Vos emails sont-ils trop longs ? Faites ce test pour voir…

Aujourd’hui, parlons d’email.

Il s’agit en effet du thème abordé par Sébastien Gourrier (de SG-Autorépondeur) dans le calendrier de l’avent du marketing, où il nous parle des 11 critères qu’il faut considérer pour le choix d’un autorépondeur.

Dans cet article, je vous parlerai plus simplement d’email, mais surtout du taux de clic constaté avec vos emails marketing.

Le test

Voici un scoop : vos emails sont trop longs. Beaucoup trop longs.

Vous ne me croyez pas ?

OK. Alors faites ce test tout simple :

question

La prochaine fois que vous envoyez un mail de promo à votre liste, essayez de ne mettre qu’un seul paragraphe et UN lien juste après.

Mais un paragraphe bien senti. Bien étudié.

Et qui finit si possible par une question.

Un peu comme si vous proposiez LA seule et unique raison qui ferait que la personne qui reçoit votre mail ait envie de cliquer sur le lien qui se trouvera juste dessous ce paragraphe unique.

Lien qui dirigera vers l’endroit où vous voulez que les gens aillent. Une page de vente, un blog, une page de capture…

Pour écrire ce paragraphe, imaginez votre prospect en face de vous, qui vous pose la question suivante :

“Et pourquoi est-ce que je cliquerais sur ton lien ?”

Puis cherchez les mots pour expliquer ça en un seul paragraphe, et mettez juste ça dans votre mail, suivi d’un lien vers votre page.

Vous pourriez être grandement surpris des résultats.

On n’y pense pas, mais…

Parfois, on passe des heures à écrire un mail super long, pour s’apercevoir à la fin que deux ou trois lignes auraient suffit.

J’ai souvent essayé de confronter des textes ultra courts et les textes longs dans un email : Jamais le texte court n’a été derrière.

Et si vous ne pouvez vous résoudre à écrire court, alors mettez votre lien après les 2 ou 3 premières lignes.

Et ensuite, il vous restera à soigner véritablement votre premier paragraphe et votre sujet de mail.

A vous de jouer

Vous devriez tester ça. Vraiment !

Imaginez tous les avantages à écrire court sur un mail :

  • On gagne du temps,
  • on va à l’essentiel,
  • et on voit le lien sans faire défiler quoi que ce soit.

Que du bon !

Et si vous n’y croyez toujours pas, hé bien séparez votre liste en 3 et :

  • envoyez le paragraphe court + le lien au tiers n°1,
  • le paragraphe court + le lien + la suite du mail au tiers n°2
  • Le mail normal au tiers n°3

Et mesurez vos résultats.

Vous ne pouvez pas NE PAS essayer au moins une fois !

Précédent

7 principes d’ergonomie et de lisibilité à suivre pour que votre blog soit plus lu

Suivant

Un tutoriel à faire et vous manquez d’idées ? 2 exemples assez fun à suivre

  1. Salut Yvon,
    Merci pour ce rappel.
    J’écris rarement des emails très courts (jamais… ? :red: )
    Pourtant je sais que j’ai beaucoup plus tendance à
    cliquer sur un lien quand l’email dans lequel il apparaît
    est court.
    D’ailleurs en y pensant maintenant, je crois que les spammeurs utilisent pas mal cette technique…
    Ce n’est sans doute pas pour rien !
    Benoît

    • Salut Benoit

      Oui c’est logique de cliquer sur le premier lien.
      C’est une propention à l’action permanente, renforcée par le côté rapide du web. « Faut que ça clique ! »
      Yvon

  2. BK

    Salut Yvon,

    Et Baoum ! Au saut du lit : la grande claque ! A j’te jure !

    Sniff ! Et dire que je viens juste d’envoyer un mail d’une longueur sévèrement godefroyenne à tout un tas de e-boutiques pour leur proposer des e-books ! Mamma mia ! Mi fa morire ! Te lo detto : mi fa morire !

    Je suis quand même un chouïa étonné. Godefroy envoie régulièrement des mails de promo, de vente ou d’adhésion à se péter les articulations de l’index à force de scroller… et y m’a pas l’air d’être sur la paille !

    Bien sûr, comme d’habitude je finirai bien par te croire (tu nous as moult fois prouvé qu’on pouvait te faire confiance) ; mais là, je vais simplement inaugurer quelque chose de nouveau : te croire avec étonnement !

    Parce que ça ne me semble pas logique d’obtenir de meilleurs résultats en obligeant le prospect à faire un clic pour l’envoyer sur le texte en ligne, plutôt que de le laisser tranquillement lire ce même texte, là où il est déjà, c’est à dire dans le mail.

    De toute façon, il faudra bien qu’il le lise, ce texte ! Alors, s’il n’en a pas envie ou pas le temps, pourquoi le lirait-il plus volontiers sur une page online que sur le mail ? Et s’il en a envie, pourquoi le lirait-il moins sur le mail que sur la page online ?

    Il est vrai qu’on peut arranger plus joliment et plus ergonomiquement une page online qu’un mail. M’enfin… ne nous as-tu pas récemment montré l’exemple d’un mail assez long, avec sommaire et hyperliens au début ?

    J’ai donc bel et bien, l’un dans l’autre et comme que comme, le sentiment de patauger dans la confuse, asteur, à propos de s’t’affaire là, pantoute !

    Bernard

    • Bonjour BK,

      Effectivement, Godefroy a l’habitude d’envoyer de longs messages. Mais pour la plupart ce sont des histoires. Et même pour les mails de vente qu’il envoie, il faut avouer que ces messages sont trop accrocheurs. Pour une personne qui n’a pas l’art d’accrocher un lecteur à son texte comme il le fait, c’est sûr que son message ne sera pas lu après 5 lignes.

      Même lui aussi commence à envoyer des messages courts. Même si ce n’est pas encore totalement effectif, je pense qu’il perçoit l’ampleur.

      Amicalement,
      Sié Issa

      • BK

        Bonjour Sié,

        Ah ça c’est sûr : n’est pas Godefroy qui veut ! Il n’en demeure pas moins que, bon ou pas bon, un texte ne va pas s’améliorer en le postant online plutôt que dans un mail !

        • Je n’en suis pas si sûr.

          Je n’ai jamais lu un seul des mails envoyés par Yvon par exemple. Je vais directement sur son blogue. pourquoi ?

          Quand je sais qu’un article sera bien arrangé, bien présenté, chatoyant visuellement, oops je vais arrêter les compliments ici, immédiatement je clique sur le lien pour avoir plus d’aisance dans la lecture.

          Il est vrai que si cela est identique dans le mail et sur le blogue, je continue que très rarement la lecture.

          • BK

            Oui mais, oui mais…

            Je n’ai jamais lu un seul des mails envoyés par Yvon par exemple. Je vais directement sur son blogue. pourquoi ?

            Moi non plus ! Pourquoi donc ?

            1/ Parce que je visite systématiquement son blog tous les jours. Je n’ai donc même pas besoin d’ouvrir le mail.

            2/ Pour les commentaires à lire et à écrire.

            Alors, je ne nierais pas que l’agrément de lecture soit également un bon argument ; mais il ne faut pas oublier qu’il y a par ailleurs une importante proportion de membres qui lisent l’article d’Yvon à même le mail.

            D’autre part, il n’était question, dans le présent post, que des emails marketing. Pas des newsletters.

            Dans le cas qui m’occupe personnellement, il s’agit d’établir un premier contact avec des gens que je ne connais pas, et de les convaincre de l’utilité, pour leur e-boutique, d’avoir un e-book à offrir à leurs visiteurs.

            Dans ce cas particulier, je n’arrive pas vraiment à saisir où se situerait l’avantage de les faire sauter du mail à la page online plutôt que de les laisser lire mon laïus directement sur le mail.

            Munster et boule de gomme !

          • Alors comme le préconise Yvon je vous invite à tester.

            Comme je l’explique ci-dessous je me suis trouvé confronté au même dilemme que vous et en plus je n’ai pas une bonne plume :D et en testant le lien « vous êtes pressé, j’ai vite compris que le public que je ciblais préférait se rendre sur la page que de lire mon courriel.

            Depuis, je satisfais les deux publics avec un lien en haut et un texte moyennement long.

            Mais je vous invite vraiment à tester

          • Cela équivaudrait à chercher à impressionner et à convaincre une personne que tu ne connais pas avec une carte de visite, ou à la rigueur un flyer.
            Tu sais très bien que ce n’est pas possible. Ces deux instruments ne sont là que pour amorcer un premier contact, qui devrai déboucher sur autre chose de plus abouti et de plus complet.

            Le mail est la carte de visite.
            Le site web ou le blog est l’entretien en bugne à bugne.

            Ton laïus sur le mail va concourir à faire de ton mail un pavé de texte qu’on refuse catégoriquement de lire sur ce support.
            Ce n’est pas un journal ;)

          • BK

            Bigre de bougre, le bougre va finir par me convaincre !

        • Hé ben cher ami Bernard, tu m’étonnes avec ce que tu dis.

          Il est EVIDENT qu’un texte va s’améliorer en le postant online.

          Meilleure présentation, meilleur contrôle de la mise en page, meilleur accès au contenu, plus d’images, de confort de lecture, possiblité de rajouter des vidéos, des effets animés, etc.

          Entre un mail et un site web, c’est le jour et la nuit d’un point de vue impact.

          • BK

            Oui, évidemment ! Je restais bêtement obsédé par le texte en tant que texte (déformation professionnelle, puisque jusqu’à récemment je laissais à d’autres le soin de mettre en page).

            J’ai beaucoup péché… alors j’espère qu’il me sera beaucoup pardonné.

      • Bonjour Sié

        Xtian envoie des mails courts depuis des lustres. Ca dépend du sujet.
        A dire vrai, on a déjà eu l’occasion de se dire ensemble, alors qu’on testait des mails pour une campagne commune, « pourquoi ne pas tester un mail super court pour faire venir la personne sur une page de vente ». Les résultats ont dépassé, en termes de clics, les résultats des mails longs.

        Ce n’est pas forcément à faire à chaque coup. mais dans chaque opéation d’emailing, il faudrait incorporer un test avec un texte très court et un premier lien rapide vers le contenu qu’on souhaite que le lecteur lise.

    • Salut Ami Bernard

      Désolé pour le retard de mes réponses, je suis en grande vadrouille ces temps-ci.

      Comme je le disais il y a quelques temps, un mail n’est normalement là que pour UNE seule chose dans nos métiers : Diriger l’internaute vers des contrées autres.
      On ne peut rien vendre dans un mail. Ce n’est pas le bon support. Manque de place, peu de contrôle sur tous les moyens de réception, pas de place pour les images. Pas de contrôle sur le format d’affichage.

      Donc on cherche le clic ou à la rigueur le contact.

      Mais on peut aussi tester les deux manières, même si ça bouleverse (toi plus que les autres à n’en point douter) son habitude à écrire de longs textes.

      Essaye, et tu verras. Ecris un texte comme tu le fais d’habitude, et écris un texte plus court. Et voit laquelle des deux versions t’apporte le plus de clics.

      Try try try :)

      Yvon

  3. Bonjour Yvon

    Suite à des tests ou j’ai écrit une phrase du genre juste en haut du courriel :« vous êtes pressé ? : le lien

    ou bien le lien juste après « l’info se trouve là » : …

    le taux de clic est 2 fois supérieur. Pourtant je ne donne aucune info sur ce que je propose, c’est assez étonnant

    Je vais donc dans ton sens Yvon et je vous invite tous à tester.

    Christian

    PS : bien sûr le lien du haut et celui dans le texte n’ont pas la même structure, cela parait évident mais je préfère le signaler ;-)

    • Bonsoir Christian

      Merci bcp pour ce retour très instructif qui apporte de l’eau au moulin de cette idée de raccourcissement des mails.
      On ne risque rien à tester :)

      Yvon

  4. Coucou Yvon,

    Je vais réagir en tant que lectrice de mail et non d’envoyeuse, le seul mail que j’envoie actuellement à ma liste étant un rappel de mes articles de la semaine.

    Il est vrai que étant toujours pressée les mails trop longs je les lis rarement (ou les premières lignes) , quelquefois si le sujet ou la personne qui l’envoie m’intéresse je les mets de coté pour les lire plus tard, et malheureusement il passe des fois à la trappe car je les oublie ou ils ne sont plus d’actualité.

    J’aime l’idée de Kristien avec son lien si vous êtes pressés, je crois que je serais la première à cliquer dessus (bien sûr pour les gens que l’on suit et pour qui on sait que l’info va être intéressante).

    Je pense aussi qu’il y a l’humour du jour qui joue dans l’ouverture et la lecture des mails, un peu comme dans la vie, un jour tu as envie d’écouter tout le monde et le lendemain de tous les envoyer balader ;)

    Bonne journée à tous
    Je vous souhaite de joyeuses fêtes de Noël

    Marie-Do

  5. Merci bien pour ces conseils…Il est vrai qu’aller à l’essentiel est plutôt une bonne chose, combien de fois je tombe sur un mail et à l’ouverture je n’essaie même pas de le lire en voyant sa longueur….

  6. Salut Yvon,

    Comme Biquet, je dirai que je te crois avec étonnement!

    En effet, TOUT les mails que je reçois de ta part contiennent l’intégralité de l’article.

    Certes, tu y insères un lien dès le début et à la fin pour venir le lire ici même mais l’article y est bien en entier.

    D’où mon étonnement.

    Peut-être pourras-tu m’éclairer?

    Cordialement,

    • Salut Jonathan

      Hey, mélange pas les sujets, cher ami.
      Relis bien l’article. Je parle « du taux de clic constaté avec vos emails marketing« .

      Qd tu reçois un article de blog de chez moi, c’est pas un email marketing. C’est un email d’infos.
      Je parle moi des emails « de promo » ou « marketing ». Qui comportent un lien à cliquer.

      « Lien qui dirigera vers l’endroit où vous voulez que les gens aillent. Une page de vente, un blog, une page de capture… »

      Bone nuit

      Yvon

  7. Bonjour à tous,

    Encore un article bien senti, et qui fait réagir.

    On peut parler pendant des heures sur le « pourquoi, comment, … » :hin:

    ou alors faire le test préconisé par Yvon. :super:

    Perso, je vais tester la 2ème option ! ;)

    Joyeuses fêtes à tout le monde.

    Samuel

  8. Xatheo

    Bonjour Yvon

    Pour l’instant je reçois 
    beaucoup plus d’émail 
    que je n’en envoie.

    Aussi je parlerais de mon expérience 
    De lecteur. 
    Quand je reçois un email la première 
    Chose que je regarde c’est qui me l’envoie.
    Puis viens l’objet de l’email qui est pour moi comme un titre et mérite la même attention qu’un titre.
    Parfois ce sont les seules choses que je lis.
    Ce qui me ferait dire que pour qu’un de mes maillot soit lu je dois avoir une relation avec mon lecteur
    Ou que mon objet…. Mon titre aie un intérêt 
    Fort pour mon lecteur.

    En tant que lecteur la longueur de l’émail
    À peu d’importance. S’il est court c’est qu’il
    près à parier que sa « réputation » est suffisamment établie
    Ou que les arguments sont suffisamment percutants
    Pour que j’ouvre le liens.

    S’il est long et que les premières  phrases sont
    Attrayantes et que j’ai du temps je laisse porter 
    Par les mots et les images les sensations,les émotions 
    Qu’ils inspirent.
    Sinon je scanne et je vais directement 
    À la conclusion quitte à faire une lecture rétrospective.

    Et s’il y a. Un ou plusieur PS
    Que le message soit court ou long
    Je le lis toujours
    !

    C’est souvent la que trouve 
    Une des infos les plus importante du message .

    Voilà ma modeste expérience des email

    À cela s’ajoute la forme de l’émail
    Moins de 50 caractères  par lignes
    C’est ce que Christian pratique et 
    Conseille.

    Et toutes les règles que tu nous rappelle régulièrement mais que l’on applique jamais assez.
    Phrases courtes
    Mots images
    Paragraphes de 2 ou 3 phrase maxi
    Texte aéré.
    Texte scannable etc…

    Ah un autre retour d’expérience!
    Le mail ou tu m’annonçait ton « petit traité de trafic web » je ne saurais te dire combien de mot j’ai effectivement  lu mais c’était un seul  coup d’oeil déplacement 
    Et j’ai aussitôt cliqué sur le lien 

    Je me suis trouvé devant la plus belle
    Page de vente que je n’ai jamais vue.
    Et la encore j’ai cliqué sur le premier lien :
    Je savais de qui venais la proposition
    Et son objet .
    Je n’avais pas besoin dans l’immédiat d’en savoir plus pour passer  à l’action.
    Pour autant tu n’as pas fait tout ce travail pour rien: apres ma commande je suis retourné plusieur fois la lire  cette fameuse page de vente et je l’ai précieusement mise dans mes archive. C’est pour ma part un véritable petit chef d’oeuvre
    À chaque fois à chaque argument
    À chaque promesse je peux me dire ah j’ai bien fait de le commander;)
    Une belle lettre de vente  c’est une
    excellente préparation à la lecture
    active d’un livre
    . Un sacré avantage!
    On va directement à l’essentiel

    Je te souhaite une belle journée .

    PS:
    Pour résumé en temps que lecteur,
    3 choses importantes dans un mail
    1 Qui l’envoie
    2  pourquoi .
    Et la 3* ?
    La 3 *….. C’est le PS

    PPS :  La preuve tout ceux qui été 
    Rebutés par la longueur de commentaire…. Auront au moins
    Lu le PS

    PPPS : Et vous utilisez vous le PS?
    En tant lecteur? 
    En tant que rédacteur?

    • Xatheo

      Euh… Yvon
      C’est encore moi…
      Il semblerait que j’ai eu quelques problème
      Avec l’envoi de mon commentaire
      Qui se trouve publié … En plusieur exemplaire

      Certes la répétions est selon Napoleon, la
      meilleure des rethoriques….. Mais une répétition
      Mot pour mot… Ce n’est pas très élégant .

      Pardonne moi pour la maladresse
      Merci
      Xavier

  9. Salut Yvon,

    Je suis également en faveur de la concision.
    Quand je reçois une newsletter qui m’oblige à scroller.. je zappe.
    Sauf si c’est un de mes auteurs préférés, que le sujet m’interpelle directement et que j’ai du temps devant moi.
    Alors que si c’est un message court, je le lirai quoiqu’il arrive, pour peu que le titre me plaise bien sûr ;)

    P.S. : Je découvre ton blog, verdict : j’aime :super:

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER