Cette notion qui fonctionne même en vacances…

J’écris le début de cet article allongé sur une chaise longue, au milieu d’un emplacement de camping perdu au beau milieu de la campagne millavoise.

Vous avez vu ? Ca fait blogueur qui voyage, pas vrai ??

vacances-ciblage-clients

Bon… Après ce petit trait d’humour bloguesque, venons en au fait de cet article, qui, sous couvert de termes vacanciers, parle d’un sujet qui est bien dans l’air du temps : Le ciblage de ses clients.

Etude de cas

Le camping où je suis est un endroit calme. Peu d’animation (voire pas du tout), et forcément, une moyenne d’âge qui frise les 60 ans.

Donc forcément, alors que je suis assis en train d’écrire, voila ma nièce (12 ans) qui me dit :

Roooooooh lala mais comme on s’ennuie ici” (je sociabilise le discours, la réalité de ce que j’ai entendu était un peu plus… comment dire… jeune…) Rire

Hé oui… Si les vieux s’éclatent, les jeunes s’ennuient. Dans la vie, c’est plus rare, mais dans un camping, je vous assure que c’est inévitable.

La majorité des gens qui reçoivent ce genre de commentaire de la part de leur enfant pensent : “Ha oui elle a raison ! Il devrait y avoir plus d’animation pour les enfants !

Mon avis à moi est que ce camping a tout compris.

Sa stratégie, c’est de cibler les vieux. Le camping juste à côté, par contre, il cible les jeunes : Piscine, soirées dansantes, jeux d’eau, etc.

En décidant de cibler ce type de clientèle, il peut organiser son camping en ce sens :

  • Emplacements typiquement orientés pour les caravanes,
  • endroits calmes et grands,
  • concours de belote, de tarot ou autres jeux de ce style…

Et ce n’est pas un hasard si ce camping est le plus vieux et le plus pérenne qui soit dans cette ville.

Encore et toujours du ciblage

L’important, quand on vend un produit (oui un séjour en camping, c’est AUSSI un produit), ce n’est pas de faire que ce produit va paraitre “cool”, “génial” et “à la mode” pour tout le monde.

NON ! Le but c’est de CHOISIR à qui ce produit s’adresse et de le développer TYPIQUEMENT pour CE TYPE de client.

C’est comme ça qu’on réussit dans la vente.

C’est comme avec votre blog.

Si vous comptez le monétiser un jour, alors peut-être que vous devriez vous interroger sur QUI est VRAIMENT votre cible.

Je veux dire QUI va VRAIMENT sortir sa carte bleue pour vous acheter votre premier produit à VOUS.

Le savez-vous ?

Pouvez-vous me dire, là, tout de suite, sans réfléchir plus de 10 secondes, QUI est votre cible ? Pouvez-vous me la définir en quelques mots ?

Si vous ne pouvez pas, alors aujourd’hui, plutôt que d’écrire un article, posez-vous tranquillement pendant une heure, et essayez de définir avec précision à QUI vous souhaitez vendre votre produit.

Est-ce que vos articles, vos outils, vos mots-clefs, et aussi l’endroit où vous allez chercher vos lecteurs concourent à vous rapprocher de votre cible ?

Si c’est le cas, alors bravo ! Vous avez tout compris au blogging ! Clignement d'œil

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Expérience…

Suivant

Gagnant-gagnant

  1. Hum, réflexion très pertinente.
    Après analyse, et un an de blogging je sais que mes lecteurs sont le publics que j’espérais voir au rendez-vous.
    Fabricants, professionnel de la santé, collectivités locales. Il me manque définitivement les archis, décorateurs, aménageurs d’espaces.
    Je ne sais pas c’est plus dur ou je m’y prend mal.
    C’est vrai que j’ai fait pas mal au feeling.

    • Bonjour Cathy

      C’est bien d’avoir une idée précise de sa cible. C’est même parfait. Pour les archis et autres décorateurs, ne seraient-ils pas tes concurrents ?
      As-tu essayé de verrouiller les forums spécialisés, voire les blogs dédiés ? Comment es-tu reçue dessus ?
      Quel est ton slogan, ta phrase forte qui définit ton activité ?

      Quand on met : « Découvrir le design et l’architecture au service de tous… » tu comprendras que les architectes et les décorateurs sont loin d’être concernés par ça n’est-ce pas ? Parce que eux, ça fait bien longtemps qu’ils ont découvert çà ! :hin:

      Je te conseille donc de revoir ton slogan si tu souhaites viser les architectes. Ou alors laisser tomber cette caste. Tu devrais déjà avoir fort à faire avec les pros de la santé et les collectivités locales non ? (je comprends maintenant ton intervention sur l’article d’hier ;) ).

      Bonne soirée

      Yvon

  2. Quand on a un blog ultra-ciblé, je pense qu’il est facile d’avoir rapidement des visiteurs ciblés, ainsi des produits ciblés qui répondent aux besoins de vos visiteurs.

    Pour ma part, pour cibler encore plus mes visiteurs, je suis en train de transformer mon blog en un club de membres privés. Cela me permettra de partager des informations à ceux qui le veulent vraiment.

    Maintenant, cela reste un grand défi à relevé.

    • Bonsoir

      Être « ultra-ciblé » n’a pas de rapport à mon avis avec la facilité de trouver des visiteurs ciblés. Bien au contraire.
      Parce que le discours doit être ultra pertinent et ultra ciblé aussi (et cela demande donc beaucoup d’expertise) et fédérer une communauté de passionnés par un truc précis, c’est compliqué et pas à la portée du premier venu. D’où l’importance de bien choisir le sujet de son blog ou de son site, et en choisir un dans lequel on est très à l’aise. Au risque de se faire dépasser très vite par les compétences de ses propres visiteurs. ;)

      Bonne soirée

      Yvon

  3. Hello Yvon,

    Je me doute que ce ne sont pas tes pieds :hin: ni ceux de ta nièce :hin:

    Blague à part, tout d’abord je te souhaite de recharger à fond tes batteries dans ton camping tranquille.

    En lisant ton article, je me dis que tu es sur la bonne voie.
    Pour répondre à ta question, je ne me suis jamais demandé à qui j’avais envie de m’adresser, ni de savoir qui atterrissait sur mon blog … oups
    Je me suis toujours dit : « Puisque je parle de développement personnel, ce sont des personnes qui se posent des questions qui vont arriver chez moi » !!! Peut-être pas la bonne réflexion.

    En tout cas, une fois de plus, tu es le sujet de mes réflexions : « A qui ai-je envie de m’adresser ? Comment est-ce que je veux être à l’image de ce que j’ai envie de donner ? Comment est-ce que je cible mon flux ? etc …
    Bon, pas mal de questions et déjà des débuts de réponse … puisque je suis toujours sur mon ebook concernant les émotions. Y’a des pistes qui se dessinent tout doucement grâce à toi.

    Bonne suite de repos et à bientôt.
    Madeleine

    • Bonjour Yvon,

      Eh bien je pense que cette page :
      http://josekost.fr/magic-text-widget
      peut répondre en partie, dans mon cas, à ta question.

      Chaleureusement,

      José

    • Hello Madeleine

      En ce qui te concerne, je te l’ai déjà dit : Le sujet que tu as choisi est très très large. Il n’y a donc à mon avis aucune cible précise qui se définit avec ton blog.
      Il serait temps de choisir un thème précis (ou plusieurs pourquoi pas), afin de te créer des mini communautés sur des trucs très ciblés.

      L’introspection, par exemple. Ou la méditation (on se pose des questions avec tout ça, non ??).
      En te concentrant sur UN thème, tu auras plus d’échanges, et plus de sujets pointus à développer.

      Tu vois, dans le marketing Internet, il y a beaucoup de domaines traités. La réussite, l’argent, la motivation, le marketing, les réseaux, le copywriting, les systèmes de paiement, la communication, la manipulation, l’influence, la vente, la création de livre, l’édition, etc…

      Moi j’ai choisi le copywriting, parce que je peux en parler longtemps. Et parce qu’on peut le décliner dans beaucoup de domaines. C’est donc une thématique ciblée par rapport au marketing Internet, mais on peut encore plus la cibler.

      Par exemple, il y a quelques temps, j’ai écrit un article sur le copywriting et l’immobilier. Je pourrais tout à fait développer un blog satellite à celui-ci pour CE DOMAINE en particulier, ce qui m’amènerait des prospects qui sont intéressés par le copywriting ET qui ont un bien à vendre. Je peux cibler mes articles, cibler mon produit, et donc le vendre plus cher.

      Bref, c’est une question de stratégie. Tu ne peux pas véritablement espérer vendre quoi que ce soit à qui que ce soit si tu parle de « développement personnel ». PAR CONTRE – et ce n’est qu’un exemple – si tu écris des articles sur l’introspection comme solution pour passer son concours d’infirmière, crois moi, ta cible sera beaucoup plus riche et plus intéressée par tes articles et tes produits ;)

      Bonne soirée

      Yvon

      PS : C’était un exemple, hein… les infirmières :hin: Ca marche aussi avec les tueurs à gage :D

      • Coucou Yvon,
        ta réponse à Madeleine m’interpelle: embellir sa vie avec des eBooks. Le public est large.
        Aux US, ils font un blog par produit. Pas bien étoffé, juste avec une squeeze page, une vidéo, un onglet contact et parfois un onglet à propos. Alors quand tu dis un blog par thème, c’est plus large qu’un blog par produit?

        Parce que faire des blogs avec des articles de qualité pour tous les thèmes abordés aux e-ditionsLABELVIE, je pose la question: « Quand est-ce qu’on dort? »

        Bon dimanche!

        • Coucou grand-mère 5ème (:hin:)

          L’idée n’est pas de le faire dans tous les domaines. L’idée est d’en choisir 1, qui soit porteur et surtout que tu maîtrises à fond, et de développer ta communauté autour.

          En ce qui te concerne toi, les ebooks sont déjà un thème particulier. Pourquoi tes articles ne parlent-ils pas que de ça ? Par exemple, pourquoi parler de la loi d’attraction ? Quel est le rapport ? Moi si j’étais toi,je me concentrerai plutôt sur tout ce qui touche à la création et à l’écriture d’un ebook. Il y a tellement à dire. Tant de tutoriels à créer. Tellement d’aide à donner.

          Bref, toi tu as un thème d’enfer. Un thème que je reprendrais bien dans un blog à part entière d’ailleurs. ;)

          Bonne journée

          Yvon

          PS : Et félicitations pour ton 5ème petit descendant ;)

          • Merci pour tes félicitations!

            Mon thème, c’était effectivement au départ l’écriture et les eBooks. Et je n’ai pas abandonné l’idée puisque je vais faire une formation avec un autre webmarketeur. (un peu marre de travailler seule).

            Les articles du jeudi parlent plus de ce thème.

            Donc, le thème des e-ditionsLABELVIE, ben c’est LA BELLE VIE. Et sortir de ses dettes et être plus à l’aise financièrement est un thème qui entre dans le cadre et qui me passionne encore plus. Que je travaille beaucoup en coaching avec mes clients.Tout comme les secrets d’une vie réussie. (Monsieur Jack) .

            Mon problème? Dès que je m’intéresse à quelque chose, ça me passionne et j’ai beaucoup de mal à me restreindre! Ce n’est qu’en explorant ma passion que je me rends compte si c’était un feu de paille ou un bon bûcher! :hin:

            Je te souhaite une belle journée!

            Signé: Mamynono (comme disent mes petits-enfants

  4. Salut Yvon,

    Moi, j’ai ciblé les débiles, mais comme les gens n’ont pas envie de se faire traiter de débiles, ils viennent pas.
    Ciblage ingrat.

    @+
    Christian.

  5. Bonjour Yvon (et les autres) !

    Le sujet est bien amené. Parfait !

    Sur mon blog traitant de différents sujets, j’ai bien du mal à cibler et à connaître le lecteur.

    J’en suis à la phase -1 du blogging : j’écris sur ce que j’ai envie d’écrire…
    On verra plus tard.

  6. Salut Yvon,

    tu viens d’évoquer la raison pour laquelle mon blog est à l’arrêt depuis pas mal de temps.

    Pas de ciblage, pas de visiteurs ciblés et pas de revenus possibles ou difficilement

    Mais c’était mon premier blog.

    Comme tu le dis si bien, il vaut mieux choisir un thème et s’y lancer à condition d’avoir de quoi écrire

    Je suis donc retourné à mon métier que je fais depuis près de 15 ans pour créer mon blog renover.tv

    Ce sujet est peut-être un peu vaste en soi mais je privilégie le domaine des conseils liés aux économies d’énergie et des travaux de rénovation (aspect technique)

    ma cible : tous les propriétaires qui ont besoin de conseils pour entreprendre des travaux de rénovation et qui ne savent pas par quoi commencer et comment s’y prendre en terme d’organisation et de logistique.

    Mon but n’est pas de montrer comment on réalise des travaux mais bien de savoir gérer ses propres travaux comme un professionnel du bâtiment ou un architecte, même si on ne sait même pas ce qu’est marteau ou un clou.

    Je veux me créer une cible de personnes ayant besoin d’un appui au niveau des choix à réaliser, sans devoir accepter pour argent comptant ce que peut proposer une entreprise de travaux.

    J’ai bien longtemps errer à chercher ce que je voulais faire.
    mais sans cela, je pense qu’on ne peut pas réellement y arriver.

    La cible va déterminer la stratégie à mettre en place.
    Pas de cible, pas de stratégie.

    On travaille donc pour rien ou presque car le contenu ne sera jamais rentabilisé.

    je te souhaite de bonne vacances. Tu le mérites bien.

    Geoffroy
    PS: cela me rassure que tu as choisi un camping pour vieux. Je ne suis pas le seul à vouloir de la tranquillité en vacances. ;)

    • Salut Geoffroy,

      Je vois que tu reviens aux fondamentaux, alors ? Je ne peux qu’abonder dans ce sens.
      Le fait que tu aies compris ça par la force de l’expérience et que tu acceptes de te remettre en question et de recommencer à zéro dans un domaine plus proche de ton domaine de compétences est un signe de grande intelligence, salutaire, à mon avis, dans ce type d’activité.

      Le truc le plus incroyable dans l’histoire c’est que bien peu ont cette faculté de rebondir comme ça. Certains s’acharnent comme des fous, pour tout abandonner à la fin, sans vraiment comprendre pourquoi ça a planté.

      Pour ce que tu as choisi, la stratégie est simple : Il suffit d’orienter tes articles dans le sens de ce que tes lecteurs veulent vraiment savoir. Si chacun de tes articles donnent de la juste info, et s’ils respectent bien les 3 règles exprimées ici, alors petit à petit tu te construiras la communauté qu’il te faut.

      C’est déjà une très bonne chose que tu aies une cible bien définie. Il ne reste plus qu’à trouver des sujets d’articles. Les as-tu ?

      Bonne journée à toi

      Yvon

      PS : Pour les vacances, en fait, cet article a été débuté le 13 juillet dernier. Et je n’ai rien choisi, j’ai juste rejoint mes parents, qui EUX, aiment le calme :hin:
      A bientôt

      • Salut Yvon,

        En fait, tout a commencé le 2 janvier 2012 par la lecture d’un article qui m’a fait prendre conscience qu’on ne pouvait pas démarrer un blog sur une idée ou sur une envie soudaine.

        C’est à ce moment-là que j’ai décidé de créer mon blog sur la rénovation car mon coeur balançait entre 2 thématiques : une que je découvrais et que je trouvais passionnante (le marketing) et une dont j’avais une expérience de plus de 12 années de pratique et qui pouvait rendre de beaux services à pas mal de gens.

        J’ai donc suivi ton conseil et essayé d’écrire 50 sujets d’articles pour savoir si je ne m’aventurais pas encore dans une idée sans issue.

        Je n’ai pas mis longtemps à réunir cette liste puisqu’en une heure, j’en avais déjà trouvé près de 50.

        Je pense que je n’aurais pas été capable de le faire dans un autre domaine aussi rapidement.

        J’avais donc passé le test avec succès.

        Depuis lors, j’ai continué à travailler sur le sujet ou plutôt sur les différents sujets que j’aimerais aborder en griffonnant régulièrement des esquisses de petites formations, en développant des micros sujets, des micro niches …

        J’ai aussi tenté de comprendre comment les blogueurs créaient leurs produits, quel était le cheminement et comment ils s’y prenaient.

        Il m’a fallu analyser les formations marketing et les livres que j’ai achetés pour comprendre d’où venaient les interrupteurs émotionnels qui faisaient qu’on avait envie de continuer à lire ou à suivre quelqu’un.

        Mais je pense qu’on ne peut commencer à bloguer qu’à partir du moment où on arrive à ne plus copier les autres mais bien à se créer son propre chemin.

        Il faut pour cela apprendre puis comprendre ce qu’on a lu et entendu, et ensuite façonner ses propres idées pour se lancer sans s’arrêter.

        Un entrepreneur (ou un blogueur) ne peut pas avancer s’il doit à chaque fois se référer à ce que dit un livre ou une formation.

        J’ai pu aussi expérimenter diverses techniques préconisées comme l’écriture d’articles par des rédacteurs externes.

        Très utile pour le référencement, je l’avoue mais pas très intéressant pour le taux de rebonds de son blog.

        Je me suis posé mille et une questions comme la fréquence des articles etc…

        J’en suis arrivé à dire qu’il vaut mieux publier quand on sait mais que le contenu soit de qualité, plutôt que de faire du remplissage de blog avec des articles sans intérêt.

        Je terminerai par dire qu’avant de se lancer dans le blogging et d’écrire plein d’articles, il est bon de réfléchir à une stratégie de monétisation.

        Car on peut retourner le problème dans tous les sens, selon moi, un blog ou un site n’est pas viable à long terme s’il n’y a pas de rentrée d’argent.

        Ce sont les rentrées financières qui nous donneront la possibilité de continuer à bloguer.

        J’en suis au début, on verra donc pour la suite.

        Mais je pense que sans ton blog, Yvon, je n’aurais pas pu clarifier toutes les idées qui se bousculent et qui encombrent ma tête depuis que j’ai vu cette première vidéo de Christian Godefroy.

        Le copywriting est un monde fascinant que j’ai pu découvrir d’abord grâce à Christian Godefroy puis avec toi.

        Un jour, j’espère pouvoir avoir le temps de m’y consacrer de manière plus importante.

        Je terminerai en te citant :

        …, je pense qu’un article de blog devrait toujours faire au moins l’une de ces 3 choses :

        Apprendre à faire quelque chose,
        Procurer du plaisir, de la détente, ou un intérêt immense,
        Pousser les gens à réfléchir, à s’élever, voire à avancer.

        Je pense que je suis le bon exemple pour ton blog. ;)

        Geoffroy
        PS : un jour, je te demanderai peut-être de faire un article concernant ma thématique mais je ne suis pas encore assez avancé sur le sujet à l’heure actuelle. J’espère que tu seras d’accord.

        • Salut Geoffroy,

          Merci beaucoup pour ce retour d’expérience. C’est toujours très précieux comme commentaire.

          Quand tu dis que tu dois penser d’abord à la monétisation, je ne suis bien évidemment pas d’accord avec ça.
          En effet, si ton blog est construit et suivi avec la bonne thématique, alors la monétisation arrive toute seule, et de manière très logique.
          Ce qu’il y a, c’est que tu ne peux pas vraiment savoir ce qui va fonctionner auprès de tes lecteurs.
          Et tu dois donc le découvrir au fil des articles que tu postes.
          Tu t’aperçois alors que certains sujets plaisent, et d’autres laissent tes lecteurs totalement indifférents. Il serait inapproprié de tenter de créer un produit dans ce domaine, donc.

          Sur ce blog, par exemple, j’étais parti au départ avec l’idée de former les gens au copywriting pour créer des lettres de vente.
          Le souci c’est que la majorité des gens qui viennent ici sont bien loin d’en être à cette étape dans leurs affaires.
          Voilà pourquoi j’ai plus axé mes produits et mes articles vers l’écriture et le copyblogging, car manifestement c’est ce qu’aiment mes lecteurs.

          Donc en résumé, pour toi, si tes articles sont pointus, s’ils aident vraiment tes lecteurs, et s’ils leur apportent vraiment de la valeur ajoutée, alors crois moi, lorsque tu feras un produit qui reprendra certains de tes articles et qui comportera également d’autres chapitres inédits, tous ceux qui t’ont suivi avant ne pourront que te l’acheter. Tu ne peux pas te planter car si tu suis les stats de ton blog et de tes différents articles tu PEUX savoir avec certitude quels sont ceux que les gens lisent jusqu’au bout (taux de rebond), lesquels sont partagés, etc…

          Il te suffit alors de créer plus d’articles dans le sujet qui marche le mieux.

          Bonne journée à toi !

          Yvon

          PS : Tu veux que je fasse un article qui parle de quoi exactement ?

          • Je comprends tout à fait que tu ne sois pas du même avis que moi sur la monétisation.

            Je voulais surtout dire que créer un blog sans avoir l’idée de le monétiser, c’est déjà tuer le blog avant de le démarrer. Mais cela n’engage que moi.

            Toi même tu le dis, au départ tu pensais faire une sorte de formation au copywriting. Donc tu as bien pensé à une stratégie de monétisation avant de débuter.

            Là où je te rejoins, c’est que cette stratégie, elle va se construire au fur et à mesure que les articles du blog se publient.

            Je pense qu’arriver avec déjà un produit tout fait est une erreur, à moins que tu ne côtoies déjà ta cible tous les jours dans la vie.
            Il faut le construire en fonction de son public et de ses attentes (celles du public)

            L’écart dont tu parles entre ce que tu pensais faire et ce que tes lecteurs peuvent faire, je l’ai vu dans pas mal de formations que j’ai achetées.

            C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles je n’ai jamais terminé la majorité des formations que j’ai achetées. L’écart entre ce qui était enseigné et les besoins que j’avais étaient beaucoup trop grand. Par contre, j’ai lu tes livres jusqu’au bout et je peux m’en servir sans problème.

            Concernant les sujets qui plaisent ou pas, c’est effectivement un excellent moyen, via les stats, de le savoir.

            Après, libre à chacun de reprendre des articles et d’en faire un ebook comme tu fais ou de faire autre chose.

            J’en suis seulement au début donc je ne vais pas jouer celui qui sait tout. Je vais avancer à petits pas avec des produits gratuits, puis des produits à petits prix (pas forcément de faible qualité) puis j’augmenterai en gamme.

            Le principe étant que celui qui achète une fois, peut acheter une seconde fois.

            A l’heure d’aujourd’hui, j’ai pas mal de connaissances dans mon domaine et on ne les trouve pas sur internet ni même dans des livres.

            Je compare un peu le monde de la construction à celui du marketing.
            Cela semble simple en apparence mais tellement compliqué si on veut devenir un vrai professionnel.

            Comme en marketing, il y en a plein qui se lancent dans le métier de la construction avec très peu de connaissance. Mais comme les particuliers en savent encore moins qu’eux, il est parfois très facile de faire passer n’importe quoi.

            Je me suis fixé comme objectif de mettre toutes mes connaissances à la disposition de tout le monde et de les rendre compréhensibles pour des enfants de 12 ans.

            Mon état d’esprit n’est pas de vendre mais bien d’aider les gens à réussir leur projet de rénovation.

            L’achat de mes produits devra couler de source car les gens se seront rendus compte qu’ils doivent l’acheter pour avancer et réussir leur projet.

            Concernant les sujets et les formations, comme je suis déjà dans le métier du conseil depuis 2009 auprès de ma cible, je pense déjà savoir ce dont ils ont besoin.

            Voilà pourquoi, je vais déjà créer des petits produits pour tester le marché sur internet.

            A cela viendra se greffer des articles sur des points précis. Ces articles seront des parties ou des compléments de mes formations.

            voilà un peu la stratégie que je compte développer pour démarrer.

            Mais je sais que cela ne sera pas celle qui me fera réussir car le chemin est long et il faudra s’adapter face aux échecs que je rencontrerai.

            L’important c’est que je prenne du plaisir à le faire.

            Concernant l’article à écrire de ta part, je reviendrai un peu plus tard pour te le préciser. Ce sera par rapport à une problématique que je rencontrerai. Un peu comme ton article sur le magasin et sa pancarte que tu avais fait. Je l’avais trouvé génial. :super:

            En ce moment, je bataille pour mettre en place mon blog avec le design voulu. Evidemment ca bug alors que mes tests sur un autre serveur fonctionnaient parfaitement.

            Une dernière chose dont je n’ai pas parlé dans tous les commentaires du jour, c’est que je pense qu’il faut sortir des sentiers battus pour suivre son propre chemin et être différent.

            Ta façon d’aller à contre courant de pas mal d’idées m’avait au début rendu sceptique. Mais je crois que c’est la meilleure manière de réussir et de se forger une image différente de ce que font les autres.

            Bonne fin de dimanche

            Geoffroy
            PS: Je pense avoir écris plus de mots en commentaire sur ton blog que pour des articles sur mes propres blogs :D

          • Salut Geoffroy

            Plusieurs points de ton long commentaire méritent une réponse construite. J’ai déjà bien envie de reprendre tes 2 commentaires pour en faire un article tellement tout ce que tu y dis est pertinent.

            Donc, je me fais un :cafe: et je te réponds céant.

            Concernant la monétisation, tu as bien évidemment raison. De manière « intuitive », je savais bien que j’allais monétiser mon blog, et je savais aussi que je le ferai en vendant un livre ou un logiciel ou un cours. Ce que je voulais dire, c’est que je ne savais pas vraiment dans quel domaine j’allais le faire.

            Le fait est que pour moi, un livre n’est ni plus ni moins qu’une succession d’articles qui ne sont pas ordonnés de manière chronologique, mais de manière logique et didactique. C’est à dire qu’ils s’enchainent de manière à former un chemin qui prend le lecteur à un point A, et qui l’emmène à un point B. Comme je le disais dans mon dernier livre.

            Par conséquent, quand on décide de créer et d’entretenir un blog, on fait déjà 70% du boulot : L’écriture. Les 30 % restant sont de la mise en ordre et en forme.
            Il me semble donc un peu bizarre de chercher à monétiser son blog d »une autre manière qu’avec un produit qui est déjà créé à 70%.

            Donc en ce sens, à mon avis, chaque personne qui fait un blog devrait imaginer que de toute façon, au final, il a déjà entre les mains un produit déjà presque créé. Après, il faut le vendre, je te l’accorde. Mais ça c’est dans un deuxième temps.

            Concernant les sujets et les formations, comme je suis déjà dans le métier du conseil depuis 2009 auprès de ma cible, je pense déjà savoir ce dont ils ont besoin.

            Il me semble donc que tu as déjà un produit à vendre à ta cible. Alors pourquoi créer un blog ?
            En ce qui me concerne, j’ai démarré dans le Jeu (casino, turf, loto) en 1999. Internet n’était pas ce que c’était aujourd’hui. J’ai donc développé mon activité par correspondance, en envoyant des courriers papier à des prospects, dont je m’étais procuré la liste via un éditeur déjà sur le marché. En gros, j’ai passé des accords avec un éditeur déjà bien implanté sur le marché. C’est ce qui a permis de me lancer, puisque j’avais déjà un produit (j’ai développé en parallèle une activité sur le net pour vendre mon premier livre, mais les retours étaient bien trop faibles pour parler de réussite).

            Ce que je veux dire, c’est que le blogging sert surtout quand on n’a rien du tout. Ni produit, ni prospects, ni clients. Or, toi j’ai l’impression que tu as déjà les 3. Alors pourquoi un blog ? Pour trouver plus de prospects ? Si c’est le cas, autant annoncer la couleur tout de suite, comme le fait Greg de Virtuose2lavie. Il fait des stages de PNL, et en propose l’accès via son blog. JE pense que tu devrais aussi prévoir un truc comme ça (ce qui ne t’empêche pas d’écrire tes articles régulièrement).

            Et pour finir :

            Une dernière chose dont je n’ai pas parlé dans tous les commentaires du jour, c’est que je pense qu’il faut sortir des sentiers battus pour suivre son propre chemin et être différent.

            Il est sûr que ce n’est pas en faisant les choses comme les autres que l’on arrive à sortir du lot. Cela dit, quels sont les concurrents directs que tu as et qui font la même chose que toi ? S’ils sont peu nombreux, alors parfois il suffit juste de DONNER ce que les autres vendent pour sortir méchamment du lot. C’est ce que j’ai personnellement fait en Turf. C’est également ce qu’a fait Xtian Godefroy en 2001 avec son Club Positif. Il a donné des dizaines d’ouvrages et s’est ainsi constitué une belle base de personnes intéressées.

            Bref, tu connais le concept. Dans ton domaine, moi je donnerais des infos que d’autres font payer cher. Et je monnayerais autre chose. Toi seul peut savoir quoi. Mais on peut y réfléchir ensemble quand tu auras un moment et moi aussi.

            Bonne soirée

            Yvon

            PS : Oui impressionnants les commentaires ! De vrais articles à part entière :super:

          • Salut Yvon,

            Je ne sais pas qui aura le dernier mot ou plutôt le dernier commentaire mais tu me donnes encore envie de te répondre.

            Concernant la monétisation avec un livre, je suis d’accord avec toi sur le fait que si on a un blog bien fourni, il suffit de faire comme tu as fait avec tes livres vendus.

            Je vais cependant aborder une partie crucial : le chiffre d’affaire.

            Saurais-tu te permettre de ne vivre qu’avec tes ventes de livres ?

            A mon avis, je ne pense pas ou alors je me trompe complètement.

            Le prix d’un livre ne pourra jamais être de 200 euros. Quand je vois le livre de Christian Godefroy sur « comment écrire une lettre qui vend » à 97 euros. Je trouve ce prix ridicule par rapport à ce qu’il contient.

            Reprends ce même livre ou même ton dernier livre et vends-le en audio, en vidéo avec des interview de spécialistes etc…

            Tu en augmenteras son prix sans problème.

            Chaque chapitre du livre de Christian pourrait être vendu le prix du livre en lui-même si on changeait le format.

            C’est autant de chiffre d’affaire potentiel en plus, non ?

            Car pour devenir un blogueur semi-professionnel ou professionnel, il faut des rentrées financières.

            A quoi bon passer sa vie à bloguer si c’est juste pour pouvoir se payer de belles vacances une fois par an.

            Voilà pourquoi je disais qu’il ne fallait pas forcément faire un livre avec ses articles de blogs.

            Mais le livre est une bonne solution malgré que je pense qu’elle ne soit pas rentable en terme financier.

            Mais çà, c’est à toi de me contredire. Je ne connais pas tes chiffres. Je ne peux donc pas m’avancer sur ce point-là

            Concernant le fait que je veux faire un blog alors que j’ai déjà un produit à vendre.

            Peut-être que tu me guideras sur d’autres pistes mais je trouve que bloguer permet de toucher pas mal de gens ciblés auxquels je peux vendre mes formations.

            Si tu vois d’autres possibilités, ne te gêne pas pour me les dire.

            Actuellement, j’ai des relances par mail quand quelqu’un s’inscrit dans mes formulaires. J’ai remarqué que le fait de donner des infos intéressantes dans les relances me donne plus de crédibilités. Les gens ont plus envie de travailler avec moi qu’avec mes concurrents.

            Organiser des ateliers ou des stages ? pourquoi pas. Cela se fera peut-être dans une étape suivante. Je note ton idée qui me parait très bien.

            Pour que tu comprennes mieux ce que je fais actuellement :
            je réalise des audits énergétiques auprès des particuliers. Je me rends donc chez eux pour faire le bilan énergétique de leur maison.

            Je pourrais bien sûr continuer à le faire et je pense que cela marcherait encore quelques années.

            Le souci que j’ai, c’est le temps. Je ne peux en faire qu’un tous les 2 ou 3 jours.

            Le logiciel que l’état nous demande d’utiliser va devenir encore plus complexe.

            J’ai donc pensé à simplifier la méthode. Car aujourd’hui, mon sentiment est que cela va devenir trop complexe pour ce que les gens en attendent. Il faut pas se leurrer. Effectuer des travaux économiseur d’énergie, cela coute cher. Il faut donc que cela soit rentable.

            Selon moi, il faut donc aller à l’essentiel. Je vais devoir aller vers une complexité qui ne sera pas utile dans 70 à 80% des cas.

            De plus, pour passer à l’action, je pense que les gens, de manière générale, préfèrent des conseils ciblés sur certains points que d’avoir toutes les explications sur tout en une seule fois.

            Mais je devrai vérifier cela dans les prochains mois.

            Cette idée m’est surtout venue de Jean de webmarketingjunkie.

            J’aime beaucoup son approche par les méthodes simplifiées sur des sujets ou thèmes précis contrairement à des formations marketing où on passe en revue trop de choses.

            Pour t’expliquer plus en profondeur l’idée de départ de ce que je compte faire : je pense mettre en place des mini-formations sur les différents thèmes de la rénovation d’une maison ou d’un appartement.

            Exemple : Quels sont les 8 points à vérifier quand on pose des nouvelles fenêtres, sans quoi on risque de perdre 50% de l’efficacité des nouveaux châssis de fenêtre.

            Ce sont des points que même certaines entreprises du domaine ne savent pas.

            Donc, si tu trouves que l’idée de créer un blog pour cela n’est pas la meilleure solution, je serais curieux de savoir ce qui serait mieux qu’un blog.

            Concernant le fait de vouloir me démarquer.

            J’ai tout un tas de concurrents en réel, on va dire. Plein de spécialistes qui font la même chose que moi.

            Alors, oui je pourrais juste donner les infos et les faire payer de manière simple.

            Mais l’expérience m’a montré que quand on démarre, on est vite rattrapé par la concurrence.

            J’ai démarré en 2009 et j’étais quasiment un des seuls à avoir un site web pour vendre mes audits. Cela m’a permis de démarrer en force mon activité en laissant les autres bien en arrière. J’ai même dû trouver un partenaire pour lui donner une partie de mon travail car j’en avais de trop en 2010. Aujourd’hui tout le monde en a un et c’est donc bien plus compliqué.

            Je pense donc qu’avoir une longueur d’avance un peu plus grande en me démarquant me permettra 3 choses :

            1) ne pas me faire copier rapidement. Car plus c’est facile de copier, plus on a envie de le faire.

            2) me créer une notoriété qui fera que je serai reconnu dans mon domaine ou voire une référence dans le meilleur des cas. Ce qui me donnerait probablement beaucoup plus de retours que si je faisais quelque chose de simple et facilement duplicable.

            3) Me faire remarquer tout simplement auprès des médias ou autres.

            Pour revenir à ce que tu disais :

            Bref, tu connais le concept. Dans ton domaine, moi je donnerais des infos que d’autres font payer cher. Et je monnayerais autre chose. Toi seul peut savoir quoi. Mais on peut y réfléchir ensemble quand tu auras un moment et moi aussi.

            L’idée est excellente mais je ne vois pas trop ce que je pourrai faire dans mon cas.

            C’est un peu là que le bas blesse chez moi.

            J’ai encore du mal dans ce domaine là. Je n’arrive pas à discerner l’important du moins important, ce que je peux donner gratuitement et ce que je doit faire payer, même si tout doucement, cela commence à venir.

            Ta proposition d’en discuter est une belle opportunité pour moi d’avancer dans ma réflexion.

            Je t’avoue que j’ai toujours cherché quelqu’un qui pourrait me donner un avis extérieur sur ce que je fais.

            Il est difficile pour moi de pouvoir prendre du recul sur mon propre travail.

            Si en plus, cette personne est un professionnel du milieu comme toi, c’est la cerise sur le gâteau. ;)

            Je te dirais que je suis disponible en fonction de toi.

            Je te souhaite une bonne journée

            Geoffroy

  7. Ton exemple de « camping pour vieux » est tout à fait similaire à celui du « parc de loisirs pour tout petit » (genre 3-6 ans) où j’ai passé ma journée hier.

    Tout est pensé, des attractions, aux repas en passant par les toilettes, pour que les enfants de cet âge passent une très bonne journée et donc que les parents soient aussi contents.

    Certes ce n’est pas Disney avec ses attractions qui tournent dans tous les sens et sa grande parade avec tous les personnage mais dans le fond à quoi bon ?

    A cet âge là, sauter sur un trampoline, plonger dans une piscine à balles ou faire 15 fois le même tour de petit train ça suffit largement à leur bonheur.

    Économiquement je ne sais pas s’ils gagnent bien leur vie mais une chose est sur, tous les visiteurs que j’ai rencontré semblaient ravis (grands ou petits) et que la plupart d’entre eux en feront une bonne publicité (moi y compris).

  8. Effectivement c’est une des toutes premières étapes : trouver la cible. Après pour sortir la carte bleu, il faut démontrer que notre produit donne « la solution ». Le ciblage est nécessaire mais pas suffisant.

  9. C’est très intelligent de leur part. En effet, nous ne partons pas en période de vacances scolaires pour éviter les hordes de familles et d’enfants qui sautent dans la piscine. Sinon on prend un hôtel qui n’a aucune animation enfant en se disant que ça sera limité.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER