Tu précuis les patates quand tu fais une tartiflette ?

Je viens de recevoir ce texto sur mon téléphone (la phrase qui sert de titre cet article).

Rigolez pas ! C’est un vrai casse-tête !

Pas de signature, pas de mention qui pourrait me faire savoir QUI peut bien m’envoyer un message pareil.

La seule info que j’ai, c’est le numéro de téléphone. Ce qui veut dire que l’envoyeur n’est pas enregistré dans ma base de noms.

Mais de toute évidence, cet expéditeur m’a pris pour l’annuaire, en imaginant que je pourrais me rappeler les 30 ou 40 millions de numéros qui existent et les noms correspondants.

Pour le moins insolite, non ?

telephone"Mais t’es qui toi ??"

J’imagine que ça vous est déjà arrivé à vous aussi.

Ca fait partie de ce que j’appellerais "l’égocentrisme ambiant", qui veut que certaines personnes croient qu’elles sont au centre des pensées de tous leurs contemporains.

Alors qu’évidemment, c’est loin d’être le cas.

Donc, quand on envoie un message à quelqu’un, la moindre des choses serait de s’annoncer, ou au moins de signer.

Parce que forcément moi quand je reçois un texto de ce genre, je réponds exactement ce que j’ai mis sous la photo ci-dessus : "Mais t’es qui, toi ??"

Bien…

Si je vous parle de ça, et en dehors du fait que j’ai résolu le mystère depuis, c’est parce que cette petite mésaventure m’a fait penser à la manière que vous avez de communiquer par mail avec vos clients ou vos membres parfois…

Voyons ça tout de suite…

Faites-vous aussi cette erreur avec vos clients ?

Parfois, quand on écrit à nos clients ou à nos membres, on fait cette erreur de croire qu’ils n’ont que nous en tête.

Ils se sont de toute évidence inscrits sur notre blog ou sur notre liste, mais ça commence à dater.

En général, dès qu’ils se sont inscrits, ils ont reçu une salve de mails de notre part, et là, pas de souci.

Et puis un jour, les mails s’arrêtent

Parce que on ne veut plus en écrire. Parce qu’on se dit qu’ils n’achèteront pas notre produit de toute façon.

Et puis un jour, une opportunité se présente. Et là, vous leur renvoyez un mail, alors que ça fait 2 ou 3 mois qu’ils n’avaient pas eu de vos nouvelles.

Mais entre temps, ils vous ont oublié.

Car ils se sont inscrits sur d’autres sites, et ils ont acheté d’autres produits. Et comme vous ne leur avez pas écrit depuis un moment, forcément, vous n’êtes plus vraiment au centre de leurs pensées.

Donc quand vous leur renvoyez un mail, hé bien ils ont l’impression que vous êtes un inconnu. Et pire, certains pensent même que vous êtes un spammeur.

Ce qui donne parfois lieu à des désabonnements massifs, à des mails vengeurs, ou carrément à des notifications de spam.

Il est donc important de prévoir 3 ou 4 actions pour éviter ce genre de désagréments.

3 de ces solutions sont en rapport avec le copywriting. Celle qui reste est en rapport avec le bon sens.

On va d’ailleurs commencer par elle !

Soignez vos délais

Ecrivez au moins une fois par mois à vos membres. AU MOINS !

L’idéal serait de leur écrire tous les 9-10 jours, soit 3 fois par mois. Ca leur permettrait de s’habituer à vous, à votre nom et à votre style.

Sans être intrusif, vous donnez de vos nouvelles régulièrement. Ils vous connaissent et ils vous reconnaissent, ce qui fait que lorsque vous leur écrivez, ils ne vous prennent pas pour un gêneur.

C’est de loin la meilleure solution pour vous pour ne jamais avoir de souci avec vos emails.

Et comme tout le monde n’est pas pareil, l’idéal est de laisser choisir vos membres à propos de l’intervalle où ils préfèrent être contactés.

C’est ce qui se passe sur ce blog avec la notification des nouveaux articles chaque jour : Vous avez la possibilité de choisir vous-même votre délai.

Mettez un nom d’expéditeur explicite

L’idéal, quand on reçoit un mail, c’est lorsqu’on regarde l’expéditeur, et qu’on identifie de suite qui nous écrit.

Donc si les gens connaissent votre prénom et votre nom, alors le mieux c’est de le mettre tel quel. Du genre : Yvon CAVELIER

Mais l’idéal, c’est de mettre votre prénom – et votre nom si ce n’est pas trop long – et votre site. Du genre :

Yvon [Copywriting Pratique] ou Yvon CAVELIER [Copywriting Pratique]

Là, vous êtes d’accord, l’expéditeur est de suite reconnu.

Quoi qu’il en soit, ne mettez JAMAIS un prénom tout seul.

Déjà parce que c’est ce qui se trouve dans les mails des spammeurs.

Mais aussi parce que cela ne sert pas du tout à vous identifier, surtout si vous avez un prénom répandu comme Olivier, Ludovic, Cédric, Stéphane, Philippe, Christian, Laura, Emma, Alexandra, etc…

N’oubliez pas non plus de signer votre email ;)

Rappelez pourquoi vos membres reçoivent ce mail

Si vous envoyez un mail tous les 15 jours ou tous les mois, ou plus, alors rajoutez impérativement un petit paragraphe au tout début de votre email, juste après avoir dit bonjour, qui reprend :

  • Le nom de votre site et le fait qu’ils s’y sont inscrits
  • Qu’ils peuvent se désabonner à tout moment
  • Le lien de désabonnement se trouve ici (ou en fin de page)

Par exemple, vous pouvez indiquer :

========================================================
Vous recevez ce mail car vous vous êtes inscrit sur le blog de
Mon-Beau-Site-Web.com. Vous pouvez vous désabonner à tout
moment en cliquant sur ce lien : lien-de-désabonnement
========================================================

En lisant ça, ça détend les furieux du clic sur la mention "spam", surtout si vous envoyez un mail à une adresse Gmail, Hotmail, Yahoo, et par extension toutes les adresses email qui se consultent en ligne, où le bouton SPAM est bien visible.

Annoncez le sujet de votre prochain mail

C’est en effet une bonne idée de "teaser" le sujet de votre prochain mail avec quelques puces promesses qui annoncent la couleur.

Si vous n’attendez pas trop longtemps, vous pourrez même rappeler dans le mail d’après les différents sujets que vous aviez abordés dans le mail précédent.

Ca fait une sorte de continuité d’un email à l’autre, et ça permet de cimenter un peu votre relation.

Respectez autant que faire se peut ces 4 points quand vous envoyez vos mails, et vous aurez un taux de désabonnement de votre liste pratiquement inexistant.

Précédent

Pourquoi 6 clients sur 10 n’achèteront JAMAIS votre ebook…

Suivant

La méthode infaillible pour ruiner sa réputation en commentant les blogs…

  1. Christian

    Bonjour,

    Psst : Et pour la tartiflette?

    ;)

    Toujours la base de la correspondance mais toujours aussi utile de le répéter.
    De mémoire, il me semble que l’on peut personnaliser sa signature sur tous les systèmes envois qui existent une bonne fois ou en complétant sa carte de visite. (Je ne suis pas un spécialiste dans ça)
    Messagerie Internet, Smartphone (en profiter pour virer le « envoyé de mon Iphone »), tel portable…
    Et le jour où on a un message anonyme du type « lettre du corbeau » à envoyer, revenir au bon journal avec les lettres à découper (ou les mots si on est un peu fainéant)
    Idem au téléphone, le « c’est moi » peut poser des problèmes d’identification rapide…

    • Bonjour Christian !

      Arf oui, c’est vrai. Bien sûr que je précuis les patates pour la tartiflette ! Avec des lardons et des oignons, pour être précis ! :hin:

      Oui la personnalisation de la signature des spartphones doit sûrement être une bonne idée. D’un autre côté, je n’envoie que très rarement des SMS :-?

  2. Bonjour Yvon,

    Il est 8h18 du matin… et j’ai envie de manger une tartiflette… Merci Yvon :-?

    Cédric

    PS: Bon article

    • Bonjour,

      Alors pour la tartiflette , moi je fais revenir mes pommes de terre dans de la graisse de canard, et au lieu des lardons, je mets soit des cubes de canard fumé, ou j’effiloche deux cuisses de canard confit. Excellent mais calorique !!!

      Excellent article, mais je m’aperçois que l’on est tous beaucoup plus accroché par le titre, belle démonstration d’un titre qui donne envie de lire la suite.
      On voit le maître.

      Bonne journée à tous
      Marie-Do

      • Bonjour Marie-Do !

        Haaaa une tartiflette au canard !! Bon sang, qu’on m’amène un crucifix !!! :D
        Et tu fais ça avec du « r’bloch » comme on dit chez moi ? Ou tu remplaces par du munster ??? :-x

        Pour le titre, faut t’en prendre à la cousine « egocentrix » qui se croit le centre du monde :hin: Je n’ai fait que recopier son sms !

        Merci en tout cas pour ton commentaire sympa !

        • J’ai essayé avec les deux, mais le munster, « qui est un fromage qui pue », tue un peu le gout du canard.
          Pour tout ceux qui sont habitués à manger devant leur écran des plats surgelés ou tout prets, et je sais qu’ils sont nombreux, et qui n’ont pas le temps ou ne savent pas préparer une tartiflette, voici une petite recette qui vous demandera 5 minutes.

          :super: Couper de grandes tartines de pain
          Tartiner les de crèmes fraiches
          Mettez les cubes de canard ou de jambons dessus
          Recouvrez de tranches de munster ou reblochon
          Et zou, au four, 5 à 10 mn
          Si les patates vous manquent, un paquet de chips fera l’affaire.
          Et eventuellement « Ein Bier » :beer: pour faire descendre.

          Bon appétit

          Marie-Do

        • Pourquoi s’indigner quand on voit une recette différente de tartiflette ?
          Ce n’est pas une recette ancestrale de gastronomie française ( qui elles méritent le respect). C’est juste une recette inventée dans un but commerciale dans les années 80 par le Syndicat Interprofessionnel du Reblochon pour favoriser les ventes du reblochon qui, à l’époque, n’allaient pas fort. Donc du moment qu’il y a du « R’bloch » c’est bon, on respect les origines, ou du moins la volonté des créateurs.

          Mise à part ça, le titre est très surpenant sur un blog comme le tien, et ça attire forcement.

  3. En tout cas, ce n’est pas moi pour le SMS, moi je suis plutôt gratin dauphinois et je ne cuis les pommes de terre avant ! ;-)

    une technique que j’ai utilisé par le passé: quand il y a des interphones et que je dois rentrer sans connaitre personne dans le bâtiment. Je sonnait n’importe où et je disais « c’est moi » en modifiant ma voix. 2 fois sur 3 çà ouvrait et quand çà ouvrait pas, on me dit  » qui moi ? » … alors je répondais sans me démonter » je me suis trompé de bouton, je vais à l’étage du dessus » et on m’ouvrait gentiment ….
    Parfois ne pas personnaliser a du bon … LOL

    • Hé bien dis donc Olivier, toi tu es le roi de la débrouille quand il s’agit de convaincre dans la rue !!

      Tu n’as jamais pensé à rassembler toutes ces histoires dans un bouquin ? Parce que ça ferait un beau carton !! Entre la moitié d’une paire de gants, le post-it sur le CV et l’interphone, on a déjà 3 trucs de malade !! :super:

      • Christian

        Il a du faire du taptap.

      • Allez bonne idée, je me lance sur ce « créneau » d’histoires…
        mais tu sais, ya rien d’extraordinaire, c’est juste des récits
        de terrain.. ;-)

  4. Bonjour Yvon,

    Merci beaucoup pour tous ces rappels utiles !

    Excellente photo qui m’a fait rire.

    Bonne après-midi,
    Emilie.

  5. mademoiselle-s

    Quel titre accrocheur : bien joué !
    :-)
    La newsletter voilà un outil que j’utilise peu, en fait je n’ai pas le temps de faire un joli truc bien présenté, je suis perfectionniste … trop parfois.

    Par contre je me présente toujours lorsque j’envoie des mails ; c’est un réflexe acquis au boulot, surtout lorsque je contacte des fournisseurs, ça évite que mon mail ne passe à la trappe. Et je constate que cela fonctionne puisque j’ai toujours des réponses rapides et concluantes.
    ;)

    • Tu sais il parait que la newsletter en texte simple, c’est ce qui fonctionne le mieux. Donc pas besoin de faire trop parfait :)

      La présentation en début de mail c’est nickel, surtout pour de l’info.

      Pour des mails qui t’incitent à l’action par contre, il vaut mieux commencer par parler de la personne à qui tu écris, et te présenter au deuxième paragraphe.

      Question de perception ;)

  6. Simon

    Salut Yvon,

    Tu dis « ajoutez impérativement un petit paragraphe au tout début de votre email », qui rappelle pourquoi la personne est inscrite, et comment elle peut se désabonner.
    D’un autre côté, des gens comme Frank Kern, encore récemment, recommandent de bien soigner sa première ligne, car désormais elle apparaît dans les webmails avant même l’ouverture du mail.
    En gros, selon cette « école », la 1ère ligne fait maintenant partie intégrante de l’accroche, en plus du titre.

    Qu’en penses-tu ?

    Simon

    Simon

    • Bonjour Simon

      J’en pense que c’est une bonne idée quand il s’agit d’un mail qui incite à l’action – comme je le disais ci-dessus. Idem dans le cadre d’envois de mails récurrents.

      Par contre, si ça fait 2 mois que tu n’as pas contacté tes clients, alors là il vaut mieux mettre le petit paragraphe en question et qu’ils le voient bien avant d’ouvrir le mail, sinon, ils ne l’ouvrent pas :)

  7. Et bien, je suis ravie de tomber sur cet article ! et surtout sur le blog ! Je suis une ancienne rédactrice/journaliste/traductrice qui revient dans le métier en utilisant les moyens modernes. Je suis en formation continue ….. à jamais je crois. Outre l’inspiration, il est nécessaire d’avoir un peu de technique.
    J’ai plusieurs ouvrages qui m’ont toujours inspiré. J’ai reçu dernièrement une méthode de l ‘Américain Bob Bly « How to become a millionaire writer ». Est-ce que vous connaissez ? et qu’en pensez-vous ?
    Bon succès à vous et au blog !

    • Bonjour Emmanuelle
      Merci pour ce premier commentaire et bienvenue ici.

      Je n’ai pas essayé la méthode de Bob BLY. Je ne peux donc pas en dire grand chose.
      Je suis abonné à sa liste, par contre, et ses emails sont vraiment très puissants, quoique un peu trop fréquents à mon goût.

      Bonne journée et bon succès également !

      Yvon

  8. Erwin

    Merci pour ce recapitulatif, clair et organisé! A garder, et à appliquer.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER