Etat d’esprit…

Quand on écrit sur un blog – ou dans un livre – l’état d’esprit que l’on adopte quand on est en train d’écrire est bien souvent déterminant dans l’impact que va produire notre texte sur celui ou celle qui va le lire.

Businesswoman over a cloud

En effet, si, lorsque vous écrivez, votre état d’esprit est “commercial”, alors votre texte sera commercial. Même si vous ne faites qu’informer.

Vos termes seront inconsciemment percutants, et plutôt orientés vers la vantardise ou l’embellissement des choses. Comme on le fait quand on cherche à vendre un produit. Cela donnera un texte superficiel et orienté “vente”.

Donc forcément, vous intéresserez moins les lecteurs, qui eux, n’ont pas forcément envie de voir toujours le côté “avantageux” et “superficiel” des choses.

Par contre, si votre état d’esprit est plutôt intimiste, alors vous allez employer un langage beaucoup plus doux pour vous exprimer.

Vos termes seront légers, imagés, aériens. Votre pensée sera plus claire et votre manière de dire les choses sera bien plus axée sur l’émotion.

C’est ce genre d’état d’esprit que vous devriez aborder quand vous écrivez un article de blog.

3 astuces pour vous y aider

Il existe des astuces pour arriver à ça :

  • Imaginez que vous écrivez votre article pour une personne que vous aimez profondément. Un peu comme vous écririez une lettre d’amour.
  • Imaginez que vous l’écrivez pour un enfant de 5 ou 6 ans. Non seulement ça vous fera employer des mots simples, mais en plus votre langage sera naturellement doux.
  • Quand vous écrivez, imaginez que votre article – ou votre livre – sera lu par une personne qui compte énormément pour vous. Un peu comme vous écririez une lettre à un ou une amie de longue date que vous voudriez revoir.

Pour chacune de ces 3 astuces, fermez les yeux un moment avant de commencer à écrire, choisissez la personne à qui vous souhaitez vous adresser et visualisez-la en face de vous. Puis imaginez ensuite que vous lui parlez en face à face.

Puis attaquez votre article.

Astuces universelles

Certains me diront que lorsqu’on parle de sujets techniques, il est difficile d’être doux.

Justement, c’est ça, le défi ! Essayez de pratiquer l’une des 3 astuces ci-dessus, et écrivez votre article comme ça.

Et dites-m’en des nouvelles… Clignement d'œil

Vous allez essayer ? Dites-moi…

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Est-ce que vos articles et vos pages de ventes s’adressent bien aux bonnes personnes ?

Suivant

Décorer n’est pas construire…

  1. Salut Yvon,

    Merde alors, je suis justement en train de lutter pour ne pas m’endormir et toi tu demandes qu’on ferme les yeux!

    Avant de suivre ton conseil une petite observation.

    Nos lectures influencent aussi énormément notre état d’esprit.

    Si tu lis un bouquin sur les poilus de 14-18 tu n’auras pas le même état d’esprit que si tu lis un bouquin sur le rasage du maillot.

    Et si tu as un blog qui n’a rien à voir avec c e qui est capillaire, c’est sûr que tout cela ne t’aidera de toute façon pas.

    N’empêche je suis sûr que c’est un truc au poil.

    @+
    Christian.

  2. Salut Yvon,

    Très bonnes astuces.
    Considérer le lecteurs comme un ami de longues dates ou un amour est vraiment génial. Çà nous oblige comme tu le dis à nous impliquer personnellement dans le texte.

    Par contre, concernant l’enfant de 5-6 ans, j’ai peur que trop de blogueurs utilisent justement un langage trop enfantin . Le lecteur risque de se sentir diminué et pourrait se vexer.

    Enfin, comme on dit, il faut essayer ;)

    Amicalement,
    Nicolas

    • Salut Nicolas

      Par contre, concernant l’enfant de 5-6 ans, j’ai peur que trop de blogueurs utilisent justement un langage trop enfantin . Le lecteur risque de se sentir diminué et pourrait se vexer.

      Oooh non ! Je pense que les blogueurs n’utilisent pas du tout un langage enfantin. Parler à un enfant, ce n’est pas lui parler comme à un demeuré. C’est employer des mots simples et courts. Compréhensibles facilement. Et avec douceurs, parce que les enfants n’aiment pas trop qu’on les bouscule trop.

      Bonne journée

      Yvon

    • Comme le dit Yvon dans un autre article, il faut cibler les articles / sites. Si on cible le mauvais lecteur, c’est peine perdue.

  3. Hello Yvon,

    Vous allez essayer ? Dites-moi…

    J’ai pris du retard aujourd’hui … plus juste de dire que j’étais à court d’idées :cafe:
    Je me suis dis que cela allait venir dans la journée.

    Tout à l’heure, j’ai lu ton article.
    Bingo … :super: plus besoin d’un autre :cafe:
    J’ai pensé à quelques personnes qui ne se sentent pas « jeunes » et qui trouvent toujours à critiquer la modernité, à ne voir que la vie et ses « emmerdes », à ne parler que de leurs bobos.

    Et là, mes mains se sont promenées avec légèreté sur le clavier. J’y ai même trouvé de la joie … et, devrais-je le dire … la sensation d’être « jeune » dans mes idées.

    Aussi merci pour cette astuce, qui, ma fois, marche super bien. Merci également à Nadia qui t’a donné l’impulsion de ton article. :super:

    A bientôt
    Madeleine

  4. BK

    Messieurs,

    Je prétends, Messieurs, que le travail d’écriture est le même que celui de l’acteur.

    A l’appui de cette thèse, je ne pourrais vous dire qu’une chose : Tout condamné à mort aura la tête tranchée. http://www.youtube.com/watch?v=WDPbUD_kxwI

    Se mettre dans la peau d’un personnage.

    Personnalités multiples.

    Petite schizophrénie portative à usage kleenex.

    Compliqué, cet acting ?

    Ah, que Neni ! La vie en société est un travail d’acteur.

    Le tout est de considérer qu’écrire fait partie de la vie en société.

    Bien sûr, me direz-vous, on écrit à quelqu’un, on écrit pour un public… mais, d’un autre coté, écrire est l’activité solitaire par excellence.

    De ce point de vue, écrire c’est comme parler tout seul.

    Il faut être fou pour parler tout seul !

    Sauf que tout le monde parle tout seul… dans sa tête.

    Alors, finalement, être acteur ou écrivain est peut-être bien un travail à plein temps.

    Rideau !

    Bernard

    P.S. Concernant « parler comme à un enfant »… ça marche très bien ! Réécoutez les discours de Mitterand (et de beaucoup d’autres hommes politiques), vous verrez !

  5. Bonjour,

    Je viens juste de terminer un article qui présentait des produits. Mon objectifs n’étaient pas de les présenter à la vente mais plutôt d’expliquer pourquoi ils avaient été lauréat…
    J’avais durant toute l’écriture comme un vague sentiment que le ton n’était pas le bon. Maintenant, je sais lequel. Comme il s’agissait de produit durant mes recherches j’était sur les sites des fabriquants avec des argumentaires commerciaux face à moi. Il y a du y avoir une influence sur ma façon d’écrire…Je vais les reprendre plutôt comme si je devais les choisir en mon âme et conscience pour quelqu’un qui m’est cher. Après tout c’était l’origine de ma démarche. Merci pour cette interpellation sur ce sujet !
    Bonne journée
    Cathy

  6. Bonjour Yvon,
    C’est une belle suite à l’article sur l’alchimie relationnelle avec les clients.
    J’avoue que mon état d’esprit quand j’écris un article est celui d’un scientifique, je cherche à apporter des informations justes et claires.
    C’est ce que tu dis pour les articles techniques. Mais je vais essayer ton idée et je vais observer si le ton de mes articles devient plus doux et intimiste.

    À bientôt
    Nadia

  7. Bonjour Yvon,

    Un article court mais pertinent.
    L’as-tu ecrit avec amour, amitie ou pour un enfant? Ou encore une combinaison de ces elements.

    Le fait de visualiser son lecteur avant d’ecrire, rend notre texte plus passionne et personnel.
    Je le savais, mais pourtant, je ne le faisais pas!
    Je vais tester cette methode pour mon prochain blog.

    Merci.

    Au plaisir de te lire.

    Bertrand

  8. Salut Yvon,

    Je ne savais pas que ce point était si déterminant dans l’impact de mes articles. ;)

    Je viens de regarder certains articles et je me rend compte que cela épouse effectivement l’idée de ton article. :red:

    Amicalement,
    Samuel

  9. Louis Graton

    Merci beaucoup Yvon pour ton aide ça va beaucoup m’aider pour mon brevet de français 🙏😉

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER