5 conseils pour mieux communiquer avec les journalistes

Aujourd’hui, je reçois Catherine DAAR, spécialiste en communication digitale, qui nous parle de la meilleure manière de s’adresser à des journalistes pour avoir une chance d’être publié.

Débordés, sollicités de toutes parts et difficilement joignables, les journalistes sont une espèce particulière qu’il faut savoir approcher subtilement.

Car toute stratégie marketing réussie passe nécessairement par la case média, qui demeure un relai indispensable entre vous et vos clients potentiels.

Alors, pour que les journalistes s’intéressent à vous et relayent les informations que vous leur communiquez, voici quelques conseils qui devraient faciliter vos relations avec la sphère médiatique.

journaux-journalistes

Conseil n°1 : Repérez les journalistes qui comptent pour votre domaine

Les journalistes ont souvent une, voire plusieurs spécialités.

Ciblez les journalistes qui vous intéressent en fonction de votre secteur d’activité et concentrez votre communication sur eux. Ce conseil est aussi valable pour les médias eux-mêmes.

Si votre entreprise vend du matériel informatique, renseignez-vous sur les revues spécialisées dans ce secteur, les magazines de référence et faites le même travail pour le web en distinguant bien les petits blogs personnels sans grande influence des sites qui génèrent un plus gros trafic.

Renseignez-vous également sur les articles écrits par les journalistes que vous avez repérés et parlez-leur éventuellement de tel ou tel article que vous avez apprécié, sans verser pour autant dans la basse flatterie !

A partir de là, vous pouvez établir un tableau avec les coordonnées des différents journalistes repérés pour votre secteur, en les classant par ordre d’influence en fonction de leur spécialité et du média où ils travaillent.

Conseil n°2 : Fournissez-leur un contenu de qualité qui sort du lot

Les journalistes sont sollicités en permanence, alors pour avoir une chance de les intéresser, il faut tirer son épingle du jeu.

Pour cela, une seule règle : ne pas chercher à les courtiser à tout prix ou à devenir leur ami, mais tout simplement faire la preuve de la qualité de votre travail.

Votre information doit être nouvelle et intéressante.

Vérifiez que le même sujet n’a pas déjà été traité récemment dans les médias et rendez-la aussi attractive que possible.

Essayez d’être créatif et original plutôt que de vous faire mousser, et rédigez des newsletters et des communiqués de presse clairs, précis et factuels en essayant autant que possible de raconter des histoires (storytelling).

Conseil n°3 : Développez une relation de confiance avec les journalistes

Une fois que vous aurez établi un premier contact avec les journalistes spécialistes de votre domaine, tentez d’instaurer une relation sur le long terme, qui ne se cantonne pas à l’envoi mensuel d’un communiqué de presse.

Vous pouvez par exemple offrir votre expertise pour une interview dans un secteur que vous connaissez bien, ou informer le journaliste des innovations dans votre domaine.

La relation que vous construirez avec les médias doit se faire dans les deux sens, être basée sur l’échange et ne pas relever du seul opportunisme.

Conseil n°4 : Ayez le sens du timing

La priorité première du journaliste est d’informer en tenant compte de l’actualité.

Si vous intégrez vous aussi cette contrainte, votre information aura plus de chance de faire l’objet d’une publication.

Renseignez-vous sur l’actualité et essayez de faire des liens entre cette dernière et votre contenu. Envoyez votre communiqué de presse à un moment stratégique.
Imaginons que vous vendiez des Smartphones et que se tient dans deux semaines le salon annuel des nouvelles technologies.

C’est le moment d’envoyer votre communiqué de presse et de vous rappeler au bon souvenir des médias.

Ainsi, s’ils écrivent un article sur le salon, il est tout à fait possible qu’ils vous mentionnent au passage.

Conseil n°5 : Ne soyez pas trop intrusifs

Vous avez un produit à vendre, certes, mais cela ne justifie pas que vous harceliez les journalistes, qui ont d’autres chats à fouetter.

Sachez les relancer sans exagération, plutôt par téléphone que par mail, ce qui rendra la relation moins anonyme et leur permettra de vous repérer plus facilement.

N’envoyez pas d’email de masse mais un texte adapté à chaque journaliste et espacez suffisamment vos envois.

Pas question donc de saturer la boîte mail de votre destinataire qui aura tôt fait de vous ranger dans la catégorie « spam ».

Pour résumer

Même si le développement du web a quelque peu atténué l’influence des journalistes en donnant la possibilité à chacun de devenir son propre promoteur, le recours aux médias d’influence reste un passage obligé pour qui souhaite se faire connaître durablement.

Dans cette optique, il faut garder en tête que les journalistes sont, comme vous et moi, des gens très occupés, et qui ne sont pas payés pour faire de la communication.

Alors traitez-les en égal, fournissez-leur un contenu agréable qui sort du lot, ménagez-les, développez une relation d’échange, et gardez en tête que le travail finit toujours par payer.

 

catherine-daar Cet article à été écrit par Catherine Daar, spécialiste en communication digitale. Catherine a passé ces 20 dernières années à aider des entreprises et organisations à promouvoir leur marque et leurs services.

Son expérience internationale (New-York, Londres, Boston, Genève) lui a donné une ouverture d’esprit et une vision globale pour élaborer des campagnes qui s’affranchissent des frontières.

Elle à fondé son agence CommNation en janvier 2010, et son blog en janvier 2011. Elle enseigne aussi les Relations Publique Digitales chez Créadigital, Polycom et au SPRI (Institut Suisse des Relations Publiques).

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Et si le meilleur endroit pour tester vos accroches n’était pas celui que vous croyez ?

Suivant

Créer son blog de A à Z à la manière d’un copywriter. Etape 1 : Création technique

  1. Un très bon article, j’ai eus l’adresse de votre site sur un dossier un très bon blog en ce qui concerne le contenu ainsi que la conception je serai volontiers un des lecteur fidèle du blog

  2. Bonjour Catherine (et Yvon !)

    Une stratégie de communication off-line est-elle réellement efficace pour un site ? D’autant plus que le net devient de plus en plus présent alors que les magasines tendent à perdre en importance face au net.

    Et, finalement, Yvon tu as déjà réussi à avoir une publication ? :)

    • Bonjour Julien

      Bien sûr que c’est efficace. Ca apporte surtout une autorité supplémentaire. Et aussi une audience supplémentaire.

      Dans mon activité principale (le turf), j’ai eu un article publié dans un magazine pendant 4 ans. 32 articles. 32 parutions.

      Pour ce blog, déjà 2 articles de parus dans le magazine « Comment arrondir ses fins de mois ». Et ça continuera.

      Paraître dans un magazine papier, c’est vaiment excellent pour son image. Parce que même si le net prend de l’ampleur, comme tu dis, les magazines et les journaux sont toujours là. Et bien là.

      Parce que quoi qu’il arrive, on aime bien feuilleter un magazine. C’est une activité qui ne disparaitra jamais. Même chez les ados qui se jettent littéralement sur leurs magazines de people.

      Bref, oui c’est efficace.

      Yvon

      • J’ai entendu que l’on n’avait jamais lu autant, sur papier, qu’aujourd’hui. En d’autres mots, cela veut dire que le web ne supprime pas du tout le papier. Je pense que les gens sont avides d’information. Ils utilisent donc de plus en plus le web mais lisent également des magasines.

        Je suis entièrement d’accord avec Yvon. Ce faire publier dans un magasines, c’est toucher son audience dans un autre contexte et même, toucher une nouvelle audience.

        Je pense que ce cantonner au web est une grosse erreur. Ok, il est plus facile de publier sur le web que de se faire publier dans un magasine. Mais il faut toujours rester ouvert aux médias traditionnels. Et puis, pourquoi ne pas tenter la démarche que Catherine nous explique ici ?

  3. Article très intéressant qui nous fait pointer un autre moyen de communication et qui nous rappelle qu’il n’y a pas que internet.

    Mais je pense que ceci s’adresse à des blogs publiants beaucoup d’articles et ayant suffisament de traffic.

    Thierry

  4. BK

    Catherine et Yvon bonjour,

    Pour avoir été de l’autre coté de la barrière, je peux dire que, dans cet article, il n’y a que du vrai !

    Sur la base de mon vécu, je pourrais même résumer la situation en deux points :

    1/ Plus vous faites son travail à sa place, plus le journaliste vous en sera reconnaissant. L’investigation, c’est son job. La com c’est le vôtre. Alors, « écrivez son papier ».

    2/ Plus vous devenez son copain, plus il vous suivra. Invitez-le régulièrement au restau et racontez-lui votre vie comme à un pote… et dix ans plus tard, il continuera à répercuter vos communiqués.

    En fait, sur un plan psychologique, tout ce que vous pourrez faire pour qu’il n’ait pas l’impression que vous le prenez pour « un mal nécessaire » lui fera plaisir.

    Bernard

  5. De toutes façons, grâce au coaching sur le copywriting de notre maître à tous, nous serons à même:
    d’écrire des titres extraordinaires,
    des premiers paragraphes époustouflants,
    des corps d’articles hyper structurés et intéressants,
    des conclusions que ne conduisent qu’à un seul geste du lecteur: se précipiter sur notre blog pour s’y inscrire!

    Le copywriting est né dans la vraie vie avant de migrer sur internet, ne l’oublions pas!

    Bonne journée!

  6. Bonjour Yvon,

    Communiquer avec les journalistes n’est pas toujours simple.

    Car comme on le sait, le but du journaliste est décortiquer, observer différents points vues, pour rédiger un article pertinent sur le sujet abordé et, le plus constructif possible pour tout le monde.

    Il est donc normal que ces derniers, soient très sollicités, d’où l’importance d’appliquer les règles de bases pour rentrer en contact avec eux.

    Mais si je fais la relecture de cet article, c’est à mes yeux, du bon sens, de la relation humaine, et qu’il est bon de souligner car parfois (ou souvent) oublié !!! :o)

    Merci à Catherine Daar pour cette piqure de rappel et à vous Yvon pour le partage de ces informations.

    Pascale

  7. Merci Yvon pour ce poste qui met le doigt sur une réalité évidente mais qui est souvent ignorée par la plupart des gens.

    Généralement , l’on a comme l’impression que le journaliste sera capable tout moment de présenter notre produit ou service avec autant de talent , la réalité c’est que , connaissant mieux son produits , il est important de fournir au journaliste la matière qu’il pourrait adapter ou améliorer et ainsi augmenter la visibilité de votre produit .

    félicitation donc à vous Yvon et Catherine pour ce poste

  8. Article bienvenu pour moi qui ne connaît pas du tout ce monde là !

    Effectivement, il semble intéressant de pouvoir bénéficier de ces moyens de diffusion supplémentaires.

    Tous les conseils qui sont donnés rejoignent ceux qu’on donne généralement aux blogueurs débutants : repérer les Blogs/journalistes de notre domaine, créer de la qualité et construire une relation de confiance et de respect.
    Tout cela, finalement, relève du bon sens mais… le bon sens est-il la chose la mieux partagée du monde ? :)

  9. Bonjour Catherine,

    Excellent article. Rare est ce genre d’article sur la communication avec les journalistes. Je me demandais justement si ce genre de publicité pourrait amener quelque chose à un blog.

    Merci, y’a plus qu’a mettre en pratique :red:

    Amicalement,

    Laurent

  10. J’aurai interverti les 2 premiers conseils..
    je vois trop souvent des journalistes être contactés pour … rien !
    Envoyer un mel à un journaliste pour l’informer que l’on a écrit un nouveau blog sur WordPress , et qu’on y retrouve tout ce qu’on trouve ailleurs, çà sert as à grand chose.
    donc pour moi, le contenu prime car c’est lui aussi qui « attire » le lecteur !

  11. Bonsoir Yvon,

    L’article différent aujourd’hui :) Je ne connaissais pas la relation qui existait entre les journalistes et les autres de blogs.

    Cela ouvre de nouvelles portes pour étendre son lectorat.

    Merci pour ces informations claires Catherine.

    Pierre-Antoine

  12. Bonsoir Bernard!
    Ton commentaire m’intéresse doublement.

    1/ J’avais déjà lu des conseils très proches de ceux de Catherine Daar
    (bien que sous une forme moins claire et en tout cas moins facilement applicable que ceux de Catherine). Je craignais que cela ne « froisse le journaliste….(Comment! Pour qui il se prend celui-là pour empiéter sur mon travail;)) ton vécu me fait entrevoir…que ce peut être tout le contraire…

    2/ Je craignais …que le “le mal nécessaire” ce soit justement celui qui lui adressait le communiqué.

    Si je comprends bien ton avis, tout est dans la qualité et dans la durée de la relation et l’état d’esprit avec laquelle on l’aborde .

    Je te souhaite une belle soirée puis de doux rêves….!
    Xavier

    PS J’adore tes 2 derniers articles : Nidra, le Yoga du rêve et le rêve est il une vie
    J’y retrouve ce bel équilibre entre la pertinence, la profondeur de la réflexion, de l’expérience, de la connaissance d’une part et de l’autre la légèreté de tes petites pointes d’ironie, de tes expressions truculentes ou de cette faculté à ne pas se prendre trop au sérieux grâce à ces petites pirouettes verbales dont tu as le secret et qui s’exprime dans le moindre de tes commentaires…;)

    • BK

      Xavier bonjour,

      Merci à toi pour tous ces compliments toujours encourageants (et cette pub que tu me fais).

      Concernant les journalistes j’aimerais tout de même ajouter deux ou trois réflexions d’importance.

      Tout d’abord, il y a toutes sortes de journalistes. Entre le grand reporter qui part sur tous les fronts, et le petit pigiste qui s’arrondit les fins de mois en faisant les chiens écrasés… ya de la marge ! Inutile de dire qu’ils n’ont pas du tout la même psychologie.

      Ce dont je parlais, pour ma part, c’est du journaliste de magazine lambda, à qui l’on confie des dossiers d’actualité, quelques marronniers et autres rubriques périodiques, à qui on laisse aussi de temps à autres le loisir de choisir ses propres sujets, mais à qui l’on demande, à l’occasion, de se farcir un communiqué à visée commerciale (ça, c’est la corvée).

      Dans ce contexte, le journaliste préfère toujours que la corvée en question lui prenne le moins de temps et d’effort possible. Pour cette raison, il déteste les communiqués mal rédigés et adore ceux qui ressemblent déjà à un article.

      Et si, en plus, s’installe un climat de confiance, voire d’amitié, entre le « communiqueur » et lui-même… c’est in the pocket !

      Quant au « mal nécessaire », il faut savoir qu’un journaliste est payé pour avoir des yeux derrière la tête ; et que cette étrange anatomie lui fait vite comprendre que la plupart des gens méprisent les journalistes dès qu’ils ont le dos tourné, et deviennent presque obséquieux dès qu’ils leur font face. Bref, le journaliste a l’habitude d’être pris pour un mal nécessaire par tous ceux qui veulent se faire de la pub à peu de frais ; et lorsqu’il rencontre un « communiqueur » qui lui témoigne réellement des sentiments inverses, ça lui fait automatiquement plaisir.

      Enfin, il y a évidemment des exceptions à cette règle et… quelques journalistes qui ne fonctionnent pas comme ça. Mais je les crois statistiquement rares.

      Bernard

      • BK

        Hep ! Hep ! Hep ! Petite précision supplémentaire. Je ne voudrais pas qu’il y ait confusion.

        Je craignais que cela ne « froisse le journaliste….(Comment! Pour qui il se prend celui-là pour empiéter sur mon travail;)) ton vécu me fait entrevoir…que ce peut être tout le contraire…

        Il est bien évident que tu ne dois pas arriver devant lui et lui dire « salut mon pote, regarde : j’ai fait ton boulot à ta place ».

        Il faut lui présenter un communiqué exactement comme s’il s’agissait d’un communiqué… sauf que c’est un communique « qualité article ».

        Bien sûr !

        • Merci Bernard,
          Cela vas sans dire…mais toujours mieux en le disant!
          Je pense que cette précision est la bienvenue…la nuance faisant la différence…
          Bien sûr!

      • Bonsoir Bernard
        Point de pub…
        Juste le désir de partager ce qui me touche.
        Bonne soirée
        Xavier

  13. pas facile de réussir à approcher des journalistes, mais c’est la classe quand même quand tu arrives à être cité dans un journal je pense que ça doit faire un bon coup de pub…

  14. j’ai jamais pensé à utiliser les journalistes pour faire parler de moi.

    mais je crois que je vais garder l’article; pour le jour où je franchirai le cap.

  15. Je me suis ravi de voir que la blogosphère pro s’intéresse enfin à la médiatisation et aux RP 2.0, en plus quand c’est Catherine Daar qui guest post sur Copywriting Pratique, que demander de plus ? ;)

    La médiatisation est une stratégie marketing totalement sous évaluée tant elle est puissante en termes de retours sur investissement (qui peut parfois être de 0€) :

    Autorité (passer à la TV, en radio & presse confère une autorité immédiate)
    Trafic (les gens qui vous voient dans les médias vous cherchent sur internet)
    Différenciation (rien de mieux pour exprimer son positionnement et sa personnalité qu’un relai qui va toucher des milliers/millions de gens)
    Ventes (chaque passage important provoque automatiquement des ventes)
    Opportunités (en devenant médiatique vous aurez la possibilité de concrétiser de nouveaux projets comme la publication d’un livre papier par exemple)

    …et j’en passe. Pour obtenir les mêmes résultats certaines sociétés dépensent des millions dans des budgets de communication chaque année, alors que certains malins ont les même résultats en investissant des sommes dérisoires.

    On peut tout à fait médiatiser un blog et cela a été ma stratégie de développement principale pour mon premier blog (coaching séduction et relooking pour hommes).

    Aujourd’hui je vis de mon blog, je suis un auteur publié et je suis en ce moment en train de négocier une place de chroniqueur à la radio. Vous pouvez en faire autant car c’est comme je le disais en début de commentaire, une stratégie sous évaluée et mal utilisée.

    Bref, Catherine nous livre ici une belle introduction en la matière, merci à elle et merci à Yvon pour son ouverture d’esprit.

  16. Bonjour à tous!
    Merci pour vos nombreux commentaires!

    Tout d’abord un grand merci à Yvon de m’avoir accueillie sur son blog!

    @Julien Arcin « Une stratégie de communication off-line est-elle réellement efficace pour un site ? »
    Excellente question? Efficace bien évidement, mais le challenge reste quand même d’avoir un article dans la presse traditionnelle lorsque l’on est encore un « petit » blog!
    Plus facile si l’on s’appelle « Mashable » ou « Huffington Post » (ehh oui c’est un blog!!).
    Il faut donc trouver un angle interessant en adéquation avec l’actualité.
    Ce que je fais en général lorsque je fais une campagne de presse, c’est que je vais sur Google News, j’adapte mes préférences aux sujets qui m’intéressent et je cherche un angle ou même, je « Newsjack » la nouvelle.
    Ce que je veux dire? Lisez le livre de David Meerman Scott « Newsjacking » ou encore mieux lisez l’article d’Alex Roth qui vous expliquera tout cela (http://www.devenez-mediatique.com/newsjacking-detournement-mediatique/)

    Je voulais aussi ajouter que le fait d’écrire un blog (même de niche et pas forcément très connu) peut vous aider à avoir une rubrique dans un magazine papier et donc générer de la couverture médiatique moyennant un « effort » rédactionnel régulier.

    @BK heheheheh…vous me faite rire, car moi aussi j’ai été de « l’autre côté » ;-) Vous dites tout haut ce que je pensais tout bas.

    Olivier@entreprendre très pertinente observation! Vous avez raison…

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER