Et vous, qu’auriez-vous fait à sa place ?

Imaginez la scène…

Vous attendez patiemment dans la queue pour passer à la caisse d’un supermarché, quand soudain, un gars vous bouscule, bouscule la personne qui est devant vous, et passe devant tout le monde – vous y compris.

Est-ce utile de commenter votre réaction, votre état d’esprit et celui des autres personnes qui sont derrière vous ?

Et pourtant, le resquilleur a décidé de "bouger". Il a décidé de ne pas attendre, et de passer devant tout le monde pour passer plus vite en caisse. C’est un acte purement égoïste qui n’aide absolument pas les autres.

Aaaarg! 
Restons cool !

Cet article a été remasterisé. Vous pouvez allez lire sa nouvelle version ici

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Apprendre le copywriting : Pour quoi faire ?

Suivant

Savez-vous encore parler à vos clients en 2011 ?

  1. Sorin

    Bonsoir,

    Très belle « image » créée par l’histoire du passage en caisse. :super:
    Le message de cet article passe comme une lettre à la poste. Les conseils de l’article me font penser à… l’océan bleu.

    Merci Yvon.

    Bien amicalement,

    Sorin

  2. François

    Bonsoir,

    J’ai déjà vu ce genre de critique d’un concurrent sur le net. (Opérateur Suisse qui vend des packs internet + TV + téléphone).

    Il vantait ses produits en disant que la connexion internet était plus rapide et autres.

    ça m’a surpis et je me suis dit qu’ils avaient beaucoup de culot de parler comme ça. Mais ça ne m’a pas empêcher d’acheter leurs produits, car j’ai fait pas mal de comparaison et ce n’était pas de l’intox.

    A évité quand même car ça met l’acheteur en situation de doute.

    Amicalement.

    François

    • Bertrand

      Bonjour,

      Tout dépend également de la notoriété de celui qui fait les allégations.

      Prenons un exemple, je sais que ce ne sont pas le genre de personne à faire cela mais imaginons que Christian Godefroy, Yvon, Cédric Vimeux ou Ludovic Gautier émettent un avis très négatif sur un produit ou une personne, vu la notoriété de chacun, j’aurais tendance à les croire et à suivre le conseil qu’ils me donnent.

      D’ailleurs, cela me fait penser que Christian s’est associé à quelqu’un il y a quelque mois de cela qui vendait une méthode pour gagner de l’argent avec Adsense. Christian à d’abord vanté le cours en question ainsi que la personne qui avait créé ce cours, avant de virer de bord complètement et de dire à ces clients de ne pas acheter le cours car c’était une pâle copie d’un marketeur américain. Le cours et la lettre de vente n’était qu’une traduction.

      Je suis certain que dans ce cas précis, les clients de Christian était tous très heureux d’avoir été prévenu.

      Bertrand

  3. rogelito

    Bonjour,

    Belle philosophie… Si je partage ce point de vue dans le fond (la recherche d’un équilibre où chacun gagne sans dézinguer le voisin), dans la forme (la dure réalité) je suis un plus sceptique tant la violence concurrentielle semble omniprésente dans la panoplie marketing d’un nombre croissant d’experts… ou pas. Dernier en date : Free Mobile. Difficile de faire plus virulent que le fondateur de Free le 10 janvier dernier quand il traite, entre autres doux noms, ses concurrents d’escrocs. A en juger les faits (une presse aux anges, un serveur saturé, une explosion des commandes, une concurrence désemparée, des fournisseurs de 1er plan qui jouent le jeu et un succès grandissant de Free) j’imagine que cette attitude détestable est désormais bien ancrée dans les esprits d’un point de vue professionnel en tout cas… Même à petite échelle (PME) cela arrive tout le temps et le seul qui se frotte les mains, c’est le client. Sinon, comment expliquer le succès des plateformes de perverted crowdsourcing par exemple ? Ils ne semblent pas le moins du monde gênés aux entournures lorsqu’il s’agit de briser les reins de la concurrence « régulière » (graphistes, rédacteurs, web agencies…) en les désignant ouvertement comme des rentiers ou des profiteurs. Idem pour TVlowcost qui affuble les agences de pub traditionnelles de tant de noms d’oiseaux… et ne sont pas inquiétés pour autant.

    Donc, la vie sociale (la caisse, la route…) a certes son lot de malotrus et oui les attitudes que vous décrivez emportent bel et bien des réactions de sympathie inconsciente ou de sentiment d’être « volé » de quelque chose. Dans le business, malheureusement cela reste à démontrer tant la chose s’est banalisée.

    Meilleures salutations,

    • Bonjour Roger

      Merci pour ce commentaire intéressant.

      Chaque entreprise choisit le chemin qui correspond le mieux à la philosophie qu’elle a décidé de suivre. Vous parlez de Free et des autres opérateurs, mais en réalité, tout ceci me semble être une gigantesque mise en scène pour « faire parler ».

      J’ai suivi d’un regard amusé toute cette ruée sur ces nouveaux forfaits, et d’un regard carrément hilare quand j’ai entendu ce matin que TOUS les opérateurs s’alignaient dès aujourd’hui avec des offres plus avantageuses encore que celles de Free.

      Pour connaître un peu le fonctionnement de l’élaboration d’une stratégie commerciale, je suis carrément plié en deux de rire qu’on ait pu tenter de ME faire croire à MOI (et donc au reste du monde aussi) que des boites comme SFR, Orange et Bouygues puissent décider en UNE seule journée de rajouter des dizaines de forfaits tous plus alléchants les uns que les autres, suite au lancement en grandes pompes de l’offre de Free.

      Bref tout ceci est prévu et répété depuis des mois et des mois, et cette concurrence soit disant déloyale n’est qu’en fait qu’une belle mise en scène pour faire monter la sauce.

      Il ne faut surtout pas comparer ce genre de stratégie mesurée et analysée au rasoir par des entreprises énormes et la tentative vouée à l’échec le plus cuisant d’un entrepreneur en solo qui tenterait d’aller dénigrer son voisin. Les grosses boites ont les moyens techniques, financiers et juridiques pour analyser et gérer le « buzz » créé par ce genre de pratique, alors que le petit entrepreneur du coin n’est pas du tout équipé pour ça: Il frappe à l’aveugle et se rammasse une belle gamelle dans près de 100% des cas.

      Et les clients eux, assistent au match, et au final, ils vont dans le camp qui a été attaqué, laissant sur le carreau le buzzeur malheureux qui s’est pris pour un cador.

      Donc autant rester sur le droit chemin, à moins d’avoir les moyens derrières pour faire autrement et que ce soit rentable. Ce qui est loin d’être gagné.

      Bonne journée

      Yvon

      • rogelito

        Bien entendu qu’il s’agit d’une mise en scène pour faire parler et le patron de Free sait y faire en la matière… ce qui lui réussit plutôt bien. En outre, cette mise en scène lui permet de faire l’économie de nombreux millions que d’autres dépensent allègrement en publicités corporate moins percutantes dixit le patron d’une agence de pub très connue…

        Que les autres opérateurs s’alignent semblent logiques et personne ne croit, à part à afficher une grande naïveté, que leur réaction s’est faite en une journée. Car Free avait clairement annoncé ses intentions de casser le marché du mobile il y a fort longtemps déjà. Je me hasarde donc à imaginer que les têtes pensantes du marketing chez ses concurrents ont bien eu le temps de cogiter des scénarios et de se préparer au 10 janvier… Dans le cas contraire, cela témoignerait d’une grande incompétence généralisée des services marketing concernées. Après l’orchestration n’est que show et interprétation médiatique. Mais on s’éloigne du sujet qui n’est pas de se fendre la poire ou non sur le lancement de Free Mobile et des réactions, des stratégies, etc mais bel et bien du mode opératoire, et ce, peu importe s’il s’agit d’un show, le résultat est le même : il y a dénigrement de la concurrence.

        J’ai la faiblesse de croire que je ne suis pas né de la dernière pluie en matière de marketing et l’exemple de Free visait plus à illustrer une tendance de communication déviante qu’à limiter mon champ d’analyse aux seules grandes organisations. Voir Fortuneo, Media Markt, Simplicime, les banques,…

        On parle de capital-image, de la manière dont les consommateurs vont percevoir telle ou telle position, tel ou tel discours et de la manière dont ils vont l’évaluer : est-ce arrogant ? Ou est-ce une vérité populaire qui est enfin dénoncée ? Que préfère le consommateur : un discours politique abscons ou une vérité toute crue AVEC la solution servie sur un plateau ? Vous l’avez souligné vous-même, le monde évolue. Et ce genre de discours déviant se glisse de plus en plus insidieusement dans notre quotidien.

        Je maintiens mon point de vue :

        – oui, je vous rejoins sur la moralité et le risque de faire du dénigrement concurrentiel une marque de différenciation

        – non, je n’adhère pas au précepte que seules les multinationales peuvent opérer ainsi avec des gains à la clé. L’économie de proximité et de l’Internet nous rappelle tous les jours que ces méthodes peu reluisantes sont souvent appliquées avec bonheur par des adeptes de plus en plus nombreux. Je reviens sur l’exemple du perverted crowdsourcing : les boîtes en question martèlent à l’envi des discours dénigrants qui apparemment font des merveilles puisque les consommateurs migrent chez elles naturellement.

        Ce qui revient à dire que ces discours fonctionnent si la vérité énoncée est populiste, que le discours est argumenté, que la solution est bien packagée et que le prix casse le modèle existant. Rien que l’argument du prix de nos jours suffit à ratisser large…

        Bonne journée à vous aussi.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER