Je viens de recevoir ce SMS sur mon téléphone (la phrase qui sert de titre à cet article).

Rigolez pas ! C’est un vrai casse-tête !

Pas de signature, pas de mention qui pourrait me faire savoir QUI peut bien m’envoyer un message pareil.

La seule info que j’ai, c’est le numéro de téléphone. Ce qui veut dire que l’envoyeur n’est pas enregistré dans ma base de noms.

Mais de toute évidence, cet expéditeur m’a pris pour l’annuaire, en imaginant que je pourrais me rappeler les 30 ou 40 millions de numéros qui existent et les noms correspondants.

Pour le moins insolite, non ?

telephone« Mais t’es qui toi ??« 

J’imagine que ça vous est déjà arrivé à vous aussi.

Ca fait partie de ce que j’appellerais « l’égocentrisme ambiant », qui veut que certaines personnes croient qu’elles sont au centre des pensées de tous leurs contemporains.

Alors qu’évidemment, c’est loin d’être le cas.

Donc, quand on envoie un message à quelqu’un, la moindre des choses serait de s’annoncer, ou au moins de signer.

Parce que forcément moi quand je reçois un texto de ce genre, je réponds exactement ce que j’ai mis sous la photo ci-dessus : « Mais t’es qui, toi ?? »

Bien…

Si je vous parle de ça, et en dehors du fait que j’ai résolu le mystère depuis, c’est parce que cette petite mésaventure m’a fait penser à la manière que vous avez de communiquer par mail avec vos clients ou vos membres parfois…

Voyons ça tout de suite…

Faites-vous aussi cette erreur avec vos clients ?

Parfois, quand on écrit à nos clients ou à nos membres, on fait cette erreur de croire qu’ils n’ont que nous en tête.

Ils se sont de toute évidence inscrits sur notre blog ou sur notre liste, mais ça commence à dater.

En général, dès qu’ils se sont inscrits, ils ont reçu une salve de mails de notre part, et là, pas de souci.

Et puis un jour, les mails s’arrêtent

Parce que on ne veut plus en écrire. Parce qu’on se dit qu’ils n’achèteront pas notre produit de toute façon.

Et puis un jour, une opportunité se présente. Et là, vous leur renvoyez un mail, alors que ça fait 2 ou 3 mois qu’ils n’avaient pas eu de vos nouvelles.

Mais entre temps, ils vous ont oublié.

Car ils se sont inscrits sur d’autres sites, et ils ont acheté d’autres produits. Et comme vous ne leur avez pas écrit depuis un moment, forcément, vous n’êtes plus vraiment au centre de leurs pensées.

Donc quand vous leur renvoyez un mail, hé bien ils ont l’impression que vous êtes un inconnu. Et pire, certains pensent même que vous êtes un spammeur.

Ce qui donne parfois lieu à des désabonnements massifs, à des mails vengeurs, ou carrément à des notifications de spam.

Il est donc important de prévoir 3 ou 4 actions pour éviter ce genre de désagréments.

3 de ces solutions sont en rapport avec le copywriting. Celle qui reste est en rapport avec le bon sens.

On va d’ailleurs commencer par elle !

Soignez vos délais

Ecrivez au moins une fois par mois à vos membres. AU MOINS !

L’idéal serait de leur écrire tous les 9-10 jours, soit 3 fois par mois. Ca leur permettrait de s’habituer à vous, à votre nom et à votre style.

Sans être intrusif, vous donnez de vos nouvelles régulièrement. Ils vous connaissent et ils vous reconnaissent, ce qui fait que lorsque vous leur écrivez, ils ne vous prennent pas pour un gêneur.

C’est de loin la meilleure solution pour vous pour ne jamais avoir de souci avec vos emails.

Et comme tout le monde n’est pas pareil, l’idéal est de laisser choisir vos membres à propos de l’intervalle où ils préfèrent être contactés.

C’est ce qui se passe sur ce blog avec la notification des nouveaux articles chaque jour : Vous avez la possibilité de choisir vous-même votre délai.

Mettez un nom d’expéditeur explicite

L’idéal, quand on reçoit un mail, c’est lorsqu’on regarde l’expéditeur, et qu’on identifie de suite qui nous écrit.

Donc si les gens connaissent votre prénom et votre nom, alors le mieux c’est de le mettre tel quel. Du genre : Yvon CAVELIER

Mais l’idéal, c’est de mettre votre prénom – et votre nom si ce n’est pas trop long – et votre site. Du genre :

Yvon [Copywriting Pratique] ou Yvon CAVELIER [Copywriting Pratique]

Là, vous êtes d’accord, l’expéditeur est de suite reconnu.

Quoi qu’il en soit, ne mettez JAMAIS un prénom tout seul.

Déjà parce que c’est ce qui se trouve dans les mails des spammeurs.

Mais aussi parce que cela ne sert pas du tout à vous identifier, surtout si vous avez un prénom répandu comme Olivier, Ludovic, Cédric, Stéphane, Philippe, Christian, Laura, Emma, Alexandra, etc…

N’oubliez pas non plus de signer votre email ;)

Rappelez pourquoi vos membres reçoivent ce mail

Si vous envoyez un mail tous les 15 jours ou tous les mois, ou plus, alors rajoutez impérativement un petit paragraphe au tout début de votre email, juste après avoir dit bonjour, qui reprend :

  • Le nom de votre site et le fait qu’ils s’y sont inscrits
  • Qu’ils peuvent se désabonner à tout moment
  • Le lien de désabonnement se trouve ici (ou en fin de page)

Par exemple, vous pouvez indiquer :

========================================================
Vous recevez ce mail car vous vous êtes inscrit sur le blog de
Mon-Beau-Site-Web.com. Vous pouvez vous désabonner à tout
moment en cliquant sur ce lien : lien-de-désabonnement
========================================================

En lisant ça, ça détend les furieux du clic sur la mention « spam », surtout si vous envoyez un mail à une adresse Gmail, Hotmail, Yahoo, et par extension toutes les adresses email qui se consultent en ligne, où le bouton SPAM est bien visible.

Annoncez le sujet de votre prochain mail

C’est en effet une bonne idée de « teaser » le sujet de votre prochain mail avec quelques puces promesses qui annoncent la couleur.

Si vous n’attendez pas trop longtemps, vous pourrez même rappeler dans le mail d’après les différents sujets que vous aviez abordés dans le mail précédent.

Ca fait une sorte de continuité d’un email à l’autre, et ça permet de cimenter un peu votre relation.

Respectez autant que faire se peut ces 4 points quand vous envoyez vos mails, et vous aurez un taux de désabonnement de votre liste pratiquement inexistant.