RSS FB
 

PNL, blogging et copywriting

03 déc

 ans un précédent article, je vous disais que j’avais passé 3 jours à suivre un stage de formation aux bases de la PNL avec Grégory Grand du blog Virtuose2lavie.

Certains évènements ont fait que j’ai dû délaisser un petit peu ce blog, mais me revoilà, et je vous parle aujourd’hui de la deuxième raison pour laquelle j’ai voulu suivre ce stage de PNL.

C’était pour tenter de lier quelques techniques de PNL au copywriting, afin d’être plus efficace dans ma communication.

Car lorsque l’on cherche à persuader, à convaincre, ou simplement à faire agir, plus notre communication sera claire, ciblée et adaptée aux personnes qui lisent ou qui écoutent, plus efficace elle sera.

langage-vakog

La PNL, en ce sens, apporte de solides clefs pour ça.

Et ce qui m’excite le plus, c’est que ce n’est pas tout à fait dans le sens que je l’attendais.

En effet, la PNL permet surtout de mieux EVALUER à qui on s’adresse. En amont.

Ainsi, je pense que la PNL joue un grand rôle dans le ciblage de ses futurs clients, puisqu’elle va permettre de les répartir en plusieurs groupes bien autonomes.

J’y reviendrai dans plusieurs articles pour tenter de vous expliquer comment vous aussi vous pourrez vous y prendre.

Le rapport entre la PNL et le blogging

Le truc le plus sympa, c’est que lorsqu’on tient un blog, on peut également employer la PNL pour faire ce travail de catégorisation de manière naturelle, et ainsi être plus efficace dans plein de domaines.

Le côté moins sympathique, c’est que cela demande une gymnastique verbale et linguistique assez ardue.

En effet, cela passe par une modification drastique de la manière que l’on a d’écrire.

Cela dit, c’est très enrichissant, car cela ouvre de solides perspectives d’articles futurs, et ce quel que soit le thème de son blog.

Pour être plus concret, je suis en train de vous expliquer qu’on pourrait écrire le même article de 3 manières différentes afin de toucher un maximum de personnes.

Vous allez le voir, c’est vraiment excitant. Et compliqué au début.

Je suis d’ailleurs en train de créer un outil qui permettra de rendre la chose plus facile. Je vous en parlerai quand il sera terminé.

Pour l’heure, voici ce que la PNL peut vous apporter dans votre quotidien si vous tenez un blog.

Le langage VAKOG

Je ne rentrerai pas dans les détails de cette discipline qu’est la PNL, je veux juste mettre l’accent sur l’un de ses aspects, lié directement au langage (puisque c’est ce qui nous intéresse quand on écrit).

Déjà, vous devez savoir que la PNL répartis les personnes en 5 catégories :

  • Les Visuels
  • Les Auditifs
  • Les Kinesthésiques
  • Les Olfactifs
  • Les Gustatifs

Vous l’aurez compris, chaque type de personne a un langage qui lui est propre. Qu’il comprend mieux. Les initiales de ces 5 types de personnes forment le langage “VAKOG”.

Voyons en détail de quoi il s’agit :

Les visuels

Les personnes visuelles réagissent plus volontiers aux mots et expressions qui se rapprochent de la vue.

Elles préfèrent des expressions comme : C'est clair,  en un clin d'œil, faisons une mise au point, c’est mon point de vue, au premier plan, à première vue, etc...

Ou bien des verbes du style : Afficher, apercevoir, apparaître, assister, cacher, considérer, décrire, détailler, distinguer, éclaircir, éclairer, examiner, imaginer, montrer, regarder, remarquer, vérifier, voir, etc...

Les auditifs

Les auditifs réagissent aux mots qui tournent autour de l’ouïe.

Ils aiment employer des expressions comme : Etre à l'écoute, être tout ouïe, ça sonne bien, bien entendu, à bon entendeur, d’un claquement de doigt...

Ou bien des verbes du style : Appeler, chanter, déclarer, demander, dire, écouter, entendre, s’exprimer, harmoniser, parler, répondre, etc...

Les kinesthésiques

Ces personnes comprennent surtout les mots d’action. Qui se rapprochent du toucher. Des sensations.

Elles préfèrent des expressions comme : Gardons le contact, faire le tour, garder les pieds sur terre, j’en ai ras le bol, prendre un truc à cœur, garder son sang froid, en avoir plein le dos, mettre le doigt sur, avoir un bon feeling, prendre son pied, j’ai bien tout saisi, etc...

Ou bien des verbes du genre : Accrocher, animer, attaquer, bouger, changer, conduire, connecter, contacter, découper, effacer, ouvrir, prendre, saisir, soutenir, toucher, transformer, etc... 

Les olfactifs

Ce sont les personnes qui comprennent mieux les expressions qui tournent autour de l’odorat.

Par exemple, ils aiment ce genre d’expressions : Avoir du flair, comment te sens-tu ? comment sens-tu ce projet ? celle là je la sens pas, ça sent le roussi, ce dossier m’inspire, ce sujet vous inspire-t-il ? etc...

Et ils emploient des verbes comme : Aromatiser, flairer, humer, inspirer, parfumer, puer, renifler, sentir, etc...

Les gustatifs

Cette dernière catégorie concerne les gens qui se sentent plus concernés par tout ce qui touche au gout.

Ils emploient donc des verbes comme : Assaisonner, boire, consommer, cuisiner, cuver, dévorer, épicer, engloutir, farcir, gaver, goûter, mâcher, nourrir, pimenter, savourer, etc...

Et aiment bien ce style d’expressions : Il y a à boire et à manger là dedans, épicer nos rapports, pimenter une relation, grand consommateur d’informatique, dévorer un livre, boire ses paroles, etc...

Adapter son langage à ses visiteurs

Solution 1 : Tout traiter dans le même article

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive. Et il ne m’est pas possible, à première vue, de savoir ce qui vous touche personnellement parmi ces 5 langages.  

Et il en est de même pour vous et de vos visiteurs.

Voilà pourquoi la meilleure solution pour que vos lecteurs boivent vos paroles est de leur offrir des sujets qui les inspirent en utilisant autant que faire se peut les 5 éléments du langage VAKOG à l’intérieur même de votre article.

C’est exactement ce que je viens de faire dans le paragraphe qui précède, puisque vous pouvez constater que les expressions en gras concernent tour à tour un des 5 types de langages.

Mais on peut aussi procéder autrement :

Solution 2 : Créer un article par langage

En effet, vous pourriez décider de créer un article complet qui tournerait autour d’un seul des types de langages. Le kinesthésique par exemple.

Ainsi, vous pourriez toucher tous les kinesthésiques qui peuplent vos listes de visiteurs, et pourriez ainsi établir un contact privilégié avec eux. En prenant des mots précis qui auraient plus d’impact sur eux, puisqu’ils seraient liés à leur langage préféré.

Notez tous les mots en gras ci-dessus : ils s’adressent à des kinesthésiques.

En choisissant d’écrire un article complet dans ce langage, vous pourriez aisément catégoriser vos membres, en leur demandant par exemple de noter votre article.

En toute logique, si vous n’employez qu’un langage exclusivement kinesthésique, alors les personnes qui ne sont pas concernés par ce langage auront du mal à vous mettre une bonne note.

Pensez bien évidemment à faire varier vos titres afin de les rendre les plus fidèles possibles au langage que vous avez décidé d’employer.

Et bien entendu, rappelez-vous que si vous avez un blog, le mieux est d’enregistrer vos membres directement SUR votre blog, afin, ensuite, de pouvoir suivre qui préfère quoi...

Aviez-vous déjà pensé à faire ça sur votre blog ?

Et quel langage vous correspond le mieux à vous ?

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Ceux qui ont aimé cet article ont également apprécié ceux-là :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags: , , , ,

Laissez votre commentaire ici :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. Madeleine

    3 décembre 2012 at 9 h 56 min

    Bonjour Yvon,

    Intéressante ton approche.
    Je suis plutôt du genre visuel et auditif. Je peux aussi me laisser conduire par ce qui est de l’ordre kiné ou gustatif, il suffit pour cela de laisser l’imagination faire son chemin.

    Aussi, je me permets une question.
    Pour nous bloggueurs, n’y a-t-il pas une nécessité de vivre les 4 secteurs ? Bien sûr, il y aura toujours un secteur dominant. Mais, ne devrions-nous pas, au moins, expérimenter les autres pour que la gymnastique intellectuelle ne nous apporte pas des courbatures et des torsions de nos neurones ?

    Si dans le visuel (dans mon cas) j’y mets quelques zestes auditifs (et c’est le pourquoi je planche sur un projet visuel), j’y ajoute quelques exrcices pour les kiné et ceux qui redoutent la mobilité d’un texte, et, une pointe de rondeur pour mes lecteurs qui aiment goûter la saveur des mots, il me semble que je rejoins les 4 secteurs.

    La gymnastique est ainsi moins difficile. Ecrire est un exercice qui demande pas mal de savoir faire et de savoir être. A force d’essayer de rejoindre chaque catégorie avec son langage propre, j’en vois certains, certaines qui vont inventer le ciseau pour couper les cheveux en 4 !!! :hin:

    Mais, ceci dit, savoir qu’il y a plusieurs manières de s’adresser à son public, hé ben, c’est drôlement intéressant et ça ne peut que nous faire bouger.

    Je me réjouis de lire et de suivre la suite de ton expérience. Bonne journée.

     
    • Yvon

      3 décembre 2012 at 10 h 35 min

      Bonjour Madeleine

      Il faut distinguer l’écriture pour convaincre de l’écriture pour informer et pour apprendre.

      En partant du principe que chaque personne a – normalement – un langage de prédilection, alors si on écrit dans l’optique que la personne COMPRENNE ce qu’on dit, il vaut mieux employer le langage qu’elle comprend le mieux.

      Car c’est avec CE langage en particulier qu’elle aura le plus d’images à associer avec les mots que tu emploieras.

      Après, tu peux vouloir essayer de changer les repères des gens mais pas si tu cherches à convaincre.

      Merci pour ton intervention et bonne journée à toi

      Yvon

       
      • Madeleine

        3 décembre 2012 at 11 h 12 min

        Re-bonjour Yvon,

        En partant du principe que chaque personne a – normalement – un langage de prédilection, alors si on écrit dans l’optique que la personne COMPRENNE ce qu’on dit, il vaut mieux employer le langage qu’elle comprend le mieux.

        Merci de cette rectification importante … écrire pour convaincre, écrire pour que la personne comprenne … oui, je n’avais pas pensé à ça.
        Donc, tu mets du poids et du relief à ce que tu nous dis aujourd’hui.
        A bientôt.

         
  2. hannah@technique Tipi

    3 décembre 2012 at 11 h 32 min

    Bonjour Yvon,
    Je suppose qu’on a parfois deux ou trois sens privilégiés.
    Par contre lorsqu’on s’adresse à quelqu’un en face de nous,
    est ce qu’on a le temps de faire cette gymnastique de savoir
    quel est le sens privilégié de l’autre, d’y répondre et de ne pas
    s’exprimer uniquement avec notre propre sens privilégié?

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 0 h 28 min

      Bonsoir Hannah

      Il y a une grande différence entre la situation parlée et la situation écrite. En effet, en situation parlée, on n’a qu’une seule personne en face de soi. La PNL utilise noramùlement des questions pour évalueer le profil de la personne que l’on a en face de soi.

      Greg t’en dira bien plus sur ce sujet que moi.

      Ici il s’agit d’un texte qui s’adresse à plein de monde. C’est plus difficile de faire l’unanimité ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
  3. Christian@ webmarketing

    3 décembre 2012 at 12 h 07 min

    Salut Yvon,

    Comme tu t’en doutes, j’ai bien lu ton article; c’est bien vu.

    J’entends parfaitement bien tes propos.

    Mais si certains ne manqueront pas de prendre leur pied en mettant le doigt sur le bon argument, sachons les garder sut terre.

    Je sens bien que cela ne va pas plaire à tout le monde.

    Il y a ceux (les plus nombreux) qui te diront qu’ils ont bu tes paroles et dévorer ton article, bref qu’ils ont fait un repas complet sur le pouce, et ceux (les on ne sait pas combien)qui trouveront ton article à vomir.

    Ce qui est d’un mauvais goût!

    Ils t’enverront chier (VisuelS? Auditifs? Kinesthésiques? Olfactifs? Où alors, les pires de tous qui n’hésiteront pas à dire que tu essayes de leur faire bouffer de la merde, les gustatifs; beurk de chez beurk, diront les visuels).

    Quant à moi, je suis resté un peu insensible.

    J’ai la crève, les yeux qui coulent, mon nez et mes oreilles sont bouchés, et avec mes antibios, je ne goûte plus rien, je suis étalé dans mon canapé comme une huître dans sa coquille le 31 décembre.

    Mais, quand même, ça me parle et c’est clair, j’essayerai d’être sur pieds et de me sentir mieux pour la prochaine fois afin de retirer la substantifique moelle de tes propos.

    @+
    Christian.

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 16 min

      Salut Christian

      Une bien belle performance, assurément !
      T’as plus qu’à faire pareil dans tes vidéos et le succès est à la porte ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
  4. Geoffroy

    3 décembre 2012 at 12 h 12 min

    Bonjour Yvon,

    A la lecture de ton article, je me rends compte que finalement il faut chaque fois parler à cinq personnes à la fois.

    Pour un texte de vente (sous forme de vidéo ou de page de vente), il faudrait alors aborder chaque problème, chaque bénéfice 5 fois pour donner plus d’impact.

    Et donc répéter de manière astucieuse des informations en changeant l’angle d’approche pour
    1) respecter ces 5 types de personnes
    2) éviter que la répétition soit trop flagrante et n’ennuie le lecteur

    Fais-tu ce genre de chose dans tes pages de vente ?

    Geoffroy

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 14 min

      Salut Geoffroy

      En fait je m’efforce de le faire oui. Mais pas forcément en répétant la même chose.

      Par exemple, tu peux aussi employer le langage Vakog dans la même phrase en utilisant par exemple un mot visuel pour le nom, un mot auditif pour le verbe et un mot kynestésique pour l’adjectif. Ainsi tout le monde est content.

      Bonne soirée

      Yvon

       
  5. Eric: Comment Faire Connaitre Mon Entreprise

    3 décembre 2012 at 13 h 01 min

    Bonjour Yvon,

    très intéressant comme approche car cela pourrait permettre de scinder ses listes d’abonnés afin qu’elle soit plus réactive à différents produits proposés.

    Je n’ai jamais pensé à travailler mes articles dans ce sens !
    Je pense qu’il faut beaucoup de temps pour apprendre à trouver les bons mots correspondant à cette technique.

    Il est certain qu’en utilisant des mots qui correspondent à la personne qui lit l’article, cela lui permettra une meilleure compréhension.

    Il est vrai qu’il n’est pas donné à tout le monde d’écrire rapidement des articles et si en plus il faut travailler les mots et les verbes dans un style que l’on ne connaît pas bien cela peut prendre énormément de temps.

    Malgré cela, je pense que ce pourrait être une méthode qui améliorerait le Copywriting commercial.
    Je vais essayer décrire mes articles en y mélangeant les cinq styles correspondants à la PNL.

    J’ai apprécié cet article :super:

    à bientôt
    Éric

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 17 min

      Bonsoir Eric

      L’objectif reste d’écrire un article normalement, et ENSUITE de le retravailler en remplaçant certains mots par d’autres en fonction du profil que tu vises.

      Un bon dico des synonymes, et le tour est joué ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
  6. mira

    3 décembre 2012 at 15 h 52 min

    Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant.
    C’est sans doute pour cela qu’on voit se multiplier partout les vidéos, les podcasts et autres formes de publication de contenu…
    Je dois avouer que je me sens un peu à la traîne. Oui, je ne sais même pas ce que c’est la PNL…
    Sinon, je m’identifie clairement aux visuels et kinesthésiques: info pour tous ceux qui voudraient me vendre des produits :-)

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 21 min

      Bonsoir Mira

      Puis-je te suggérer de te rapprocher du blog de Greg (http://www.viruose2lavie.com) ?
      Tu y apprendras tout ce qu’il faut sur la PNL ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
  7. thierry

    3 décembre 2012 at 14 h 01 min

    Salut Yvon

    5 fois plus de travail pour un article. Si je devais choisir une méthode, je choisirais la première. A savoir essayer de toucher les 5 groupes dans le même article.

    Parce qu’à moins d’avoir 5 blogs différents, je ne vois pas comment tu pourrais publier 5 fois le même article rédigé de façon différente. A moins de créer des espaces membres différents et de limiter l’accès aux 4 autres articles qui sont presque identiques.

    Après, 5 fois plus de travail pour contenter tous le monde, je ne suis pas persuadé que le jeu en vaille la chandelle. Mais bon, c’est à tester.

    Dans les 5 catégories que tu proposes, je ne trouve même pas celle qui me convient le plus. J’ai tendance à lire l’information que je cherche quelque soit le mode de rédaction employé. Du moment que j’y trouve mon bonheur…

    Quoi qu’il en soi, il est intéressant de connaitre ces 5 groupes. Est- ce que tu as créé la liste de mots pour chaque expression, ou est-ce que ça vient d’un livre spécifique ?

    Bonne journée
    Thierry

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 20 min

      Salut Thierry

      Si on met le facteur « travail » de côté (car c’est juste une gymanstique du cerveau, et c’est comme tout, une fois que tu l’as fait des dizaines de fois, tu peux indépendamment paser d’un langage à l’autre assez facilement), alors on peut tout à fait imaginer créer un article différent par type de profil. Qui ne parle pas forcément de la même chose.

      Un article informe. S’il est fait dans le but de segmenter tes lecteurs (mais dans quel but si ce n’est les faire mieux réagir plus tard quand tu leurs proposera une page de vente ou d’action ?), alors n’importe quel article fait l’affaire.

      Bonne soirée

      Yvon

       
  8. Dorian

    3 décembre 2012 at 19 h 06 min

    Hello Yvon,

    Super intéressant tout ça. J’en avais déjà entedu parler mais il faut avouer que tu en parles bien :)

    Je sens que tu as un bon feeling pour nous éclairer d’un claquement de doigt pour pimenter nos articles => OK j’ai mis 2 minutes à l’écrire pour reprendre les 5 modèles. Ca va demander un peu d’exercice !!

    A bientôt ;)
    Dorian

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 22 min

      Bonsoir Dorian

      Comme je le disais plus bas, si la phrase d’origine est écrite, après, il suffit de trouver des synonymes qui correspondent au langage choisi.
      Mais bravo pour ta phrase :hin:

      Bonne soirée

      Yvon

       
  9. Michel@Changer-Gagner

    3 décembre 2012 at 22 h 14 min

    Bonjour Yvon, et les autres !

    C’est un peut ce que l’on essaie de faire en racontant des histoires.
    D’ailleurs, un bon conteur sait placer l’auditoire dans l’histoire : planter le décor, décrire les odeurs… Il sait faire imaginer. Et il utilise des images !

    Tu l’as très bien écrit dans certains de tes articles. Il faut parler avec des images.

     
  10. Nathalie

    3 décembre 2012 at 22 h 49 min

    Bonsoir Yvon,

    La PNL est très intéressante effectivement. Mais par contre, je m’interroge : écrire un article s’adressant à une seule catégorie de personnes n’est-ce pas courir le risque d’exclure toutes les autres catégories de personnes ? De plus, quelqu’un qui est visuel est-il exclusivement visuel au point d’être complètement insensible au langage des autres catégories ou au contraire appartient-il à plusieurs catégories et peut dans ce cas être sensible à plusieurs langages ?

    Excellente soirée à toi

    Nathalie

     
    • Michel@Changer-Gagner

      4 décembre 2012 at 0 h 34 min

      Il faut en effet, s’adresser à tout le monde en même temps.
      Le mieux, je pense, est d’utiliser métaphores, images et histoires.

       
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 25 min

      Bonsoir Nathalie

      L’objectif est d’écrire un article par type de profil. Dans le but de catégoriser ses lecteurs.
      Ca ne va pas exclure forcément les autres, parce qu’ils sont tous plus ou moins concernés par tous les profils, à une échelle plus ou moins élevée.
      Simplement, un texte écrit exclusivement dans l’un des langages parlera beaucoup plus efficacement et plus rapidement à la personne concernée par ce langage.

      Bonne soirée

      Yvon

       
  11. Fred de Ecrire... et s'enrichir !

    4 décembre 2012 at 10 h 29 min

    Merci beaucoup pour cet article !

    Vraiment très intéressant, je n’y avais jamais pensé.
    C’est très pertinent. Mais dans la pratique, cela me semble plus compliqué.
    Surtout que, blogueurs que nous sommes, nous avons déjà très souvent notre propre style d’écriture. Et c’est très souvent ce style qui plaît (ou non) à nos lecteurs. Si on le change, si ce que l’on écrit n’est plus naturel, les lecteurs risquent de s’en rendre compte, et de ne pas apprécier, car ils sont habitués depuis longtemps à notre style, notre « marque de fabrique ».

    Par contre, pour une page de vente, là je pense que tes conseils sont de la première importance, car il s’agira alors d’avoir un texte qui s’adresse à la population la plus large possible, avec un vocabulaire beaucoup plus droit et carré que d’habitude.

    Le plus simple serait d’avoir un blog dont le sujet principal correspond à une des 5 catégories, par exemple un blog sur la photo ou la vidéo. Dans ce cas, le vocabulaire utilisé devra en effet être formaté pour s’adresser spécifiquement aux personnes à prédominance visuelle.

    A bientôt, Fred

     
    • Yvon

      4 décembre 2012 at 19 h 30 min

      Bonsoir Fred

      Qu’est-ce que c’est un « style » d’écriture ? C’est un certain ton, une certaine rythmique, et un certain niveau de vocabulaire…

      Tu peux tout à fait continuer à parler de la même manière qu’avant, mais changer quelques mots (faire évoluer ton vocabulaire) pour les faire coller à un langage profilé précis.

      En outre, si on suit ton raisonnement, alors pourquoi changer de style dans une lettre de vente ? Ce n’est pas cohérent. Il faut écrire pareil partout.

      Je peux te parler de copywriting, de marketing, de pêche à la ligne, de cinéma et de musique en employant exactement le même style. Le vocabulaire ne sera pas le même par contre ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
  12. BK

    4 décembre 2012 at 12 h 58 min

    Hello Yvon,

    Je crois me souvenir avoir déjà parlé de ce sujet avec Greg.

    C’est un sujet que je connais bien mais… par le biais de l’hypnose ericksonnienne qui, de toute façon, est à l’origine de ce genre de techniques de PNL.

    Bref, le problème N°1 c’est qu’à l’origine, cette technique est faite pour traiter une et une seule personne.

    Si, par exemple, le système sensoriel privilégié du gars que tu as en face de toi est très décalé dans le visuel (au détriment des autres systèmes sensoriels)… alors tu vas employer des termes visuels pour accrocher son attention (on dira « induire », en hypnose).

    Mais (car il y a des tas de mais), ça ne présente pas un gros intérêt si le système privilégié de ton gars n’est que légèrement visuel (privilégié quand même mais pas tant que ça), ou a fortiori s’il répartit ses systèmes sensoriels privilégiés sur plusieurs sens.

    Dans ces cas, on n’emploie tout bonnement pas la technique des systèmes sensoriels, car elle est jugée « insuffisamment rentable ».

    Cela dit, il existe des tas d’autres techniques, se basant, elles aussi, sur des critères psychologiques, comme par exemple l’introversion et l’extraversion.

    Parler en termes d’introversion à un introverti (ou en termes d’extraversion à un extraverti) a généralement encore plus d’impact que d’utiliser la technique des systèmes sensoriels.

    Mais, toujours pareil, si ton gars n’est pas franchement introverti ou extraverti, ça tombe plus ou moins à l’eau.

    En fait, il faut choisir le critère psychologique qu’il privilégie vraiment, vraiment. Celui dans lequel il est tellement décalé qu’on pourrait presque parler de pathologie (pas tout à fait mais presque).

    C’est pourquoi il existe encore d’autres critères, comme :

    – linéaire ou mosaïste,

    – infériorisé ou supériorisé,

    – branché sur le futur ou sur le présent,

    – rationnel ou irrationnel…

    Ce n’est qu’en définissant, grâce à l’observation ou à des questions, quel (ou quels) critère(s) sont vraiment en décalage par rapport à la moyenne, qu’on peut disposer d’une technique vraiment efficace pour accrocher l’intérêt du gars traité.

    Mais ce n’est pas tout ! Parce qu’une fois qu’on l’a accroché, il faut lui faire vivre quelque chose qui, pour lui, sera exceptionnel.

    Et cette impression d’exceptionnel ne sera obtenue qu’en inversant les critères.

    Par exemple, tu accroches l’attention d’un vrai introverti à l’aide de termes d’introversion et, une fois qu’il est bien accroché, tu lui envoies des termes d’extraversion.

    Là, non seulement il aura l’impression de vivre une expérience nouvelle pour lui, de découvrir un nouveau monde, mais en plus cette expérience va l’équilibrer et il en ressortira avec un sentiment de bien-être dont il ne pourra que t’être reconnaissant.

    Toutefois, tout cela, je le répète, ne peut se faire qu’avec une seule personne à la fois.

    Car si tu t’adresses à plus d’une personne, non seulement tu ne pourras pas cibler le critère en décalage, mais tu mélangeras, pour chaque participant, les deux phases (l’induction et l’approfondissement). Or, causer d’emblée introverti à un extraverti, ça l’agace plus qu’autre chose !

    Bon, alors tu me diras que ton propos n’est pas de plonger tes lecteurs dans un état hypnotique profond, mais simplement de parler un langage qui leur parle.

    C’est vrai ! Et statistiquement ça « fait plaisir » à tout le monde d’employer les différents langages visuels, auditifs, etc., dans un texte. Ça peut donc être relativement payant.

    Mais relativement seulement ! Car chaque fois que tu emploieras une séquence de termes auditifs, tous les « visuels graves » seront inconsciemment mal à l’aise (à moins qu’ils n’aient été longuement accrochés préalablement par des termes visuels).

    L’impact est donc assez aléatoire.

    Pour conclure, je dirais que cette technique n’est pas mauvaise… mais pas transcendante non plus !

    Parce que, quelles qu’elles soient, ces techniques sont des techniques de personnalisation.

    Il n’est donc pas hyper rentable de les standardiser… même si elles peuvent quand même apporter un petit plus.

    S’il était possible de regrouper des listes de lecteurs (ou prospects) visuels, irrationnels, supériorisés, linéaires ou introvertis, ça cartonnerait certainement un max.

    Mais, à mon avis, à défaut de telles listes, mieux vaut essayer de taper dans des catégories plus classiques, comme hommes/femmes ou jeunes/vieux, plus facilement repérables.

    Bernard

     
  13. David K

    4 décembre 2012 at 13 h 32 min

    Bonjour Yvon,

    Très bon article. La psychologie bénéficie vraiment à l’écriture. De la même façon, l’analyse transactionnelle peut te permettre d’orienter tes arguments plus finement.

    Bonne journée,

    D.

    /!\ Copywriters en herbe, Attention. 73% de votre Travail tient à un petit secret. 97% des débutants le négligent et échouent. Qu’en ferez-vous ? /!\

    Utiliser la PNL, l’hypnose, l’AT pour vendre est pertinent… A condition que le reste se tienne. Au-delà de votre style personnel, que se passe-t-il si vous n’êtes pas lu ?

    Oui ! Oui ! Oui ! Imaginez que vous avez le meilleur texte au monde. Un bijou que même Dieu vous envierait. Mais voilà: personne ne le lit. Pourquoi ? Parce qu’il est noyé au milieu de la masse. Invisible.

    « Plus personne ne lit mais tout le monde raconte sa vie » est une blague véridique. Avec les réseaux sociaux, ce mouvement s’est amplifié.

    En fait, le contenu n’a jamais été aussi important en taille de toute l’histoire de l’humanité. Que faire pour être lu ? Vous pouvez être visible. Comment ? Bossez vos accroches/titres :) !

    Si vos accroches, titres de blog, statuts de réseaux sociaux, bref, l’attrape-lecteur sont mauvaises, c’est mort. Sur Internet, vous avez une seconde pour convaincre. Pas deux.

    Vous recevez 100 mails par jour ? Très bien. Faites l’effort conscient d’observer votre comportement la prochaine fois que vous videz votre boite de réception :-P .

    Source des pourcentages: Ted Nicholas. 40 ans de carrière. 200 millions de dollars. /Crédibilité.

     
  14. Christine Geranio

    4 décembre 2012 at 13 h 51 min

    On a tous plusieurs sens préférés.

    La grande majorité des gens sont d’abord visuels iu auditifs, puis chacun a des sens préférés supplémentaires.

    D’ailleurs, en amour c’est pareil : les auditifs aiment les paroles et murmures, les visuels aiment voir, les kinesthésiques aiment toucher etc.

     
  15. Daniel

    4 décembre 2012 at 18 h 56 min

    Bonsoir Yvon,
    ouf! c’est très compliqué pour moi, je ne comprends pas tout!!!!

     
  16. Argancel

    5 décembre 2012 at 18 h 20 min

    Hello Yvon, c’est intéressant tout ça.

    Personnellement, moi pour simplifier je me contente d’écrire du vocabulaire concret (enfin quand j’y pense). D’ailleurs ce serait intéressant de voir dans quelle catégorie je me trouve rien qu’en analysant les articles que j’ai écrit ! (serait-ce là le but de ton outil ?)

    Merci et @+

     
  17. nessa

    8 décembre 2012 at 15 h 23 min

    hello :) cela fait longtemps que je suis venue te lire, déménagement, nouveau job, j’ai recommencé depuis peu à écrire et heureusement je n’ai pas perdu mes visiteurs :)

    très interessant ton article je n’aurais pas pensé utiliser la PNL pour mes articles mais tres bonne idée !

    j’ai eu une formation « risques liés au feu » à mon travail.
    Je suis arrivée avec mon stylo et mon bloc-note mais le formateur nous a demandé de ranger nos carnet !
    j’ai noté en douce lol et bien tout ce que je me souviens c’est ce que j’ai noté ! entre le discours du formateur, ses questions, des vidéos floues (rétroprojecteur sur tableau vert),une mise en pratique avec les extincteurs …

    du coup je dois sûrement être « visuelle » mais pas sûre lol on peut aussi être de plusieurs groupes non ?

    bon week -end :)

     
    • Yvon

      10 décembre 2012 at 17 h 39 min

      Bonjour Nessa

      Ca faisait longtemps en effet que tu n’étais plus venue par ici :hin:

      On est bien entendu de plusieurs « groupes » à des pourcentages plus ou moins élevés…

      Mais en ce qui te concerne, le fait que tu te rappelles surtout de ce que tu as noté relève plus du processus cognitif lié à l’écriture, qui semble activer chez toi certaines parties de ton cerveau liées à la mémoire.

      Ca arrive fréquemment. Je connais beaucoup de gens qui agissent comme ça, et qui ont absolument besoin de noter ce qu’on leur dit pour s’en souvenir.

      D’autres ont besoin de l’entendre. D’autres, de le lire.

      Dans le cadre de cet article, cela ne rentre pas en ligne de compte puisque le but ici est de s’adresser à la partie la plus « automatique » de notre compréhension. Que l’info soit lue ou entendue.

      Bonne journée

      Yvon

       
  18. MarieEve

    11 décembre 2012 at 10 h 22 min

    Salut Yvon,

    J’avais déjà entendu parler de ce sujet et ça m’avait permis de me rendre compte que je suis « kinesthésique » et « visuelle ». Depuis, je « conscientise » mieux mon écriture, et je prends garde à varier..mais c’est plus facile à dire qu’à faire! ;)

     
  19. Dominique

    11 décembre 2012 at 12 h 49 min

    merci Yvon pour cette présentation de la PNL – je trouve que le VAKOG est un élément important dans la communication et si effectivement il est bien d’identifier les profils pour échanger mieux, il est aussi important pour moi de pouvoir utiliser des moyens diversifiés en terme de communication qui vont pouvoir parler à tous.
    Par exemple, pour animer une réunion, prévoir du visuel, des supports expressifs du sujet, des explications claires pour les auditifs et y transmettre sa passion pour toucher les kinesthésiques.
    J’entends aussi ce que tu dis sur le choix des titres pour sélectionner le type de clients et de parler le langage ad’hoc.

    Je vais appliquer la méthode sur un prochain article, merci
    belle journée
    Dominique

     
  20. Hélène, Coach Relax

    19 décembre 2012 at 9 h 51 min

    Bonjour,
    La PNL recèle bien plus de trésors que les seuls canaux sensoriels.
    D’ailleurs, avez vous fait la différence entre ce que vous percevez et la représentation interne que vous en faites? Il arrive fréquemment que ce ne soit pas le même canal qui intervienne.
    Alors attention aux interprétations rapides!
    Au plaisir de vous lire
    Hélène

     
  21. Claudie

    12 mars 2013 at 19 h 21 min

    Voici une technique PNL qui prépare mentalement à l’amélioration des comportements en créant un état de ressources puissant.
    Le cercle d’excellence de la PNL est une technique destinée à aider à accumuler de la confiance pour accomplir une action. Vous pouvez donc l’utiliser pour soigner la peur de parler en public, pour accroître la confiance en soi et dans bien d’autres circonstances et vous pouvez l’utiliser pour aider vos clients…
    Le cercle d’excellence est une technique de PNL type à exécuter avec un coach ou un praticien PNL qui vous dirigera à travers les diverses étapes tout en maintenant le rapport et sans précipitation.
    1. Identifiez et pensez à une situation d’excellence que vous avez vécue. Choisissez toute situation dans laquelle vous aviez toutes les ressources nécessaires : cela peut être une situation où vous vous êtes senti particulièrement heureux, plein d’énergie, totalement sûr de vous, …une situation qui, lorsqu’à chaque fois que vous y pensez vous met dans un état de bien-être total. Choisissez un mot de code et dites-le quand vous sentez que vous revivez totalement cette situation et que vous êtes dedans (« Oui », « Ok,ok», « ça y est », « c’est çaaa », « Yeees »; « Dolce vita »; «Que bién» etc.). Arrêtez d’y penser maintenant pendant quelques instants.
    2. Imaginez un cercle devant vous sur le sol et donnez-lui votre couleur préférée.
    3. Maintenant imaginez-vous à l’intérieur de ce cercle et en même temps à l’intérieur de cette situation d’excellence. Imaginez-vous et voyez-vous mentalement dans ce cercle en train de revivre toutes ces sensations intenses. Replongez-vous mentalement et profondément dans cette situation et revivez les sensations que vous avez vécues alors. Ecoutez les paroles que vous avez prononcées dans cette situation et revoyez comment était votre apparence physique à ce moment-là.
    4. Maintenant entrez dans le cercle et associez-vous complètement à la situation. Voyez ce que vous avez vu, entendez ce que vous avez entendu, et sentez ce que vous avez senti. Imprégnez-vous de toutes ces choses, de toutes ces sensations au plus profond de vous-même et dites haut et fort le mot code que vous avez choisi auparavant pour cette situation.
    5. Aussitôt que tous ces sentiments et ces sensations commencent à s’estomper, sortez du cercle en laissant tous ces sentiments et sensations dans le cercle
    6. Faites une pause, une rupture.
    7. Revenez dans le cercle et retrouvez instantanément tous les sentiments et les sensations. Laissez-les vous imprégner encore une fois très profondément.
    8. Dès que tous ces sentiments et sensations commencent à s’estomper, sortez du cercle, en les laissant encore dans le cercle.
    Vous pouvez maintenant emmener ce cercle partout avec vous et où vous voulez. Peut-être à côté de votre lit de manière à y entrer chaque matin, ou sur le trottoir à côté de l’endroit où vous venez de garer votre voiture, le mettre dans la salle d’attente de l’entreprise où vous avez rendez-vous pour un entretien , le placer devant la porte d’entrée de chez vous pour vous ressourcer avant de passer le seuil ou tout simplement l’emmener avec vous partout où vous allez. C’est votre cercle d’excellence et il restera avec vous le restant de votre vie.
    Association des PNListes