L’art qui se monnaye le mieux…

Il est un art qui, sur Internet, se monnaye d’une façon beaucoup plus sûre que beaucoup d’autres choses.

Il existe 7 arts « primaires » en tout :

  • l’architecture,
  • la sculpture,
  • les arts visuels (la peinture , le dessin, etc.),
  • la musique,
  • la littérature (la poésie ou la dramaturgie),
  • les arts de la scène (théâtre, danse, mime, cirque),
  • le cinéma.

L’art dont je vais vous parler aujourd’hui n’est aucun de ceux-là.

Vous avez une idée ? Non, ce ne sont pas les guides virtuels, les vidéos, ou les podcasts.

L’art dont il est question ici, c’est celui d’aller à l’essentiel.

Théorie simpliste ?

Bien souvent, comme ce que l’on ressent quand un magicien qui vient de vous enchanter vous explique comment il a fait, quand on découvre de quoi il s’agit après une longue série de questions, posées là pour vous maintenir en haleine, on est déçu.

Parce que la réalité est bien moindre, d’un point de vue émotionnel, que ce à quoi on s’attendait.

Et pourtant, si vous prenez le temps de vous poser et de réfléchir sur ce concept qu’est « L’art d’aller à l’essentiel« , alors vous comprenez que ce qui fonctionne le mieux, sur Internet, quand on vend des produits pour aider les autres, c’est donner 100% d’informations utiles.

Éliminer le bla-bla, le consensuel. Les mots vides, les mots trop compliqués, les mots abstraits. Et par extension tout ce qui ne sert qu’à mettre de la distance entre votre client et la résolution de son problème.

Quand on achète un produit, une prestation ou une formation, on veut que ce soit rapide, utile et efficace. Comme un marteau sur un clou.

On se moque de tous les chemins qui ont permis à l’auteur, à l’accompagnant ou au formateur d’arriver là où il en est. Ni pourquoi il a fait ça.

Ce qu’on veut, c’est que le produit, la prestation ou la formation nous emmène le plus rapidement possible à la résolution de notre problème.

Si cela prend une seule page, c’est tant mieux. S’il n’y a qu’une seule technique et qu’elle fonctionne, c’est parfait. S’il ne faut que 10 minutes pour arriver à la solution, c’est parfait.

Il faudrait se libérer de l’idée qui voudrait que plus c’est long, plus c’est bon. Dans le domaine de la formation et de l’accompagnement, c’est l’inverse qu’il faut.

Et quitte à passer 5 fois une heure, autant les passer avec 5 x 10 mn de théorie, et 5 x 50 mn de pratique et d’entraînement.

L’essentiel, quand on enseigne, c’est la pratique. La théorie ne sert hélas qu’à introduire la pratique. Et cette théorie devrait servir à faire comprendre comment ce sera plus simple de pratiquer.

Pour aller à l’essentiel

C’est comme avec cet article. L’essentiel à retenir, c’est que si vous aviez une seule action à réaliser aujourd’hui, ce serait de simplifier, réduire, et clarifier ce que vous proposez.

Ne conserver que les exercices, et les instructions qui les expliquent.

Virer les grandes introductions, le bla-bla et tout ce qui ne fait pas rentrer directement dans le vif du sujet.

C’est ce qui se monnaye le mieux.

Entre une formation à 53 modules qui vous apprend à écrire, et un outil qui vous permet d’écrire et de publier votre article en 15 mn chrono, le deuxième est plus attirant.

Ça n’empêchera pas de se diriger ensuite sur une formation qui comportera 53 outils différents pour écrire 53 articles différents en moins de 15 minutes, mais aujourd’hui, si votre objectif c’est d’écrire votre prochain article sans vous prendre la tête, reconnaissez que vous donnerez volontiers 27 euros pour qu’on vous aide à écrire un article en moins de 15 minutes.

Bref… simplifiez !

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez recevoir :

  • Chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail,
  • Un article complet, pratique et inédit chaque semaine, non publié sur le blog et réservé aux seuls membres, à consulter par mail et/ou à télécharger en PDF,
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et recevoir tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Le sens de l’humour de McDO dans la pub

Suivant

Bien peu feront ce dont il est question ici. Et pourtant…

  1. Patrick Blanchon

    Bonjour Yvon,
    Facile à dire…simplifier
    c’est comme extraire la substantifique moelle.
    Faut d’abord péter l’os, faut le dire !
    Belle soirée

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER