Ecrire 7 articles en 2 heures – Etape 3 : 1h15 pour créer un article global complet

 et article est la suite de celui de jeudi dernier, et fait partie de la série “Comment écrire 7 articles en 2 heures”.

A partir du moment où vous avez identifié vos 5 étapes, que vous avez éventuellement modifiées suite aux propositions de vos lecteurs, il est temps de vous attaquer à votre article.

C’est ce qui va être le plus long.

Et l’important, outre le temps qui vous est imparti pour rédiger cet article, c’est surtout de faire les choses comme il faut…

L’art de rendre une liste attrayante

Vous avez déjà le plan de votre article, puisque vos différentes étapes sont déjà indiquées. L’objectif est donc de détailler chacune des étapes que vous avez mentionnées.

chemical - test - studies

Le but est de bien expliquer à vos lecteurs comment ils vont pouvoir faire ceci ou cela.

On vous dit souvent qu’il est “bon” d’utiliser les listes quand on fait des articles.

C’est vrai.

Car les gens aiment ce qui peut être énuméré. Ca rentre plus facilement dans leur cerveau, et cela facilite la compréhension de l’ensemble.

Cela dit, dans le genre d’exercice que l’on pratique aujourd’hui (écrire 7 articles en 2 heures maxi), il faut aller plus loin que la simple liste.

Il va falloir justifier les différentes étapes de votre liste et développer vos idées.

C’est donc dans cette 3ème étape que vous allez écrire chacun des points de votre liste, et que vous allez développer chacun d’eux.

Ce qui fera que chaque point de votre liste devient un potentiel futur article.

Ceci étant précisé (et j’espère bien compris) dans cette entreprise, le but est d’être efficace en matière de temps.

Voilà pourquoi je vous propose cette petite technique que j’utilise avec succès depuis des années, afin que vous arriviez à tenir vos délais :

La technique des 5+10 minutes

C’est une méthode très simple, qui consiste à fractionner votre temps d’écriture à la manière des coureurs de fond.

Phase 1 : Idées (5 mn)

Vous allez donc décider de consacrer 5 minutes – pas une de plus – à l’écriture “rapide” de chacune de vos étapes.

Pour cela, munissez-vous d’un chronomètre ou mieux, d’un compte à rebours. On trouve ça sur n’importe quel téléphone.

Décomptez 5 minutes exactement pour chacune de vos parties.

Lancez le compte à rebours.

Il s’agit d’écrire un maximum d’idées sur chacune d’elle. En partant de la première, pour arriver à la cinquième.

N’écrivez pas de phrases. Juste des mots. Des idées. A la manière d’un brainstorming.

L’objectif est de faire un peu marcher votre cerveau à l’instinct. De lui tirer un maximum d’informations sur ce que vous savez déjà.

Donc en pratique :

  • Vous prenez votre première étape,
  • Vous déclenchez votre compte à rebours,
  • Vous écrivez un maximum d’idées sur l’étape en question,
  • Quand les 5 minutes sont écoulées, vous passez à l’étape suivante.
  • Jusqu’à la dernière…

Normalement, si j’ai bien compté, ça vous a pris 25 minutes.

Il est temps maintenant de passer à la phase 2 :

Phase 2 : Phrases (10 mn)

Dans cette phase, vous allez mettre un compte à rebours de 10 minutes.

Et vous allez reprendre chacune de vos étapes, et vous allez transformer les idées que vous avez notées dans la phase 1 en phrases intelligibles et pertinentes.

10 minutes maxi pour chaque étape.

Formez vos phrases, enchainez vos idées, bref…mettez chacune de vos étapes en forme afin d’écrire un article digne de ce nom.

Vous le verrez, dans le feu de l’action, tout est bien plus facile que vous ne l’imaginez.

Car je le sais pour l’avoir expérimenté, à la simple lecture de cette technique, vous vous dites certainement que c’est peine perdue.

Et pourtant, essayez…

Pour le coup, c’est carrément bluffant de constater comme il est facile de mettre son cerveau en action pour cette activité d’écriture.

Ca fait un peu usine, mais tentez le coup. Personnellement, je trouve ça très séduisant.

Voici donc un résumé pratique de cette deuxième phase :

  • Vous prenez votre première étape,
  • Vous déclenchez votre compte à rebours,
  • Vous mettez toutes vos idées en forme à l’aide de phrases – courtes si possible,
  • Quand les 10 minutes sont écoulées, vous passez à l’étape suivante.
  • Jusqu’à la dernière…

Une phase de plus pour être plus pro

Vous n’aurez pas tout le temps un challenge de ce type à suivre (7 articles en deux heures).

Par conséquent, je vous propose de prévoir une cinquantaine de minutes supplémentaires pour rendre votre article plus professionnel (mais forcément moins naturel).

Il s’agit donc de rajouter une sorte de phase « zéro » (la Phase 0 : Recherches (10 mn)) qui viendrait AVANT la phase “Idées”.

Dans cette phase, vous vous accordez 10 minutes supplémentaires pour RECHERCHER des infos sur le thème de l’étape que vous avez choisie.

Le principe est à peu près similaire aux deux phases vues précédemment :

  • Vous prenez votre première étape,
  • Vous déclenchez votre compte à rebours (10 mn),
  • Vous allez sur Google et vous tapez le thème de votre étape dans le champ de recherche. Vous tombez sur des sites intéressants qui vous donnent des idées.
  • Passez d’un site à l’autre et lisez le plus rapidement possible ce que vous trouvez sur le sujet.
  • Normalement, chaque site vous donne des liens vers d’autres sites, ce qui enrichit votre “base” d’idées.
  • Quand les 10 minutes sont écoulées, vous passez à l’étape suivante.
  • Jusqu’à la dernière…

Et ensuite vous pouvez démarrer la phase 1.

N’hésitez pas à séparer ces deux phases de quelques heures, voire d’un jour complet. Histoire de laisser votre cerveau décanter un peu.

Et après ?

Une fois que votre article aura été écrit (vos 5 étapes auront été toutes traitées), il vous suffira ensuite de le scinder en 5 articles distincts.

Nous verrons demain comment procéder en pratique.

Et j’en profiterai pour vous parler de ça :

  • Le mot qui devrait impérativement figurer dans TOUTES vos … (vous saurez de quoi il s’agit demain) pour donner une véritable envie à vos lecteurs de lire la suite de vos articles,
  • Les 3 parties obligatoires qui doivent composer cet élément indispensable, pour en faire une arme efficace et captivante,
  • Un exemple concret de transformation d’un élément peu performant, en quelque chose qui donne une envie irrésistible de lire la suite, et comment vous pouvez faire pareil pour n’importe lequel de vos sujets

On voit ça jeudi prochain !

D’ici là, n’hésitez pas à poser vos questions en commentaires.

Ecrire 7 articles en 2 heures – Etape 2 : L’annoncer

 ne fois que vous avez choisi votre sujet, et que vous avez préparé vos 5 étapes, il est temps d’annoncer au monde que vous allez faire une série de 7 articles (dont celui-ci) sur le thème que vous avez choisi.

C’est ce que j’ai fait dans l’avant-dernier article.

Je vous ai annoncé comment vous pouviez vous aussi écrire 7 articles en deux heures.

Vous devrez donc faire la même chose avec votre thème : L’annoncer aux membres de votre blog.

annoncer-serie-articles

Ca fera le premier article de votre série.

Que faut-il prévoir dans votre annonce ?

Pas besoin d’en faire des tonnes.

Un article d’environ 300 mots suffit largement. L’important, c’est l’effet de teasing que vous allez employer dedans, pour donner envie à vos lecteurs :

  • De participer activement à l’élaboration de votre série d’articles
  • de revenir chaque jour pour suivre avec attention vos écrits

Voici ce que vous devriez aborder à l’intérieur de cet article :

1. Le titre

C’est le titre de votre “série”. C’est à dire vos 7 prochains articles.

Il vous faut donc le soigner, et annoncer la couleur de ce dont vous voulez parler.

  • Soyez explicite.
  • Mentionnez le nombre total d’étapes  (les 5 prochains articles donc).
  • Et promettez quelque chose.

Votre titre va déterminer le nombre de lectures de vos articles.

2. La présentation du sujet

C’est là que vous expliquez sommairement pourquoi le sujet que vous avez choisi est intéressant. Pourquoi ça intéresse vos lecteurs, et comment vous comptez vous y prendre pour rendre le tout facile à comprendre.

Incluez des puces promesses aussi.

Qui donnent envie à vos lecteurs d’en savoir plus.

Vous ANNONCEZ votre évènement, alors fendez-vous de quelques phrases de teasing pour faire “monter la sauce”.

3. Mettez vos lecteurs à contribution

Vous avez la chance d’avoir une communauté soudée, qui se mettrait en 4 pour vous, pour vous remercier de leur avoir déjà tant donné avec vos articles ?

Pourquoi ne pas leur donner ce plaisir ?

La troisième partie de votre article d’annonce devrait donc comporter une demande précise sur ce que feraient vos lecteurs s’ils avaient à traiter ce sujet ?

Surprenant ? Je sais !

Ca n’en reste pas moins une très bonne manière de trouver plus d’idées à traiter. Et qui sait, certaines de ces idées seront bien meilleures que les vôtres.

En outre, vous ne pouvez pas penser à tout !

Cela vous donnera donc l’occasion soit de remplacer certaines de vos idées par des meilleures, soit de créer autant d’articles supplémentaires que vous avez reçu d’idées.

N’oubliez pas de dire à vos contributeurs qu’ils bénéficieront d’une mention ainsi que d’un lien vers leur blog s’ils en ont un.

Cela encouragera les autres à participer, et vous récolterez ainsi un maximum d’idées.

Une fois que vous aurez toutes vos idées, il sera temps de passer à la rédaction de votre article global.

On voit ça dans le prochain article de la série.

Ecrire 7 articles en 2 heures – Etape 1 : Prévoir, choisir et construire

 ans les 6 articles qui vont suivre, on va partir du principe que vous souhaitez écrire 7 articles autour d’un sujet précis.

Bien entendu, si vous voulez écrire 10 articles, vous le pouvez aussi.

Vous allez voir comment.

construire-un-plan-d-article

Attaquons tout de suite avec la toute première étape :

Trouver un sujet et construire un plan en 5 étapes

La toute première étape dans la réalisation d’une telle entreprise consiste bien évidemment à trouver un bon sujet en rapport avec votre blog.

Mais attention ! Votre sujet doit se prêter à la réalisation d’une liste d’au moins 5 points à suivre si vous souhaitez écrire 7 articles.

Si vous avez dans l’idée de ne faire que 5 articles, alors vous aurez à choisir que 3 étapes précises.

Si vous voulez faire 10 articles, alors vous aurez à préparer 8 étapes précises.

Et donc par extension, si vous voulez faire X articles, alors vous aurez X-2 étapes à trouver.

Pourquoi ce X – 2 ?

Parce qu’il y a deux des étapes qui ne sont PAS de véritables étapes au sens de “faites ceci ou cela”.

Vous les découvrirez dans les jours qui suivent.

Pour l’heure, la toute première chose à faire est donc de construire un plan en 5 étapes pour réaliser 7 articles.

Comment procéder en pratique ?

La toute première chose à faire est de poser un problème précis. Qui va nécessiter plusieurs étapes pour le résoudre.

A partir du moment où vous avez choisi votre sujet, vous allez devoir passer en revue toutes les solutions possibles et imaginables à votre problème pour au final en tirer 5 étapes précises et concrètes.

Et vous les notez de la manière la plus explicite possible (on verra ça dans l’étape suivante).

Une fois que vous aurez fait ça, ces 5 étapes seront donc les titres de chacune des parties de votre article principal.

A suivre…

Quand cette partie là est faite, alors vous êtes prêt à passer à la deuxième étape, que nous verrons dans le prochain article de la série.

Vous y découvrirez :

  • Les 3 éléments indispensables que doit contenir le TITRE de chacune de vos solutions pour donner envie à vos lecteurs de lire la suite
  • L’étape primordiale dans cette phase, qui peut multiplier votre taux de lecture par 3… ou le diminuer par 10 si c’est mal fait
  • L’action à réaliser qui vous permettra de trouver des dizaines d’idées d’articles sans vous fatiguer

Rendez-vous jeudi prochain pour découvrir cette étape 2.

D’ici là, si vous avez des questions à propos de tout ça, n’hésitez pas !

Comment écrire 7 articles en 2 heures et s’en servir pour augmenter le nombre de visites sur son blog

 e titre est sympa n’est-ce pas ?

Attirant, accrocheur, et faisant carrément envie.

On pourrait croire que c’est une blague, tellement c’est un challenge incroyable.

Quand on sait combien il est difficile de trouver des idées d’articles, et combien il est difficile de les écrire, et combien il est difficile de bien les structurer, écrire 7 articles en 2 heures, ça force le respect, pas vrai ?

cloud network concept

Bon, je ne suis pas en train de m’envoyer des fleurs. Pas du tout…

C’est juste que je viens de le faire à l’instant, et que je veux vous expliquer comment vous aussi vous allez pouvoir :

  • Ecrire 7 articles intéressants et captivants en deux heures, dans votre domaine, et sur n’importe quel sujet.
  • Vous en servir pour garder plus longtemps les gens sur votre blog

Ca passe par 7 phases bien distinctes que je vais vous expliquer dans les 7 prochains articles de fond de ce blog.

Ca commence demain.

Et d’ailleurs, juste avant de commencer, j’aimerais vous demander une faveur.

Imaginez que votre vie
dépende de cette réalisation

Imaginez si vous deviez absolument écrire 7 articles bien construits en 2 heures maximum, comme une bonne vieille interrogation écrite d’antan, et que vous devez vous servir de ces articles pour multiplier votre nombre de lecteurs.

Comment vous y prendriez-vous ?

  • Vous pouvez écrire sur n’importe quoi.
  • Vous pouvez écrire dans le style qui vous plaira.
  • Le but est que ceux qui lisent vos articles aient envie de lire le suivant.

Si vous avez un peu de temps, et l’envie de le faire surtout, voyons comment vous vous y prendriez.

Chaque “idée” valable sera reprise dans un article complet avec un lien vers le blog de celui qui en aura eu l’initiative.

C’est à vous :

J’ai envie d’acheter, pas de profiter…

 l y a quelques jours, je lisais un article de Cédric du blog Virtuose Marketing, dans lequel il parlait de textes à privilégier sur les boutons de commande.

Il en était arrivé à la conclusion que les libellés du type “Acheter”, “Passer la commande” ou encore “Commander” étaient des mauvais textes, et faisaient perdre des ventes.

Mon expérience de copywriter “old régime” aurait tendance à être d’accord avec ça. Déjà parce que c’est ce qu’on m’a appris, ensuite parce que j’ai pu l’expérimenter dans certaines niches.

Mon expérience d’acheteur et de fureteur “moderne”, par contre, me fait dire que ces affirmations ne sont pas aussi indiscutables que ça, et qu’il convient de les mesurer.

En effet, même si d’un point de vue “logique marketing et copywriting”, il semble vrai que “Profiter” fait plus envie que “Acheter”, dans la réalité, ce n’est pas toujours le cas.

Certains aiment beaucoup acheter…

Par exemple, prenons le cas des sites de vente de vêtements en ligne.

Actuellement, ce sont les soldes. Donc, les sites de ventes de vêtements par correspondance sont assaillis par des acheteuses qui sont à l’affût des bonnes affaires. Et vous seriez surpris de voir à quel point ces sites ont du succès.

Et pourtant, quand on prend leur bouton d’achat, on y voit…

acheter-profiter

…“Ajouter au panier” (exemple du site Asos.fr).

Et quand on arrive sur son panier, on y trouve…

acheter-profiter2 

… “Payer”, puis ensuite, “Paiement sécurisé”, et encore “Continuer mes achats”…

Et c’est pareil sur le site de la Redoute, ou les 3 Suisses, ou même sur Amazon, site réputé pour optimiser au maximum tout l’aspect de sa boutique :

acheter-profiter3

On retrouve “passer la commande”, et bien souvent encore “Acheter” sur beaucoup de produits.

Mais alors, qui a raison ? Qui a tort ?

La réponse, c’est que tout le monde a raison. Ca va dépendre bien entendu de votre cible, du ou des produits que vous vendez, et de la forme de votre boutique ou page de vente.

J’ai lu quelque part que les gens ne voulaient pas acheter quoi que ce soit, et qu’ils préféraient “bénéficier” ou “profiter” ou quoi que ce soit d’autre en rapport avec le bénéfice du produit. Je crois même que je l’ai également écrit quelque part plusieurs fois.

Ici encore, il convient de mesurer ce genre de propos.

Les gens ne sont pas stupides. Quand on est dans une boutique de fringues ou dans un hypermarché, on n’est pas là pour s’amuser. On est bien là pour acheter.

Quand on est sur un site comme Amazon ou la Fnac, on n’y vient pas pour se détendre. On y vient pour acheter des trucs.

Quand on va au resto, ou au cinéma, ou chez le coiffeur, chez le médecin, après – ou avant – on passe à la caisse. Et c’est loin d’être une surprise !!

Sur Internet, et plus particulièrement dans le monde de la vente d’informations, je ne peux pas croire qu’il existe une seule personne sur terre qui ne va pas croire qu’il va acheter ce livre, ce logiciel ou cette formation, même s’il clique sur un bouton ou un lien du genre “Je veux devenir meilleur”.

Chaque personne qui va cliquer sur ce genre de lien SAIT d’avance qu’on va lui proposer quelque chose à acheter.

Et ça tombe bien, quand on y pense, parce que si elle a déjà passé entre 5 et 15 minutes à lire votre page de vente, alors c’est qu’elle est intéressée, et qu’elle veut acheter.

Et je ne suis pas bien sûr que le fait de cliquer sur un bouton ou un lien explicite comme ceux qu’on a coutume d’employer depuis quelques années (je l’ai fait aussi) ait quoi que ce soit à voir avec le nombre de ventes obtenues.

Ce n’est pas un bouton qui convainc un acheteur

Ce sont plutôt les éléments qui viennent juste avant.

C’est le texte, le visuel du produit, les arguments, les avantages, le prix, les garanties, les conditions de paiement, la confiance dans le vendeur, et une foule d’autres choses…

Le bouton d’achat est juste là pour matérialiser cette action d’acheter, justement.

Et qu’on lise “Acheter”, “Payer”, “Commander”, “Recevoir”, ou quoi que ce soit d’autre, l’important, c’est que ce bouton soit visible, accessible, mais surtout compréhensible !

Alors la meilleure chose à faire, et NON, ce n’est pas un scoop, c’est de TESTER différents textes, afin de voir si le fait de le changer va changer beaucoup de choses sur vos ventes.

En ce qui me concerne, j’ai déjà fait beaucoup de tests avec ça. J’ai changé plein de trucs.

La forme. Le fond. La couleur. Le texte. Mis un bouton graphique à la place d’un lien bleu. L’inverse. Puis les deux ensemble. Puis changé le texte. Laissé “Acheter”, ou “Régler”, ou “Payer”, ou “Commander”. Puis testé avec des textes plus détaillés…

Résultat ?

Bof… Les différences sont loin d’être notables.

Ca se joue à une dizaine de ventes en plus ou en moins en fonction des textes et des formes choisies, et ça change d’un produit à l’autre. Donc, en résumé, rien de vraiment probant.

J’explique ces résultats décevants par le fait que de nos jours, Internet est devenu un endroit où on achète à tout va. Les gens ne sont donc plus dupes, et ils comprennent très vite en voyant un bouton sur une page que c’est par là qu’ils payent et qu’ils commandent.

Donc, plutôt que de perdre du temps à optimiser ses boutons, je vous conseille plutôt de soigner le texte qui vient juste avant, et de bien mettre un bon de commande qui récapitule les meilleurs avantages du produit que vous vendez, histoire de rassurer les indécis.

Mais que cela ne vous empêche pas de tester plusieurs textes de boutons.

Après tout, je vous ai livré MON expérience, et ce que j’ai pu constater avec les personnes que je vois acheter sur le net. Vous avez peut-être d’autres retours, d’autres produits, et d’autres types de clients.

Le plus important est de ne pas perdre trop de temps avec ça et de comprendre que ce n’est pas UNIQUEMENT à cause d’un bouton de commande qu’on perd des ventes.

Bien sûr, si vous écrivez dessus “Filez-moi votre blé”, ou “Je me fais arnaquer” ou encore “Signe, pigeon”, il y a de fortes chances pour que vos ventes soient inexistantes.

Mais avec un texte “normal”, qui permet de faire comprendre au client à quoi sert ce bouton, alors vos ventes iront bien si le texte qu’il y a avant a bien fait son travail !

Si vous avez des résultats de tests (probants ou pas), n’hésitez pas à en parler ici.

Petites ficelles et grosses cordes de pendu à propos de la création d’un blog

 a semaine dernière, on a vu comment vous pouvez vous mettre sur Internet en 5 mn. Aujourd’hui, ce que nous allons voir va vous prendre un peu plus de temps, mais globalement pas tant que ça.

En effet, nous allons parler de blog et de contenu. De cette denrée qui va vous permettre de transmettre un peu de ce que vous êtes auprès de vos futurs suiveurs.

En effet, avant d’espérer vendre quoi que ce soit à qui que ce soit, vous allez devoir montrer de quoi vous êtes « capable ».

Ca vous semble futile ? Inutile ? Dépassé ?

Et pourtant…

Alors qu’il y a encore quelques années, l’accès à de l’information pointue sur un sujet était une grande aventure qui passait forcément soit par la bibliothèque soit par la fac, aujourd’hui, il suffit d’ouvrir Google.

Avec près de 5 milliards de pages Web, forcément, des infos on en a. Et on en a beaucoup. De bonnes infos, des mauvaises, des un peu farfelues, des un peu pointues, des incompréhensibles…

Bref, de l’info il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup…

Et pour celles et ceux qui sont patients et qui aiment chercher, Google est un véritable el-dorado.

Ce qui fait que vous, si vous voulez vous insérer là dedans, vous comprenez que vous allez devoir être encore plus pointu et pertinent que les autres, et ce quel que soit votre domaine.

Et pour cela, vous allez devoir prendre un support en dehors des réseaux sociaux, dont le contenu n’est globalement pas accessible en dehors desdits réseaux.

 Le blog reste la solution la plus simple pour faire ça.

La création d’un blog (en 5 mn)

Le truc sympa, c’est qu’aujourd’hui, « créer » un blog d’un point de vue technique, ça prend AUSSI 5 mn. En tout cas si vous hébergez votre site sur la plupart des hébergeurs connus.

En effet, quand vous prenez un nom de domaine et un hébergement, la création d’un blog se fait en cliquant sur un seul bouton à partir de votre panneau de configuration chez l’hébergeur (on appelle ça un CPanel).

Vous allez renseigner 3 cases (nom, prénom, mot de passe) et hop, vous avez un blog flambant neuf, tout prêt à recevoir votre prosaïque contenu.

Bon…

Ca c’est la base. Mais le travail ne s’arrête pas là.

En effet, vous allez devoir aussi apprendre à intervenir manuellement sur votre blog pour le « customiser » un peu afin qu’il ne ressemble pas à la montagne d’autres blogs créés en 5 minutes en 3 clics.

Et ça, forcément, ça va vous prendre plus de temps.

Sans parler du contenu et des différents petits programmes additionnels (les plugins) indispensables que vous allez devoir rajouter si vous voulez avoir des chances de succès via ce media de communication.

Dans cet article, je vais vous donner la base de ce que vous devez rechercher avec un blog.

Au niveau de la technique, j’ai déjà traité ça de long en large dans moult articles qui vous expliquent les quelques infos et outils indispensables que vous devriez installer pour que tout tourne au mieux.

Heureusement, il y a quelques années, j’avais écrit un petit livre sur la question qui recense tous ces articles.

Je vous propose de le télécharger et de le consulter soigneusement. Il vous donnera les « étapes » idéales à suivre pour que votre blog soit un succès.

Pas besoin de tout faire, mais si vous arrivez déjà à comprendre le processus, il est évident que vous vous placerez au-dessus de la plupart des autres blogueurs dans votre branche.

Voici l’article qui vous présente ce livre, et voici le lien qui vous permet de le télécharger :

Ne paniquez bien évidemment pas devant son contenu assez complet, il est surtout là pour vous montrer comment il pourra être dans une version idéale – du point de vue d’un copywriter.

Ca ne reste que mon avis d’il y a 4 ans (le livre date de 2012) et plusieurs choses ont évolué depuis. Mais globalement, la finalité reste la même :

Avoir un blog qui mette en valeur vos compétences et vos connaissances dans votre matière. Car c’est finalement ça qui compte le plus si vous êtes dans le service, que vous soyez coach, thérapeute, maçon, infirmière ou quoi que ce soit d’autre…

Bien comprendre la finalité d’un blog

Si j’ai choisi de vous parler du fond plutôt que de la forme, dans cet article, c’est parce que je vois trop de gens qui n’ont pas vraiment compris la finalité d’un blog.

On peut trouver pas mal de formations qui vous disent que l’on peut « gagner sa vie » avec un simple blog, mais je trouve que l’un n’a que peu de rapport avec l’autre.

Mes idées sur la question ont changé depuis 2011, date de création de ce blog.

Aujourd’hui, la foule est ailleurs que sur les blogs… Elle est sur les réseaux sociaux. Il reste du monde ailleurs, mais il est AUSSI sur les réseaux sociaux. Et quand on regarde bien, Facebook n’est ni plus ni moins qu’une immense plateforme de blogging, avec des publications, des commentaires, des partages, etc.

En fait, leur modèle n’a ni plus ni moins qu’été copié du modèle du blogging dans sa globalité, et ils ont rajouté quelques trucs ici ou là pour rendre le truc plus addictif.

Bien.

Sur votre blog, l’objectif va être tout autre.

1. Vous faire suivre

Déjà, il va vous permettre de vous constituer une base de « prospects » que l’on peut appeler aussi des « suiveurs », avec lesquels vous allez pouvoir communiquer de manière privilégiée, et ce en dehors des réseaux sociaux. Comme s’ils étaient dans votre salon, en fait.

Pour cela, vous allez devoir récupérer leur adresse email. Et leur prénom. En effet, quand on parle à une personne, connaître son prénom pour vous adresser à elle est déjà un bon début.

2. Parler de ce que vous connaissez le mieux sans limite

Sur une page Facebook, vous ne pouvez pas vous étendre trop en matière de contenu. Un post qui « fonctionne » sur Facebook (entendez « qui est lu, aimé et partagé, voire commenté), est un post court, qui va à l’essentiel, qui contient une photo attirante et une accroche qui donne envie de lire.

Un peu comme un journal en fait. Pour intéresser, il faut attirer l’attention. Le regard.

Donc, vos publications Facebook devraient être le résumé percutant et mystérieux d’un article de fond bien plus complet qui donne de l’information comme on en trouve peu ailleurs.

Sur votre blog, vous n’avez pas de limite. Les gens sont venus. Ils sont là. Pas de vidéos de chats ou de trucs insolites autour. Que votre contenu – sur un sujet qui forcément les intéresse puisqu’ils sont venus vous voir – et votre expertise.

Vous allez donc pouvoir être intarissable sur votre sujet. Découper votre thématique en sujets plus restreints, et chaque sujet traité avec plusieurs articles.

3. Isoler vos futurs clients

Quand vous ferez ça, vous vous ferez de véritables fans.

Des gens qui seront vos ambassadeurs. Ils parleront de vous partout, et feront vos éloges à chaque occasion.

Ce sera super bon pour votre ego, et cela vous permettra de vous constituer une base de commentaires positifs qui vous donneront confiance en vous et en ce que vous faites dès que vous aurez un coup de mou question moral.

Mais surtout, ces gens deviendront vos futurs clients.

En réalité, tout ce que vous allez faire sur Internet, ce sera surtout pour eux. Et vous devrez donc les bichonner.

Ils vous donneront des idées et des pistes pour de prochains articles, vous permettront d’adapter votre langage au leur, et vous révéleront les sujets et les thèmes qui les intéressent le plus.

Ils vous permettront aussi de créer le produit d’information parfait qu’ils achèteront volontiers, car ils vous parleront souvent de leurs principaux problèmes dans la thématique qui vous intéresse.

En tant qu’expert, vous pourrez aborder ce problème sous plein d’angles différents, ce qui vous permettra de voir quel angle est le mieux perçu par la majorité de vos suiveurs.

La page qui informera les gens de la vente de ce produit (que ce soit un livre, des vidéos ou des audios) n’en sera que plus percutante car vous vous adresserez aux gens avec leurs propres mots, et vous leur parlerez des problèmes qui les intéressent vraiment.

Bref, vous l’aurez compris, un blog, c’est un endroit où vous pouvez construire toutes les bases de votre business Internet, puisque l’objectif, à terme, sera de vendre quelque chose en ligne qui pourra se vendre « tout seul », afin que vous puissiez gagner de l’argent sans échanger votre temps.

Et dernier point très important à prendre en compte :

Autant accepter d’entrée que vous ne plairez pas à tout le monde

Il faut en effet accepter ça au plus vite, car cela peut vite devenir frustrant.

Si vous voulez vous démarquer des autres, vous allez devoir être sans pitié avec ce que vous dites et avec ceux qui ne l’accepteront pas.

Vous devrez dire ce que vous pensez vraiment, avec votre vision des choses, et forcément, si vous faites ça, et si vous êtes un véritable expert dans votre sujet, alors vous allez plaire à beaucoup de monde.

Mais il y en a d’autres qui trouveront que vous allez trop loin. Qui ne seront pas d’accord avec vos propos. Qui essayeront de vous prouver que vous avez tort. Qu’eux ne pensent pas ça, que vous vous trompez, etc.

Il faudra apprendre à vous en foutre totalement. On ne peut hélas pas plaire à tout le monde, et lorsque vous comprenez ça, alors vous virez les casse-bonbons, et vous ne gardez que ceux qui vous aiment ou qui apprécient ce que vous dites.

A la fin, ce sont CES PERSONNES-LA qui deviendront vos clients.

Donc autant commencer à ne vous intéresser qu’à eux, et à laisser de côté ceux qui vous molestent.

Je vois encore trop de posts où certains coachs sont outrés parce qu’une personne a « osé » émettre un commentaire négatif, voire insultant sur un article qu’ils ont écrit.

Et alors ? Certains sont complètement cons. C’est un peu vulgaire, comme terme, mais appelons un chat un chat.

Il y a 2 citations que j’adore par dessus tout qui résument parfaitement ma pensée à propos des gens qui se sentent absolument obligés de vous dire qu’ils ne sont pas d’accord avec vous et qui le font d’une manière insistante, éhontée, voire insultante, parce qu’ils ne peuvent tout simplement pas s’en empêcher…

La première est d’Einstein :

Ne vous disputez jamais avec un imbécile. A force de parler avec lui, il va vous ramener à son niveau, et gagnera par expérience.

La deuxième est du caviar :

Argumenter avec un con, c’est comme jouer aux échecs contre un pigeon. Peu importe votre niveau, le pigeon va juste renverser toutes les pièces, chier sur le plateau, et se pavaner fièrement comme s’il avait gagné.

Ces citations révèlent toutes deux une finalité que vous ne VOULEZ PAS atteindre : Perdre ou gagner.

Que vous fassiez de la photo, de la conférence, du coaching, du conseil en entreprise ou de la maçonnerie, vous trouverez toujours des gens qui veulent vous emmener sur le terrain du combat, du rapport de force.

Vous ne voulez pas ça. Débarrassez-vous des cons tout de suite. Prenez les bonnes critiques en compte, expliquez vos actions, corrigez-les ou adaptez-les si ce qui vous est dit vous semble pertinent et permet de faire avancer tout le monde, mais ne vous justifiez jamais.

Vous êtes l’expert. Il existera toujours des personnes qui ne comprendront pas ce que vous faites. Votre devoir est de leur expliquer du mieux que vous pouvez afin qu’ils comprennent du mieux qu’elles le peuvent.

Mais surtout ne dépensez pas votre temps et votre énergie à essayer de faire changer d’avis ceux qui ont envie d’en découdre avec vous. Surtout si vous voyez que la personne en face de vous s’obstine à ne pas comprendre ce que vous dites.

Stoppez la conversation tout de suite, supprimez-là pour éviter que d’autres assistent à ces disputes de cour d’école, et reprenez le cours de votre vie sans vous occuper des cons. Ils s’épuiseront tous seuls et face à votre non réaction, ils iront voir ailleurs s’ils peuvent en découdre avec d’autres…

Ce que vous devriez faire maintenant

1. Attaquez la création de votre blog

Rendez-vous sur votre espace membre chez votre hébergeur Internet, et localisez l’endroit où vous pouvez trouver un bouton qui vous dit : Créer mon blog wordpress.

En cas, envoyez un mail au support pour leur demander où il se trouve.

Ca prend vraiment 5 mn.

2. Réfléchissez à ce que vous allez dire

Une fois qu’il sera en ligne, commencez à réfléchir à vos 20 premiers articles.

Ca ne se fait pas devant un ordinateur. Ca se fait partout.

Prenez un petit carnet ou votre téléphone, et faites un gros brainstorming avec vous-même. Le but va être de trouver 20 sujets pour en faire 20 articles.

Sortez, courrez, bougez, sautez, faites du sport, dansez… Oxygénez votre cerveau, et notez tout et qui vous vient.

Vous pourrez rassembler toutes ces idées en thèmes, et trouver des sujets sympas.

C’est tout pour commencer.

Enfin, non… Je mets un 3ème point :

3. Passez VRAIMENT à l’action

Quand je regarde un peu les posts de ceux qui veulent se lancer sur Internet, parfois je pleure devant les questions posées…

  • « Dois-je le faire ? »
  • « Est-ce la bonne idée ? »
  • « Quand dois-je commencer ? »
  • « Par quoi je commence ? »
  • « Quel sujet je traite ? »
  • « Est-ce que ce sera bon pour moi ? »
  • etc.

Mais bon sang, on s’en fout de tout ça !! Commencez, c’est tout !

Le succès tient toujours en deux mots : Commencer, finir. Le reste importe peu.

Toutes ces questions, vous vous les posez peut-être. Si c’est le cas, arrêtez tout de suite. Créez votre blog, réfléchissez sur 20 articles. Vous allez voir comme les idées arrivent vite quand vous avez déjà ça.

Jeudi prochain, je vous parlerai de tous les types de contenu que vous pourrez mettre sur votre blog, et ce afin que leur mise en action soit des plus simples pour vous.

Vous le verrez, certains formats sont tellement sympas que vous ne pourrez plus vous arrêter d’en produire !

D’ici là, si cet article a provoqué un émoi chez vous (je parle assez cru), ou s’il a un peu bousculé vos idées sur la question, parlez-m’en dans les commentaires… Mais créez votre blog avant.

Halloween approche. Avez-vous un produit prêt à vendre ?

 eaucoup de formations vous diront qu’il ne faut pas créer de produits qui suivent la mode, car selon leurs mots "la mode passe, et votre produit passe avec".

Dans cet article, je vous recommanderai le contraire.

En effet, Halloween, Noel, Pâques, la Saint-Valentin, la fête des mères sont autant d’occasions de vendre un produit spécifique à vos clients et membres.

deguisement

Car tout le monde sait que vendre du spécifique, ça marche mieux que de vendre du général.

Donc, pourquoi ne pas créer un produit unique pour chaque fête unique ?

Elle gagne 300 € chaque année avec Halloween…

Halloween approche à grand pas. Même si ce n’est pas une fête très française, on y trouve néanmoins quelques produits sympas.

Regardez Disney, qui surfe sur cette fête avec son parc d’attraction, et qui engrange ainsi des millions d’euros de CA à cette période.

Et que dire des citrouilles qu’on trouve par centaines dans les magasins à cette période ?

Et je ne vous parle même pas du jardin de ma voisine. Je viens de laisser l’écriture de cet article quelques minutes pour aller les compter… 108 !!

108 citrouilles qu’elle vend 3 € pièce à un maraicher du coin, soit un peu plus de 300 € de gagnés sans faire grand chose (la citrouille est un fruit qui pousse et s’entretient facilement quand on sait comment faire)…

Chaque année elle replante sommairement une centaine de graines, et les citrouilles poussent toutes seules… Le maraicher vient les chercher, elle lui donne juste un coup de main pour les mettre dans son camion.

En voilà une qui a tout compris, et qui se fait chaque année un peu d’argent de poche avec Halloween.

pumpkin

Pourquoi ne feriez-vous pas pareil ?

Vous avez là l’occasion rêvée de faire un petit coup marketing vite fait, sans y perdre trop de temps. Vous ne gagnerez pas des millions. Mais même 3 ou 500 euros par-ci par là, c’est toujours bon à prendre juste avant Noël.

Voici quelques idées de thèmes de produits relatifs à Halloween :

  • Déguisements et masques
  • Maquillages
  • Décoration d’intérieur et de tables
  • Sculpture de citrouilles
  • Histoires / Films qui font peur
  • Recettes de cuisine / Menus
  • Jeux pour les enfants
  • Animation de soirées
  • Lieux de fêtes locales / attractions effrayantes
  • Gadgets, farces et attrapes
  • Ressources pour blogueurs, webmasters, et autres…
  • Les bonbons

Vous pouvez écrire un livre complet sur l’un de ces sujets, et le proposer à vos membres.

L’important est de trouver ce qui se rapproche le plus de votre thématique. Et l’important, c’est que le prix de ce que vous vendez ne dépasse pas les 9 €.

Pourquoi ? Parce que c’est le prix psychologique qui sera à 1 seul chiffre. Parce que c’est le prix qui fera que vos membres vous achèterons ce produit les yeux fermés presque sans réfléchir, surtout si vous axez le thème de votre produit sur les économies à réaliser en faisant les choses vous-même.

scream

Quelques exemples de produits dérivés

1. Vous avez un blog qui parle de jardinage ou de fleurs

Si vous parlez de jardinage ou de fleurs sur votre blog, vous pouvez écrire un ebook qui parle de la culture des citrouilles. Une citrouille se vend entre 7 et 15 euros pièce sur les marchés ou dans les magasins.

Dans votre argumentaire de vente, vous pourrez attirer l’attention de vos lecteurs et lectrices sur les économies réalisées sur l’achat de citrouilles, et sur le fait qu’en en cultivant une dizaine, ils peuvent même se faire de l’argent de poche en en vendant aux voisins ou sur les marchés (comme le fait ma voisine).

Et en cadeau, vous pouvez même proposer un mini rapport qui explique une vingtaine de façons de la sculpter.

Bref, un thème facile à traiter.

Halloween Pumpkin

2. Vous vous en sortez en graphisme

Si vous êtes graphiste ou que vous maitrisez des logiciels comme Photoshop, pourquoi ne pas créer des thèmes complets de sites web axés sur Halloween et les vendre ensuite à vos membres ?

Pourquoi ne pas proposer à quelques webmasters d’adapter le graphisme de leur site ou de leur blog pour en faire une version Halloween ?

Il vous suffit d’avoir (de trouver) des icônes et des décors proches de cette thématique, et transformer un header, un footer et des boutons ne vous prendra pas plus d’une heure par site si vous vous préparez bien.

Vous pourrez trouver des icônes Halloween par centaines ici et ici, mais également ici et . De quoi personnaliser ce que vous voulez (ce ne sont que des exemples).

bat_128x128

3. Vous avez un blog qui rassemble des mamans ou des papas de tous les horizons

Cette fête est surtout l’occasion de faire quelque chose de sympa pour les enfants. Vos membres sont des pères et des mères ? Pourquoi ne pas leur faciliter la vie à cette période pour moins de 9 € ?

Vous pouvez vous lâcher avec un ebook au choix sur :

  • X manières de maquiller les gosses pour moins de 3 euros
  • X déguisements pour enfants à faire soi-même
  • X jeux pour occuper les enfants le soir d’Halloween
  • X manières de sculpter une citrouille en moins de 15 minutes
  • X façons de décorer une chambre d’enfant pour Halloween
  • etc…

Vous pouvez même carrément faire un mixage des 5 idées d’ouvrages ci-dessus, et vous aurez un pack Halloween sympa.

Vous pourrez le vendre chaque année à cette même période, et vous en profiterez même pour l’enrichir au fil des ans avec des photos – ou même des vidéos.

grin_128x128

4. Vous avez un blog qui parle de marketing ?

Vous pouvez créer les guides et les packs dont je viens de parler ci-dessus, et les mettre en vente en affiliation pour que d’autres blogueurs puissent les vendre à leur tour sans avoir à créer leur propre produit.

Vous pouvez aussi prévoir des ressources en tous genres pour vos membres, axés essentiellement sur Halloween.

Vous pouvez aussi chercher et trouver un maximum de produits à vendre en affiliation en rapport avec cette fête, et en faire un guide complet à l’usage de ceux qui veulent gagner de l’argent à cette époque, dans lequel vous expliqueriez comment s’inscrire à chaque affiliation, et votre commentaire dessus.

witch_hat_128x128

La stratégie globale

Ce qui est sympa avec cette stratégie, c’est que ça fonctionne pour toutes les fêtes "connues" :

  • La Saint Valentin
  • Pâques (le chocolat !!)
  • La fête des pères et des mères
  • Halloween
  • Noël

Vous avez donc 6 occasions de créer 6 produits que vous pouvez ressortir chaque année à la même période, comme le font tous les magasins.

Et surtout, respectez toujours ces 3 points si vous voulez vendre un produit de ce genre à vos membres et avoir un minimum de succès :

1. Créez TOUJOURS un produit en rapport avec votre thématique

Vos membres verront d’un très mauvais œil le fait que vous cherchiez à leur vendre quelque chose qui ne soit pas en rapport avec le thème de votre blog.

D’autant que vous aurez plus de mal à communiquer sur votre produit sur votre lettre de vente.

2. Ne le vendez JAMAIS plus de 9 € si c’est un ebook

L’objectif est d’obtenir l’achat d’impulsion de la part de vos membres. Par conséquent, il faut un prix à 1 seul chiffre, comme ce qu’on trouve dans le rayon des sèche-pleurs des grands magasins.

Pas de chichis avec des 8,90. Mettez à 8 ou à 9 €, mais laissez tomber les centimes. Le moins vous ferez commercial de base, et mieux ce sera pour vous.

3. Sur votre lettre de vente, axez essentiellement sur les économies réalisées

Dans ces périodes, le truc le plus désolant pour vos futurs clients, c’est qu’ils vont avoir des paquets d’argent à dépenser. Et vous allez leur demander d’en dépenser encore avec votre produit.

Vous devez donc compenser cette dépense supplémentaire en axant votre produit sur l’économie réalisée grâce à vous. En gros, vous dites aux gens : "Dépensez 9 € pour en économiser 100 derrière".

C’est pour cela que les titres de produits qui comportent une phrase du style "pour moins de X euros" sont excellents pour ce genre de produit.

halloween_nervous

A vous de jouer !

Et voilà ! Vous voici paré pour vous créer un produit qui cartonne pour Halloween, à réutiliser chaque année à la même période.

Vous n’avez pas le temps de le faire pour cette année ?

Pas grave !

Profitez-en néanmoins pour prendre en photo vos citrouilles, votre déco, vos enfants et leur maquillage, et les gâteaux réalisés grâce aux recettes de cuisine des magazines.

Puis commencez à élaborer avec vos enfants des jeux dont vous noterez soigneusement les règles. Notez vos idées dans un fichier ou sur un cahier, et commencez à préparer tranquillement votre guide pour l’année prochaine.

Vous pourrez ainsi le ressortir le moment venu !

cool_128x128

Comment être accessible sur Internet en moins de 5 minutes

 ous avez décidé de vous lancer sur Internet.

On a vu jeudi dernier les différentes étapes auxquelles vous devez vous attendre, et on va commencer aujourd’hui par la toute première qui est de vous créer un espace sur Internet.

Réjouissez-vous, de nos jours, cette opération se fait en approximativement 5 minutes.

Il vous suffit en effet d’ouvrir une simple « page Facebook« .

C’est à dire que vous allez créer un espace, sur Facebook, sur lequel vous allez pouvoir publier chaque jour ce que vous voulez en rapport avec votre activité et tout ce qui tourne autour.

Avec ça, vous allez pouvoir vous créer une communauté de personnes qui sont intéressées par ce que vous faites et ce que vous dites.

social networking with smartphone

C’est l’étape 1 de la présence sur Internet. Et en 2016, vous DEVEZ impérativement commencer par là.

En effet, plus de 1.2 milliards de personnes se trouvent sur Facebook, dont plus de 85 millions de francophones. Et tout ce petit monde est accessible, avec de la patience, ou un peu d’argent.

Mais quoi qu’il en soit, si vous comptez commencer à faire des affaires sur Internet, la toute première chose à faire, c’est ça. D’autant qu’il n’y a que des avantages :

  • C’est 100% gratuit (donc zéro problèmes de budget)
  • C’est facile à faire (une dizaine de cases à remplir pour ouvrir votre page et c’est parti)
  • Ca convient à TOUT LE MONDE (les problèmes techniques sont absolument inexistants, donc même si vous n’avez jamais été sur Internet, vous n’aurez jamais de problème pour communiquer sur votre page)

Nous allons voir vite fait quels sont les impératifs à suivre quand vous ouvrez une page Facebook, mais avant cela, je dois vous mettre en garde sur quelque chose.

Il existe des millions de pages Facebook qui n’ont pas plus de 2 membres

Comprenons-nous bien : Ce n’est pas parce que vous avez une page Facebook que vous allez avoir tout de suite des millions de personnes qui vont arriver dessus comme par miracle.

Non ! Si vous voulez que votre communauté grossisse, il va falloir travailler beaucoup, notamment en publiant chaque jour un (ou plusieurs) « mini article » assorti d’une photo (ça s’appelle « une publication » sur Facebook), et vous allez devoir faire en sorte que les gens que vous connaissez puissent voir tout ça.

Si votre publication leur plait, alors ils vont la « liker » (ça veut dire « aimer« ), et à partir de ça, vous allez pouvoir les inviter à suivre votre page.

De cette manière, à chaque nouvelle publication, ils pourront la voir sur leur fil d’actualité. Et plus vous aurez de gens qui vous « suivent », plus vous aurez de « likes » sur vos publications, et plus elles seront partagées.

Sur certaines de mes pages Facebook, je publie un post par jour, qui est aimé entre 300 et 1500 fois, et qui est partagé entre 150 et 1200 fois. Parmi ces partages, de nouvelles personnes découvrent ma page (les amis des gens qui partagent), ce qui me permet d’avoir environ 500 nouvelles personnes chaque semaine qui suivent ma page.

Des personnes qui sont intéressées par la thématique que je développe.

Mais avant que cela vous arrive et que ce soit le rush total de milliers de personnes, vous allez devoir publier de manière très très régulière, et une fois que vous aurez posté une publication, vous allez devoir communiquer auprès des gens que vous connaissez. Par mail, par commentaires sur d’autres publications, en partageant votre publication sur d’autres réseaux sociaux, en en parlant à des amis, qui pourront partager avec les leurs, etc.

Soyez donc conscient que c’est un travail de longue haleine, et s’il faut bien 5 minutes pour créer et ouvrir une page Facebook, il vous faudra un minimum de 2 mois pour qu’elle commence à avoir une communauté d’au moins 500 personnes.

En tout cas si vous ne dépensez pas d’argent en publicité.

Nous reviendrons là dessus quand sera venu le temps de parler de trafic.

Pour l’heure, voyons les quelques règles à respecter quand vous créez votre page Facebook.

Les 5 règles à respecter pour que votre page Facebook soit réellement efficace

Parler aux BONNES personnes

Pour bien que vous compreniez où je veux en venir, laissez-moi prendre un exemple très parlant :

Imaginons que vous soyez coach en nutrition. Votre objectif, c’est de trouver des personnes qui sont intéressées par la santé afin de leur vendre, si possible, une pilule énergétique composée d’ingrédients 100% naturels, qui les booste et qui leur permet d’être en super forme tout le temps.

Imaginons que vous ayez le choix d’aller vendre cette pilule dans l’un de ces 4 endroits :

  • Une bibliothèque
  • Une salle de fitness et de remise en forme.
  • Un bistrot
  • Devant une école

Si vous ne pouviez en choisir qu’un seul, quel est l’endroit qui serait susceptible de rassembler le plus de personnes intéressées par votre pilule ?

Vous avez compris. Dans une bibliothèque, dans un bistrot ou même devant une école, il se peut qu’il y ait des gens qui soient intéressés par la santé. Mais elles seront perdues au milieu d’autres personnes qui elles s’en foutent royalement.

Alors que dans une salle de remise en forme, il y a de fortes chances pour que 100% de gens soient potentiellement intéressés par la santé.

Donc si vous voulez vendre avec plus de facilité, c’est bien évidemment là que vous devrez aller.

Il en sera de même avec votre page Facebook.

Le but n’est pas de rassembler des gens qui aiment la santé, avec d’autres qui aiment lire, et encore d’autres qui aiment boire un coup avec des copains…

Votre but c’est UNIQUEMENT de parler à des gens qui sont intéressés à 100% par VOTRE sujet. VOTRE thématique. Idéalement, pour garder notre exemple, vous voulez vous adresser à toutes les personnes qui fréquentent les salles de remise en forme. Ou à toutes celles qui sont abonnées à un magazine sur la santé. Ou qui suivent assidûment une page qui parle de santé et de remise en forme…

Par conséquent, il faut que vous gardiez absolument ça à l’esprit lorsque vous allez créer votre page Facebook et lorsque vous allez en parler et publier dessus.

Plus celle-ci sera spécifique et ciblée et mieux vous vendrez quand sera venu ce moment.

Cela nous donne les 2 premières règles à respecter :

  • Règle 1 : Vous devez choisir « COMMUNAUTÉ » quand vous créez votre page

Vous avez le choix entre plein de « thèmes » de page. Je vous recommande de choisir « Communauté ».

Cela renforce le sentiment d’appartenance et vous facilite grandement les opérations lorsque vous comptez rassembler les gens

  • Règle 2 : N’invitez que des personnes qui ont expressément aimé une de vos publications à vous suivre

J’en vois déjà qui me disent : Mais pourquoi ? Plus il y a de gens et mieux c’est non ?

Hé non. Pas sur Facebook.

Sur Facebook, quand vous publiez chaque jour, si les personnes qui vous suivent ne sont pas intéressées par votre sujet, ça va vite les gonfler.

Certains vos arrêter de vous suivre (super !) mais d’autres, tellement exaspérés, vont finir par vous mettre une appréciation ou un commentaire négatif. Ce qui fait baisser la qualité de votre page aux yeux de Facebook (qui vous le fera payer plus tard quand vous aurez décidé de faire de la pub).

Certains iront même se plaindre à Facebook en disant que votre contenu est indésirable.

Bref, seules les personnes qui sont intéressées par le thème principal de votre page devraient être membres chez vous. Les autres, les curieux, vous causeront plus de problèmes que d’avantages.

Choisissez les BONS sujets de vos publications

Si le choix des personnes est important, ce que vous mettez sur votre page est essentiel aussi.

Voici donc 2 nouvelles règles à prendre en compte :

  • Règle n°3 : Ne publiez QUE des articles en rapport avec votre thématique

Pour les mêmes raisons que ci-dessus, mais dans l’autre sens : si votre communauté est constituée exclusivement de gens qui sont intéressés par votre thématique et que vous publiez du contenu qui n’a rien à voir, vous risquez de provoquer les mêmes choses qu’évoquées ci-dessus.

  • Règle n°4 : Ne publiez QUE des articles les plus positifs possibles que vos suiveurs aimeront partager 

J’aime prendre l’exemple d’une personne qui a une page Facebook que je suivais (car elle était sur le thème de la santé, qui m’intéresse) et qui a commencé à mettre des vidéos de torture d’animaux ou autre horreurs de la sorte sur sa page.

J’ai masqué la première vidéo. Quand la deuxième est arrivée, j’ai arrêté immédiatement de suivre sa page et je m’y suis même désabonné. Par curiosité, je suis retourné dessus un mois plus tard, elle avait perdu près de 500 abonnés en un mois…

Conclusion : Vous avez le droit d’avoir vos idées et vos engagements dans la vie. Si l’envie de les communiquer à la terre entière à l’aide de vidéos qui vont choquer les gens vous prend, faites-le sur votre page personnelle.

Sur la page Facebook liée à votre profession, restez dans le thème de base de votre activité, et pensez un peu à vos membres avant de penser à vous-même. Et ne postez que des publications que vos suiveurs aimeront et auxquelles ils adhéreront. Le but est qu’ils les partagent un maximum.

Véhiculez une BONNE image de vous et de votre activité

Quand on arrive sur une page Facebook, son aspect global et notamment la photo de couverture et celle de profil comptent beaucoup dans « la première impression ».

Il est donc important de bien les choisir afin de donner à vos visiteurs une bonne impression en moins d’une seconde.

Ce qui donne donc la 5ème et dernière règle (pour le moment) :

  • Règle n°5 : Sélectionnez vos images de profil et de couverture avec soin

Il y a de grandes chances pour qu’elles soient amenées à évoluer avec le temps. Mais globalement, en photo de profil, un logo ou carrément une photo de vous (si vous êtes coach, c’est vous qui êtes « le produit ») et en photo de couverture une image qui représente le mieux votre activité.

Un patchwork est possible. Vous pouvez en créer facilement un avec Pixlr, par exemple.

N’hésitez pas non plus, si votre activité s’y prête, à y inscrire un slogan (voire une citation) qui cristallise vos valeurs et ce que vous souhaitez véhiculer au travers de votre page.

Créer votre page Facebook

Voilà. Maintenant que vous savez quelles sont les règles de base, voici un lien qui vous explique comment créer votre page Facebook en quelques clics.

Bien entendu, vous devez être inscrit sur Facebook.

Si c’est le cas, alors vous avez juste à suivre les instructions pour créer votre page :

  • Choisissez « Cause ou Communauté« .
  • Choisissez un nom pour votre page
  • Cliquez sur « Démarrer« 
  • Indiquez le but de votre page en quelques mots. Soyez concret. Dites le résultat idéal que pourrait vouloir atteindre vos membres tout à la fin
  • Si vous avez déjà un site web, vous pouvez l’indiquer aussi
  • Ensuite mettez une photo de profil (voir ci-dessus)
  • Vous pouvez enregistrer cette nouvelle page dans vos favoris Facebook
  • Et pour finir, vous pouvez d’ores et déjà choisir les gens qui verront votre page. Dans un premier temps, je vous conseille d’ignorer cette étape.

Et voilà… Votre page est créée.

Vous pouvez alors créer votre première publication dans le champ approprié :

publication-fb

Ecrivez votre post. Vous pouvez rajouter une photo en cliquant sur le petit appareil qui se trouve en bas à gauche de ce cadre. Une fois que c’est fait, cliquez sur « Publier ».

Votre page est en vie.

Comme vous le voyez, ça prend réellement moins de 5 minutes.

Et une fois que vous avez fait ça, alors il est temps pour vous de prévoir les futurs posts que vous allez mettre et de peaufiner l’apparence de votre page, notamment en personnalisant les 2 photos dont je vous ai parlé plus haut (profil et couverture).

Dans un prochain article, je vous donnerai des conseils de copywriter pour que votre page soit encore plus efficace.

Pour l’heure, j’aimerais bien savoir si vous avez déjà une page Facebook et si vous avez d’ores et déjà suivi les conseils que je vous donne dans cet article. Rien n’est jamais perdu ni acquis sur Facebook, mais rien ne vous empêche non plus de créer une nouvelle page qui respecte bien ces quelques critères de base.

Parfois, tout raser et repartir sur de nouvelles bases saines, ça peut faire beaucoup de bien…

La semaine prochaine, nous parlerons de blog et de contenu, qui constituera la deuxième étape de votre mise en ligne.

Vidéo : Installer et utiliser LE logiciel le plus indispensable pour travailler sur Internet

 omme je commençais à vous l’expliquer jeudi dernier, la toute première étape à envisager quand on veut être sur Internet, c’est d’avoir un site web. Ou un blog.

Aujourd’hui , quand vous déposez un nom de domaine (on verra ça jeudi plus en détails), la majorité des hébergeurs vous proposent pas mal d’outils pour créer un site en 3 clics.

Mais il y a un outil INDISPENSABLE que vous allez devoir apprendre à connaître si vous souhaitez travailler sur Internet.

Il s’agit de FileZilla.

Une fois que vous aurez votre nom de domaine, ce logiciel vous permettra de transférer n’importe quel fichier dessus (vidéos, pdf, pages web, audios, fichiers, etc.).

Quand on utilise Internet pour son métier, la maîtrise de cet outil est ABSOLUMENT indispensable, et ça vaut le coup d’y passer au moins une heure pour bien le comprendre.

Si vous savez comment utiliser ce logiciel, et si vous comprenez bien la démarche, alors tout sera bien plus facile pour vous ensuite.

Je vous propose donc de vous expliquer tout ça en vidéo.

filezilla-3

Pour télécharger la dernière version de FileZilla, cliquez ici.

Suivez ensuite la procédure vidéo ci-dessous pour comprendre, installer, configurer et utiliser votre nouveau logiciel :

Comme je vous le disais dans la vidéo, voici quelques pages d’aide pour récupérer vos identifiants FTP, en fonction des hébergeurs que vous avez :

Je n’ai bien sûr pas pu tout mettre, mais retenez qu’en général, vous recevez vos identifiants par mail lorsque vous vous inscrivez chez un hébergeur.

Si vous avez des questions sur cette vidéo, n’hésitez pas. Et si vous n’arrivez pas à récupérer vos identifiants, dites-le aussi on pourra les chercher ensemble.

Coachs, conférencières, thérapeutes… Comment se lancer sur Internet ?

 eaucoup de gens me demandent comment ils pourraient développer leurs affaires en ligne, alors qu’ils ont l’habitude de tout faire en dehors d’Internet.

Peut-être que c’est votre cas.

Vous êtes peut-être musicien, danseuse, coach, conférencière, esthéticienne, animateur de formation, hypnothérapeute, ou même plombier, maçon ou agent immobilier…

En fait, quoi que vous fassiez, il y a toujours moyen de développer vos affaires en ligne.

Website concept with young woman

J’ai donc décidé de créer une série d’articles dans lesquels je vais vous montrer rapidement pourquoi n’importe qui peut augmenter son chiffre d’affaires grâce à Internet, ce à quoi vous devez vous attendre, et tout ce que vous allez avoir à faire pour que cela soit bénéfique pour vous.

Vous en retrouverez donc un nouveau chaque jeudi qui abordera une tâche précise à effectuer, et chaque lundi, vous aurez accès à un article que j’ai déjà écrit sur le sujet qui viendra compléter ce qu’on aura vu. Ce sera souvent une vidéo pratique.

Aujourd’hui, on va voir un aperçu global de tout ce que vous aurez à faire et de tout ce que ceci pourra vous apporter concrètement.

Mais avant tout, commençons par tordre le cou à quelques idées reçues.

1. La relative facilité de se mettre en ligne

Comme dans toutes les activités en général, quand on en démarre une nouvelle, on a l’habitude de se faire une montagne de petits riens. La mise en ligne de votre activité n’échappe pas à cette règle.

Pour certaines personnes très « terrain », l’univers de l’Internet fait un peu penser à l’immensité d’une nuit étoilée. Aucune idée de quoi faire. Aucune idée de comment commencer, et surtout aucune idée de la manière de procéder.

Moi qui travaille sur Internet depuis la fin du siècle dernier – oui je sais ça fait un peu comme si j’avais 100 ans, mais en fait, ça ne fait « que » 18 ans – tout ce monde m’est très familier, et c’est pour cela que je peux vous affirmer sans aucune langue de bois que c’est beaucoup moins dur qu’il n’y parait.

Attention. Je n’ai pas dit que c’était facile. Ce que je veux dire, c’est qu’une fois qu’on a compris les choses et qu’on sait où on veut arriver, alors on peut démarrer très vite.

Et pour cela, les tâches à accomplir sont assez simples.

Je vais vous les détailler une à une dans les articles qui vont venir, mais auparavant laissez-moi vous dire ce que vous devez d’ores et déjà « posséder » avant d’espérer vous lancer en ligne.

2. A quoi vous attendre vraiment

Un travail quotidien et constant

Si vous flânez sur Internet à la recherche d’une formation en ligne sur la manière de « devenir riche sur Internet », ou même tout simplement « Comment se lancer sur Internet » alors vous en verrez beaucoup.

Elles arborent toutes plus ou moins les mêmes « ressorts » quelques peu émoussés comme quoi vous pourriez rapidement vous retrouver au bord de l’eau sur une île paradisiaque les doigts de pieds en éventail à regarder – ou entendre – l’argent tomber sur votre compte en banque en ne travaillant que quelques heures par jour.

Ma phrase préférée, c’est celle-ci :

Quel plaisir de se coucher et de se lever le lendemain en constatant que votre compte en banque est plus gros de 2 ou 300 euros… sans rien faire !!

Homme en costume se reposant  l'ombre des cocotiers

Dit comme ça, c’est vrai que ça fait cool et que ça donne envie, mais hélas, ce n’est qu’un effet de manche… Une connerie, si vous préférez. Un mensonge éhonté pour être parfaitement clair.

Car la réalité n’a rien à voir.

Vous qui avez l’habitude de bosser comme un fou – ou comme une folle – pour rechercher des clients, effectuer vos prestations, vous occuper de votre compta, vous démener à trouver de nouveaux contrats, de nouvelles manières de gagner de l’argent, travailler sur Internet ne va rien changer. Bien au contraire :

Ca va vous rajouter du travail. Beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de travail.

Vous aurez de vraies tâches à effectuer CHAQUE JOUR. Petit à petit, elles deviendront plus faciles à effectuer, mais elles ne s’arrêteront jamais.

Ceux qui réussissent travaillent très fort

Ce que je veux dire, c’est de ne JAMAIS croire que vous arriverez à gagner votre vie en ligne en ne « bossant » que 4 heures par semaine.

C’est déjà arrivé, hein…

Sur 1000 personnes qui se lancent en ligne, il y en a peut-être UNE SEULE qui arrive – après quelques années – à ne travailler que 5 ou 10 heures par semaine. Mais en fait, elle y arrive car elle a délégué toutes les autres tâches à d’autres personnes.

Mais avant d’en arriver là, ce qu’elle ne vous dit pas, c’est qu’il a fallu trimer comme un taré pendant 70 à 90 heures par semaine.

Et même encore aujourd’hui, ce genre de personne vous dit ne « travailler » que 4 heures par semaine, mais en réalité, elles passent 100% de leur temps collées à leur téléphone portable ou à leur tablette pour suivre leurs chiffres, corriger quelques erreurs, gérer les soucis – il y en a toujours, communiquer avec leur « équipe », bien souvent constituée d’une seule personne…

Bref, croyez-moi, une personne qui bosse et qui gagne sa vie sur Internet en 2016 travaille largement ses 10-12 heures par jour. Elle ne prend pas les transports en commun, ne se coltine pas un patron qui lui dit quoi faire, et ne doit pas se plier à des contraintes horaires ou géographiques (elles peuvent bosser de partout dans le monde et quand ça leur chante).

Mais globalement, elles doivent quand même réseauter, soigner leur communication, écrire des articles, tourner des vidéos, enregistrer des podcasts, créer des formations en ligne, des produits, rencontrer des gens pour en faire de futurs partenaires, assister à – voire organiser – des séminaires d’entrepreneurs – souvent très très barbants –  ou à des « masterminds » pour rester « dans le mouv' », continuer sans cesse à se former et à entretenir des relations de business, trouver de nouvelles idées pour progresser…

Bref, ce n’est pas le même travail que celui que vous connaissez, mais globalement, c’est du travail quand même.

Attendez-vous donc à travailler AU MOINS 2 heures de plus par jour au début, mais vous vous apercevrez vite que c’est insuffisant. Et qu’il vous faudra au minimum doubler ce temps, ou pour le moins y consacrer quelques journées complètes pour véritablement avancer.

Votre véritable objectif

Il convient donc TOUT DE SUITE de bien vous mettre cette idée dans la tête :

« Vous lancer sur Internet », pour vous, ne va pas signifier « Devenir riche à millions sans rien faire ».

L’objectif va être plutôt de vous permettre de faire deux choses :

  • Trouver plus de clients pour vos interventions personnelles,
  • Créer quelque chose à vendre qui ne nécessite pas VOTRE présence.

Dans les premiers temps, vous pouvez compter sur quelques centaines d’euros en plus chaque mois, et petit à petit, la possibilité pour vous de limiter vos interventions en présentiel pour vous libérer quelques heures par jour, voire un ou deux jours complets par semaine.

Family picnicking outdoors

Vous pourrez également prévoir de prendre des vacances avec votre famille sans craindre au retour la reprise compliquée et la perte de clients qui ont auront été voir ailleurs.

Une salutaire bouffée d’oxygène

J’ai des amies qui bossent presque 6 jours par semaine et qui s’accordent 2 semaines de vacances par an, en n’arrivant jamais véritablement à lâcher prise. Internet, pour ces gens-là peut être une aubaine incroyable car cela peut leur permettre de combler 5 ou 6 jours de chiffre d’affaires grâce à la vente d’un produit numérique qui ne nécessite aucune intervention humaine, car tout peut être automatisé.

Cela peut leur permettre de prendre un jour de repos de plus par semaine. Ou d’augmenter leurs prix pour mieux qualifier leur clientèle et par voie de conséquence moins travailler chaque jour.

J’ai d’autres amis qui passent la grande majorité de leur temps, quand ils ne sont pas en train de faire une conférence, à rechercher des clients et à démarcher des entreprises, des CE ou des organismes aux 4 coins du monde pour trouver des prestations à vendre.

Internet, pour eux peut leur permettre de faire leur démarchage en ligne de manière quasi automatique, pour vendre ensuite une prestation en présentiel. Et en profiter pour ajouter un produit numérique à vendre à ceux qui ne pourront pas se déplacer, ce qui permet malgré tout de gagner de l’argent – et beaucoup de temps – à la fin de l’opération.

J’ai un ami plombier qui a son carnet de rendez-vous qui est plein jusqu’en 2018 et qui n’inclus qu’une seule semaine de vacances.

Une thérapeute qui commence à en avoir marre de recevoir des patients 8 heures par jour sans discontinuer.

Une conférencière spécialiste qui prend l’avion 45 fois par an pour aller donner des conférences aux 4 coins de l’Europe et du monde, et qui a mis pour cela sa vie familiale de côté – et sa santé…

Pour tous ces gens, Internet va leur apporter la possibilité de ralentir un peu leur activité sur le terrain pour retrouver une vie plus zen sans constater de baisse de leur revenu. Ca pourra même être le contraire.

Remplacer ce qui vous rapporte

En résumé, avoir une activité en ligne pourra vous permettre de remplacer petit à petit ce qui vous rapporte de l’argent :

Auparavant vous vendiez votre temps contre de l’argent, avec Internet, vous vendez quelque chose de numérique, qui ne nécessite pas que vous soyez effectivement là.

Alarm clock with running legs running after man holding tablet

Mais ça peut aussi vous permettre de démarrer ou de booster votre activité.

Je pense notamment aux coachs – en nutrition, en réussite, en vie de couple, etc. – qui, devant la concurrence insensée dans ce domaine ont de plus en plus de mal à trouver des clients.

Certaines personnes n’arrivent pas à avoir plus d’un client par mois ! Quand d’autres n’ont même pas pu encore en trouver un seul vrai qui les paye !

Internet permet aussi de se constituer une véritable communauté parmi laquelle vous vous constituerez une clientèle en ligne qui vous sera fidèle pendant longtemps.

Et pour arriver à faire cela, vous allez devoir réaliser un certain nombre d’actions précises afin de transposer votre entreprise sur Internet.

Vous allez découvrir ci-dessous les différentes étapes à prévoir. Nous les développerons toutes dans les articles suivants.

Les 3 étapes de la mise en ligne de votre activité

Quand on y réfléchit bien, la mise en ligne ne comporte réellement que 3 grandes étapes principales :

  • Rassembler,
  • montrer votre Expertise,
  • et Vendre.

(le fait que les initiales de ces 3 mots forment le mot « REV » est un pur hasard, mais c’est sympa pour s’en rappeler)

En résumé, vous allez faire venir des gens sur un site Internet ou un blog, sur lequel vous allez publier des articles ou des vidéos qui vont montrer « de quoi vous êtes capable », puis quand les gens vous connaîtront mieux, vous pourrez leur vendre quelque chose. Un produit numérique ou une intervention, ce sera au choix.

Voyons ensuite les différentes sous-étapes qui vont constituer le squelette de votre entreprise en ligne.

Etape 1 : Rassembler

Creative Business Team Stacking Hands In Huddle

1. Choisir une plateforme pour votre site web

Il peut s’agir d’un site web classique, d’un blog, ou même d’une simple page Facebook.

2. Créer du contenu

L’objectif est de publier chaque jour (ou le plus souvent possible) des articles ou des vidéos qui parlent de votre expertise. Le but est de DONNER aux gens des informations avec votre style afin de développer une relation avec vos visiteurs.

3. Permettre aux gens de s’abonner à votre contenu

Les gens qui vont aimer ce que vous écrivez voudront rester connectés avec vous pour ne rien manquer de ce que vous leur donnerez. Vous devrez donc installer un système d’inscription à votre blog ou à votre site (si vous n’avez qu’une page Facebook, ils pourront s’abonner d’eux-mêmes en likant vote page)

Etape 2 : Montrer votre expertise

Businessman pressing button on touch screen interface and select Expertise. busines concept.

4. Créer une liste de gens intéressés par votre activité

Parmi tous ces gens qui seront abonnés à votre contenu, certains en voudront plus. Vous devrez donc les enregistrer dans une communauté « à part » formée de gens positivement « intéressés » par de l’information plus pointue. Plus spécifique.

5. Créer un produit numérique à donner en échange d’un email

Pour cela, vous récupérerez leur adresse email grâce à un formulaire d’inscription à une « liste » en échange d’un produit numérique.

Vous pouvez créer une mini formation de 4 vidéos qui donnent des conseils précis sur votre thème. Vous pouvez aussi préparer des questions et y répondre en vidéo sous la forme d’une interview. Ou alors créer un livre numérique qui donne des conseils précis.

6. Vous inscrire à un service d’auto-répondeur

C’est le service qui « enregistrera » les emails de vos membres intéressés par votre expertise. Il vous permettra d’envoyer régulièrement des emails de contenu – ou qui dirigeront vers certaines pages de votre site réservées à vos membres privilégiés – pour entretenir et faire évoluer votre relation.

7. Créer du contenu pointu et spécifique

Vous devrez créer régulièrement du contenu spécifique pour qualifier au maximum vos membres. Ainsi, vous pourrez vous créer des « sous-groupes » de gens (on appelle ça un « segment » ou une « niche ») intéressés par un thème spécifique.

Par exemple, si vous êtes coach, vous pouvez créer du contenu pour les gens qui cherchent à améliorer leur réussite, du contenu pour ceux qui veulent améliorer leur vie de couple, et encore un autre pour ceux qui veulent trouver du travail.

Etape 3 : Vendre

carte bancaire et internet

8. Créer un produit à vendre

Il y a plusieurs types de produits à créer.

En fonction des intérêts de votre communauté, vous pourrez par exemple créer un produit numérique à leur vendre.

Cela pourra être un livre numérique, ou l’enregistrement de l’une de vos interventions transformé en fichiers vidéos (ou DVD) qui formeront une formation à suivre en ligne.

Mais cela peut aussi être l’inscription à une conférence ou à une formation que vous pourriez donner soit en présentiel, soit via un service de séminaire en ligne (webinaire).

Vous pourriez aussi choisir d’inscrire certains de vos membres à un coaching individuel via Skype. Ou par téléphone. Ou même dans un lieu physique.

9. Créer la page ou la vidéo de vente pour votre produit

C’est le document qui présente votre produit afin de donner envie aux gens de l’acheter. Ca peut être une vidéo ou un texte de vente avec un appel à l’action (« j’achète!« )

10. Créer le système de paiement et de livraison de votre produit

Si les gens sont intéressés, ils devront cliquer sur un bouton et payer. Ils recevront ensuite leur produit par mail sous la forme d’un lien d’accès par téléchargement s’il s’agit d’un produit numérique, ou alors d’un formulaire de contact à remplir si c’est pour une inscription à un événement du type conférence ou formation.

La dernière étape qui rend le tout perpétuel

Comme vous avez pu le constater, vous avez grosso modo 3 étapes principales et 10 sous-étapes afin de mettre votre entreprise en ligne.

Or, une fois qu’elle est en ligne, il faut faire venir du monde sur votre site web afin que les gens puissent découvrir votre contenu, s’abonner, s’inscrire, recevoir vos mails, pour finalement acheter…

C’est donc l’ultime étape de cette machine bien huilée : Le trafic !

A group of young people. Panorama.

Soyons honnête, c’est LARGEMENT ce qui vous prendra le plus de temps au quotidien, conjointement à la création de contenu.

Ici encore, plusieurs possibilités s’offriront à vous :

  • Faire de la publicité payante sur Internet ou ailleurs
  • Faire des échanges de liens avec d’autres sites comme le vôtre
  • Faire en sorte qu’on vous trouve dans les moteurs de recherche de style Google ou Youtube,
  • Soigner votre présence sur les réseaux sociaux (Facebook, Linkedin, Instagram, etc.)
  • Faire des partenariats avec d’autres personnes comme vous (vos « collègues »)
  • Créer un système « d’affiliation » consistant à donner un pourcentage de vos ventes à celui qui vous apporte des membres
  • Faire du parrainage, de la recommandation
  • etc.

Il existe beaucoup de moyens de faire venir du monde sur son site. Avec le temps, vous vous apercevrez que vous êtes plus doué avec un système plutôt qu’avec un autre. Et à la fin, vous n’en garderez qu’un ou deux mais il sera efficace pour vous.

Du pain sur la planche

Comme vous avez pu le voir, la tâche est grande. Pour autant, si vous faites les choses dans l’ordre, vous pourrez arriver à vous implanter sur le web gentiment mais sûrement.

C’est véritablement la seule option qui peut vous permettre de vous développer sans réelle limite que celle de votre imagination.

Dans les prochains articles que je ferai sur ce sujet, je vous expliquerai comment vous organiser pas à pas, et je vous dirigerai sur les articles et les vidéos qu’il faut pour que vous fassiez vos premiers pas sur le Web.

Parce que techniquement, il peut suffire d’une seule journée pour être présent sur Internet et commencer à enregistrer vos premiers membres dans votre base. Nous verrons cela jeudi prochain.

D’ici là, s’il y a des choses qui vous semblent obscures ou difficiles à comprendre parmi tout ce dont je viens de vous parler, alors posez vos questions dans les commentaires ci-dessous et j’y répondrai sans langue de bois.