste. Vous le saurez bientôt, mais pas de la manière dont vous vous attendez.

Cette technique est encore plus puissante que les deux précédentes. Car elle implique une deuxième tension encore plus forte que la sensation d'inachevé : Vous voyez laquelle ?

En faisant ça, vous suggérez que vous avez tout simplement OUBLIE quelque chose. Et par conséquent, il y a une possibilité pour que vous ne sachiez JAMAIS de quoi il s'agit. Et cette tension là est très difficile à supporter.

Par conséquent, l'attention est redoublée. Car la personne qui vous écoute va devoir être encore plus attentive à ce que vous dites pour être sûre de ne pas rater l'information recherchée.

Vous devez donc employer ça avec parcimonie. Et surtout bien délivrer cette fameuse info soit directement dans la vidéo soit ailleurs. Sinon, vous allez frustrer vos lecteurs. Et un lecteur frustré se transforme irrémédiablement en un non-lecteur. A vie.

2. Faire une promesse

Ça, ce n'est pas bien nouveau et beaucoup moins puissant que l'histoire, mais globalement, si vos arguments sont bien trouvés, alors vous pouvez donner envie aux gens de rester.

Dans une vidéo, vous pouvez par exemple dire que vous allez donner X conseils à propos du thème qui est le vôtre et qu'il est donc important de suivre la vidéo jusqu'au bout.

Quelques "puces promesses" permettront de renforcer cette boucle afin de maintenir l'envie de votre spectateur. Il est même de bon ton d'en reparler fréquemment tout au long de votre argumentaire afin de "relancer" l'attention.

Vous comprenez donc que ce genre de boucle est plus laborieuse à produire les effets désirés, à moins de choisir un sujet vraiment brûlant et des astuces réellement innovantes voire totalement inédites.

Prenons un exemple avec cet article :

Un peu plus loin, je vais vous parler des 5 phrases "passe partout" qui peuvent transformer quasiment n'importe quelle phrase de base en une boucle de tension.

Donc lisez bien cet article jusqu'au bout, et vous allez découvrir comment il est facile, en fait, de créer une boucle avec n'importe quoi.

Vous pourrez même commencer dès aujourd'hui à rajouter certaines de ces phrases à vos articles existants, sans en changer le sens.

Elles rajoutent juste un suspense salutaire qui va vous permettre de garder les gens plus longtemps sur votre blog.

3. Provoquer une attente

Cette dernière manière de procéder est la plus couramment utilisée et aussi la plus facile à faire.

Il vous suffit de commencer à parler de quelque chose, en étant précis sur le "pourquoi" mais en restant vague sur le "comment", et de dire que vous allez "revenir dessus un peu plus tard".

Vous pouvez commencer par dire par exemple :

"Les boucles fonctionnent bien avec les pages de vente, mais il y a un autre domaine où elles sont carrément cruciales, puisque bien employées, elle peuvent multiplier vos résultats par 3 ou 4."

Vous pouvez alors ensuite faire suivre cette phrase ô combien mystérieuse par une phrase de ce style (voici les 5 phrases annoncées plus haut) :

  • "Je vous en reparle dans quelques instants, mais avant..."
  • "Nous voyons ça un peu plus bas. Juste avant, revenons sur..."
  • "Nous verrons exactement comment faire tout à l'heure. Pour l'instant..."
  • "On en parle dans 5 minutes... Gardez bien ça dans un coin de votre tête..."
  • "Peu de gens utilisent ça, et vous allez voir qu'il y a une bonne raison. Mais pour l'heure..."

Dans la phrase d'annonce, vous pouvez aussi être plus précis. Si l'astuce que vous comptez donner concerne un sujet très convoité et apprécié de vos clients ou lecteurs, cela peut ainsi contribuer à renforcer l'envie.

Ainsi, vous pourriez dire :

"Les boucles fonctionnent bien avec les pages de vente, mais il y a un autre domaine où elles sont carrément cruciales, puisque bien employées, elle peuvent multiplier vos résultats par 3 ou 4 : Il s'agit des emails."

Il ne faut pas trop en dire, ni faire trop d'effet d'annonce - sous peine d'être un peu trop prévisible. Délivrer juste ce qu'il faut pour donner envie, et provoquer l'attente.

Un effet secondaire des boucles

Vous savez à présent réaliser des boucles.

Maintenant, je dois vous expliquer pourquoi, au-delà de l'effet "d'annonce" que provoque une histoire inachevée, l'emploi de cette astuce va permettre à vos lecteurs d'être plus "attentifs", et vos mots plus persuasifs.

Quand vous ouvrez une boucle de tension, une partie de votre cerveau conscient va se focaliser sur ce qui est dit, laissant à votre subconscient un peu plus de place pour enregistrer ce qui se passe pendant ce temps là :

boucle-cerveau

Ainsi, pour reprendre l'exemple de cet article, à l'issue de l'histoire que je vous ai racontée, vous êtes en attente des deux "informations" manquantes, et malgré vous, votre cerveau travaille pour essayer de deviner.

Pendant qu'il fait ça, j'en ai profité pour vous parler de manipulation, des principes de base d'une lettre de vente, de frustration, d'email, d'oubli... Vous vous en souvenez peut-être ou pas, mais une chose est certaine, votre subconscient a enregistré tout ça. Et vous pourrez y avoir accès quand vous en aurez besoin.

Vous comprenez donc que ce que vous dites à l'intérieur de votre boucle peut vous permettre de mieux persuader vos lecteurs d'agir (pour autant que vos arguments soient 100% éthiques et en totale adéquation avec les valeurs profondes de votre lecteur ou de votre auditeur).

Prenez donc l'habitude d'employer des boucles quand vous écrivez. Ca servira toujours vos objectifs, et vos lecteurs vivront une véritable aventure émotionnelle. Et ça c'est toujours bon pour vous.

Les réponses

Oui, il est l'heure de calmer cette tension qui vous a prise depuis le début de cet article.

Notez que si vous êtes arrivé ici directement (parce que vous êtes un curieux invétéré), sachez que vous vous serez coupé d'une expérience bien amusante.

En outre, la plus grosse tension que vous avez éprouvée ne trouvera pas de réponse ici, mais dans un commentaire que je ferai demain matin... Parce que décidément, j'aime bien les expériences.

Par contre, voici la réponse aux 2 boucles que j'ai ouvertes dans cet article :

1. Pourquoi fuir sans aucun contrôle quand on a peur ?

Parce que lorsque notre vie semble menacée, alors c'est le cerveau reptilien qui prend le contrôle de votre corps. Il court-circuite tous le reste pour favoriser la fuite. Et heureusement, car si vous mettez de l'émotion et de la conscience à ce moment précis, alors vous perdez du temps.

Vous avez forcément déjà ressenti cela quand vous traversez la route et qu'une voiture arrive à toute blinde. Instinctivement, vous vous mettez à courir : le cerveau reptilien a pris le relais.

2. Les boucles dans les emails : pourquoi... comment...

Utiliser une ou plusieurs boucles dans un email, c'est de loin la meilleure des techniques pour faire ouvrir le mail et pour "forcer" les gens à cliquer sur le lien qui s'y trouve.

D'ailleurs, si vous regardez bien, j'ai ouvert une belle boucle dans le mail que je vous ai envoyé pour que vous veniez lire cet article.

Déjà dans le sujet, puis ensuite dans les premières lignes du mail (qui reprennent le début de cet article).

Donc si vous souhaitez augmenter le taux de clic dans vos emails, relisez bien cet article, et ouvrez une ou plusieurs boucles qui verront leur fin directement dans l'article ou dans la page de vente.

Et par extension, vous pouvez aussi ouvrir une boucle dans une page de vente (ou dans une vidéo de vente), et dire que la fin de cette boucle se trouve dans le produit que vous voulez que les gens achètent.

Quand c'est bien fait, vos taux de conversion s'envolent... ;)

Essayez, vous verrez.

 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Et si on restait encore un peu ensemble ? Choisissez :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags: , , , , ,

N'ayez pas peur de donner votre avis :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. Alain

    22 septembre 2016 at 7 h 45 min

    Génial !
    j’avais déjà la réponse à la 1ère boucle (le cerveau reptilien).
    Et malgré ça j’ai lu jusqu’au bout.
    La preuve que les boucles ça fonctionne.
    Merci Yvon ;)

     
    • Yvon

      22 septembre 2016 at 8 h 22 min

      Oui cette boucle là était bof bof, vu que bien du monde la connait.

      Ca peut montrer aussi qu’il ne faut pas être trop « bateau » pour bien profiter du concept, et délivrer plutôt de l’info inédite ou en tout cas peu répandue.

      Bonne journée

       
  2. vincent

    22 septembre 2016 at 7 h 56 min

    Du grand art, du grand Yvon ! Vraiment heureux que ce blog retrouve de l’activité avec un Yvon au top de sa forme … Merci

     
  3. Bruno

    22 septembre 2016 at 8 h 03 min

    Article comme toujours très bien écrit, qui est en lui-même une belle démo de ce qu’il explique. Bravo pour le tour de force… et la clarté !

     
  4. Madeleine

    22 septembre 2016 at 8 h 17 min

    Coucou Yvon,

    Je viens de faire une belle expérience à partir de la première boucle.
    Oui, quoi qu’il puisse y avoir comme texte et autres boucles ouvertes dedans, je suis restée dans l’attente d’une réponse à la 1ère.
    Il faut dire, que dans ma tête, plein d’hypothèses sont arrivées : un braqueur – un terroriste – un ennemi – la voisine – … mais qui faut-il fuir à tout prix ?
    Bon, je vais attendre que la boucle soit bouclée.
    Mais, en attendant, belle leçon de mise en haleine.
    Bonne journée Yvon

     
    • Yvon

      22 septembre 2016 at 8 h 20 min

      Bonjour Madeleine,

      Hé oui c’était l’effet voulu… Merci et bien vu pour la voisine, tu m’as bien fait rire :D

      Bonne journée à toi aussi

       
  5. Yvon

    22 septembre 2016 at 8 h 23 min

    Merci Vincent et Bruno :)

     
  6. Nassim

    22 septembre 2016 at 8 h 32 min

    Bonjour Yvon,
    Si il y a bien un blog qui manquait cruellement au paysage c’est bien celui ci. Content de te retrouver :)
    Amicalement,
    Nassim

     
  7. Daniel

    22 septembre 2016 at 9 h 29 min

    Formidable !

    Je me suis régalé de cette histoire dont j’attendais la réponse et, comme voulu, j’ai tout lu sans en perdre une miette.

    Du bon boulot de copywriter, on en redemande…

    Daniel

     
  8. Xavier@La Force des mots

    22 septembre 2016 at 10 h 30 min

    Salut Yvon,

    Merci pour ces conseils super-importants.

    Si je comprends bien, chaque boucle pour être efficace doit toujours se terminer par un relanceur émotionnel.

    Je me trompe peut-être. Merci de nous clarifier.

    Amicalement,
    Xavier

     
  9. Francois

    22 septembre 2016 at 14 h 14 min

    Bonjour.

    Bonjour et merci pour cette leçon digne d’un des plus grands en Francophonie.

    Nous sommes la devant un exemple que certains nomment du nom pompeux de « Copywriting Hypnotique »

    Christian Godefroy, disparu récemment, dont j’ai eu la chance d’être l’élève il y a une dizaine d’années, n’aurait pas renié cette approche particulière, destinée à …….remplir son rôle final, hypnotiser, paralyser, bloquer le cerveau reptilien….!!!

    Rôle final qui, tel le cobra devant sa proie, va empêcher la fuite du lecteur, à l’inverse du texte paradoxal qui lui suggère justement cette notion de fuite innée, devant le message que l’on veut lui communiquer.

     
  10. Stéphane

    22 septembre 2016 at 14 h 31 min

    Quel plaisir de retrouver tes articles depuis la semaine dernière !

    Et puis, ce n’est pas que de la belle écriture, c’est aussi pratique. Comme quoi le nom de ton blog est le bon ;)

    Je vais lire et relire pour mettre en application dès mon prochain article. C’est vrai que je parle fitness et muscu, mais je reste persuadé que la qualité de l’écriture touche tout le monde.

    Merci beaucoup Yvon.

     
    • Léopold

      22 septembre 2016 at 18 h 55 min

      Merci Yvon de nous apprendre des trucs aussi puissants et efficaces.

      Léopold K.M.

       
  11. Bernadette

    23 septembre 2016 at 1 h 38 min

    Bonsoir Yvon,
    C’est carrément diabolique, et forcément ça marche à tous les coups.
    J’avais repéré ton email, et j’ai du m’absenter, en le retrouvant ce soir , juste histoire de voir rapidement ce qui se passait sur ma messagerie, je n’ai pas pu m’empêcher de venir voir de quoi il retournait malgré que je sois morte de fatigue.
    Je repasserai faire un tour demain pour bien assimiler ce processus et pouvoir l’utiliser au mieux.
    Par contre le partage sur G+ ne fonctionne pas.
    Encore un grand merci pour ton retour, et la qualité de tes articles.
    Bernadette

     
  12. Matt (Acide Ici)

    23 septembre 2016 at 10 h 35 min

    La résurrection de ton blog ! Bravo, c’est toujours du boulot. Je suis justement en train de me préparer à relancer le mien. Il va d’ailleurs apporter du matériel d’une puissance qui t’étonnera… Mais tu en sauras plus dans quelques jours. :) :) :) (J’ai bien retiendu la leçon ? ;) ;) ;) )

     
  13. Abdou Khadre

    23 septembre 2016 at 16 h 50 min

    Du grand art. C’est bien du Yvon comme je l’aime.
    Je salue ton retour.
    J’apprends, j’apprends, j’apprends toujours de toi.
    Citation »pour avoir ce qu tu veux il faut apprendre de ceux qui ont ce que tu veux »

     
  14. Dorian

    23 septembre 2016 at 19 h 47 min

    Bonjour Yvon et bravo pour cette renaissance qui démarre fort ! C’est chouette de mettre de la conscience sur certaines choses que l’on voit souvent sans vraiment les comprendre. Merci à toi ! Dorian

     
  15. Anta

    9 novembre 2016 at 9 h 07 min

    Bonjour Yvon,

    Bravo pour cet article. J’ai mis du temps à commenter parce que j’ai d’abord lu l’article le jour où tu l’as posté et ensuite, j’ai mis en application: j’ai tout de suite été écrire un article sur mon blog en essayant d’appliquer ce que tu dis sur les boucles. Et bien ça a marché « grave » (comme disent les jeunes).

    Tous ceux qui m’ont lue, ont lu jusqu’au bout parce qu’ils avaient très envie de connaître la suite et la fin de l’histoire. J’avais choisi la technique de l’histoire inachevée parce que j’aime beaucoup les histoires. Ça se voit sur mon blog d’ailleurs.

    Encore bravo et merci pour tous les autres articles qui sont toujours riches d’enseignements.

    Anta