Le secret de la page de vente qui transforme 30 lecteurs sur 100 en clients…

Wouhaou… 30 % de rendement pour une page de vente ??!

Si vous parcourez ce blog pour la première fois et que vous arrivez directement sur cette page, forcément, vous vous demandez si je n’ai pas perdu la tête.

Je vous engage donc, si ce n’est pas déjà fait, à commencer par relire les 5 articles qui précèdent celui-ci, en commençant par lui, et qui vous expliquent pourquoi je peux me permettre d’annoncer ce chiffre pharaonique.

Et oui, une opération d’envergure comme celle dont on parle depuis mercredi dernier vous met généralement devant des chiffres que vous n’avez pas l’habitude de voir.

SUCCESS!!!

Mais cela passe forcément par quelques ajustements sur la page de vente "habituelle" que les clients sont habitués à voir.

En effet, ici, l’objectif n’est pas que votre client achète quoi que ce soit.

L’objectif est qu’il remplisse un formulaire pour recevoir votre produit chez lui, sans le payer.

Vous aurez donc ici à vendre la "signature" du contrat. La VRAIE vente du produit se fera plus tard !

Pour une fois, permettez-vous d’aller à l’essentiel sur la page de vente

Dans ce genre d’opération, au moment où votre lecteur est sur votre page de vente, le plus intéressant pour lui c’est le système que vous proposez. Pas le produit.

Pour être complet, c’est SURTOUT le fait qu’il va pouvoir tester en direct quelque chose qui va lui permettre de résoudre son principal souci, et ce sans avoir à débourser le moindre centime.

Bien entendu, vous allez donc devoir parler de ce que fait votre produit, mais notez bien que le GROS de la vente se fera… lors de son utilisation !

En effet, vous aurez pris soin de faire des vidéos bien détaillées sur la meilleure manière d’utiliser votre produit.

Une sorte de tutoriel évolué, orienté "bénéfice utilisateur", avec manipulation en direct tout en filmant votre écran.

Oui ! Avec cette méthode, la vente n’existe réellement QUE lors de l’utilisation du produit.

Et c’est 100 fois plus facile pour vous parce que :

  • Vous avez plus de place pour vous exprimer (vous pouvez aborder autant de sujet que vous voulez, pas de risque que votre lecteur s’en aille. Ce n’est pas comme une page de vente !)
  • Vous avez plus d’attention de la part de votre lecteur
  • Et surtout, plus d’interactivité car il peut manipuler en même temps que vous lui expliquez : Il comprend mieux, il est plus impliqué.

En résumé, c’est véritablement en utilisant votre produit que votre client va être conquis.

Donc sur la page de vente, vous allez SURTOUT vendre l’essai gratuit !

En cela, cette "page de vente" ne devrait être qu’un formulaire d’inscription un peu élaboré, qui comportera beaucoup moins d’éléments qu’une page de vente normale.

Voyons lesquelles :

Une accroche spécifique qui annonce le système

La première chose à faire est bien entendu d’annoncer la couleur du système : Il est assez innovant et incroyable pour en parler dès le début.

Votre accroche principale pourrait être par exemple : "N’envoyez surtout pas d’argent !"

Cette accroche est universelle. Et elle annonce la couleur de ce qui suit…

C’est, je pense, ce qui a fait la fortune des Editions ATLAS. Je viens de consulter mon classeur de pub, et cette phrase se retrouve sur quasiment tous les coupons réponse.

Ce n’est pas pour rien.

Il est INDISPENSABLE que cette phrase apparaisse en gros sur votre page de vente, et ce dès l’accroche.

Ca doit marquer si fort l’esprit de votre lecteur qu’il ne doit plus penser qu’à ça.

D’autres idées d’accroches sur le même style :

  • Recevez ce CD chez vous, ne payez que si vous l’aimez
  • Choisissez vous-même le prix auquel vous voulez payer ce CD-Rom
  • N’envoyez surtout pas d’argent !
  • N’avancez pas d’argent
  • Essayez avant de payer !
  • Ne payez rien aujourd’hui !
  • Ce CD coûte 27 € mais vous ne paierez rien aujourd’hui !

En mettant ça le plus tôt possible, vous intéressez instantanément votre lecteur.

Pourquoi ? Parce que s’il arrive sur cette page, c’est que le sujet l’intéresse, puisque si vous avez suivi ce conseil, alors vous n’envoyez ici que les gens vraiment intéressés par votre produit.

On lui dit qu’il existe un produit d’enfer qui fait exactement ce qu’il attend depuis longtemps et sur la page qui en parle, il tombe direct sur une phrase du genre "Essayez avant de payer".

Un sous-titre qui annonce le produit

Vous avez annoncé que le lecteur n’aura rien à payer. Super !

Mais rien à payer pour quoi ?

C’est dans le sous-titre, c’est à dire le texte qui se trouve juste SOUS l’accroche, que vous annoncez maintenant l’accroche de votre produit.

Ceci afin que le lecteur passe directement le lien entre "je ne paye rien", et "je peux avoir un produit d’enfer malgré tout".

Par exemple : "Si vous aussi vous souhaitez gagner plus d’argent avec votre blog, alors demandez à recevoir ce CD-Rom chez vous sans avancer d’argent…"

Bien entendu, les accroches sont à tester.

Un argumentaire rapide et précis sur le bénéfice principal de votre produit

Vous avez annoncé le système, vous avez annoncé le produit, arrive ensuite le moment de présenter le bénéfice principal que votre produit va permettre au client.

Ma phrase d’intro préférée est de loin celle ci :

"Dans quelques jours, vous allez recevoir chez vous, par la poste, un CD-Rom qui va vous permettre de [mettez ici le bénéfice principal de votre produit]… 

Et vous savez quoi ? Vous n’avez rien à payer du tout !

OUI ! Vous avez bien lu : Je vous envoie ce CD à l’essai (un vrai essai, sans avancer d’argent) chez vous pendant 15 jours. J’ai juste besoin de vos coordonnées postales pour savoir où je vous fais livrer votre CD.

Mais peut-être que vous vous demandez en quoi ce CD va vous être utile ? Voilà :"

Devraient ensuite suivre quelques puces promesses très précises qui argumentent votre principal bénéfice.

Pas vraiment besoin de preuves, ni de témoignages. En tout cas au début.

La meilleure preuve que vous pourrez fournir à votre client, c’est que le produit corresponde à ce qu’il attend.

Et comme vous lui faites essayer, il pourra s’en rendre compte par lui même.

Dites-le lui ! :)

Des preuves par l’utilisation

"Je suis tellement sûr de mon produit que je vous offre de l’essayer avant de l’acheter…"

Cette phrase est imparable !

Alors que la majorité des vendeurs donnent 1000 et une raisons d’acheter leur produit à grands renforts de preuves chiffrées ou de témoignages, vous, vous dites à vos clients :

"Je pourrais vous parler pendant des heures de tout ce que va faire ce CD-Rom pour vous, je pourrais vous dire qu’il a déjà plu à des milliers de personnes, mais l’important, c’est ce qu’il va faire pour VOUS ! 

Et je suis tellement sûr des résultats qu’il produira sur vous que je vous le "prête" sans frais pendant 15 jours pour que vous le testiez par vous-même."

Que voulez-vous répondre à ça ?

Si la personne est vraiment intéressée par votre sujet, elle va signer des deux mains. Et plutôt deux fois qu’une !

D’autres phrases à utiliser dans le même genre :

  • "Assez de bla-bla, des résultats…"
    Un peu cliché, mais parfaitement adapté ici
  • "Combien de fois avez-vous été déçu par un produit que vous avez acheté ?"
    Aujourd’hui, essayez avant d’acheter ! Le produit ne vous convient pas ? Renvoyez-le : Ca ne vous aura rien coûté; mais SURTOUT vous n’aurez pas avancé d’argent !

Plusieurs liens explicites vers votre bon de commande

Il est habituel de trouver des liens texte tout au long d’une page de vente.

Ce sera également le cas ici, mais contrairement aux pages de vente normales, les liens présents dans ce genre de page de vente devront TOUS être axés sur la possibilité d’essayer sans payer.

C’est en effet le plus gros avantage de votre page, et vous devez le marteler dans l’esprit de votre lecteur.

Utilisez par exemple des liens de ce type :

  • Je clique ici pour recevoir ce CD-Rom chez moi sans payer quoi que ce soit
  • Je teste la puissance de ce CD-Rom sans payer
  • Je n’envoie pas d’argent, je reçois ce CD chez moi à l’essai
  • Je veux recevoir ce CD par la poste. Je ne donne pas mon numéro de CB

SURTOUT n’employez pas le mot "GRATUIT"

C’est très important !

Votre produit n’est pas gratuit. Il est payant, mais vous le faites essayer avant.

Employez à la place l’expression "sans avancer d’argent". Ca veut dire la même chose (c’est gratuit pour le moment), mais le terme "avancer" suppose un règlement ultérieur.

C’est subtil et peut-être insignifiant au premier abord, mais à aucun moment vous ne devez laisser croire à votre lecteur qu’il pourra avoir votre produit gratuitement.

C’est véritablement un "prêt" pour que le client puisse se rendre compte par lui même de ce dont il s’agit.

Il devra payer plus tard ! Il n’y a donc aucune raison de parler de gratuité. Dans ce cas précis, c’est mensonger.

Passez en revue les différentes objections liées à la confiance

J’ai abordé le sujet rapidement hier…

Il s’agit ici de poser une à une les différentes objections "habituelles" de votre client relatives à la confiance, et de dire pourquoi ce système est LA meilleure solution pour eux.

Risque de se faire arnaquer par un vendeur inexistant

Souvent, on n’a pas vraiment idée de qui nous vend quoi sur le net. On envoie notre argent, mais à qui ? Est-ce une vraie société ? Une vraie personne ? Est-ce qu’elle assure vraiment ?

En envoyant votre produit en échange d’une simple adresse, votre client s’engage peu : Si vous ne lui envoyez rien, il n’aura rien perdu.

Risque de ne pas être remboursé en cas d’insatisfaction

On parle d’essai gratuit, mais il faut d’abord avancer l’argent. Votre client n’est pas dupe. Même s’il trouve ça sympa (certains ne le proposent même pas) qu’est-ce qu’il lui dit que vous le rembourserez réellement ?

On a plein de phrases pour dire qu’il n’est pas de notre intérêt de ne pas rembourser les gens, qu’on peut flinguer notre réputation, etc… le client lui, il voit ça de sa fenêtre : Que vous vous ridiculisiez ou que vous passiez pour un voleur aux yeux de vos pairs, lui, il s’en fout. Il veut juste revoir son argent.

En lui envoyant le produit sans qu’il avance quoi que ce soit, aucun risque de ne pas recevoir son argent en retour (il n’en a pas envoyé). Pas de stress, pas de crainte inutile.

Risque de ne pas recevoir ce qui a été promis

Dans les pages de vente modernes, on en dit beaucoup. Parfois – souvent – même bien plus que ce qui existe réellement.

Ce qui finit par représenter une "foire d’empoigne" où la découverte du produit devient une véritable aventure pour le client…

Là, il peut se rendre compte par lui-même de quoi il s’agit et créer ainsi ses propres promesses.

Bref…

"Assez de blabla, des résultats" ;)

Enumérez une à une toutes les étapes

Et pour finir, il faut résumer.

En effet, cette manière de procéder est tellement inhabituelle et spéciale, que certains clients vont penser qu’il y a un piège quelque part.

Si vous leur détaillez la procédure complète de ce qui va se passer pour eux lorsqu’ils vont cliquer sur le lien de commande, alors ils peuvent se rendre compte par eux-même qu’il n’y a aucune entourloupe :

Votre client va bien recevoir ce CD gratuitement chez lui, et qu’il ne paiera QUE si cela correspond bien à ce qu’il attend.

Voici donc les différentes étapes à récapituler EN CLAIR :

  • Etape 1 : Vous cliquez sur le lien bleu ci-dessous
  • Etape 2 : Vous remplissez avec soin vos coordonnées complètes (Nom + Prénom + Adresse postale complète + Adresse Email)
  • Etape 3 : Vous cliquez sur le bouton "Valider"
  • Etape 4 : D’ici deux jours maximum, vous recevez chez vous, par la poste, votre CD-Rom
  • Etape 5 : Vous l’utilisez autant que vous le voulez et vérifiez qu’il correspond bien à ce que vous attendiez
  • Etape 6 : Vous ne payez que si son contenu vous plait. S’il ne vous convient pas, vous nous le retournez par courrier et tout ceci ne vous aura rien coûté !

    C’est aussi simple que ça !

Suit bien entendu un lien vers le bon de "commande".

Elément très important que nous verrons demain, car il doit comporter un certain nombre de choses qui préparent au futur paiement en plus de favoriser l’inscription.

Précédent

Les 8 éléments qui vont obliger vos clients à vous régler dans la journée

Suivant

L’art du bon de commande et pourquoi 95% des vendeurs sur Internet perdent des sommes à 4 chiffres chaque année

  1. Aaah décidément j’aime beaucoup cette série d’articles et je réfléchis déjà à quel genre de produits ça peut s’appliquer.

    D’ailleurs, bien joué de préciser qu’il ne faut surtout pas dire « gratuit », ça vient tellement facilement qu’on aurait sûrement fait la bourde alors qu’à la base on veut quand même que les clients paient… juste plus tard.

    J’aime bien ton idée de « prêt ». « Tellement je suis convaincu par mon produit que je vous le prête sans rien vous demander en échange », vraiment sympa comme accroche :)

    • Oui l’idée du prêt est en effet une chose assez facile à imaginer pour un client.
      Par contre, qui dit prêter dit « rendre ».

      « Location vente » serait peut être plus judicieux :hin: :D

      Blague à part, « essayer » est vraiment le meilleur terme à employer ;)

  2. Bonjour Yvon,

    Cette suite d’articles, et principalement ce dernier, c’est tout simplement génial ! Ca me donne vraiment l’envie d’essayer.

    Même si je manque de temps pour le moment, crois-tu que ça marcherai pour mon produit sur le sommeil ?

    C’est toujours ce maudit trafic qui me fait un peu peur :)

    Bien amicalement,

    Christian

  3. Bonjour Yvon

    Mettre en place un tel système demande vraisemblablement un sacré investissement en terme de temps. On est pas encore au bout de la série d’articles, et, déjà à ce stade, y a du taf !!! :hin:

    J’attends impatiemment la fin de cette belle série d’articles.

    Cordialement

    • Bonjour Thierry

      Oui bien sûr qu’il y a du taf ! On parle qd même de vendre 1000 à 2000 CDRom en un mois… Ca se fait pas tout seul forcément :)

  4. Salut Karim

    Tu as raison sur le fait d’étonner. Mais je t’assure qu’il n’y aura pas d’étonnement plus grand que de permettre à ton prospect de tester ton produit avant de l’acheter.

    En outre, réfléchissons deux secondes à cette histoire d’étonnement.

    Il faut bien scinder les deux objectifs dans ce cas précis.

    Tu es un copywriter, et tu sais donc que la PREMIERE chose à faire quand on écrit une lettre de vente, c’est de déterminer UN SEUL objectif parmi tous ceux qui se présentent, et d’argumenter UNIQUEMENT dans le but d’atteindre celui-là.

    Ici, l’objectif numéro 1, c’est de faire « signer » le client pour qu’il reçoive le CD chez lui. C’est THE objectif à poursuivre dans la page de vente de base.

    Et une fois alors qu’il aura le porduit avec lui, alors LA, le deuxième objectif sera de le faire payer. Et pour ça il faudra l’étonner avec ton produit, avec tes vidéos d’explication, et avec les différents cadeaux que tu vas lui donner.

    C’est pour cela que ta lettre de vente, à ce moment précis, doit être minimaliste pour garder absolument des cartouches quand le moment le plus critique arrivera (quand le client devra payer).

    Bien entendu, si tu t’aperçois que ta lettre de vente en l’état ne fait s’inscrire que 10% des gens qui arrivent, alors tu dois en rajouter un peu pour augmenter ce taux jusqu’à arriver jusqu’à au moins 30%. Mais si ça fonctionne de manière minimaliste, alors surtout ne pas tenter d’améliorer ça (en tout cas pas tout de suite).

    Je parle de 30% net. Le brut c’est 35,2 % ;)

    Yvon

  5. L’article est excellent, les réponses aux commentaires sont pertinentes … Chaque jour tu prouves un peu plus ta valeur ! Merci pour cette très bonne série d’articles.

  6. Je sors de mon « hibernation »…
    Un article sur les mauvais payeurs à venir ? je ne pense pas qu’il faut les abandonner si facilement, non ??? en tout cas, ce n’est pas ce que je ferais…

  7. Vraiment un article de qualité, contenue riche et et les informations biens ciblés.

    Utiliser une page de vente est la technique qui marche à tout les coup pour vendre un produit et le plus intéressant c’est d’essayer de sortir de l’ordinaire, en proposant à chaque fois des offres irrésistibles pour les clients.

    Par exemple dans un produit d’abonnement mensuelle on peut proposer un mois s’essaie gratuit ( petite manipulation avec paypal). Je connais des Commerçant américains qui vende un servie sur abonnement avec seulement $1 le premier mois. Après le client décide s’il annule l’abonnement ou le garder pour un prix plus élevé.

  8. mistodin

    En tant que personne, je suis assez révolté par les ventes forcées. Je fais partie de ceux qui préfèrent payer par paypal et ne jamais recevoir de CD.

    Un coup d’oeil sur google m’apprends que la requete
    « editions atlas » arnaque
    donne 15900 résultats.

    Loin de moi l’idée de critiquer Atlas, mais il semble que bon nombre de clients n’apprécient pas leur politique commerciale.

    En tant qu’entrepreneur, la méthode m’intéresse bigrement.

    J’en arrive à me demander s’il est possible de gagner sa vie sur internet sans être à la limite de la vente forcée.

    A lire ton article, la réponse est non. Je serais ravi de te voir développer ce sujet dans un prochain article (une éthique stricte est-elle incompatible avec la réussite sur internet ?).

    • Bonjour,

      Qui a parlé de vente forcée ?

      Christian

    • Bonjour

      Attention il y a une grande différence entre la vente forcée (on envoie un produit que le client N’A PAS COMMANDE, et on lui demande de le payer ou de le renvoyer) et ce dont je parle ici.

      Ici, le client commande, et on lui livre l’objet avant de l’envoyer. Ca n’a rien à voir avec de la vente forcée.

      Quand tu donnes ta voiture au garage pour changer un pneu, tu ne payes qu’une fois que tu as eu ton pneu. C’est pareil ici…

      Si le garagiste en profite pour te dire à la fin : Au fait, vos freins étaient naze… J’en ai profité pour les changer : CA c’est de la vente forcée. Et c’est illégal en France (d’où l’intérêt du bon de commande accepté par le client qui définit les termes du contrat)

      Yvon

    • 15900 résultats … pour combien de clients satisfaits ?
      c’est comme les trains, on en parle que quand ils sont pas à l’heure
      mais sinon quand c’est à l’heure çà ne fait pas les titres des médias !
      si ?

  9. Bonjour Yvon,

    Merci pour cet article, fort intéressant.
    As-tu prévu dans les CGV les conditions de retour ?
    Je n’ai pas vu le taux de demande de remboursement?
    Peux-tu nous éclairer sur se point ?

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER