Mal ciblé, la majorité ne comprendront pas ce que vous faites

Il y a quelques années, j’étais en collocation pour quelques mois avec un gars qui n’a pas vraiment compris ce que je faisais dans la vie.

Il me voyait bosser jusqu’à 2 ou 3 heures du matin – parce qu’entre 22h00 et 2h00 c’est le moment où mon cerveau est le plus productif pour l’écriture – et de manière très épisodique la journée. Et l’argent rentrait comme ça.

Devant son interrogation à peine voilée, j’ai essayé de lui expliquer quel était mon métier, et pour lui donner un exemple, je lui ai mentionné que que je pratiquais le sommeil polyphasique.

C’est une manière de dormir en respectant ses cycles de sommeil personnel, qui peut vous permettre de dormir pendant 3 heures avec le même bienfait qu’une nuit de 8 heures de sommeil.

Il avait paru très intéressé par le concept, et je lui avais donné un lien vers la méthode que j’ai écrite à ce sujet.

On n’a plus abordé le sujet après ça…

4 mois plus tard, j’ai appris qu’il disait à qui voulait l’entendre qu’il était en collocation avec un insomniaque (moi donc) qui vendait une méthode aux autres pour mieux dormir…

Ça vous est déjà arrivé ?

En fonction de votre métier, ça arrive souvent. Et c’est directement lié à la manière dont vous présentez votre activité.

C’est facile de voir l’impact que vous pouvez avoir sur les autres en fonction de ce que vous leurs dites.

Par exemple, en ce qui me concerne, j’ai tellement d’activités différentes dans mon métier, que j’ai l’embarras du choix pour en présenter une globalement.

Je dis que je suis « Éditeur » quand  je suis en présence de gens qui n’ont aucune idée de ce qu’on peut faire sur Internet et avec qui je n’ai pas du tout envie d’en discuter…

Je suis « Copywriter » ou « Rédacteur publicitaire » quand je suis avec des chefs d’entreprise…

Je suis « Créateur et vendeur de livres et de logiciels sur Internet » quand je suis avec des gens qui ont l’air d’être un peu modernes…

J' »Aide les entrepreneurs sur Internet à clarifier leurs offres et leur message » quand je suis avec des entrepreneurs…

Et je suis « dans l’informatique » pour les personnes trop âgées pour comprendre des termes trop compliqués.

Bref, il y autant d’appellations que de public, et avec le temps, je suis devenu très cool avec ça, car primo je n’ai plus rien à prouver à qui que ce soit, et secundo, sur 100 personnes qui posent la question « qu’est-ce que vous faites ? », 99 enchaînent direct avec un truc du genre : « Intéressant ! Moi, je… ».

Tout ça pour dire quoi ?

Que ce que vous « faites » devrait s’adapter au public à qui vous en parlez.

Surtout si vous souhaitez que le public en question s’en souvienne et s’y intéresse.

C’est une autre façon de parler de ciblage : vous êtes une personne qui va proposer quelque chose de spécifique à un public spécifique.

Par exemple, si vous êtes énergéticienne quantique, thérapeute, coach de vie, auteur et animatrice de stages d’éveil de kundalini et de tambours chamaniques, mais que vous intervenez aussi dans les entreprises pour les aider à prendre des décisions capitales, vous ne pouvez décemment pas annoncer tout ça à tout le monde…

Chaque activité ciblée s’adresse à un public précis. Et vous devez donc adapter votre langage et votre présentation aux personnes qui sont en face.

C’est pareil pour votre stratégie de contenu

Quand vous avez une page Facebook, un blog ou une chaîne Youtube, c’est exactement pareil.

Il y a certains articles, certaines vidéos, qui ne sont pas accessibles à tout le monde.

Soit parce que c’est trop spécifique, justement, soit parce que le public visé ne comprend rien à ce que vous racontez.

Essayez de parler de marketing à un maçon qui essaye de trouver des clients, et vous verrez…

Essayez de parler de copywriting à des gens qui débutent sur Internet, et vous verrez combien ils ne comprennent rien à ce terme.

Essayez de parler de kundalini à des entrepreneurs, et vous verrez…

Essayez de parler de tarot et de voyance à des chefs d’entreprise…

Vous avez compris. Même à l’intérieur de votre blog, vous devez catégoriser vos articles. Et vous devriez aussi faire des tests fréquents pour savoir si votre public s’intéresse à ceci ou cela.

Les avantages de la segmentation

Par exemple, si vous écrivez à vos suiveurs tous les jours, de temps en temps, faites des mails de « segmentation ». C’est à dire des mails spécifiques qui placent les gens dans une liste spéciale « intéressés par… ».

Dans un domaine comme le mien, il est facile de voir si les gens s’intéressent ou non à un sujet.

Il suffit de créer un email qui tease sur un sujet spécial, et de mettre un lien qui dirige vers un article complet. Si la personne clique, vous savez qu’elle est intéressée par ce sujet. Si elle ne clique pas… ne lui en parlez plus.

Vous allez donc avoir 3 groupes de personnes :

  • Ceux qui n’ont pas ouvert votre mail
  • Ceux qui l’ont ouvert et qui n’ont rien fait d’autre
  • Ceux qui l’ont ouvert et qui ont cliqué sur le lien

Ce sont évidemment ces derniers qui vont constituer les prospects intéressés par votre sujet précis.

C’est la bonne manière de procéder quand on a plusieurs activités.

Vous pouvez en plus relancer les gens qui n’ont pas ouvert votre email, surtout si le sujet était obscur et non explicite (ce que je vous recommande de faire pour vraiment dissocier les gens qui ouvrent et qui cliquent de ceux qui sont juste curieux, ou fainéants. Ou trop occupé pour ouvrir vos mails).

En fonction des sujets que vous abordez, vous pouvez vous constituer des sous-niches très intéressantes que vous pourrez exploiter plus tard avec un produit spécifique.

Alors… Vous faites quoi vous ?

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Prospecter en temps de crise : quelques conseils

Suivant

Le quinté dans l’ordre du titre d’article de blog : 10-5-3-4-7

  1. Patrick Van Hoof

    Bonjour Yvon,

    Je suis cultivateur de prospects pour les indépendants :D

  2. Patrick

    Bonjour Yvon,
    En peu de mots vous avez cerné une vérité, enfin plusieurs en même temps.
    Que les gens n’écoutent que ce qu’ils ont envie d’écouter n’est pas la moindre.
    Et aussi que l’on devrait se soucier lorsqu’on veut faire passer un message de la personne à qui on s’adresse et de le faire passer avec beaucoup de termes différents afin que chacun puisse comprendre.
    C’est le genre de vérité tellement évidente comme la clef posée sur une table que l’on ne voit pas parce qu’on continue à la chercher dans ses poches.
    merci et bonne fin de journée.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER