Vous vous en souviendrez…

J’en parle souvent : votre produit est votre premier ambassadeur. Surtout lorsqu’il s’agit d’un livre.

Si les clients qui l’utilisent déjà sont satisfaits, ils vous en feront l’éloge dans leurs témoignages, et forcément ça vous aidera à vendre plus.

Or on constate souvent qu’un produit, même s’il n’est pas « nul », provoque une certaine indifférence parmi celles et ceux qui l’ont acheté.

Pas de témoignages, peu d’utilisation, et pour ainsi dire un oubli quasi immédiat une fois qu’on l’a lu la première fois (quand on est arrivé au bout).

Il est donc important de faire en sorte que les gens soient positivement impactés par votre produit, afin qu’ils y pensent fréquemment et qu’ils en parlent autour d’eux.

Voici donc 5 actions à faire pour que votre produit marque les esprits :

1. Des actions à faire tous les jours

Si vous enseignez des actions ou des techniques que vos clients devront faire chaque jour, il est évident qu’ils penseront à vous tous les jours.

Ça deviendra une sorte de routine dans leur journée, et ce sera alors très facile pour eux de retenir d’où vient cette technique.

Quand ils en parleront autour d’eux ils pourront dire « J’ai trouvé ça dans tel livre ».

C’est une bonne manière d’être présent le plus souvent possible dans la tête de vos clients.

2. Des concepts innovants qu’on n’a jamais vu ailleurs

Quoi de plus ennuyeux que de lire des trucs qu’on a déjà lu et relu dans d’autres livres, d’autres formations, ou n’importe où ailleurs ?

Quand on achète un livre – pratique, j’entends – on aime bien y trouver des concepts qui sont propres à l’auteur. Avec une démarche personnelle innovante qui permet d’arriver au résultat souhaité en ayant emprunté des chemins innovants et plus simples – ou plus efficaces.

Donc à l’intérieur de votre livre, incluez obligatoirement des passages qui parlent de techniques qu’on n’a encore jamais vu nulle part. On appelle ça une méthode « propriétaire ». C’est la vôtre.

Vous pouvez même la baptiser. Comme l’a fait Luc Geiger, par exemple, avec sa méthode NERTI.

De cette manière vous êtes certain que c’est ex^portable facilement ici et là.

3. Des encarts résumés

A la fin de chaque chapitre de chaque livre pratique, on devrait trouver une page « résumé » qui permettrait aux gens de retenir l’essentiel du chapitre.

Vous pourriez l’intituler « Ce que vous pouvez emporter » ou « Ce que vous devez faire maintenant », ou quoi que ce soit d’autre qui permette d’encourager les gens à faire quelque chose.

Quand on agit pour de vrai, on rajoute un canal sensoriel à un concept, ce qui le rend bien plus présent pour la personne qui l’utilise.

Et au-delà de ça, ça rend le « retour » dans le livre bien plus facile : si on a un résumé explicite, on peut revenir dessus facilement et venir relire ensuite le chapitre pour plus d’infos.

Peu de gens pensent à faire des résumés, pourtant, quand c’est bien fait, ça permet non seulement aux lecteurs d’être rassurés – ils savent en effet qu’ils n’ont rien raté – mais en plus, cela permet de synthétiser votre pensée, ce qui vous donne aussi à vous la certitude que vous n’avez rien oublié.

Il m’est très fréquemment arrivé, alors que je faisais le résumé d’un chapitre, de m’apercevoir que j’avais oublié de traiter un des aspects dans le chapitre en question.

Bref, mettez une page résumée ou qui récapitule les différents concepts abordés : ça vous sera bénéfique à plus d’un titre

4. Des textes qui peuvent être repris ailleurs

L’idée est de raconter des histoires émotionnelles, fortes et impactantes, et qui comportent une morale simple, afin qu’on s’en rappelle et qu’elles puissent à terme devenir une sorte de leitmotiv pour que les gens deviennent meilleurs.

Le but « opérationnel » est bien entendu que certaines de ces histoires soient reprises ici ou là sur des blogs ou même dans d’autres livres.

Ça fonctionne aussi avec des citations.

Si on peut tirer des citations inspirantes de votre livre, cela va se répandre comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Vous pouvez même « forcer » ça en indiquant vous-même un passage du livre en en-tête de chaque chapitre entre guillemets.

Facile à reprendre, vous pouvez même l’encourager, en faisant ce dont je vous parle dans la section suivantes :

5. Des accessoires à utiliser en-dehors

Marques pages, cartes à jouer, magnets de frigo, carte postales, calendriers, auto-collants, mugs, tee-shirts … ou simplement des fiches détachables à emporter avec soi, qui comporterait les différentes phrases en question.

L’idée est de créer une tribu. Un mouvement. En gros, une communauté qui rassemble des gens autour d’une idée commune (la grande idée que vous véhiculez dans votre livre).

Si des centaines de personnes portent des tee-shirts, ont des magnets ou des mugs chez eux, et ont des calendriers qui traînent ici ou là, petit à petit votre concept se répand facilement.

Il faut bien entendu y penser AVANT d’écrire votre livre. Pour que vous puissiez mettre en exergue un truc spécial qui pourra s’exporter facilement.

A vous de jouer !

Je ne peux pas savoir quel livre vous vendez ou si vous avez prévu d’en vendre un prochainement.

Ce que je sais, c’est que si vous faites au moins UN des trucs dont je vous parle dans cet article, vous verrez votre marque et votre concept s’imprimer facilement dans la tête de vos lecteurs.

Et ils se souviendront de vous… Un peu comme avec l’image de cet article. :D

Précédent

Les fameux 100 mots de pouvoir…

Suivant

Et si vous y mettiez un peu d’âme ?

  1. J’aime bien le point 5. C’est une idée que je n’ai jamais testé et qui me plait bien. Ca répond à plusieurs objectifs, d’une part il y a le petit cadeau en plus qui fait plaisir et en plus il répond à l’objectif cité part ton billet.

    J’ai par contre pas envie de me rajouter la logistique qui va avec en plus. Sais-tu s’il y a moyen via CreateSpace/KDP ou lulu (ou d’autres services) de gérer l’envoi de l’ouvrage et de l’accessoire en même temps?

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER