Une méthode de copywriting pernicieuse et méchante que tout le monde craint…

Drôle de titre pour un article de blog sur le copywriting, n’est-ce pas ?

Lisez ce qui suit, vous allez comprendre… mais auparavant, notez l’état d’esprit dans lequel vous vous êtes trouvé en lisant ce titre.

Bien sûr vous avez envie d’en savoir plus, mais est-ce que cette fameuse méthode semble avoir un impact positif sur vous ? Sans parler de la photo qui va avec ?

J’imagine que non, et que vous n’êtes pas la seule personne concernée.

Attaquons donc…

diabolique

Dans une lettre de vente, il y a certains mots qu’il faut éviter d’employer.

Une méthode redoutable…

C’est bien entendu à tester au cas par cas avec vos produits, mais certains vendeurs ont tendance à utiliser des mots alors que leur sens premier est bien différent du sens qu’ils pensent qu’ils ont.

C’est le cas par exemple du mot "redoutable".

Ce verbe vient de "douter", qui vient lui-même du latin "dubitare".

Le Larousse en donne cette définition : “Craindre fort”.

Donc une méthode, une formation, une technique ou un produit redoutable constitue une chose que l’on redoute ou que l’on craint fort.

Avouez que dit comme ça, c’est loin d’être un avantage.

Vous me direz "Oui mais les clients ne le voient pas comme ça…". Ha bon ? Et qu’est-ce que vous en savez ? Vous leur avez demandé ?

Une méthode diabolique…

C’est comme le mot "diabolique"…

Le Larousse définit ce mot comme suit : "Très méchant, pernicieux".

Donc imaginez ce que vous transmettez comme image quand vous dites que vous vendez une méthode "redoutable et diablement efficace"…

En gros, vous dites ni plus ni moins que vous vendez une méthode pernicieuse et très méchante, efficace certes, mais que tout le monde redoute et craint…

C’est comme "fabuleux".

Une méthode fabuleuse…

Vous savez ce que veut dire ce mot, dans sa version primaire ? La définition du dico c’est "Imaginaire, feint (du verbe feindre)".

En gros, un produit fabuleux est donc un produit imaginaire (qui n’existe que dans l’imagination).

Même si vous n’êtes pas encore un as du copywriting, je suis bien persuadé que vous ne voulez pas dire que le produit que vous vendez est un produit méchant, que tout le monde redoute, et qui n’existe que dans votre tête…

C’est pourtant le propre des superlatifs : Ca fait baisser les ventes, quand ça ne fait pas fuir les gens à toutes jambes.

> Soit parce que les gens les interprètent au premier degré,
> Soit parce que celui qui les emploie ne fait pas sérieux
> Soit parce que le lecteur se dit que le produit en question doit être médiocre pour que le vendeur se sente obligé d’employer de tels mots.

A vous de jouer…

Je vous engage donc à repérer dans vos lettres de vente tous les superlatifs, et à les supprimer ou à les remplacer par des adjectifs un peu plus réalistes.

Exemple : Testez pour vous cette technique redoutable de copywriting !

Que l’on pourra remplacer par :

Multipliez vos ventes par deux grâce à cette technique avancée de copywriting.

Vous accentuez le "testez pour vous" en le transformant en "Multipliez vos ventes par deux", et vous remplacez le "redoutable" par :

> "avancée",
> ou "insolite"
> ou "efficace"
> ou "prouvée"

…ou quoi que ce soit d’autre de moins sujet à caution.

Je vous propose donc, à la relecture de vos lettres de ventes, de noter tous les "superlatifs" de ce genre-là et de les remplacer par des mots qui ont une connotation un peu plus plausible.

Et si vous avez des soucis pour remplacer de tels mots dans le contexte de votre produit, alors mettez la portion de texte qui vous pose problème en commentaire, et on la modifiera ensemble.

Précédent

Idée reçue : L’accroche est l’élément le plus important d’une lettre de vente

Suivant

L’emploi des AQPC dans une lettre de vente : Le risque…

  1. Intéressante ton analyse Yvon, qui nous rappelle que nous ne sommes pas le client et nous ne pouvons décider à sa place ce qui est bon pour lui ou de quelle manière il interprète ce qu’il lit.

    D’autant que c’est un peu se mettre des bâtons dans les roues en rédigeant ses lettres avec des mots dont le sens premier est négatif ou pas adapté.

    Il me semble que dans « Comment écrire une lettre qui vend », Christian insiste sur le fait que tout ce qui peut être compris de travers le sera, et donc de modifier les mots et expressions concernées en conséquence.

    • Oui exact, Clément.

      Ce sera d’ailleurs le thème de mon article de demain. Parler le même langage que ses clients, c’est déjà faire un pas vers l’atteinte de son objectif !

  2. Je suis assez d’accord avec cette approche, qui s’apparente finalement beaucoup à la « synchronisation » essentielle au rapprochement harmonieux de deux Êtres.
    J’ai juste envie d’ajouter qu’il ne faut pas oublier la dimension culturelle de certains mots, dimension dont les effets inconscients dépassent parfois la simple étymologie en raison d’un usage détourné, par des traditions locales, un contexte particulier, ou même les médias.
    Juste un exemple, j’ai récemment vu passer un produit contenant le mot « Avalanche », je ne suis pas sur que ce mot déclenche une envie irrésistible d’acheter dans certaines contrées montagneuses, où le mot est presque tabou tellement il fait peur à la population.

    En tout cas bravo Yvon, du bon travail comme d’habitude ! c’est le titre qui m’a attiré ici, je l’avoue :-)

    • Bonjour et merci pour votre commentaire sympa.

      Il y a aussi la dimension culturelle, c’est vrai. Il n’est bien entendu pas possible de contenter tout le monde, pour autant, en limitant l’emploi de tels mots, on limite aussi les risques de voir son auditoire comprendre de travers le message qu’on voudrait faire passer.

      • Héhé… cette sympathie est méritée… en raison d’une certaine admiration que j’ai pour la belle écriture j’imagine ;-)

        Bref, une idée m’est venue suite à ton article (je te tutoie, j’espère que cen’est pas déplacé ?) :

        Sans tomber dans le nivellement par le bas qui produirait au bout du compte des textes trop fades, il pourrait être intéressant de constituer une liste publique/communautaire des mots « à risque », par exemple en mutualisant les expériences des nombreux copywriters présents dans la place ?

        J’imagine ensuite une sorte de plugin permettant de les repérer automatiquement dans un texte un peu à la manière des correcteurs orthographiques dans wordpress/openoffice… je rêve ou pas ? qu’en pensent les copywriters ?

  3. Oh mais que voilà une excellente idée !

    Ca vient de m’en donner une aussi :)

    Un plugin wordpress « WP-Sympathomètre » qui mettrait en surbrillance en rouge les mots interdits, et le vert les mots d’or, et qui calculerait instantanément le sympathomètre d’une page.

    Excellent ! Merci pour l’idée ! Et pas de souci pour le tutoiement, c’est bien mieux.

    La liste publique est également une bonne idée pour les mots portant à confusion. On peut déjà commencer en les mettant en commentaires. Et quand on en aura une bonne liste, je ferai un article complet.

    • Bonjour Yvon et toutes, tous,

      Quand je lis partout « d’une efficacité redoutable », cela m’agace « prodigieusement » (autre cliché ! :hin: ).

      Yvon, je peux peut-être t’apporter de la matière pour cet article que tu as l’idée d’écrire .

      Mais peut-être l’as-tu déjà écrit ?

      Dans ce cas, j’aimerais bien en recevoir le lien.

      Pour en revenir à mon offre, il s’agit d’une série de mots et d’expressions que j’ai listés et que je qualifie, dans ma formation à la Prospection Téléphonique, de : « à ne jamais utiliser ».

      En regard de chacun-e, j’indique le mot ou l’expression que je conseille d’utiliser à la place.

      Je ne sais pas si c’est exactement ce que tu veux, mais, pour t’en rendre compte, je peux te l’envoyer, si tu veux en prendre connaissance.

      Avec l’autorisation de l’utiliser dans un de tes articles, si cette liste te convient.

      À ta disposition.

      Bien amicalement,

      Elena.

      PS. Je ne peux pas les mettre en commentaire, car ils sont dans un tableau et ce serait trop long de les recopier.

  4. Les méthodes de copywriting deviennent de plus en plus claires pour moi, ton site m’aide beaucoup !
    C’est tellement simple et logique qu’on l’oubli ! Comme quoi un bon dictionnaire à côté de soi est toujours préférable pour chercher le sens premier d’un mot.

  5. Bonjour à vous,

    Bien vu, Yvon, excellente idée d’aborder ce sujet.

    Cela me fait penser à un livre qui s’intitule « 90 Clichés à Foutre à la Poubelle », de Jean-Loup Chiflet, qui reprend de très nombreuses expressions dont celle-ci : une efficacité redoutable (qui fait peur, terrifiante).

    Je sors peut-être un peu de l’objet de ton article, mais je pense qu’il est, aussi, intéressant d’ajouter qu’il vaut mieux éviter d’utiliser ce type d’expressions toutes faites que l’on retrouve à tout bout de champ.

    Se casser un peu la tête pour trouver le mot ou l’expression juste, utiliser des dictionnaires (définitions ou synonymes), ne peut que donner de la valeur à un texte.

    Tu abordes là, Yvon, un sujet qui m’est cher : la langue française et je t’en remercie.

    Bien amicalement,

    Elena.

    • Bonjour Elena.
      Merci infiniment pour la mention de ce livre que je ne connaissais pas.
      Je suis justement en train d’écrire un article sur les 21 clichés à virer impérativement des pages de vente, et je pense qu’il va m’être d’un grand secours !!
      Je le commande de suite :)
      Merci bien !
      Yvon

      • Un plaisir, Yvon.

        :)

        L’auteur mentionne, d’ailleurs, de nombreuses expressions toutes faites dont, pour beaucoup, je n’aurais jamais pensé qu’elles peuvent être considérées comme des clichés (j’en utilise, d’ailleurs, un certain nombre !).

        Cela donne à réfléchir !

        Je viens de compter, sur la table des matières, il y en a 98, sauf erreur.

        D’autre part, dans mon livre sur la Prospection Téléphonique, j’ai répertorié un certain nombre de mots ou d’expressions à bannir, mais il s’agit surtout de communication verbale, il faudra que je regarde ce qui peut, éventuellement, se rapporter à l’expression écrite.

        Bien amicalement,

        Elena.

        • Oui en fait le livre s’appelle « 99 clichés à foutre à la poubelle » :hin:

        • Alzheimer me guette toujours : j’avais oublié le titre du livre, avant de délivrer cette importante info ! :hin: Il doit bien y en avoir 99 !

          Pas beau, d’être vieux !! :)

  6. commentaire supprimé

  7. Merci pour ces conseils pertinents! :super:

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER