Vidéo : Vous sentez-vous coupable après avoir vu ça ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous montrer une vidéo que j’ai trouvée au hasard de mon surf sur le web.

Elle illustre parfaitement comment on peut jouer à l’extrême avec le sentiment de culpabilité qui sommeille en chacun de nous.

Je vous laisse apprécier cette scène mémorable, et je vous reprends juste après pour quelques explications pratiques :

 

Avez-vous noté la dernière phrase qui commence par "91% des Québécois…" ?

Vous aurez noté le parfait exemple de l’utilisation de l’exemple des autres.

Associé au sentiment de culpabilité et renforcé par l’orgueil, on a là un cocktail des plus détonnants, vous ne trouvez pas ?

D’autant qu’on a tous été concernés au moins une fois… Pris dans nos pensées, qui n’est jamais passé devant une canette posée à côté d’une poubelle sans y faire attention ?

J’imagine que chaque personne qui aura vu cette vidéo ne passera plus jamais à côté d’une bouteille qui traine sans s’en rappeler…

Mission accomplie :)

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Les 10 verbes à suivre pour faire une lettre de vente performante

Suivant

Si votre grand-mère ne comprend pas ce que vous écrivez, revoyez votre texte…

  1. Gohann972

    Ca se passe au centre Eaton à Montreal :) C’est sur que le message est très fort et qu’on réfléchie à deux fois en se retrouvant dans cette même situation.

  2. MarieBo

    En tant que maniaque (québécoise) du recyclage, je trouve cette vidéo très éloquente et efficace.

  3. Bonjour Yvon,

    très intéressant en effet. Cette démonstration met en évidence non seulement l’indifférence, le manque d’attention, mais aussi l’individualisme, la déresponsabilisation : il y a sûrement des gens qui ont vu cette bouteille, qui ont bien pensé qu’elle n’était pas à sa place par terre et qui n’ont pas fait l’effort (tout petit effort) de la ramasser pour la mettre dans la poubelle, parce que « c’est quelqu’un d’autre » qui l’a laissée là ou parce qu’il doit bien y avoir quelqu’un dont c’est le boulot de nettoyer, alors ils ne se sont pas sentis concernés.

    Oui, effectivement, les leviers de la responsabilité collective, de la prise de conscience par la culpabilisation et l’orgueil sont assez puissamment actionnés ici, seulement l’écoute, l’attention aux autres, le fait d’être conscient qu’on n’est pas tout seul, ça s’apprend dès le plus jeune âge. Si ce n’est pas acquis très tôt, ce n’est pas évident de changer. Les habitudes ont la peau dure !

    Amicalement,
    Alexandra

  4. Je trouve cette vidéo vraiment très bien, je ne supporte pas les détritus par terre et je me vois bien en la personne qui met la bouteille dans la poubelle. Par contre, cette vidéo pourrait aussi avoir un effet inverse, imaginez vous, très très timide, ramassant une bouteille et vous retrouver sous les feux de la rampe ! Aille ! Quelle angoisse ;)

    Ce test démontre bien comment faire passer un message FORT. Bien vu !

  5. le hic, c’est que cette video cupabilise dans l’instant… mais une journée après, on l’oublie !

    Lors d’un voyage, j’ai assisté à une conférence d’un gars qui expliquait que la Terre se réchauffe et il nous expliquait que c’était notamment du aux détritus laissés un peu partout et non recyclés… l’assistance avait compris que ces déchets « néfastes » étaient néfastes…

    A la fin de la soirée, alors que je partais, j’ai croisé l’intervenant qui partait aussi .. il ne m’a pas vu mais nous avons été témoin de son geste: après 10mètres en voiture , il a ouvert sa fenêtre pour jeter un papier de chewing gum…
    Un ami a filmé la scène … çà pourra toujours servir, non ?

    chacun met le doigt sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire mais personne ne suit ses propres conseils !

    • Oui là, on est à fond dans le gag à pleurer !

      Ce que je trouve sympa dans la vidéo, c’est qu’on a associé DEUX concepts qui pris séparément sont moins puissants que pris à deux.

      L’orgueil et la culpabilité.

      Quand on prend le truc avec du recul, ceux qui ne sont pas touchés par la culpabilité peuvent l’être par l’orgueil que l’on ressent en étant applaudi, et vice-versa.

      En outre, l’important là dedans, c’est JUSTEMENT la culpabilité ressentie sur l’instant. Surtout pour ceux qui veulent faire une lettre de vente efficace.

      Cette vidéo est là parce que cela devrait pouvoir donner quelques idées à certains (et à certaines) pour faire jouer ce levier de la culpabilité pour leur propre produit.

      Remarque bien qu’à AUCUN MOMENT la vidéo ne montre du doigt les personnes qui sont passées devant la bouteille sans y jeter un coup d’oeil.

      Elle ne fait juste qu’applaudir la personne qui l’a ramassée. Comprenne qui veut :)

      Si je dis :

      « Le blog « Webmarketing Junkie » est vraiment un blog super ! Ses articles ne contiennent pas UNE SEULE faute d’orthographe. On devrait tenir un livre et y inscrire ceux qui respectent assez leurs lecteurs pour relire au moins une fois leurs articles et corriger les fautes d’orthographe. Au moins les plus grossières… »

      Je laisse à tout blogueur le soin de s’approprier cette phrase et de bien noter l’état émotionnel que cela provoque chez eux. Surtout ceux qui font des fautes dans leurs articles.

      Si je rajoute tout à la fin un truc du genre :

      « Je propose un service qui, pour moins de 20 euros par article, permet à tout blogueur d’avoir un article sans aucune faute d’orthographe, ou ma prestation ne lui aura rien coûté »…

      …la culpabilité déclenchée sur l’instant par ma phrase juste avant va certainement aider à vendre cette prestation :)

      • Il faudrait d’abord que certains blogueurs soient conscients qu’ils font des fautes, surtout quand leur profession laisse supposer que l’orthographe est une de leur forces.

        J’ai même vu des bannières d’affiliation rédigées dans un français très approximatif.

        Alors le service auquel tu fais allusion pourrai-t-il être rentable ? Mais le principe est intéressant. ;)

        • Tu sais, une prestation de la sorte est assez facile à vendre par l’exemple.

          Je n’ai pas encore mis ce service en place, mais je travaille avec une correctrice de grand talent qui gagnerait peut-être à développer ce concept.

          Je prends un article au hasard sur les blogs que je suis, je le corrige de A à Z, et je le renvoie au bloggeur avec les fautes en rouge, et quelques chiffres bien sentis.

          Certains s’en foutraient, mais j’ai assez d’arguments dans ma manche pour en faire plier quelques uns… D’autant que les blogs fleurissent comme de jeunes primevères, en ce moment, et que donc, la cible se développe très vite.

          Et je suis d’accord pour les bannières d’affiliation.

          • Re-bonjour Yvon,

            alors là… la tournure que prend la conversation m’intéresse au plus haut point parce que… je développe moi-même un service de relectures-corrections ! Si tu le permets, je donne le lien, au moins pour que tu puisses aller le visiter : http://www.correction-orthographe-grammaire.com.

            Je peux te dire une chose : la plupart des blogueurs s’en fichent comme d’une guigne de leur orthographe ! Les marketers, n’en parlons pas, c’est une catastrophe.

            Il y en a plusieurs qui m’ont dit vouloir faire corriger leurs pages Web, leurs ebooks, mais ça reste un vœu pieux, comme ça ne les empêche pas de faire des ventes, ils « oublient » de s’en occuper.

            Les clients qui travaillent avec moi dans cet environnement sont des gens qui ont la quarantaine ou plus, qui ont conscience de l’impact d’un texte mal écrit et qui ont une attitude de vrais professionnels.

            Mes autres clients viennent de milieux plutôt culturels : auteurs, traducteurs, chercheurs…

            Et le gros problème, c’est que quand on n’a pas de budget, c’est le poste qui passe à la trappe en premier alors qu’on devrait le considérer comme une priorité lorsqu’on se présente comme éditeur de contenus.

            Ceci dit, c’est un métier extrêmement concurrentiel dans lequel beaucoup de personnes se lancent parce qu’elles sont « très bonnes en orthographe » mais c’est tout à fait insuffisant parce que la correction demande bien plus que d’être juste « très bon en orthographe ».

            C’est tout un ensemble de compétences à mettre en œuvre qui dépasse de très loin la seule correction des fautes d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe : il y a la typographie qui est un très gros morceau, il y a la culture générale qui compte énormément, il y a la capacité de concentration, d’observation, d’analyse et de synthèse qui sont absolument nécessaires surtout sur des documents longs… et aussi de très bonnes capacités rédactionnelles pour pouvoir proposer des choses aux auteurs…

            Ton argumentaire est effectivement très puissant, je vais peut-être m’en inspirer si tu le permets. ;-)

            Amicalement,
            Alexandra

  6. Coucou Alexandra

    Bien sûr que tu peux t’inspirer de ma phrase sans le moindre souci.

    Je suis d’accord avec tout ce que tu as dit, mais je jubile intérieurement parce que ton discours assez défaitiste sur ce que pensent les bloggeurs et les éditeurs de sites fait que JUSTEMENT, il y a un joli marché à prendre.

    Je viens de lire l’intégralité de l’argumentaire que tu as fait sur ton site de correction, et je serais curieux de connaître ton taux de conversion.

    Voici mon avis :

    Tu écris vraiment dans un français impeccable. Bien écrit, bien agencé, pas de fautes (logique), et une pensée très claire. Tu n’as pas ta langue dans ta poche, et tu ne mâches pas tes mots.

    Pour autant, est-ce que cet argumentaire est un texte de vente ?

    Hélas non…

    Et pourtant, on peut dire que je suis d’accord avec 100% de ce que tu racontes. L’orthographe et la syntaxe des blogs, ebooks et pages de vente en général font vraiment peur, et je SAIS par expérience que c’est très handicapant pour la réputation de l’auteur, et pour ses ventes en général.

    Est-ce une raison pour lui asséner cette vérité en le « grondant » comme on le ferait avec un enfant ?

    Pas si on veut lui vendre une prestation de correction.

    Le jeu subtil de l’écriture pour vendre va bien plus loin que l’orthographe, la tournure de ses phrases et la syntaxe.

    Il y a une notion psychologique dans ce genre de texte qui ne doit surtout pas être oubliée ou prise à la légère.

    Un texte de vente doit persuader, pas engueuler.

    Il doit appuyer sur LE petit truc qui fait mal, mais en même temps, il doit également laisser à la victime (j’utilise ce terme un peu fort à bon escient) une petite porte entrouverte, qui lui permettra de sauver la face et de se sortir de ce mauvais pas dans lequel le copywriter l’a volontairement mis.

    Par exemple, ton texte de vente commence par :

    « Vous avez conscience de l’importance de présenter des écrits irréprochables et vous avez entièrement raison, la qualité rédactionnelle demeure une valeur qui fait la différence. »

    Hélas, je ne crois pas qu’une personne qui a besoin de prestations de correction orthographique ait réellement conscience de ce fait. Tu me disais justement le contraire en commentaire il y a quelques heures.

    Je crois justement que ton prospect n’en a pas conscience du tout, ou alors qu’il se demande si c’est vraiment important.

    Et ton texte doit justement lui montrer POURQUOI c’est si important. Et aussi lui montrer la somme colossale qu’il perd chaque année parce que justement ses textes sont loin d’être irréprochables.

    Dans ton texte, j’ai noté beaucoup de référence au sérieux et au fait d’être lu « avec plaisir ».

    A aucun moment je n’ai vu de référence à « l’argent perdu » dans ton texte. Et pourtant, si on revient aux principales motivations d’un être humain, l’argent y figure en bonne place pour ne pas dire qu’il est le number one.

    Et quand on parle à un marketeur, on ne devrait lui parler QUE d’argent, car c’est l’unique chose qui l’intéresse, loin, trèèèèès loin devant la réputation et la reconnaissance.

    Moi si j’avais à vendre un service comme le tien, je ne parlerais que de ça. De l’argent perdu à cause des fautes d’orthographe.

    Et il y en a des manières de le faire !

    Déjà, une faute d’orthographe fait sortir le lecteur de la transe dans laquelle un texte de vente devrait le mettre. Avec la propension de l’internaute à zapper plus vite que l’éclair, faire une « grosse » faute d’orthographe dans les 10 premières lignes d’un texte augmente la probabilité de voir partir le lecteur de près de 100%.

    En termes plus simples, sur 100 lecteurs, une lettre de vente en fait fuir en moyenne 20 avant la fin du premier paragraphe (taux constaté sur un test de 2600 lecteurs). Avec une faute d’orthographe, ce nombre passe à 40…

    A 100 lecteurs par jour, ça vous fait 600 lecteurs qui s’enfuient chaque mois. Avec une lettre de vente qui transforme à 2%, ce sont 12 ventes qui s’envolent à cause d’UNE SEULE faute d’orthographe. Avec un produit à 30 €, ce sont donc 360 euros qui partent en fumée chaque mois – soit 4320 € par an -, tout ça parce que vous n’avez pas pris le temps de faire relire votre texte.

    Ensuite, c’est un signe évident de manque d’intérêt pour ses lecteurs, ce qui veut dire que près de 2 personnes sur 10 partiront dès la cinquième faute (nombre fatidique) parce qu’ils auront l’impression que le vendeur n’est pas sérieux et qu’il y a donc une suspiscion possible d’arnaque.

    Pourquoi ? Parce que les fautes d’orthographe dans une lettre de vente représentent le point commun avec plus de 7 arnaques sur 10 constatées.

    Et on pourrait continuer longtemps comme ça.

    Dans ton texte de vente, tu ne devrais parler que d’argent, surtout si tu comptes cibler les marketeurs.

    Rien n’empêche de garder ton argumentaire actuel pour des gens un peu plus érudits, mais pour les marketeurs il faut parler d’argent.

    Pour les bloggeurs, il faut leur parler de… visiteurs, de nombre de pages vues, de taux de rebond, et aussi de crédibilité et de sérieux…

    Dans ce monde de blogging, tout tourne autour des réseaux et de la recommandation. Recommande-t-on SERIEUSEMENT un blog où les articles sont truffés de fautes d’orthographe ? Clairement non !

    Bref, il y a beaucoup à dire sur l’orthographe :)

    Bon courage.

    Yvon

    • Bonjour Yvon,

      merci pour cette réponse, extrêmement intéressante et riche !

      Le positionnement de mon argumentaire n’est pas à proprement parler pensé comme une lettre de vente car : 1. quelqu’un qui arrive sur ce site sait déjà (puisqu’il a cherché) que son orthographe peut poser problème. 2. ce que je dis confirme bien ce qu’il pressent (mais il y a certainement des choses à revoir et à améliorer, j’en ai conscience !).

      En vérité, quelqu’un qui a fait une recherche pour une prestation de ce type est déjà convaincu, il lui reste à faire son choix parmi une très grande quantité de prestataires : tarifs, garantie de sérieux, proximité culturelle,…

      Je te rejoins à 100% sur les constats que tu fais et les pistes que tu donnes à propos du manque à gagner pour tous ceux qui négligent la qualité de leurs textes.

      C’est confirmé par les retours que j’ai, notamment sur de simples CV, sur de simples lettres de motivation : les gens obtiennent des résultats. Et c’est bien ce qui est visé, pas autre chose, certainement pas de se gargariser avec de la « belle écriture ». :D

      Là où effectivement il y aurait un vrai boulot de copywriting à faire (que je n’avais pas vraiment creusé jusque là parce que je voyais ce service comme un service généraliste), c’est vis-à-vis de cette clientèle très particulière constituée par les blogueurs et les marketers. Nous sommes bien d’accord.

      En fait, il y aurait matière à faire des propositions de prestations « segmentées »… je n’y avais pas pensé. ;-)

      Tu as parfaitement raison : le sujet est vaste et il y a beaucoup à en dire… on pourra peut-être développer, plus tard et ailleurs ?

      Amicalement,
      Alexandra

  7. Je ne me sens pas coupable du tout. A vrai dire, je trouve que la vidéo se trompe de cible. Les gens n’applaudisse pas quelqu’un qui trie ses déchets, mais quelqu’un qui le fait à la place de quelqu’un d’autre.

    C’est quoi le message? Transformez-vous en Brigitte bardot des bouteilles en plastiques et flattez votre ego ?

    J’aurais préféré que le flashmob se concentre sur les personnes qui trie naturellement leur déchet, ce qui est bien le message du recyclage aujourd’hui: responsabilisez-vous.

    En plus le lieu de cette vidéo est volontairement mal choisi: un centre commercial! Quel pire endroit pour évaluer un comportement altruiste ?

    Non décidément, je n’aime pas cette vidéo…trop manipulatrice.

    Mon avis n’engage que moi, bien sûr. Je ne souhaite pas déclencher une polémique.

    • Salut Marie Eve

      Oui en fait ils auraient pu aussi applaudir toutes les mères qui passaient et qui s’occupent de leurs gamins en plus de leur boulot…
      Ou encore tous ces chauffeurs de bus qui emmènent nos enfants à l’école sans boire et sans conduire comme des tarés…
      Ou bien encore tous les enfants qui ne sucent plus leur pouce à partir de 3 ans…

      Ce qu’il y a, c’est que ce n’est pas le sujet… :hin:

      Le sujet, c’est une bouteille par terre, 20 personnes qui passent et qui s’en foutent.
      Donc la personne sur 20 qui prend 15 secondes de son temps pour la jeter peut être applaudie.
      D’autant que c’était justement le sujet de cette vidéo. Magique, non ?

      Je te taquine un peu mais il est bon parfois de se concentrer sur le sujet d’une vidéo ou d’un article. Ca évite d’essayer d’enfoncer des portes ouvertes. Bien sûr que ceux qui trient leurs déchets sont de bonnes personnes… Tout comme les maitresses d’école, les assistantes sociales et les médecins… ;)

      Bonne journée

      Yvon

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER