Le sens de l’humour de McDO dans la pub

Allez, aujourd’hui, on va encore parler d’outil, avec une petite sélection de pubs McDO qui offrent tout un tas d’outils…

#1 – Outil de storytelling croquignole :

#2 – Outil de rigolade…

…sans vraiment savoir pourquoi…

#3 – Outil de mise au tricot des soldats (!!!) :

#4 : Outil de réconciliation

…comme on n’oserait pas le faire…

#5 – Outil de drague

Fallait y penser quand même…

#6 – Outil GPS

Fallait franchement y penser, sérieux…

Oui, je sais. McDO, on aime ou on n’aime pas.

Mais on s’en fout. L’important, ici, c’est de voir combien ils arrivent à traiter l’insolite et le borderline sans avoir l’air d’y toucher.

Perso, j’adore. Tant le McDO que leurs pubs.

Et vous ?

Allez, je vous laisse avec l’image du jour… Avec toutes ces conneries, j’ai grave envie d’un Big Mac !

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez recevoir :

  • Chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail,
  • Un article complet, pratique et inédit chaque semaine, non publié sur le blog et réservé aux seuls membres, à consulter par mail et/ou à télécharger en PDF,
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et recevoir tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Une panoplie d’outils pour mieux écrire

Suivant

L’art qui se monnaye le mieux…

  1. Loth

    :coeur: amusant triste à souhait avec la petite fille blonde ..
    L’émotion est toujours à son comble
    Et Mac Do est la  » chute  » émotive. Excellent

    Monsieur,

    Oui, Mac DO peut se permettre certaines pubs où il évoque à peine
    son nom ou son sigle.
    Nous, on devra insister grossièrement pour imprimer les esprits.

    Montrez nous les 1° pub Mac Do pour faire la différence.

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER