RSS FB
 

Procédure : Comment opérer quelqu’un de l’appendicite avec un Kindle en 3 étapes faciles

10 avr

 a voisine se plaint d’une douleur fulgurante au ventre. Et comme j’aime bien ma voisine, j’ai envie de l’aider.

Quand j’étais jeune, j’ai étudié un peu la médecine (ma mère m’avait acheté “le petit médecin illustré” et j’ai adoré ça), alors je sais maintenant “d’instinct” que ma voisine fait une crise d’appendicite.

Ca tombe bien, je sais comment opérer d’une appendicite, parce qu’un de mes amis chirurgien me l’a expliqué un jour.

J’en parle donc à ma voisine, et je lui dis : “Couche-toi là, je vais t’opérer d’une appendicite.

kindle-operation-appendicite-couche

Elle me dit “OK ! J’ai trop mal. Tu sais comment faire ?”

Je lui réponds que oui, parce que je me rappelle de la procédure qu’on m’avait expliqué.

J’ai même eu l’idée d’en faire un produit numérique :

Comment opérer d’une appendicite

Etape 1 : Stérilisation

Enfilez une blouse stérile. Mettez un masque. Allez vous laver les mains dans un bac stérile avec une eau stérile.

Puis séchez-vous les mains dans un torchon stérile. Ensuite, enfilez des gants en latex stériles, ne touchez plus à rien, et rentrez dans la salle d’opération (ou dans votre garage, ça dépend où est le patient).

Etape 2 : Opération

Approchez-vous de la personne à opérer d’un pas alerte, saisissez le scalpel n°15, et entaillez précisément à l’endroit où se situe l’appendice de la personne. Voyez le schéma ci-dessous pour le localiser :

kindle-operation-appendicite

Epongez.

Puis cherchez l’appendice, et quand vous l’avez, hop, coupez-le d’un geste ferme.

Etape 3 : Couture et pansement

Ensuite, saisissez du fil stérile, puis une aiguille stérile, et recousez le bout de l’appendice. Juste après, faites de même avec l’ouverture sur l’abdomen.

Essuyez, nettoyez, désinfectez, et mettez un pansement.

Et voilà ! Vous avez vu ? Sympa non, une opération de l’appendicite ?

...

Et si on était sérieux 3 minutes ?

Je me tiens le bide de rire quand j’imagine votre tête quand vous avez lu ça. Vous avez dû vous dire :

“C’est bon. Le Yvon a décartonné de la citrouille, faut l’enfermer.”

Oui, vous avez raison.

Cette entrée en matière était bien une blague.

Parce que même si la procédure est simple, facile et rapide, il faut au minimum 7 ans d’étude pour savoir réellement quoi faire en cas de souci lors d’une opération pareille.

Sans parler des outils et de l’endroit adéquate pour le faire.

Et franchement, même le plus idiot de la planète ne proposerait pas à sa voisine – ou à qui que ce soit d’autre d’ailleurs - de l’opérer d’une appendicite à moins d’avoir l’intention de l’assassiner.

Ca vous semble logique, pas vrai ?

Vous n’iriez pas proposer ça à votre voisine si vous n’êtes pas chirurgien ?

Logique.

Et pourtant, même si cette histoire est dure à avaler, je ne peux m’empêcher d’y penser quand on me parle de...

Publier sur kindle

Vous savez le dernier sujet de formation à la mode : Publiez votre ebook sur Kindle !

Depuis quelques mois je vois des dizaines, des centaines de publications sortir les unes après les autres. 7 euros, 17 euros, 27 euros, 97 euros...

Tous les prix. Toutes les qualités.

D’un point de vue strictement “produit”, pourquoi pas ?

Je veux dire que ce genre de publication – en tout cas celles que j’ai testées – vous expliquent de long en large :

  • comment vous inscrire sur Amazon,
  • comment vous servir de l’outil de publication sur Kindle,
  • comment faire votre promo,
  • comment faire du trafic,
  • comment sélectionner des sujets vendeurs...

OK ! Ce sont des guides PRATIQUES comme d’autres sur d’autres sujets.

Ce qui me dérange fortement, c’est l’argumentation qui va derrière. Le message véhiculé pour appâter le chaland.

Encore une fois, il est exagéré, et totalement en décalage avec ce qui est fourni.

On vous parle – encore une fois – de devenir riche ou d’avoir du succès sans rien faire. C’est dit avec des mots plus légers du style :

  • Devenez indépendant même en dormant,
  • Générez facilement des revenus sur Internet en ne faisant presque rien,
  • Publiez une fois et gagnez une rente à vie,
  • Devenez aussi riche que l’auteur d’Harry Potter...

Soyons sérieux 5 minutes !

Le Kindle, c’est un OUTIL. C’est comme le scalpel du chirurgien.

Vous pouvez apprendre à le manier avec une procédure en plusieurs étapes, mais ça ne fera pas de vous un auteur à succès pour autant.

Parce qu’une fois qu’on a enlevé l’outil, il reste le livre produit et la personne qui l’a écrit.

Et si cette personne était une quiche en écriture avant d’utiliser l’outil, alors l’outil n’y changera rien : elle restera nulle et son livre numérique ne sera qu’une grosse daube qui viendra grossir la pile de grosses daubes qui trainent dans la boutique Kindle.

Parce que si toutes ces publications vous apprennent à vous servir de l’outil, elles ne vous apprennent certainement pas à écrire comme il faut.

Et elles ne vous apprennent certainement pas à avoir du succès.

En tout cas, elles ne peuvent pas vous le garantir.

Surtout que lorsqu’on regarde ce qui fleurit dans la boutique Kindle depuis quelques mois, franchement, il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur un quelconque succès via ce moyen.

Parce que depuis qu’on a ouvert les vannes de cette publication sur Kindle, alors on voit fleurir des bouquins de 20 pages qui se déclarent comme étant de véritables chef d’œuvres.

Et au final, on se retrouve avec un pauvre livre qui ne propose que du vide à ses lecteurs.

Et même à 2 euros, le vide c’est cher.

Le succès d’un livre n’est pas lié au support

Que vous publiez un vrai livre auprès d’une vraie maison d’édition, ou que vous le publiez vous-même chez Lulu, chez Amazon, ou même simplement chez vous, c’est exactement la même chose en terme de succès :

Ce qui fait le succès d’un livre, ce n’est ni l’endroit où il se trouve, ni le support sur lequel il est publié, ni la puissance du marketing qu’il y a derrière.

Non.

Ce qui fait le succès d’un livre, c’est :

  • Son titre et de quoi il parle (le fond),
  • Comment il est écrit (la forme),
  • Ce que les premiers lecteurs en disent et SURTOUT s’ils le recommandent (le ressenti)

Et concernant ce dernier point, sur la boutique Kindle, c’est DE LOIN ce qui sera le seul et unique vecteur de réussite de votre ouvrage.

Et ça, si votre livre est une belle daube (ou qu’il est ressenti comme tel), alors la sentence sera immédiate et terrible.

Je ne vous donnerai que 3 exemples, bien qu’il y en ait des centaines.

Allez lire les commentaires liés à ce livre sur Amazon, et également celui-ci et celui-ci.

Qu’il s’agisse du fond ou de la forme, les commentaires des clients déterminent généralement le sort (positif ou négatif) de votre livre.

Alors avant de plonger tête baissée dans une “formation” pour publier sur Kindle parce que vous pensez que vous allez devenir millionnaire avec vos ouvrages, assurez-vous AVANT que vous savez écrire.

Et si ce n’est pas le cas, alors formez vous D’ABORD à l’écriture avant tout le reste. Ou alors faites vous assister.

Tant pour la rédaction que pour la correction.

A l’intention de celles et ceux qui vendent des formations au Kindle

Cet article est là à cause de vous. En tout cas à cause de beaucoup d’entre vous.

Quand je lis des accroches du style de celles que j’ai mises en exemple ci-dessus, ça m’énerve.

Cela me donne l’impression de revenir 5 ans en arrière quand on voyait les pages de vente pour des systèmes pyramidaux. Ou pour des ouvrages de 15 pages qui vous expliquaient comment gagner de l’argent en revendant à l’infini le système pour gagner de l’argent.

En véhiculant ce message de facilité, de succès et d’argent facile avec le Kindle, en ne prévenant pas vos clients de ce qui les attend réellement, vous faites passer les acteurs sérieux de l’édition pour des charlots.

Et les copywriters pour des marchands de chameau.

Et vous vous apprêtez à faire évoluer les règles d’Amazon.

Comme ça a été le cas avec E-Bay, qui a décidé un jour qu’on n’avait plus le droit de vendre des ebooks chez eux suite aux abus constatés.

Ca en prend le même chemin.

Amazon ferme des comptes par milliers aux USA. Et c’est loin d’être terminé.

Je vous recommande donc d’adapter votre message à la réalité.

De dire aux gens que vous leur fournissez les outils pour qu’ils puissent publier eux même leur ouvrage sur Amazon, ce qui est déjà une très bonne chose en soi.

Il y a des centaines de manières d’argumenter pour ce genre de choses :

  • Gagnez du temps
  • Evitez les erreurs
  • Devenez votre propre éditeur gratuitement
  • Prenez les raccourcis
  • Suivez les étapes de A à Z
  • etc.

Mais en leur assurant un succès (et des gains) que vous ne POUVEZ pas leur garantir, vous vous aventurez sur un terrain très glissant.

Et si vous en doutez, laissez-moi conclure cet article avec un fait tout ce qu’il y a de plus avéré :

L’ancien directeur de la Fnac de Grenoble est l’un de mes amis.

Il est aujourd’hui parti ailleurs, mais il m’a raconté comment ça se passait à la Fnac avec les nouveaux ouvrages reçus.

En fait, il recevait environ 20 nouveaux livres par semaine. Des livres qu’il était obligé de garder en vente pendant au moins 6 mois avant de les renvoyer.

Ce qui donne donc environ 520 nouveaux livres à vendre tous les 6 mois.

Sur ce nombre de livres, à votre avis, combien ne voyaient PAS un seul de leur exemplaire de vendu en 6 mois ?

Une idée ?

Voici la réponse : 470 Smile

Ce qui veut dire que 90% des livres qu’il recevait ne se vendaient tout simplement pas. ZERO vente !

Ils étaient pourtant sur les étagères, avec les autres...

Et parmi la cinquantaine qui se vendait, UN SEUL dépassait les 20 ventes en 6 mois !

Bref... Ne croyez pas que parce que c’est facile de publier un livre sur Kindle, cela va être aussi facile de le vendre.

Amazon propose de bons systèmes de vente, mais le succès dépendra toujours de la qualité du livre et SURTOUT de ce que les premiers clients en diront.

Et ça, vos formations n’y changeront jamais rien !

Autant prévenir vos clients et adapter votre message tout de suite avant de passer pour quelqu'un de pas franchement sérieux. Winking smile

 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Et si on restait encore un peu ensemble ? Choisissez :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags: , , , ,

N'ayez pas peur de donner votre avis :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. Hervé

    10 avril 2012 at 19 h 15 min

    Yvon,

    Je veux bien tout croire mais j’ai du mal à croire que vraiment beaucoup de personnes se laissent berner.

    Certains diront que tant qu’il y a des bobos pour acheter, il y aura des gens pour produire et vendre.

    Ce qui est dommage c’est que quelqu’un qui se fait prendre n’achètera peut être la prochaine fois le bouquin qu’il lui fallait avec une vraie valeur ajoutée et que là il passe à coté de quelque chose.

    Merci pour la blague au départ, je me suis posé des questions en effet sur ta santé :-P

    Au plaisir

     
  2. Gino

    10 avril 2012 at 19 h 36 min

    Bonjour Yvon,

    Ça fait longtemps que je ne t’ai pas écris, je te lis à tous les jours encore mais j’ai moins le temps de commenter dernièrement mais ton sujet me touche aujourd’hui car je me prépare à publier des livres pour le kindle, j’en ai déjà un à mon actif, un petit livre pratique dans un domaine très éloigné de ce que je fais.

    Comme je m’intéresse au sujet de la publication, j’ai acheté des livres pour la publication Kindle, il y’en a un super intéressant et très complet qui se nomme Publier sur Kindle et avec CreateSpace – Nouvelle édition 2012 pour ceux ou celles qui veulent publier! Ce n’est pas à moi :-)

    Tu as raison de dire qu’il y a des livres « poubelle », ces livres vont se faire carrément sortir par la critique. Je trouve insensé de vouloir publier un livre qui contient plein de fautes, sans images de couvertures, sans table de matière cliquable, en résumé, qui ne donne pas tout ce que le client attend d’un livre électronique.

    J’ai même vu un livre qui montrait aux gens à faire de l’argent sur Kindle… qui n’était pas vendu sur Kindle. :haha:

    Le contenu doit être intéressant et la description doit ressembler à la réalité sinon le lecteur sera déçu.

    En général, j’ai fais de belles découvertes mais parfois le sujet est superficiellement effleuré.

    Je prépare une formation sur le sujet mais sur le côté technique, ce sera axé sur le pratique et soit assuré que je ne vendrai pas l’idée de devenir millionnaire à écrire des livres, ma formation sera vendue comme une aide technique pour préparer son livre à la vente sur différentes plate-forme et sauver beaucoup de temps de recherche.

    Salut Yvon, tu m’as fait bien rigoler avec l’appendicite!

    Gino

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 9 h 19 min

      Salut Gino

      Voilà c’est exactement ce que je disais ci-dessous : Une aide technique est parfaite dans le sens où elle sert à gagner du temps.
      Tant que tu ne parles de pas de succès futur obligé, alors tout ira très bien pour moi :)

      Bonne journée

      Yvon

       
  3. Alexis Bohnamy

    10 avril 2012 at 20 h 02 min

    Hey Yvon,

    J’ai suivi plusieurs méthodes moi aussi et je dois avouer que c’est du vide total, en effet.

    On nous apprend à uploader un fichier sur leur serveur, écrire un titre et trouver quelques mots clés… bref, on s’y ennuie.

    Parce que dans ces méthodes il faut déjà avoir écrit son livre, et ces gens là ne donnent pas de méthode pour cette étape.
    Ils préfèrent se faire du fric en vendant la procédure de publication. Mais publier sur Kindle c’est bidon ! tout est indiqué, pas besoin de méthode !

    Il y a toutefois un livre qui est vraiment sympa et qui guide le lecteur de A à Z. En plus, il ne coûte que 2€ ; ce qui est génial c’est qu’on s’attend à du vent, mais on a en réalité une vraie accompagnatrice utile et efficace.

    « Publier sur Kindle avec CreatSpace

    Franchement, il vaut le détour, et pour 2€, c’est vraiment une aubaine.

    N’empêche, je me suis aussi à un moment demandé si tu n’étais pas bon à être enfermé :p
    Bien joué ;)
    Alexis

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 9 h 16 min

      Salut Alexis

      Il ne faut pas non plus exagérer hein ?
      Quand on ne connait pas une procédure, il est facile de se tromper et de perdre du temps.

      Une personne qui a le sens pédagogique, qui a suivi la procédure à la lettre et qui a trouvé des moyens d’aller plus vite, de prendre des raccourcis pour gagner du temps et qui a trouvé des petits trucs sympas pour être un peu plus efficace a tout à fait le droit de publier un ouvrage sur la question. Si c’est bien expliqué, les prochains utilisateurs gagneront du temps et ne feront pas d’erreur. Et ça c’est parfait.

      Je n’ai absolument pas de souci avec ça. Les guides pratiques servent à aller plus vite. A gagner du temps. Ils sont utiles et partent d’une excellente intention.

      Ce qui me dérange, c’est promesse qui est faite avec ce genre d’ouvrage. La notion de succès facile et de réussite obligée alors que ce n’est pas du tout le sujet.

      Moi, si je dois acheter un livre pour apprendre comment publier son livre sur Amazon, je m’attends à une procédure qui me prend par la main du début à la fin POUR PUBLIER.
      Pas pour écrire mon livre.

      Quand tu achètes un guide qui t’explique comment entretenir ta voiture pour la garder plus longtemps, tu ne t’attends pas à ce qu’on t’explique comment fabriquer une voiture si ?

      Ici c’est pareil. Donc j’accepte qu’on me dise un truc du genre : Suivez ce guide et vous ne ferez plus jamais d’erreur en publiant votre livre sur Amazon. Vous connaitrez mes petits trucs pour…

      Celui qui me parle de succès et de réussite facile se fout de moi parce que primo il ne sait pas de quoi parle mon livre, et secundo il n’a absolument pas les moyens de savoir s’il va avoir du succès ou pas. Les maisons d’éditions, en connaissant le livre par coeur, en l’ayant remanié à près de 75% n’arrivent déjà pas à dire q’il va marcher, alors que pourrait donc savoir un mec qui n’a même pas encore vu le livre ?

      C’est une diablerie de dire le contraire !

      Merci pour le lien que tu as mis, je vais aller acheter ce livre de ce pas :)

      Bonne journée

      Yvon

       
  4. cosmicps3

    10 avril 2012 at 20 h 02 min

    Merci pour cet article Yvon. J’avoue m’être demandé où tu voulais en venir avec cette histoire de médecine ! Nouveau lecteur, je me suis posé quelques questions sur ton état mental j’avoue… Malheureusement, on retrouve sur Kindle ce qui est aussi proposé comme formation pour devenir « blogueur pro ». Le Kindle n’est qu’une autre interface. Ayant travaillé en Fnac au rayon livres, je confirme par ailleurs les dires de ton ami de la Fnac de Grenoble. Ceux qui s’en sortent le mieux sont bien sûr les auteurs connus. Ensuite, il faut bien de la chance pour espérer vendre un ouvrage. Même un auteur de talent, mais totalement inconnu risque de ramer bien fort s’il n’est pas soutenu par sa maison d’édition derrière. Les clients aiment les valeurs sûres. Heureusement qu’il y a des gens comme toi (et Stéphane de 4H18 par exemple) pour dénoncer ces pratiques.

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 9 h 06 min

      Bonjour et bienvenue ici.

      Oui pour l’état mental, c’était un peu voulu. En outre, il n’est pas très loin de la réalité malgré tout :hin:

      Merci d’avoir confirmé pour la FNAC. On en revient toujours à la même chose. Ce qui compte, c’est d’abord et avant tout la campagne de communication qui est derrière chaque livre. En tout cas au départ. Après, avec les commentaires client, le livre se vend tout seul (ou pas).

      Ce serait d’ailleurs excellent si les magasins Fnac permettaient au client, avec un QRCode par exemple, d’avoir accès aux commentaires des clients sur le livre qu’ils sont en train de feuilleter. Une idée de développement, pourquoi pas.

      Bonne journée

      Yvon

       
      • cosmicps3

        12 avril 2012 at 19 h 34 min

        Hello Yvon. Les utilisateurs d’iPhone (je ne sais pas pour Androïd) peuvent avoir assez aux avis des internautes sur les livres par le biais de l’appli gratuite Fnac.com : tu scannes le code-barres et hop, tu as accès à la fiche produit et aux avis.

         
        • Yvon

          12 avril 2012 at 19 h 57 min

          Salut Christophe
          Ha oui ? Excellent. Je ne le savais pas.
          Je vais me renseigner pour savoir si ça a eu un impact.
          Tu as remarqué un changement dans les ventes quand ce truc a été mis en place ou rien du tout ?

           
          • cosmicps3

            12 avril 2012 at 20 h 14 min

            Je ne saurais pas te dire si ça a eu un impact sur les ventes de livres. Je sais par contre que ça a un impact sur le reste du magasin par contre. Les clients se servent de l’appli pour comparer le prix internet et magasin. Pour lire les avis aussi bien sûr. Je pense surtout que c’est un plus qui permet d’aider le client dans son choix, mais qui ne joue pas vraiment significativement sur les ventes elle-mêmes.

             
  5. Manuel @affiliation emarketing

    10 avril 2012 at 20 h 06 min

    Bonjour Yvon,
    Je me posait la même question que toi en voyant toute cette frénésie pour la publication sur kindle. Je me suis inscrit à une formation qui se base plus sur la création de contenu de qualité.
    Certes comme tu dis on ne devient pas écrivain du jour au lendemain mais on a plus de chance en partant sur de bonnes bases.

    P.S pour ton histoire d’intro, je n’y ai pas cru :)
    Manuel

     
  6. Johann

    10 avril 2012 at 20 h 16 min

    Bonjour Yvon,

    Merci pour cette bonne piqure de rappel. Je pense que beaucoup de marketeurs surfent sur cette tendance pour vendre du rêve et faire croire au gens que n’importe qui peut devenir un écrivain à succès.
    C »est la meme problématique que gagner de l’argent avec un blog ou toutes les autres nouvelles modes d’argent facile.

    J’ai moi même auto-édité mon livre sur lulu et Kindle mais pas dans le but de faire de l’argent ou gagner ma vie avec, mais plutot dans celui de faire passer des idées et un message. Je n’ai pas encore fait de gros travail marketing dessus pourtant il se vend bien mais uniquement parceque j’ai énormément travaillé à côté, rien ne s’est fait par magie, tout comme mes autres produits.

    Avec toutes ces nouvelles tendances de rué vers l’or sur le web, seuls ceux qui se démarquent et apportent de la qualité et de la valeur réussiront, ce qui sera encore plus dure avec ces nouvelles « poubelles » du web. Les vrais témoignages clients ressortiront toujours.

    Il est peut être plus facile de se lancer avec peu de moyen, mais je pense que paradoxalement il est aussi plus difficile de se différencier car tout le monde fait la même chose.

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 9 h 02 min

      Bonjour Johann

      Il est peut être plus facile de se lancer avec peu de moyen, mais je pense que paradoxalement il est aussi plus difficile de se différencier car tout le monde fait la même chose.

      Tout à fait ! Le fait de pouvoir se lancer avec rien ne devrait pas occulter le fait que ce n’est que 25 % du chemin.

      Tant que le livre ne s’est pas vendu en quantité suffisante, ça reste un ouvrage parmi tous les autres.
      La communication autour de ce livre doit être la même que pour un livre normal et c’est uniquement à ce prix que le succès sera là.
      On s’aperçoit alors qu’Amazon n’est qu’une plateforme lambda. Au même titre que Lulu ou même que ton site perso. L’important est que le monde voit ton livre et sait qu’il existe. Si tu ne le dis pas toi, ce n’est certainement pas Amazon qui le fera à ta place. en tout cas au début.
      Et si le livre en question est de la daube, ça n’arrivera jamais !

      Bonne journée

      Yvon

       
  7. Pascale

    10 avril 2012 at 20 h 19 min

    Bonjour Yvon,

    Merci pour cet article qui va à contre-courant
    de tout ce que l’on reçoit comme offres pour publier
    sur le Kindle.
    A ce sujet, j’ai acheté une formation anglophone et une francophone.
    Les deux promettent monts et merveilles mais ne sont pas vraiment « pratiques ». Ce sont des « avalanches » de pourquoi il est intéressant de publier sur le kindle et des promesses hasardeuses.
    J’ai acheté quelques Kindle anglophones sur ma thématique, en me basant sur les commentaires, et j’ai été très surprise du manque de qualité, autant au niveau du contenu que de la forme.
    On prédit l’explosion du livre numérique, du côté francophone, depuis plusieurs années. Cela semble arriver avec le Kindle et d’autres plates-formes mais le soufflé retombera bien vite si la qualité n’est pas au rendez-vous.
    Alors oui pour l’idée de Gino de procurer un guide technique et super oui à Yvon car un contenu vide, même bien présenté, est toujours vide.
    Pour Gino : les deux formations que j’ai achetées parlent vaguement du formatage « texte » et pas du tout du formatage « image » ou « partition ». Comme je suis dans la musique, je veux publier des partitions (donc des images en continu) .
    Je ne suis pas la seule…
    Un petit chapitre supplémentaire dans votre ouvrage ?

    Bien cordialement,
    Pascale

     
    • Gino

      10 avril 2012 at 20 h 33 min

      Bonjour Pasquale,

      Pour les images, j’ai fais quelques tests et c’est pas évident pour cette partie de formation, lors de la conversion du fichier chez amazon, il semble que certaines modifs sont apportées au document source.

      Quelles sont tes dimensions d’images en pixels?, je pourrais faire des tests plus approfondis pour que ton expérience soit des plus agréables.

       
  8. david

    10 avril 2012 at 20 h 22 min

    Bonsoir Yvon,

    C’est mon premier message que je poste et ce ne sera pas le dernier.
    Tu as eu raison d’écrire cet article. Il y a tellement de livres et de formations qui promettent des choses irréalistes sur internet, cela est énervant à la force. Ils profitent de la naïveté des gens mais un jour sa leurs retombera dessus. Il faudrait lister ces gens-là pour dire aux personnes de faire attention.

    Je te remercie de cet excellent article ainsi que pour la comparaison.
    Continu à nous écrire d’excellent article, c’est un vrai plaisir de te lire et d’apprendre avec toi.

    Tu as pensé à devenir un mentor ?

    Franchement, tu ferais un bon mentor et tu ferais je n’en doute pas des heureux. ;)

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 57 min

      Bonjour David

      Bienvenue ici. Et merci pour ce premier commentaire.

      Tu as pensé à devenir un mentor ?
      Franchement, tu ferais un bon mentor et tu ferais je n’en doute pas des heureux.

      J’ai du mal avec ce terme, mais pourquoi pas.

      Je pense néanmoins qu’il faut avoir atteint un certain niveau de compétence et de revenus pour enseigner aux gens comment faire comme toi. Un mentor, c’est pas uneiquement un formateur. C’est un modèle. Une personne qui nous guide et qui nous montre la voie pour devenir comme elle.

      Et je pense que je suis loin d’en être arrivé là. Mais ça viendra peut-être un jour, qui sait ?

      Bonne journée

      Yvon

      Bonne journée

      Yvon

       
      • david

        11 avril 2012 at 10 h 07 min

        Bonjour Yvon,

        Tu es déjà un modèle pour bon nombre de personnes, moi y compris.
        Tu nous montre énormément de chose. Tu nous apprends des choses que l’on ne trouve pas ailleurs ou alors il faudrait payer pour avoir toutes les informations que tu nous donnes gratuitement. Le fait de te suivre donne l’envie d’en apprendre plus et de mettre en pratique. Il me reste pas mal de chose encore à mettre en pratique mais j’en mets déjà en place.

        Le jour ou tu te sentira prêt, n’hésite pas.

        Tu as pensé à écrire un livre sur les bases à connaître en copywriting?

        Continu comme cela et ne change rien.

        Merci pour tout ce que tu nous apprends.

        Bonne journée

        David

         
        • Xavier

          11 avril 2012 at 10 h 30 min

          Tu as pensé à écrire un livre sur les bases à connaître en copywriting?

          Yvon publie tous les mercredi un article d’une procédure pour réaliser une page de vente … ce n’est pas du copywriting en général mais à coup sur ça sera rempli de bons conseils à exploiter ailleurs que sur une page de vente.

           
          • david

            11 avril 2012 at 10 h 47 min

            Merci Xavier, je n’en doute pas que le contenu sera rempli de bon conseil. Je vais suivre de très près et d’ailleurs je vais aller m’inscrire toute suite pour ne rien manquer par la suite.

             
      • MrCedric

        11 avril 2012 at 19 h 59 min

        Saluuut !

        Et bien de mon côté je pense que tu es déjà un « mentor » !

        Il suffit de regarder la communauté que tu as pu créer et qui te suit quotidiennement. Alors je modère le terme « mentor » car il n’y a pas ce contact personnalisé qu’on peut avoir avec quelqu’un a qui on demande un avis, mais tes articles quotidiens sont souvent de bons conseils. Même sans être d’accord ils amorcent une réflexion.

         
  9. Armelle

    10 avril 2012 at 20 h 28 min

    Bonsoir Yvon,
    Comme ça fait du bien de lire un article sensé…
    Parfois je me demande si les gens réalisent à quel point on abuse de leur crédulité.
    Je trouve que c’est tout à votre honneur de ne pas suivre cette vague qui va rapporter un petit bonus « formation » aux nouveaux coachs du web.
    Il serait tellement facile pour vous de vendre une méthode copywriting pour kindle, copywriting pour ceux qui ne savent pas écrire un mot, copywriting pour illettrés, copywriting pour simulateurs, le sujet est fourni.
    Il est évident que les seuls qui vont gagner une petite rémunération « éphémère » (jusqu’à la prochaine nouveauté à la mode) c’est ceux qui vendent de la formation.
    Faites un ebook de cet article et n’hésitez pas à le mettre sur Amazone, car même à 97 euros, vous ferez économiser de l’argent (et des espoirs -voir des carrières- brisés) à beaucoup de personnes.
    Je partage et je « tweet » pour limiter les dégâts autant que faire se peut.
    Merci et belle soirée.
    Bien cordialement.
    Armelle

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 53 min

      Bonjour Armelle

      Merci pour ce commentaire. Mais je ne ferai pas de livre avec cet article :hin:
      J’ai certaines exigences à propos des livres qui font que jamais je ne pourrais « publier » contre de l’argent un bouquin de moins de 100 pages.
      En outre, l’écriture d’un livre est toute une entreprise.
      Lire qu’on peut le faire en 2 jours, c’est comme me dire que ma voisine pourrait avoir un bébé la semaine prochaine alors qu’elle n’est pas encore enceinte.

      Bonne journée

      Yvon

       
  10. elenapoint

    10 avril 2012 at 20 h 29 min

    Bonjour Yvon et Gino,

    Imprudent Yvon, tu as peut-être donné naissance à des apprentis-auto-proclamés-chirurgiens-en-herbe !

    J’espère que nous n’aurons pas une épidémie d’abdomens à l’air !

    :hin:

    En ce qui concerne le fond de ton article, bien entendu tu as raison.

    Pour publier, encore faut-il savoir écrire !

    Et ne pas faire dix fautes pas mot, mais cela, si j’en crois les réponses que je reçois à mes offres, cela semble être le dernier des soucis, non seulement des écrivaillons, mais aussi de vrais copywriters.

    En revanche, pour celui/celle qui a des choses à dire et qui les dit bien, le Kindle peut être un extraordinaire tremplin pour se faire connaître.

    Surtout si, comme je crois Cédric Vimeux (je me trompe peut-être, est-ce vraiment lui qui a fait cette expérience ?) l’a fait, nous acceptons de donner, gratuitement, au moins un livre de valeur.

    Celui-ci, s’il est bon et bien mis en valeur peut, ainsi, être téléchargé des milliers de fois -puisque gratuit- et commencer à établir notre notoriété.

    Avoir enfin la possibilité d’être publié aussi facilement, rapidement et gratuitement, c’est un extraordinaire cadeau, à condition de savoir l’apprécier et ne pas le galvauder.

    Je suis bien d’accord avec vous, Yvon et Gino, il ne faut pas faire n’importe quoi, de sorte à ne pas durcir les conditions -déjà bien cadrées- d’Amazon.

    Bien amicalement,

    Elena.

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 46 min

      Bonjour Elena

      Tu as raison pour l’orthographe. C’est important.
      Quant à la stratégie que tu cites sur Amazon, en quoi est-elle différente d’un autre support ?
      Je veux dire que depuis que je suis sur Internet (1999) j’ai toujours procédé comme ça (donner une part gratuite et vendre celle qui suit). Amazon n’a rien inventé à ce niveau.

      La publication sur Kindle n’apportera pas forcément plus de notoriété qu’une auto-édition avec un blog par exemple. Tout est une affaire de contenu du livre en question.
      Sur Amazon ou ailleurs.

      Je veux dire que le fait de pouvoir être visible dans le catalogue d’Amazon semble être une solide avancée en soi, mais on a encore une fois fait fi des mathématiques.
      Si je marque « Marketing » dans la fenêtre de recherche d’Amazon, le résultat de recherche est de 142.665. En quoi est-ce qu’un livre sur le marketing, publié sur Kindle, aura plus de chance d’être sélectionné ici que si je marque la même chose sur Google ?

      Donc le support en lui même n’est pas forcément un gage de réussite obligatoire, surtout si le livre est médiocre. Car la réponse à la question ci-dessus réside dans le critère de classement des résultats de recherche (chose qu’on ne peut pas faire sur Google pour l’instant).

      Bonne journée

      Yvon

       
  11. Claude

    10 avril 2012 at 20 h 36 min

    Bonjour Yvon

    Enfin, encore un article pour remettre les pendules à l’heure. Comme je le dit souvent mon blog, il y a toujours quelqu’un lorsqu’il a quelque chose de nouveau qui veut en profiter pour justement profiter des gens qui pensent réussir en ne faisant presque rien.

    À mon avis, je crois que Kindle est un outil comme les autres dont il faut utiliser avec intelligence.

    Certes, je crois que certains feront fortune avec Kindle, mais ce sera des exceptions. Par contre c’est un excellent moyen de promouvoir un livre que tu veux vendre sur ton site en proposant des copies abrégées sur Kindle à-coups moindre même gratuit.

    Comme tu le dis si bien, il faut être préparé pour écrire ce qui implique d’apprendre avant les méthodes d’écriture intéressantes ainsi que le copywriting.

    Merci Yvon pour cet excellent article.

     
  12. Marie-Do

    10 avril 2012 at 21 h 09 min

    Coucou Yvon,

    J’aime bien quand tu fais passer tes coups de gueule et messages au travers d’un article, surtout quand celui-ci commence par un truc complètement improbable. :hin:
    J’ai comme beaucoup acheté, certains petits ebooks sur kindle, qui à part une ou deux petites astuces ne nous apprenaient pas grand chose de plus que ce que l’on trouve gratuitement sur internet et surtout et là je pousse mon petit coup de gueule

    :evil:
    « Messieurs les vendeurs d’ebooks sur kindle ou autres, je vous en prie, relisez vous ou faites vous relire, servez vous des correcteurs d’orthographe, surtout si votre ebook ne fait que 20 ou 30 pages, essayez au moins par courtoisie pour ceux qui vous achètent votre bouquin, de ne pas faire de fautes d’orthographe et de grammaire, le dernier que j’ai acheté sur le kindle, était bourré de fautes d’orthographe, si bien que je ne voyais que ça et je n’en ai même pas fini la lecture tellement ça m’énervait »

    C’est vrai que ça fait du bien de dire ce qu’on pense :red:

    Bonne fin de soirée
    Marie-Do

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 32 min

      Coucou Marie Do

      Oui il est absolument inconcevable de publier un livre plein de fautes d’orthographe.
      OK on peut faire des fautes de frappe. On peux oublier une ou deux fautes par ci par là. Mais de là à en voir des dizaines par page, ça devient illisible.

      Bonne journée à toi

      Yvon

       
  13. Philippe L.

    10 avril 2012 at 21 h 57 min

    Bonjour, Yvon.

    BRAVO ! Votre article est particulièrement pertinent, comme toujours !

    Mais cette fois vous abordez un problème qui me crispe au plus haut point depuis plusieurs années déjà… En fait depuis que je navigue sur le net francophone, de blog en blog, de forum en forum, de courriel en courriel….

    Le problème ? Le manque d’instruction et de connaissances de la langue française dont font preuve de très, trop nombreux internautes ! Les fautes d’orthographe, de ponctuation, de syntaxe, de structure de phrases pleuvent sans discontinuer dans bien des écrits de gens qui s’imaginent, à tort évidemment, que le fond est plus important que la forme. Ils ne comprennent pas que, lorsque la forme est boiteuse, on perd complètement de vue la portée ou le sens de ce qu’ils veulent nous dire. Et nous nous empressons de les oublier…!

    Autre problème ? Le recours de plus en plus fréquent, dans notre beau pays de France, à des mots et à des expressions anglaises… souvent utilisées de façon burlesquement erronée et incorrecte. Mais ça, c’est un autre sujet !!

    Pour revenir au sujet du jour, j’approuve pleinement vos dires quant à la frénésie qui s’est emparée de la « blogosphère » en ce qui concerne le potentiel de Kindle… Depuis que Monsieur Godefroy a « super-lancé » sa formation Kindle bank System, tout le monde ne parle que d’auto-édition et de revenus à la tonne grâce à Kindle ! C’est à croire que, même si l’on fait fi des tenants et des aboutissants de ce nouvel outil, la seule voie à suivre est celle de KDP…

    Pour finir (enfin :hin: !), j’ai particulièrement apprécié votre remarque :
    […Cela me donne l’impression de revenir 5 ans en arrière quand on voyait les pages de vente pour des systèmes pyramidaux. Ou pour des ouvrages de 15 pages qui vous expliquaient comment gagner de l’argent en revendant à l’infini le système pour gagner de l’argent.]

    En effet, on en vient facilement à penser que seuls les « générateurs de fortunes » ont la possilité de devenir millionnaires, selon les exemples de succès dont on inonde le web.
    J’ai demandé, il y a quelques années, au plus grand copywriter de la francophonie, de me donner un seul exemple de réussite faite avec un autre sujet que « Comment faire fortune avec un ordinateur et une prise internet »…
    Je n’ai pas eu de réponse… :cry:

    Bien amicalement, et merci pour votre blog !

    Philippe L.

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 29 min

      Bonjour Philippe

      Bienvenue ici et merci pour ce premier commentaire plein de bon sens. Je me permet de te tutoyer (comme tout le monde ici). Si cela t’ennuie, dis le moi sans façon.

      Il est vrai que question orthographe, c’est un peu « la fête au village » sur Internet.
      On lutte malgré tout, et je pense que les commentaires comme ceux que j’ai cités en exemple pour le livre concerné devraient faire réfléchir à deux fois les futurs « auteurs » avant de publier un livre plein de fautes d’orthographe.

      Concernant les mots anglais, là par contre, je me dois de ne pas être d’accord. On est européen. On est mondial. La langue française est riche certes, mais elle n’est pas unique. On a le droit je pense d’utiliser d’autres mots pas forcément français, tant que ça aide à la compréhension du texte. Je suis contre ce protectionnisme de la langue à tout bout de champ.
      On a des mots, ça forme des phrases, l’important est d’être compris et d’écrire ou de parlerr correctement. Qu’importe si certains mots arrivent d’ailleurs… Je ne vois pas en quoi c’est dommageable si la personne à qui on s’adresse comprend ce qu’on dit.

      En outre, en tant que copywriter, cela devient même un devoir. On DOIT adapter notre langage à la cible qu’on vise. Et pas imposer NOTRE vision du français et de la langue à notre auditoire. Surtout si le but est de les faire agir. En résumé, si un mot anglais a plus de sens « compris » qu’un mot français, il serait idiot d’employer le mot français.

      Quant à ta dernière question :

      J’ai demandé, il y a quelques années, au plus grand copywriter de la francophonie, de me donner un seul exemple de réussite faite avec un autre sujet que « Comment faire fortune avec un ordinateur et une prise internet »…

      Il y en a des milliers.

      Patrice Cassard avec des chaussettes
      Vincent Delourmel avec la magie ou la mémoire
      Didier Penissard avec le développement personnel, les rêves, la mémoire et le mentalisme
      Moi avec des logiciels de turf
      Dukan, Le diet, et des centaines d’autres avec de l’amaigrissement
      et des milliers d’autres personnes qui vendent des milliers de produits sur Internet ou ailleurs.

      Ce n’est pas forcément une « fortune » dans le sens milliardaire, mais même déjà gagner 4 ou 5 fois plus qu’un salaire normal, c’est déjà pas mal.

      L’important c’est d’être sérieux et de ne pas faire de fausses promesses aux gens.
      C’était le sens premier de mon article.

      Merci et très bonne journée

      Yvon

       
  14. David K

    10 avril 2012 at 23 h 20 min

    Salut Yvon,

    Ca tacle sévère ce soir !

    L’argent facile a toujours fait rêver.

    Recette simple.
    Pas de bras, pas de chocolat.
    Pas de travail, pas de succès.

    Bref, l’habituelle escroquerie du ebook en caractères taille 22, écrit en langage SMS.

    Sur le Kindle en lui-même…
    La sauce n’a pas pris en France.
    Ca marche aux USA. Pas ici.

    Bref, le livre papier. Meilleure solution.
    Plus coûteuse au départ. Mais plus efficace.

    Ceux qui disent que le print est mort se mettent le doigt dans l’oeil jusque l’omoplate. Tant dans l’édition, que dans la publicité.

    Amitiés,

    David

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 11 min

      Salut David

      Tu tires des conclusions bien trop hâtives. Et en plus tu es hors sujet.
      Pourquoi toujours vouloir désigner un gagnant et un perdant ?
      Le livre électronique a de beaux jours devant lui, ce qui n’empêchera pas le livre papier de continuer à exister.

      L’article était là pour que les vendeurs de guide pratique sur la manière de publier et de vendre sur Kindle revoient leur message.

      Yvon

       
  15. claire

    11 avril 2012 at 0 h 28 min

    Bonsoir Yvon,

    Je partage totalement ton avis.
    Et il y a un truc qui me consterne un peu, avec cette frénésie autour du Kindle: c’est que le but n’est que financier. En gros, comme tu le soulignes, la question que la plupart des futurs « pseudo-écrivains » se pose est comment faire de l’argent facilement ?

    Or si l’on écrit c’est parce qu’on a des choses à dire ou à transmettre.
    Sans compter qu’écrire est un métier, et que ça ne s’improvise pas.

    Du coup on va se retrouver, nous clients, avec des milliards de produits polluants et perdre un temps fou en recherche pour trouver un truc potable.

    Grrrrr

    Bonne soirée Yvon

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 8 h 37 min

      Bonjour Claire

      Hé oui tu as bien raison, hélas. Dès qu’on commence à mettre comme objectif premier d’un livre l’argent qu’il va nous faire gagner, la prose qui suit s’oriente vers la mauvaise direction.

      Heureusement que les commentaires client sont là. Et il ne faut surtout pas hésiter à en mettre pour orienter justement le futur choix des lecteurs. C’est ça au final qui fera gagner du temps aux futurs clients. D’ailleurs Amazon l’a bien compris puisqu’il permet de classer les résultats de recherche en fonction de la notation des clients.

      Merci pour ton intervention, chère Claire :)
      Et très bonne journée à toi.

      Yvon

       
  16. Rachel

    11 avril 2012 at 2 h 31 min

    Bonjour Yvon,

    Sympa ton intro, bien drôle :D

    Maintenant, on voit des formations de tout et rien.
    « Gagner de l’argent avec un blog », quand on voit le prix des formations, cela devrait plutôt s’appeler « Gagner de l’argent en vendant des formations »

    Concernant le kindle, je suis d’accord avec toi, avant de publier faut savoir écrire. En plus, certains paient des gens pour poster des commentaires positifs sur leur ebook, mais à force de tromper les clients, ils récolteront des commentaires négatifs, mais aussi leur nom (ou nom de plume utilisé) ternira leur notoriété donc les gens ne rachèteront pas d’autres ebooks.
    Les faux commentaires, ça me fait penser aux nombreux mails annonçant telle ou telle formation, ceux qui recommandent les formations ce n’est pas parce que les formations sont bien, mais parce qu’ils ont des liens d’affiliation.

     
  17. Daneuilie

    11 avril 2012 at 4 h 51 min

    C’est vrai que depuis quelques mois ,on parle beaucoup de kindle,mais tout le monde ne devient pas riche parcequ’on a publié un livre!!!
    C’est un excellent article qui laisse à réfléchir. Merci Yvon

     
  18. BK

    11 avril 2012 at 8 h 50 min

    Salut Yvon,

    Non, moi je ne me suis pas posé de questions sur ton état mental !

    J’étais fixé depuis longtemps !

    Mis à part ça, tu me croiras si tu veux mais je me faisais exactement la même réflexion pas plus tard qu’hier soir.

    J’étais surtout agacé par la quantité invraisemblable de « daubes » (comme tu les appelles) qui vont inévitablement noyer les bons bouquins et freiner leur reconnaissance.

    Petit détail que je me permettrais d’ajouter dans ton exemple des 90% des bouquins invendus dans les rayons de la FNAC :

    ce sont des bouquins écrits par des professionnels, et passés par le filtre des éditeurs !

    Donc : le pourcentages de flops commerciaux qui attendent les non professionnels auto-édités… je ne te dis pas à quel point ils vont dépasser les 90% !

    Mais, en attendant, comme disait Claire, ils vont juste décourager les lecteurs de trouver de bons bouquins sur Kindle.

    Bernard

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 9 h 28 min

      Salut Bernard

      Oui tu as 100% raison avec le fait que les éditeurs ont en plus filtré les livres qu’ils éditent.

      Quant au découragement des lecteurs, comme je le disais, le classement par les commentaires reçus devrait mettre tout le monde d’accord.
      Là ça débute, mais dans quelques mois, les commentaires seront déterminents de la même manière que pour le choix d’un resto ou d’un film.

      C’est le progrès :)

      Bonne journée à toi.

      Yvon

       
  19. Espace-RA

    11 avril 2012 at 10 h 04 min

    Merci d’avoir pris la peine d’argumenter ce point de vue, que je partage complètement.
    Le sujet a une portée plus large, liée à la facilité avec laquelle n’importe qui peut aujourd’hui publier ou simplement diffuser de l’information. Si Amazon vend dorénavant les fonds de poubelles, il y a bien longtemps malheureusement qu’internet regorge de blogs de même nature. Certains mal rédigés et pleins de fautes de langage (c’est un moindre mal), d’autres bien présentés mais basés sur des savoirs faux, contenant des offres trompeuses -pour ne pas les qualifier d’escroqueries- .

    Certes Amazon pourrait sélectionner ce qu’il diffuse, mais on ne filtrera pas tout ce qu’internet diffuse grâce à un comité de lecture! En plus, Amazon incite ses clients à commenter leurs achats.
    Les promoteurs de régimes, les vendeurs de « médicaments », les blogueurs professionnels et les escrocs de tout poil qui pullulent sur internet sont manifestement plus dangereux, et eux ne publient pas les avis négatifs…

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 10 h 12 min

      Bonjour

      La sélection d’Amazon se fera à posteriori je pense. On pourrait s’interroger sur leur impartialité surtout s’ils font appel à des intervenants extérieurs (je vois mal des gens en interne vérifier le millier de livre journalier qui apparait sur le Kindle), donc ils feront certainement comme la Fnac j’imagine : Un livre qui ne s’est pas vendu à un seul exemplaire au bout de 6 mois sera retiré. 6 mois ou moins…

      Il y aura toujours des moyens de filtrer une base de données de titres. L’algorythme se peaufine. Dans quelques années, ils arriveront même à créer une intelligence artificielle qui déterminera à la lecture d’un texte s’il a des chances ou non de marcher, comme ça existe déjà dans la musique et plus particulièrement dans le RAP. Je travaille sur la question ;)

      Bonne journée

      Yvon

       
  20. Michaël de EcoTribu

    11 avril 2012 at 10 h 34 min

    Bonjour Yvon,

    Excellent article, je te lis tous les jours via mon flux RSS.

    Et je voudrais intervenir car il y a quelques semaines, Christian Godefroy a fait une vidéo qui vantait l’incroyable KINDLE. Je suppose que derrière cette vidéo, il avait quelque chose à vendre. N’est-ce pas lui qui au départ en France à lancer cette folie Kindle et qui est en partie responsable de ce mouvement un peu fou de croire que il est facile de gagner beaucoup d’argent en publiant sur ce format.

    Et que penses-tu de cette vidéo(je peux pas m’imaginer que tu l’as pas vu)?

    Tout de bon,
    Michaël.

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 11 h 08 min

      Bonjour Michaël

      C’est bien Xtian qui a lancé la première formation au Kindle. Mais après lui, des dizaines, des centaines ont suivi.

      J’ai bien entendu vu la vidéo de Xtian. J’ai même été carrément enthousiasmé par ce qu’il disait.
      Il y parle du formidable essor du livre numérique. De la puisssance commerciale d’Amazon. Et de tout un tas de petits trucs à connaître.
      Je n’ai pas souvenir qu’il ait dit qu’on allait devenir millionnaire à coup sûr grâce au Kindle.

      Après, je n’ai pas suivi son programme donc je ne peux pas en parler.

      Quant à celà :

      N’est-ce pas lui qui au départ en France à lancer cette folie Kindle et qui est en partie responsable de ce mouvement un peu fou de croire que il est facile de gagner beaucoup d’argent en publiant sur ce format.

      …Encore une diablerie, désolé.

      Si demain je lance une formation en copywriting et qu’une floppée de personnes malhonnêtes décident de lancer un clone résumé de cette formation en un ebook de 30 pages pour le vendre à 10 euros, en annonçant que ceux qui vont l’acheter vont faire fortune avec, en quoi suis-je responsable ? Ne serais-je pas plutôt la victime ? Ne vais-je pas avoir à batailler comme un fou pour redorer un peu le blason de l’activité que je vends ?

      Xtian, comme a son habitude, a fait les choses en grand. Il a prévu une formation détaillée et précise étalée sur 6 mois, qui explique tout de A à Z (en tout cas c’est ce qu’annonce le programme de la formation). Toutes les pseudo méthodes qui ont suivie sont des raccourcis. Des guides résumés qui expliquent comment publier. Point.

      Il n’est pas responsable de la connerie humaine ni de la propention quasi maladive copier son voisin sans imagination, et de produire de la daube par paquet de 10 kilos. Même si les daubes en questions parlent de la même chose que sa formation à lui.

      C’est facile de reporter la responsabilité des échecs sur quelqu’un d’autre que ceux qui échouent. Peut-être qu’en réfléchissant un peu sur les effets du copillage en tout genre, on pourrait en éliminer les causes.

      Quand Louis Vuitton crée un sac et qu’on le retrouve 6 mois plus tard en copie sur un marché de province, heureusement qu’on ne vient pas le voir pour lui dire qu’il est responsable. Si tous ceux qui sont copiés sont concernés, ca finirait mal…

      Yvon

       
      • david de debutant marketing

        11 avril 2012 at 11 h 18 min

        Je suis de l’avis de Yvon, ayant vu la vidéo sur le kindle, il propose une formation qui est sur 6 mois et il montre ce qu’il y a dans la formation. Il apprend et aide aux personnes désireuse de se lancer sur le marché du kindle sur amazon mais ne promet en aucun cas d’être millionnaire du jour en lendemain. Il y aura toujours des gens malintentionné qui veulent profité des gens.

         
    • Michaël de EcoTribu

      11 avril 2012 at 12 h 09 min

      Merci Yvon et David pour vos commentaires. Mon commentaire voulait évidemment provoquer la discussion et donc est un peu provocatrice ;)

      Je tiens quand même à préciser que j’ai jamais écrit qu’il disait qu’on pouvait devenir millionnaire en vendant des livres sur le Kindle!

      Mais bien évidemment, le but est de vendre sa formation et il est un expert pour susciter l’envie, le désir, de faire rêver, de faire croire.

      Et donc, si vous insistez tant sur « le millionnaire », je pense que oui, sans le dire explicitement, il fait penser que on peut devenir millionnaire. Désolé!

      D’ailleurs, il a raison mais ce n’est réservé qu’aux meilleurs vendeurs, quelque dizaine sans doute dans ce bas monde.

      Michaël.

       
  21. Yvon

    11 avril 2012 at 13 h 30 min

    Salut Thierry

    Manifestement, soit tu n’as pas lu mon article (tu l’as simplement scanné en t’arrêtant sur les puces), soit tu t’es trompé d’article, voire de blog.

    Parce que ton commentaire est bizarre, et environ 70% hors sujet.

    Il est évident que les puces que tu cites ne sont pas mensongères.
    C’est ce que font EFFECTIVEMENT lesdites formations ou guides.

    L’idée, c’est sur les pages de vente, on ne retrouve pas ça en accroche ni en puces.

    Les puces qu’on retrouve sont du genre de celles qui annoncent un succès infaillible.

    Bref (re)lis attentivement mon article…

    Je ne parle pas « d’articles » mensongers. Je parle de lettres de vente. Pour des produits à acheter. Des livres, des formations, des vidéos qui expliquent comment devenir riche grâce au Kindle. Avec de fausses promesses.

    Et le fait qu’on puisse appliquer ce que je dis ici à d’autres produits, c’est sûr. Ce n’est pas le sujet, mais c’est sûr…

    Tu m’as habitué à des commentaires un peu plus pertinents… :-o

    Bonne journée

    Yvon

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 16 h 18 min

      Ben en fait je ne comprends rien à ce que tu dis :(

      Tu t’es senti visé en quoi ? Tu vends une formation ou un guide pour publier sur Kindle toi ? :hin:

      Tu parles de ces puces là :

      comment vous inscrire sur Amazon,
      comment vous servir de l’outil de publication sur Kindle,
      comment faire votre promo,
      comment faire du trafic,
      comment sélectionner des sujets vendeurs…

      ???

      Ces puces étaient justement là parce qu’elles décrivent ce que j’ai trouvé dans les guides et formations que j’ai testées.

      Et définitivement, je ne comprends pas ça :

      Le fait de s’instruire en suivant plusieurs articles de blogs par jours, incite à lire vite et en diagonale. Et ce qui interpelle le plus dans ton article (pour moi), c’est les accroches de titre, qui peuvent inconsciemment influencer le lecteur à ne plus lire ces pages, alors qu’ils y trouveraient pourtant peut-être un avantage à en tirer..

      Tu parles de MON article ?
      Tu parles de TES articles ?
      Tu parles des articles de quelqu’un d’autre ?

      Désolé, mais je ne pige pas où tu veux en venir…

      Yvon

       
  22. Philippe

    11 avril 2012 at 16 h 24 min

    Eh merde !
    J’y ai cru à ta procédure pour l’appendicite !
    J’aurais dû lire l’article jusqu’au bout avant d’ouvrir la voisine avec mon n°15… :cry:

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 16 h 31 min

      Ha oui dommage !
      Tu t’es pas filmé non ?
      Une petite vidéo pour illustrer l’article aurait été du plus bel effet :hin:

       
      • Gino

        11 avril 2012 at 16 h 35 min

        Effectivement Yvon, en vidéo, ça aurait fait un beau « reality show ».

        Désolé Philippe, tu es passé à côté de la chance de faire réellement une fortune, il faut se mettre à la vidéo pour être vraiment millionnaire… selon certaines personnes! :hin:

         
  23. Gaétan - Randonneur du web

    11 avril 2012 at 17 h 28 min

    Bonjour Yvon, bonjour à tous,

    Oooohhh, la belle loi de Pareto que nous retrouvons aussi à la Fnac :-)

    T’es chaud en ce moment Yvon… Faut pas venir te chercher !
    Tu as tellement raison. C’est important de ne pas s’enflammer avec le premier venu qui te fait rêver avec des euros (dollars ?) dans les yeux.

    Il faut surtout travailler régulièrement et proprement, avec passion. Il n’y a que ça de vrai.

    Merci
    Gaétan

     
    • laotzu75

      11 avril 2012 at 19 h 32 min

      Bonsoir Yvon

      Pour être tout à fait sincère avec toi, je ne pense pas que ton article fera changer les vendeurs de « mauvaises » formations Kindle, si ces derniers tombent dessus.

      Le seuls qui peuvent les faire changer sont uniquement ceux qui aujourd’hui les font vivre, c’est à dire leurs clients. Comme l’a dit un jour, ce sage Coluche, « et dire qu’il suffirait que les gens n’achètent pas pour que celà ne se vende plus ».

      Donc si ton article fait réfléchir les aspirants écrivains il aura atteint son but.

      Sinon, j’avoue que lorsque j’ai commencé à recevoir les messages de Xtian au sujet de sa formation KBS, mon premier réflexe à été d’aller vérifier si lui même avait adapté ses ouvrages pour le Kindle. J’ai été surpris de n’en trouver qu’un. Et à mon sens d’une qualité discutable.

      Je m’attendais aussi à trouver tes livres sur le Kindle Store. Or soit j’ai mal cherché, soit tu publies avec un pseudo.

      Bien à toi

      Pierre

       
      • Yvon

        11 avril 2012 at 22 h 52 min

        Salut Pierre

        Pour être tout à fait sincère avec toi, je ne pense pas que ton article fera changer les vendeurs de « mauvaises » formations Kindle, si ces derniers tombent dessus.

        Hé bien je n’en suis pas si sûr. Les vendeurs en question ne sont pas tous de mauvais bougres. Pour certains d’entre eux, intelligents, ils ne pensaient pas à mal je pense. Ils ont juste agit d’instinct en écrivant à l’instinct. Et peut-être que publier ce genre d’article et lire les commentaires qui vont avec va les faire prendre conscience qu’ils n’ont pas choisi forcément la bonne voie. J’en « surveille » gentiment 4 ou 5 et déjà un de ceux là a déjà changé son accroche et quelques puces promesses.

        J’ai toujours confiance en l’intelligence ;)
        Certains ne feront rien. Tant pis pour eux. D’autres comprendront le message je pense.

        Je m’attendais aussi à trouver tes livres sur le Kindle Store. Or soit j’ai mal cherché, soit tu publies avec un pseudo.

        C’est donc que tu me connais bien mal.
        Si tu me connaissais un peu mieux alors tu saurais que primo, je ne fais jamais rien comme tout le monde. Ensuite je me contrefous d’être le premier sur un créneau. Je faius les choses comme je les aime et surtout comme j’en ai envie.

        J’ai démarré les squeeze pages 2 ans après les autres.
        Idem pour les auto-répondeurs.
        Idem pour Adwords.
        Idem pour Adsense.
        Idem pour les blogs.
        Je ferai de même pour le Kindle.

        Parce que j’aime bien regarder comment ça se passe avant de foncer tête baissée comme un gros bourrin. Pour Amazon, je veux voir les bouquins et les éditeurs qui vont se faire virer. Je veux voir comment Amazon gère les relous. Je veux voir quels livres se vendent et lesquels ne se vendent pas. Et je veux voir comment évoluent les commentaires des ouvrages publiés.
        Bref, en web-marketing, je suis un coureur de fond. J’aime bien regarder avant de faire n’importe quoi. Ca permet de durer plus longtemps et surtout ça permet de ne pas perdre son temps.
        En résumé, tu n’es pas prêt de voir un livre à moi sur Amazon

        Bonne soirée

        Yvon

         
  24. Madeleine

    11 avril 2012 at 21 h 15 min

    Bonsoir Yvon et vous tous qui suivez son blog …

    Ce soir, mon régal à été de lire ton article … je ne serais pas étonnée en cherchant un peu qu’il y a déjà un kindle en vente qui dit comment réussir à coup sûr le geste médical pouvant sauver une vie !!! :hin:

    La suite est un véritable plaisir … j’ai été horlogère au début de ma vie professionnelle … j’aime donc quand les horloges sont remises à l’heure ! :-P

    Le deuxième régal se situe dans les commentaires … j’aurais bien aimé que quelqu’un qui offre une formation kindle réagisse :haha:

    J’ai en l’espace de quelques semaines recus des dizaines de messages ayant pour ainsi dire la même teneur que ce que tu décris. A croire que tous ceux qui savent taper sur un clavier seront riches avant d’avoir publier quoi que ce soit.

    Le kindle est le dernier truc à la mode, mais il a des prédecesseurs : devenir riche en créant son blog sans savoir écrire …
    Envoyer balader son patron et gagner plus en quelques semaines …

    Ce que je déplore, c’est qu’il y a tout un public qui cherche réellement une bonne formation sans vouloir gagner une fortune en quelques semaines, qui est attiré par le genre de lettre pleine de promesses et qui se dépatouille comme il peut pour garder la tête au niveau des cervicales.

    Mon avis qui est tout à fait personnel est qu’il y a des personnes qui ont trouvé comment s’enrichir en faisant miroiter le fruit du désir sans se soucier du goût qu’il peut avoir.

    Et, je me permets de te demander d’écrire un article sur le comment tu perçois le web dans quelques années si la progression des dérrapages concernant les promesses qui ne peuvent être tenues continue …. :-o

    Bonne soirée

     
  25. Sylvie

    11 avril 2012 at 21 h 50 min

    Bonsoir Yvon,
    Je me suis régalée en lisant ton article.
    D’abord tu nous donnes une belle leçon d’accroche avec le titre.
    Ensuite, tu enseignes l’art de la créativité en faisant le parallèle entre une appendicectomie et les « formations kindle miracles » qui fleurissent sur la toile.
    Enfin, tu rappelles les règles élémentaires de respect du lecteur !
    Que du bonheur :super: :super:

    J’ajouterai quand même pour finir, que les personnes qui se laissent « avoir » par les offres du genre « faites fortune en publiant votre livre sur kindle », me paraissent tout de même un peu naïfs, non ?

     
  26. Anne

    11 avril 2012 at 22 h 21 min

    Bonsoir,

    J’ai acheté une de ces méthodes. J’ai retourné la situation dans tous les sens, je me suis dis, pourquoi pas moi !

    Le Kindle est le « truc » du moment « à la mode ». Ecrire un roman, écrire une romance, écrire ce qui nous passe par la tête, donner de l’information, son ressenti. Peu importe, je crois que c’est une occasion pour celui ou celle qui veut se lancer dans l’écriture de se faire connaître, quitte à se faire descendre en flamme …

    Je n’ai aucune prétention dans mes écrits, sur Kindle il y a et il y aura beaucoup de … « n’importe quoi » ! Et peut être moi mais … J’ai malgré tout envie d’essayer …

    Non Kindle ne me fera pas devenir riche, oui peut être que Kindle va me donner une grosse claque ! En tout cas je ne publierai pas de « trucs et astuces pour devenir riche en 45 secondes » ni « la méthode miraculeuse pour perdre les 5 kilos qui vous pèsent sur l’estomac », je ne parlerai que de ce que je maîtrise et si ça ne plait pas et bien tant pis, je me serais fait plaisir tout simplement.

    Je ne vois pas Kindle comme un moyen de me faire de l’argent mais comme un moyen de partager mes connaissances, chacun ses illusions :)

    Bien à vous

    Anne

    PS : je ne mets pas le lien de mon dernier article il parle de Kindle (erreur sans doute … :)

     
    • Yvon

      11 avril 2012 at 22 h 39 min

      Bonsoir Anne

      Merci pour ton retour d’expérience et bienvenue ici.
      J’espère que tu ne te méprends pas sur le message que je veux faire passer avec cet article hein ?
      Je ne dis surtout pas qu’il ne faut pas publier sur Kindle. Je dis qu’il faut le faire exactement comme tu le décris :

      je ne parlerai que de ce que je maîtrise et si ça ne plait pas et bien tant pis, je me serais fait plaisir tout simplement.
      Je ne vois pas Kindle comme un moyen de me faire de l’argent mais comme un moyen de partager mes connaissances

      Si tous les vendeurs de « formation kindle » disaient les choses comme ça, et si TOUS leurs clients pensaient à ça quand ils achètent ce genre d’ebook, alors ce serait formidable.

      Mais hélas, ce n’est pas ce qui se passe. Les pages de ventes sont faites de telle manière qu’on a l’impression qu’on va gagner de l’argent (beaucoup d’argent) sans trop rien faire.
      Et ça, désolé, mais je bosse sur Internet depuis 13 ans, et pas une seule fois, dans aucun des systèmes que j’ai testés (et j’en ai testé beaucoup) je n’ai vue pareille chose arriver. A chaque fois il a fallu bosser comme un fou pour gagner un peu d’argent.

      Et le fait de publier sur Amazon ne changera rien à ça. Un livre tout seul, perdu au milieu de centaines de milliers d’autres, il va falloir bosser comme un damné pour en vendre quelques uns, et ne certainement pas compter sur Amazon pour faire le travail à ta place.

      Après, en fonction de la manière dont tu écris, et en fonction du sujet que tu choisis, alors peut-être que tu vas connaître un secret fulgurant, et c’est sincèrement tout le mal que je te souhaite !! Mais toi comme moi ni personne d’autre ne peut le dire aujourd’hui.

      Quoi qu’il en soit, bravo si tu comptes publier un livre sur Amazon. J’espère que ça fonctionnera bien pour toi.
      Quel sujet vas-tu choisir ?

      Bonne soirée

      Yvon

       
      • Anne

        12 avril 2012 at 8 h 29 min

        Bonjour Yvon,

        Non je ne me méprends pas sur ton message. Je sais bien aussi que les lettres de vente attirent de par leurs promesses de succès et ça fait bien longtemps que je ne me laisse plus séduire par des offres disons … farfelues !

        Je sais que publier va me demander en amont beaucoup de travail ! Je l’ai écrit et je le pense sincèrement : »avant de vous lancer, réfléchissez-bien ! Ce n’est pas parce que l’on vous dit de le faire qu’il faut le faire » … « Cela demande beaucoup de travail ! Ne vous leurrez pas ! »

        Tu me demandes mon sujet : « Choisir entre clavier ou souris »

        Un indice : dans la vie je suis assistante juridique et je forme les personnes qui m’entourent sur l’informatique en général et sur des logiciels fréquemment usités.

        J’ai aussi un deuxième sujet : « Passez ses vacances en Loire-Atlantique ». Il n’y a pas que le Sud de la France :)

        N’espérant pas qu’Internet me fera devenir riche, ces publications seront gratuites et qui sait, à l’occasion, tu pourras peut être les lire et me dire en toute transparence si bien ou pas bien :)

        Au plaisir

        Anne

         
  27. fabrice

    11 avril 2012 at 23 h 40 min

    100% ok avec toi Yvon!

    Après, c’est du web marketing, et il faut bien le dire, il y a beaucoup de m…dans ce domaine.

    Faut bien appeler un chat un chat..

    Et je dirais même que, souvent, plus tu gagnes d’argent, plus c’est limite..

    Combien en effet utilises le mot riche pour leur blog ou leur produits…no coment.

    D’ailleurs, qui parmi ce milieu a le courage parfois de faire son examen de conscience?

    Pour la garantit, idem, d’ailleurs, je crois avoir vu une formation sur le blogging garantissant 2000 euros par mois…

     
  28. Chloé@Améliorer sa mémoire

    12 avril 2012 at 0 h 43 min

    Bonjour Yvon,

    Sympa ton intro, bien drôle :D

    Maintenant, on voit des formations de tout et rien.
    « Gagner de l’argent avec un blog », quand on voit le prix des formations, cela devrait plutôt s’appeler « Gagner de l’argent en vendant des formations »

    Concernant le kindle, je suis d’accord avec toi, avant de publier faut savoir écrire. En plus, certains paient des gens pour poster des commentaires positifs sur leur ebook, mais à force de tromper les clients, ils récolteront des commentaires négatifs, mais aussi leur nom (ou nom de plume utilisé) ternira leur notoriété donc les gens ne rachèteront pas d’autres ebooks.
    Les faux commentaires, ça me fait penser aux nombreux mails annonçant telle ou telle formation, ceux qui recommandent les formations ce n’est pas parce que les formations sont bien, mais parce qu’ils ont des liens d’affiliation.

     
  29. Ludovic de MisterMind

    12 avril 2012 at 14 h 51 min

    Merci Yvon pour ce post. On ne le dit jamais assez que d’être vigilant sur Internet. Il ne faut pas croire le premier page de vente trouvée pour devenir riche sans effort.

    Après concernant le kiddle, je rajouterai que la force du kiddle n’est pas le support (comme tu l’ai bien démontré :hin: ), mais la plateforme Amazon qui est derrière et donc potentiellement un trafic énorme pour la promotion de son livre. Ceci n’est pas négligeable. Des auteurs inconnus ont déjà eu de beaux succès.

     
    • Yvon

      12 avril 2012 at 15 h 12 min

      Des auteurs inconnus ont déjà eu de beaux succès

      Vraiment ? Tu as des exemples s’il te plait ?
      Un nom et un ouvrage au moins ?
      Merci ;)

       
      • Christian

        20 avril 2012 at 5 h 27 min

        TRÈS DRÔLE !

        Vous donnez, Yvon, un exemple d’ouvrage avec des commentaires négatifs.

        C’est amusant, car il se trouve que c’est une de mes étudiantes, inscrite à The Kindle Bank System

        Elle a vendu 536 exemplaire en mars, elle va faire un peu moins en avril.

        Elle est en 236e position sur 20.000 ebooks francophones. Pas mal quand même.

        Son exposition sur le Kindle lui a valu une proposition d’un éditeur parisien connu avec lequel elle vient de signer un contrat.

        Alors oui, elle a fait pas mal de fautes typographiques et de français.

        Mais elle va recevoir un chèque de plus de 1.000 euros pour un mois de vente. Elle ne connaît pas l’html, comme vous, elle ne peut pas programmer le php, comme vous, elle a par contre suivi une formation de copywriter avec moi comme vous.

        Amazon propose son ebook à 8 millions de clients francophones, et un de ces jours il le fera en version anglaise à des dizaines de millions de clients Amazon. Amazon vend, encaisse, s’occupe du service après vente, et de toute la logistique. Elle, elle se contente d’encaisser ses chèques.

        À mon avis, si elle lit votre article, elle va bien rigoler tout au long du chemin vers sa banque…

        Le deuxième exemple que vous donnez est un auteur que je connais. C’est un spécialiste du CEO conseil en entreprises. Il se fait plusieurs milliers d’euros par mois sur le Kindle, et a levé le pied sur son activité principale.

        Pas de chance, donc, Yvon, vous avez mal choisi vos exemples, et ils se retournent même contre votre argumentation.

        Le kIndle est une opportunité vraiment intéressante, surtout pour ceux qui ne savent se servir que de word. La mépriser est à mon avis une erreur. S’en moquer ne rend vraiment pas service à vos lecteurs.

        Comme le disait Henry Ford: « Si vous pensez que vous pouvez faire une chose ou si vous pensez que vous ne le pouvez pas, dans les deux cas… vous avez raison. »

         
        • Christian

          20 avril 2012 at 11 h 12 min

          PS Si elle n’avait pas fait de fautes, elle serait dans les 50 premiers. Morale de l’histoire, comme vous le dites, il faut être un PRO quand on publie un ebook.

           
          • Diane

            22 avril 2012 at 22 h 11 min

            Bonsoir Yvon,
            Je suis une élève du Kindlebanksystem de Monsieur Godefroy, comme vous le signalez toutes les formations ne sont pas égales.
            J’étudie le module 7 de cette formation qui en compte 14. Cette formation est d’un excellent niveau, ces 7 premiers modules m’ont permis de gagner un temps considérable et couvre déjà pour ma part en valeur perçue largement l’intégralité du prix.
            Je recommande particulièrement cette formation pour quiconque souhaite se lancer sur le Kindle. Monsieur Godefroy est un très grand professionnel et il serait dommage de ne pas profiter de sa très grande expertise.

            Très bonne fin de we
            Diane

             
          • Yvon

            22 avril 2012 at 23 h 58 min

            Bonsoir Diane

            Vous m’en voyez enchanté et ravi pour vous. :hin:

            Comme je viens de le dire à Xtian juste au-dessus, il n’était pas question de sa formation dans cet article.

            Donc j’espère que tous ses étudiants ne vont pas défiler ici les uns après les autres pour en faire un témoignage élogieux.
            Ce serait déplacé et totalement hors sujet, mais surtout inutile. Voire carrément gonflant. :evil:

            Je connais Xtian depuis 27 ans, et pour avoir suivi l’essentiel de (pour ne pas dire toutes) ses formations je sais qu’elles sont de qualité. J’accepte donc volontiers ses remarques sur mon article sans le moindre souci.

            Et pour être parfaitement honnête, je dirais que s’il lit les pages de vente des « formations » dont je parle ici, il doit êtrelargement d’accord avec moi. ;)

            Bonne soirée

            Yvon

             
        • Yvon

          22 avril 2012 at 23 h 44 min

          Bonsoir Christian

          Comme vous le dites, j’ai pris des exemples. Et des exemples tout ce qu’il y a de plus parlants pour une personne qui les découvre « comme ça », à la seule lumière des témoignages. S’ils font partie de vos élèves, vous m’en voyez désolé mais je ne pouvais pas le savoir.

          Ensuite, le fait que l’auteure se marre « sur le chemin de sa banque », je vous avouerais que je suis bien content pour elle. Pour autant, chaque personne n’a pas le même degré d’acceptation de l’image qu’elle véhicule sur la toile ou à travers un livre.

          En ce qui me concerne, même si je devais renoncer à gagner 500.000 euros sur un bouquin je préfèrerais ça plutôt que de laisser publier un livre que j’aurais écrit moi-même avec une faute à chaque phrase. Chacun sa façon d’aborder l’édition et la façon de communiquer au travers d’un livre. Ceci dit, cela ne reste qu’un exemple. Et si elle en a vendu 536 exemplaires en mars, alors tant mieux pour elle. Elle en aurait certainement vendu deux fois plus s’il n’y avait pas eu de fautes.
          Mais bon ça ne reste que mon avis. En outre, pour être parfaitement honnête, je dirais que tout ceci me laisse sans voix, surtout que je sais que vous êtes ultra à cheval sur l’orthographe. Bref…

          Le kIndle est une opportunité vraiment intéressante, surtout pour ceux qui ne savent se servir que de word. La mépriser est à mon avis une erreur. S’en moquer ne rend vraiment pas service à vos lecteurs.

          Je ne me moque pas du Kindle. Je le méprise encore moins. Et cet article n’a jamais été là pour dire qu’il ne fallait pas publier sur cette plateforme. Et je suis bien d’accord avec vous sur le fait que publier sur Kindle est une opportunité plus qu’intéressante.

          Pour autant, et c’était véritablement le but de cet article, certaines personnes ont vu dans cette activité une nouvelle manière de communiquer sur le fait qu’on allait pouvoir devenir millionnaire sans faire grand chose. Et suite à votre formation (parue en premier), des centaines d’autres (sous forme de livre) ont vu le jour juste derrière avec des arguments tout ce qu’il y a de plus risibles, alors qu’elles n’atteignent pas le 10ème de ce que vous proposez.

          Pour autant que je m’en souvienne, dans votre formation, vous apprenez à écrire. C’est du moins ce qui était annoncé dans votre programme. Et je ne me souviens pas que vous ayez écrit dans votre page de vente qu’on pouvait devenir millionnaire sans rien faire.

          Par conséquent, votre formation n’est donc définitivement pas concernée par cet article.

          Bonne soirée

          Yvon

           
  30. Philippe

    20 août 2013 at 19 h 15 min

    Bonsoir, je viens de lire votre article concernant la publication sur le Kindle et j’ai trois mots à dire BRAVO BRAVO BRAVO enfin des réflexions logiques et de bon sens, « ce n’est pas l’outil qui fait le maçon » disait mon grand-père.
    Merci pour cet article qui amènera à la réflexion les rêveurs, enfin c’est à espérer et si c’est permis une demande ou plutôt une supplique pour beaucoup (pas pour vous) SVP apprenez aussi à manier la » langue » parce que certains ouvrages deviennent une insulte à l’orthographe et à la grammaire, on n’écrit pas en phonétique…
    Encore merci d’avoir partagé votre lucidité