RSS FB
 

L’art bien trop rare de savourer…

06 oct

 l n'était pas sûr d'avoir beaucoup de monde. Mais qu'importe...

Il a quand même tenté le coup.

Tout était parti d'une lubie.

Une envie soudaine qu'il avait eu de revoir ses anciens étudiants... Pas vraiment par nostalgie. Il avait juste voulu savoir ce qu'ils étaient devenus... Histoire de voir s'ils avaient pu mettre à profit tout ce qu'ils avaient appris lors de leur scolarité.

Alors il avait décroché son téléphone et il les avait appelé un à un. Pour les inviter à passer chez lui le temps d'un après-midi. Pour parler du bon vieux temps. Et du nouveau aussi.

Une quinzaine sont venus. Parce que mine de rien, beaucoup se rappelaient de ce vieux professeur qui leur disait de jolies choses pour les faire réfléchir un peu.

Alors il leur a demandé de parler d'eux. De leur vie. Des obstacles qu'ils avaient rencontrés, de ce qui marchait bien, ou pas...

S'améliorer

Bien vite, ils en sont venus à se plaindre du stress et de la difficulté à mener une vie sereine. Comme quoi ils étaient débordés, surmenés, stressés... Que la vie n'était pas si facile... qu'il fallait se démener pour s'en sortir. Que ce n'était pas tout rose... Qu'il y avait des mauvaises nouvelles partout... Et que beaucoup étaient très pessimistes sur l'avenir.

Alors le professeur s'est levé et il a été préparer une grande cafetière de bon café.

Puis il a fait le tour de tous ses placards, et a réussi à trouver plein de tasses de toutes sortes.

Certaines étaient ébréchées. D'autres étaient - presque - neuves. Certaines en porcelaine, d'autres en cristal, d'autres en simple carton, certaines en verre, bref... Tout ce qu'il avait pu trouver.

Il a déposé toutes ces tasses de fortune sur sa table, la cafetière à côté, et il a demandé à ses invités d'aller se servir...

Et c'est là qu'il a vu... Il a vu ceux qui se sont précipités sur les plus belles tasses. Puis ceux qui ont regardé les tasses ébréchées avec une sorte de mépris. Et ceux qui s'en foutaient, et qui prenaient la première tasse qui leur tombait sous la main. Puis il a vu les regards de jalousie de ceux qui lorgnaient sur ceux qui avaient une plus belle tasse que la leur...

Et après cette "danse" pour savoir qui aurait la meilleure tasse, il s'est doucement levé et a pris la parole :

"Vous voyez, vous avez dépensé une énergie folle pour choisir une simple tasse. Et vous avez presque totalement ignoré ce qu'il y avait dedans : du bon café. Qui était là pour vous réchauffer, pour vous faire passer un moment sympa de plaisir.

Et c'était ça le truc vraiment important : ce qu'il y avait dedans.

Et c'est pour cela que vous êtes globalement stressés dans votre vie.

Parce que le café, c'est votre vie. Et la tasse dans laquelle vous le buvez, c'est tout ce qu'il y a autour : votre maison, votre voiture, votre emploi, vos vêtements, l'argent qui vous permet d'acheter des choses...

Et tout ça, ce n'est pas la vie. Ce ne sont que des "outils" pour tenter de l'améliorer. C'est votre tasse, en quelque sorte. Et parfois, quand on se concentre trop sur la tasse, on en oublie d'apprécier le café.

Donc, savourez le café, pas la tasse.

Les gens les plus heureux ne possèdent pas toujours les meilleures choses. Par contre ils arrivent à tirer le meilleur de ce qu'ils ont. En procédant comme cela, vous éliminerez le stress de votre vie."

Le rapport avec le copywriting ?

Au-delà de ce que nous enseigne cette histoire inspirante, on peut aisément faire un parallèle avec le marketing sur Internet et le copywriting.

Bien souvent, en tant que copywriter, on me demande de pallier les manques d'un produit médiocre avec une bonne page de vente.

On me demande de créer un joli visuel, de rajouter des cadeaux, de soigner sa présentation, d'en parler dans des termes les plus élogieux possibles.

Le tout afin d'en vendre plus, vous l'aurez compris.

Ce qu'il y a, c'est que le copywriting, le visuel, le marketing, et par extension tout ce qui tourne "autour" du produit pour essayer de le vendre, c'est AUSSI une tasse.

Le café, c'est le produit qui se cache derrière tout ce joli bouquet visuel et textuel.

Et quand un café est dégueulasse, le boire dans une tasse en or ne change rien : On recrache ce qu'on a déjà pris, et on jette le reste.

Ici aussi : tout le meilleur copywriting du monde ne pourra jamais combler les défaillances d'un produit médiocre et qui ne sert à rien.

Bien souvent, je vois des vendeurs qui se plaignent que leurs vidéos de vente ne vendent pas. Leurs lettres de vente ne convertissent pas. Leurs mails ne donnent pas envie de cliquer.

Ils concentrent toute leur énergie à essayer de modifier et de corriger les vidéos et les textes de leurs pub. Mais ils oublient que ce qui vend SURTOUT un produit, c'est le produit lui-même.

Car ceux qui achètent et qui sont satisfaits en parlent autour d'eux. Ils laissent des témoignages, des commentaires sur les réseaux sociaux, et certains en deviennent même des ambassadeurs. Et donc ils emploient EUX des mots qui font vendre naturellement ce dont ils parlent.

Parce que lorsqu'on vous recommande un resto, bien souvent, vous allez y faire un tour. Au moins une fois.

Donc, vous l'aurez compris, plutôt que de vous concentrer sur la tasse, mettez le paquet sur le café : améliorez sans cesse votre produit et faites-en le meilleur café du monde.

Posez des questions à votre client idéal. Refaites des sondages. Descendez dans la rue. Demandez ce qu'ils attendent. Faites 90% de réduction pour les 10 premiers acheteurs, en échange d'un retour sincère. Préparez un questionnaire sur les différents points de votre produit, et demandez des réponses honnêtes. Même si elles font mal.

Supprimez ce qui ne plait pas. Remplacez par des attentes avouées.

Et testez encore avec les 10 prochains clients. Demandez de noter votre produit. Ne lancez rien tant que vous n'avez pas obtenu 9/10 de moyenne. Et améliorez toujours.

Tout comme il est beaucoup plus zen et plus sûr de tenter d'améliorer sa vie en travaillant sur soi plutôt que de tenter de pallier vos manques avec des objets extérieurs, il sera toujours plus bénéfique pour vous d'améliorer la qualité de ce que vous vendez plutôt que de vous concentrer sur ses outils de vente.

Il n'existe AUCUNE exception à cette règle. En tout cas si vous voulez que votre aventure Internet se solde par un succès.

Pour finir...

Cette histoire m'a été soufflée par Jean-Philippe TOUZEAU, lors de l'un de ses petits lives Facebook qu'il organise chaque soir à 20:30. A sa façon, lui aussi a compris qu'il est mieux de chercher à améliorer sa vie et ses pensées en développant son optimisme, et en cultivant l'art de trouver et de collectionner les bonnes nouvelles.

C'est ce qu'il fait sur sa page Facebook "Le Meilleur est à Venir". Je vous engage à le suivre et à vous abonner à cette page. Une petite dose collective de bonnes nouvelles vous habitue à toujours chercher le meilleur en toute chose.

Et venez participer à l'un de ses lives (ce soir par exemple). Vous allez voir, c'est très rafraîchissant et très enrichissant. Tenez, regardez le dernier qu'il a fait.

Et au fait...

Comment se portent vos ventes de produits à vous ? Est-ce que vous vendez beaucoup sur recommandation ? Est-ce que vous avez rajouté des témoignages sur votre page de vente ? Est-ce que vous en avez, des témoignages ?

Parfois, commencer à se poser les bonnes questions, c'est aussi une bonne façon de s'améliorer.

C'est tout le bonheur que je vous souhaite.

 

Vous trouvez cet article sympa ? Parlez-en à vos amis (merci) :

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Voici d'autres articles avec un sujet similaire :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags: , ,

Vous pouvez réagir à cet article ici :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. Xavier@La Force des mots qui vendent

    6 octobre 2016 at 6 h 34 min

    Donc, vous l’aurez compris, plutôt que de vous concentrer sur la tasse, mettez le paquet sur le café : améliorez sans cesse votre produit et faites-en le meilleur café du monde.

    Simplement merci yvon. Voila qu’il va faire réfléchir plus d’un

    Amicalement,
    Xavier

     
  2. Stéphane

    6 octobre 2016 at 14 h 50 min

    C’est tellement vrai tout ça, Yvon !

    Merci de m’avoir rafraîchi et rappelé l’importance de la qualité dans ce que je fais, même si je suis déjà perfectionniste.

    Améliorer encore et toujours ce qu’on propose à nos lecteurs, c’est le meilleur moyen d’avoir de bons retours, y compris financiers. Les gens le savent quand on se fiche d’eux.

    J’ai aussi suivi LMV par la même occasion.

    Merci Yvon.

     
    • Christian

      6 octobre 2016 at 17 h 26 min

      Bonjour Yvon,

      Je ne reçois plus le mail annonçant ton article du jour! Je suis venu ici par hasard et j’ai été agréablement surpris de voir que tu avais « repris du service ».

      Ceci dit, je trouve ton histoire très belle et elle en dit long sur la nature humaine et la sinistrose ambiante qui règne en ce moment.

      Une bonne leçon d’optimisme, ça fait toujours du bien.

      Merci.

      Christian

       
  3. Fassar

    17 novembre 2016 at 15 h 21 min

    J’aime cette partie: « Le café, c’est le produit qui se cache derrière tout ce joli bouquet visuel et textuel.

    Et quand un café est dégueulasse, le boire dans une tasse en or ne change rien : On recrache ce qu’on a déjà pris, et on jette le reste ».

    Vous avez parfaitement raison en disant cela. Et j’amène le conseil ou vous nous demander de nous:

     » concentrer sur la tasse, mettre le paquet sur le café : améliorer sans cesse notre produit ».
    Il est vrai qu’en marketing les gens se concentrent souvent sur la forme ou le contenant. Et l’on concentre là-dessus à tel point d’oublier le contenant…