Comme tous les matins depuis plus d’un mois, je passe une petite heure dans l’eau de la Méditerranée, histoire de faire mon sport-détente-relax quotidien.

Ce matin, j’avais pris le masque et j’ai été jeter un œil au fond de l’eau, histoire de voir ce qui s’y passe.

Il y a une vie sous l’eau, qu’on ne soupçonne même pas. Les poissons sont là, tranquilles, sous nos pieds. Ils papotent entre eux, se délassent, et se baladent doucement entre les mollets des baigneurs et les algues.

Et si vous allez faire un tour à 200 mètres de la plage, alors là, c’est un véritable village, avec des dizaines, des centaines d’individus qui bougent doucement, mais dans tous les sens. Un vrai marché de campagne.

Ce qui fait que lorsque vous ressortez la tête de l’eau, vous voyez tous ces gens sur la plage et au bord de l’eau qui pataugent, qui parlent et qui crient, et quand vous la remettez dedans, vous êtes au paradis du calme, avec 5 fois plus de poissons qu’il y a de touristes sur la plage.

Le contraste est énorme, vraiment, et donne envie d’aller installer un bureau à 10 mètres sous l’eau.

Ça m’a fait penser à la création d’une page de vente.

Pourquoi réinventer la roue ?

Quand vous êtes devant une page de vente, vous n’imaginez pas tous les « poissons silencieux » qui nagent dans tous les sens sous la surface de la page.

La somme de recherches qu’il faut faire, les arguments à écarter, à garder, les tests à faire… Quand on voit une page de vente, comme ça, on voit une liste d’arguments empilés les uns au-dessus des autres, et on s’imagine que c’est un texte comme un autre…

Alors que dans la réalité, savoir où mettre ces arguments, à quel moment, et pour quel intérêt, tout cela requiert pas mal d’années d’expérience.

Et le truc le plus incroyable, c’est que la majorité des web-entrepreneurs qui écrivent une page de vente essayent à chaque fois de réinventer la roue.

S’ils ont été un minimum formés au copywriting, alors ils font une bonne recherche – ou ils investissent dans des formations qui leurs donnent un plan précis à suivre – et arrivent à trouver quoi dire en suivant une trame qui vend.

Mais pour la plupart, l’écriture d’une page de vente relève de la simple écriture d’une dissertation, et on se demande ensuite pourquoi ça ne fonctionne pas.

Certains poissons ont déjà tourné pour vous…

Savez-vous qu’il existe déjà quelque part sur le web international une page qui vend un produit quasiment identique à celui que vous essayez de vendre ? Et pour lequel il y a déjà eu des milliers de petits poissons qui ont déjà tourné pour elle ?

Google a révolutionné la recherche sur Internet avec son outil de traduction instantanée sur Chrome.

Aujourd’hui, quand vous cherchez quelque chose, que vous soyez sur un site web américain, italien ou même russe, tout s’affiche en français.

Ce qui fait que si vous cherchez un produit similaire au vôtre dans une autre langue, vous pourriez techniquement reprendre le plan, les arguments, les chiffres et même les détails techniques (que vous pourriez même peut-être rajouter dans votre produit) de la page de vente du produit trouvé pour créer votre page de vente à vous en français.

Evidemment, c’est une base d’inspiration, le but n’étant pas de laisser la traduction google telle quelle, faut pas exagérer.

Mais à partir d’une trame existante pour un produit quasi identique, vous vous assurez de créer une page de vente dans les règles de l’art avec vos mots à vous.

Une pratique bizarre dit qu’il serait bénéfique pour un copywriter en devenir de se coltiner les meilleures pages de vente de copywriters de légende à recopier à la main. (!!!)

A-t-on déjà lu un truc plus ahurissant d’inutilité ?

Mais bon… quitte à faire ça, autant le faire avec une page qui vend un produit similaire au vôtre…

Plus sérieusement, utiliser les pages de ventes étrangères concurrentes a toujours été une bonne idée. Si vous êtes en manque d’inspiration, c’est l’un des meilleurs points de départ que vous pourriez avoir.

Je vous le répète : ne recopiez pas mot à mot. Il faut que vous disiez les trucs avec votre vocabulaire à vous, en suivant la trame de la lettre existante.

N’oubliez pas que même en anglais, une fois traduite, une page de vente est un contenu comme un autre protégé par la propriété intellectuelle.

Il s’agit donc de partir d’un contenu, et de l’adapter à votre situation à vous. Pas du recopiage.

La façon la plus simple de le faire

Il existe en effet une manière simple de faire ça : dicter votre lettre à votre téléphone.

Le processus est simple, il tient en 3 étapes :

  1. Lisez et comprenez un paragraphe de la lettre de base
  2. Prenez votre téléphone, et dictez (sans lire) ce que vous avez retenu de ce paragraphe (reconnaissance vocale)
  3. Quand vous avez fait ça avec tous les paragraphes de la page, exportez le fichier texte, corrigez les erreurs de frappe, et complétez éventuellement avec ce qui vous arrive.

Ça peut paraître simpliste et bizarre, mais c’est une manière simple de faire des pages de vente vite fait.

Et je suis sûr que vous ne vous y attendiez pas à celle-là. :)

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :