La théorie du choix impossible ou comment décourager ses clients ou ses membres plus de 97 fois sur 100…

Une expérience assez étonnante a été menée dans un hypermarché haut de gamme américain :

Les chercheurs ont mis en place un étalage de pots de confitures, tous fabriqués par la même société. Au cours de l’expérience, ils ont fait varier le nombre de parfums des confitures disponibles.

En gros, les clients avaient le choix soit entre 6 parfums, soit entre 24 parfums, selon les moments.

Les résultats en termes d’achats ont révélé une différence très nette et étonnante entre les 2 cas de figure :

Seuls 3% des clients achetaient de la confiture quand il y avait 24 parfums présentés, alors qu’ils étaient 30% à en acheter quand il n’y en avait que 6.

10 fois plus d’acheteurs quand il y avait 4 fois moins de choix !!

Etonnant, n’est-ce pas ?

choix

Cette expérience, relatée dans le livre "Devenez un as de la persuasion en 50 leçons" de Goldstein, Martin et Cialdini, nous donne quelques infos sur la manière de concevoir différents éléments d’un blog ou d’un site Internet.

Et si connaître ce résultat vous permettait d’augmenter le trafic sur votre blog ?

Les chercheurs estiment que lorsque l’éventail d’un choix est trop large, alors ceux qui doivent choisir éprouvent une certaine frustration, qui les décourage devant l’ampleur de la tâche, et qui les pousse donc à ne pas choisir, et donc à ne rien faire.

Pour dire ça plus simplement, trop de choix veut dire le plus souvent REFUS de choisir.

Et quand on a un blog, on devrait se souvenir de ça.

Notamment quand on demande à ses lecteurs de partager nos articles.

Parfois, je vois des trucs incroyables sur des blogs.

Comme par exemple :

share-is-sexy

Ce plugin a été téléchargé plus 1,3 millions de fois à l’heure où j’écris cet article. C’est dire si ceux qui l’ont fait (et installé) n’ont pas lu l’étude ci-dessus.

Sur ce blog en capture, il y a 33 icônes ! Essayez de repérer celui de Twitter et de FB en moins de 5 secondes, pour voir…

Pas facile…

Mais bon, il y a pire…

Par exemple, voici ce que j’appelle le partage infernal :

partage-infernal

Et je me suis arrêté aux D. La suite est largement pire.

Tout ça pour vous dire que 3 ou 4 icônes de partage bien annoncés et bien en évidence à la fin de votre article auront de bien meilleurs résultats en termes de partage que si vous en mettez plus.

Mais ils auront encore MOINS de résultats que si vous n’en mettez qu’un seul.

A vous de jouer !

Bon… Maintenant que vous savez ce qui se passe quand on laisse trop de choix aux gens, je me permets de vous conseiller 3+1 actions immédiates pour essayer d’augmenter le nombre de clics sur vos boutons de partage.

Conseil n°1 : Réduisez

L’objectif est de choisir un seul bouton, et de ne mettre que celui-là pendant une semaine complète. Choisissez par exemple Twitter.

Vous notez le nombre de clics et vous passez au conseil n°2 :

Conseil n°2 : Faites tourner

La semaine d’après, changez de bouton. Mettez uniquement le bouton de Facebook. Puis notez le nombre total de clics.

Puis n’affichez que Google+1. Et notez…

Conseil n°3 : Interprétez

Au bout de 3 semaines, vous aurez les performances de chacun de vos boutons pris séparément (vous pouvez bien sûr en choisir d’autres, ou en choisir plus).

Puis remettez-les ensemble pendant une autre semaine, et voyez :

  • Le nombre de clics total (sur les 3 boutons pendant une semaine)
  • Le nombre de clics sur chacun d’eux (sur chaque bouton pris séparément)

Il y a fort à parier que vous obteniez de meilleurs résultats avec les boutons uniques et sur les deux tableaux.

Conseil subsidiaire : Eliminez Google Buzz

Il n’est pas vraiment intéressant. Peu de gens sont inscrits à ce service, et donc peu cliquent. Et quand ils le font, c’est pour l’instant une vraie usine à gaz de faire toutes les opérations pour que ça marche.

En ce qui me concerne, il est là depuis un peu plus d’un mois, et le taux de clics est déplorable, pour ne pas dire inexistant.

Et comme cela augmente le nombre de choix, avec tous les inconvénients qu’on a vus ci-dessus, j’ai donc décidé aujourd’hui de l’éliminer de ma barre de partage.

Si vous avez de meilleurs résultats que moi, n’hésitez pas à m’en faire part :)

Et si on allait plus loin ?

Nous sommes dans le thème du choix. Pourquoi ne pas finir le travail ?

Je vous parlerai donc lundi d’une nouvelle théorie à ce propos, qui s’appelle la théorie du choix forcé, et que j’appelle quant à moi la tactique du concert

Il s’agit d’une technique de persuasion d’une efficacité comme il en existe peu…

Vous allez adorer, et ce même si l’histoire que je vais vous raconter à ce propos va vous mettre dans un état pas croyable.

Vous verrez…

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Copywriting BtoB : Les 18 questions que se pose un client quand il lit votre lettre de vente

Suivant

Procédure vidéo : Parcourir Google+ et rajouter un pavé « Ajouter » à votre barre latérale

  1. Bonjour Yvon,

    Effectivement, trop de choix tue le choix.

    Il paraît que c’est à cause de cela que le rendement des boutiques en ligne est moins bon qu’une bonne page de vente pour un seul produit.

    Par contre, je vois parfois le choix entre 2 prix sur internet :
    abonnement un mois : 47 euros
    abonnement à vie : 97 euros

    là je pense que le fait de mettre 2 choix de prix incite plus à acheter à 97 euros que si on avait mis uniquement un seul choix à 97 euros.

    Il y a souvent aussi des propositions de 3 choix :
    un moins cher, un à prix moyen et un à prix très cher.

    Comme la majorité des gens aiment bien être au milieu , ils ont tendance à prendre le prix du milieu (acheter le moins cher, ce n’est pas valorisant et pour le plus cher, ils n’ont pas forcément les moyens)

    As-tu déjà été confronté à ce type de choix ?
    Qu’en penses-tu ?

    Bonne journée

    Geoffroy

    • Salut Geoffroy

      Hé bien j’en pense que c’est le sujet de mon article de lundi ;)

      Bonne journée

      Yvon

    • c’est une tactique de présentation des prix bien connue en marketing mais que les débutants ne saisissent pas tjs !

  2. Là je te suis à 100% !

    Pour la petite histoire et compléter ce que tu dis sur la confiture, les résultats des études que j’ai lues indiquent que la pléthore de choix entraîne du stress et que le consommateur s’en va du rayon pour échapper à ce stress.

    Quand il n’y a pas de choix, il n’y a pas de stress.

    D’autres études ont été menées dans les magasins, toujours au sujet du stress.
    Plus les rayons étaient confinés, dans un espace restreint, bas de plafond etc. Plus le consommateur achetait de produits qu’il n’aurait pas acheté d’habitude.

    Au final, les rapports préconisaient beaucoup de marques dans les espaces confinés et peu de marques dans les grands espaces pour optimiser les ventes

    • Tiens, je ne connaissais pas cette étude.
      C’est en effet très intéressant.

      Je n’arrive pas à comprendre pourquoi c’est ce qui se passe.
      Peut-être que le sentiment d’être moins observé quand on fait ses achats libère en quelque sorte la timidité de l’acheteur qui n’a ainsi plus honte de ce qu’il achète.

      Ca me semble tiré par les cheveux, mais pour l’heure, c’est la seule explication que je vois.

      Quant à son adaptation pour la vente par Internet, c’est encore trop frais comme info, mais il doit sûrement y en avoir une.

      Merci de l’info en tout cas.

      • BK

        Mon hypothèse serait plutôt l’intimité. Elle recoupe d’ailleurs celle de la timidité. Plus on se sent plus « chez soi », plus la méfiance diminue. D’où le succès de Tupperware, du Télé Achat et peut-être même d’Internet, allez savoir !

  3. BK

    Salut Yvon,

    M’étant résolu à commencer avec FB seul, et éventuellement à ajouter Twitter plus tard, pour rien au monde je n’afficherai ces myriades d’icônes de partage.

    Le choix de « pas de choix » me semble judicieux depuis ma lointaine jeunesse, quand je vendais des encyclopédies au porte à porte. J’ai commencé avec un choix de 3 encyclo, puis je suis passé à 2 et j’ai vite fini par n’en proposer qu’une seule. C’est indiscutablement plus rentable… sauf évidemment si on propose l’alternative entre le bon marché dégueu, le produit de luxe hyper cher et le bon produit à prix moyen.

    Bernard

    • Salut Bernard

      Ha tu vendais des encyclopédies, toi ? Moi aussi :)
      Bordas, pour être exact.

      C’est une école de vente très intéressante, cette expérience à domicile. La plus formatrice de ma vie je crois.

      Le plus en rapport avec le sujet de cet article, c’est que j’avais 5 encyclos à disposition, et que le questionnaire de préparation permettait justement de faire un choix (c’est moi qui devait faire le choix, pas le client) de présentation en fonction des réponses.

      Si on se plantait de choix, la vente était bien mal barrée.

      C’est vrai que c’était un stress important cette étape.

      Yvon

      • BK

        C’est vrai que c’est une profession stressante. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, au bout de deux ans, j’ai préféré arrêter et ouvrir une librairie, ce qui devait me conduire, encore un peu plus tard, à oublier le commercial au profit du rédactionnel. Mais il en reste toujours quelque chose car, comme tu le dis, c’est une école de vente très formatrice.

  4. Bonjour Yvon,

    Je n’ai que facebook pour l’instant et, après lecture de votre article, je vais me contenter de ça.

    Bonne journée.

  5. Bonjour et merci pour cet article.

    Ça me donne des idées.
    Je réalise des faire-part et comme les prospects ne savent pas toujours quelles dimensions et quel grammage choisir,je vais plutôt leur proposer 2 ou 3 choix plutôt qu’en proposer plusieurs.

    Bonne journée.

    • Bonjour Lydia,

      Bienvenue ici et merci pour ce premier commentaire.

      C’est en effet une bonne idée de leur donner qu’un choix réduit, quitte à faire faire des choix successifs.
      Une succession de 2 alternatives, pour qu’ils n’aient qu’à choisir entre ça ou ça.

      Quelle taille : Petite ou grande ?
      Quelle style : Moderne ou ancien ?
      Quelle type de couleurs : Foncé ou clair ?
      etc…

      Pour arriver à la fin à un choix entre 2 faire parts avec pourquoi pas la possibilité de tout recommencer.

      Bonne journée

      Yvon

  6. Cet article tombe bien : je viens tout juste d’activer plein de boutons supplémentaires…

    J’ai donc tout désactivé.
    Quand on est ignorant, on fait des boulettes, c’est normal.
    Heureusement que tu es là pour redresser le tir :)

    Mais en fait, il n’y a personne qui clique sur les boutons chez moi…

    • Salut Christine

      Est-ce que tu les annonces ?? Est-ce que tu engages les gens à cliquer dessus.
      Et surtout, est-ce que tu te mets à leur place quand ils vont propager le titre de ton article ?

      On en a déjà parlé je crois ;)

      Tu officies dans un domaine un peu spécial, difficilement exportable en dehors de ta niche marketing.

      Je vois décemment mal une mère de famille, qui tient un blog en rapport, partager sur Twitter un article au titre un peu trop évocateur comme par exemple celui de ton dernier article en cours (même si elle partage tes idées -ou pas- sur la question).

      On ne partage réellement que ce qui est socialement partageable…

      Si j’aimais fumer un joint de temps en temps et que je connaissais plusieurs manières de le faire pour en profiter mieux, et que je faisais alors un article sur la question, difficile pour les gens de partager ce genre d’article, sur des réseaux dits SOCIAUX.

      Je pense que tu as le même souci.

      Voici une solution : Et si tu faisais comme les hypermarchés ?

      Dans un hyper, l’annonce des promos procède d’une manière totalement logique : Elles servent à attirer le chaland chez toi.
      Dans le jouet, il faut savoir que le magasin ne gagne pas un radis sur les jouets de marque qui sont sur leur catalogue.
      Ils sont ce qu’on appelle « à la plaque ». 0% de marge.
      Pourquoi ? Facile : Pour faire venir les gens, qui, une fois dans le magasin ont tout le loisir ensuite d’acheter les autres trucs présentés.

      Tu devrais faire pareil : Crées une rubrique toute soft, et écris un article par semaine (ou plus) dedans. Des articles que tes lectrices pourront partager facilement, sans la crainte du regard « social » des autres. Tu attireras alors des femmes de manière totalement naturelles, et progressivement, une fois inscrites, tu pourras les diriger vers des articles plus « avancés ».

      Essayes et dis-moi.

      Bonne journée

      Yvon

  7. zou

    Bien d’accord. Trop de choix, tue le choix. Et ce quelque soit le domaine. On rencontre cela au quotidien dans nos vies, à la boulangerie (avec 20 pains différents), à la télé (18 chaînes TNT sans compter toutes celles que l’on peut ajouter avec les options), au supermarché pour des yaourts… Alors pour éviter un « mauvais » choix, peut être une majorité préfère -t elle s’abstenir ?
    Je pense que cela peut aussi s’appliquer à des blogs qui n’ont pas une ligne directrice bien définie et qui propose trop de tout dans leurs articles en dépit du bon sens. En tout cas, moi, cela me fait repartir en courant.

    • Ha oui tiens ! La boulangerie !
      Cette myriade de pains le matin au lever, ça fait peur.
      J’ai vécu à côté d’une boulangerie pendant 8 ans. J’avais remarqué que les pains disparaissaient par référence. Quand une des références était vide, les clients passaient à la suivante, et ainsi de suite… A la fin de la journée, il ne restait plus qu’un seul type de pain, et bien entendu ça allait plus vite :)

      C’est un peu différent par contre pour les clients qui connaissent l’endroit. Surtout en début de journée. Ils en ont déjà gouté plusieurs et ont donc déjà fait leur choix auparavant. Là où ça se corse, c’est quand il y a rupture de leur pain habituel. Le stress à ce moment là est à son comble.

      Bref, ces histoires de choix, c’est quelque chose en vente !!

      Et tu as raison avec les blogs qui s’éparpillent. C’est pour cela que je me demande si afficher les catégories sur un blog est véritablement une bonne chose.

  8. Bonjour Yvon,

    En allant dans ton sens, je me demande si on ne devrait pas faire la même chose pour les articles similaires proposé en fin d’articles.
    (Un peu compliqué cette phrase, je m’explique)
    Tu penses qu’en réduisant le nombre de boutons de partage on aura plus de clics sur ceux restant, donc si on va dans le même sens, en réduisant le nombre d’articles similaires proposés en fin d’articles, on devrait augmenter significativement le nombre de pages lu par visiteurs.
    Penses tu que ca pourrait donner les mêmes résultats ?

    • BK

      Fred Godefroy parle, un peu plus bas, de dogme. Je crois qu’effectivement il ne faut pas tomber dans le dogme. Sinon, on pourrait en arriver à se demander s’il ne vaudrait pas mieux ne publier qu’un seul article par blog.

      Les articles similaires s’adressent uniquement à ceux qui désirent faire une recherche plus approfondie sur le sujet. Les autres, ceux qui se contentent de lire l’article du jour, ne s’en préoccupent pas. Mais quand on veut approfondir, on a, au contraire, besoin d’un choix assez large.

      Ces « articles similaires » me rappellent les fameux corrélats de l’encyclopédie Universalis, qui ont contribué à faire son succès. Il s’agit ici aussi de proposer un élargissement des connaissances, une amplitude de vision. Donc quelque chose aux antipodes du resserrement du choix dont il ne devrait être question que pour forcer la décision.

      • Bonjour Christian

        Dans le fond, tu n’as pas vraiment tort.
        Mais là c’est un peu différent, comme le dit Bernard. En effet, les articles similaires font un peu office d’upsell…

        Mais peut-être que si j’en mettais moins de 5, ce serait peut-être plus cliqué qui sait…

        Je vais essayer on sait jamais.

        Bonne journée

        Yvon

  9. Bonjour
    Très bon article sur le choix !
    Sur les différents sites dont je m’occupe, j’ai générale un bouton de partage (facebook ou twitter) et parfois deux (facebook et twitter) et je vais peut-être penser à n’en laisser qu’un seul…
    A tester :)

  10. Salut Yvon,

    c’est vrai. C’est une règle de base en marketing. Je propose toujours à mes clients de présenter 2 choix, pas plus.

    Pour autant, je ne suis pas d’accord en ce qui concerne les boutons de réseaux sociaux.

    Il y en a des centaines. Si je lis un article qui propose un bouton facile pour balancer l’article sur mon réseau, j’appuie dessus. S’il n’est pas là, je ne vais pas faire l’effort de m’inscrire au seul réseau proposé.

    L’expérience m’a montré que même si un article n’est propulsé qu’une seule fois sur un réseau moins connu que les autres, il peut être un générateur important de visiteurs durant de longs mois.

    Certains « leader d’opinions » — les plus importants lecteurs de blogs — utilisent tout un tas de réseaux qui ne sont ni Facebook, ni Twitter. C’est le cas par exemple des outils de curation. Pourquoi est-ce que j’empêcherais ces lecteurs de ne pas diffuser ma bonne parole selon LEUR média de communication à un lectorat ultra-ciblé ?

    Il n’en reste pas moins vrai que cette règle est vital en Marketing, sans pour autant être un « dogme ».

    Au plaisir.

    Fred Godefroy

    • Salut Fred

      OK, mais on s’arrête où alors ? Combien on en met ? Tu dis toi même qu’il y en a des centaines. Alors on en met combien ? 100 ? 200 ?

      C’est peine perdue. Vu qu’il n’est absolument pas possible de n’afficher que le réseau qui intéresse le visiteur X, alors il faut s’en remettre au(x) réseau(x) qui sont les plus représentés.

      Et dans cette discipline, Twitter, FB et maintenant G+ ont l’air loin devant les autres.

      On peut aussi demander à nos membres sur quels réseaux ils sont inscrits. Et une simple requête en php n’afficherait que celui là.

      Mais c’est pas gagné.

      Yvon

  11. Bonjour Yvon,

    J’ai trouvé un plugin qui permet de faire apparaître un bout de code HTML quand le visiteur clique sur le bouton ‘Google+’, donc en bref on demande au visiteur de cliquer sur le bouton ‘Google+’ pour recevoir par exemple un cadeau, le lien n’apparaît que si il clique sur le bouton, que penses tu de ce procédé ?

    Patrick

    • Hello Patrick, je pense que ça peut être intéressant. Tu as l’adresse du plugin en question ?

      Stéphane

    • Salut Patrick

      Je pense que tu sais très bien ce que je pense de ce procédé ;).

      Je trouve ça nul de chez nul. Le +1 veut dire : J’aime !!

      La prochaine fois que je draguerai une fille, je lui dirai ça : Si tu me dis que tu m’aimes, je te fais un cadeau. Alors tu m’aimes ? :hin:.

      Ça marcherait peut-être avec quelques uns. Mais la majorité se dirait que c’est un peu pousser mémère dans les orties, comme on dit…

      Yvon

  12. Hello,

    Pour la petite histoire, tout comme Jérôme, on me l’avait raconté avec le parfum… de glaces ! :hin:

    Comme il l’a été mentionné en commentaires, trop de choix… amène à ce qu’on pourrait appeler… la paralysie décisionnelle.

    J’ai d’ailleurs retrouvé une vidéo de Christian Godefroy qui exprime parfaitement cette paralysie lors de la création d’une boutique en ligne.

    ça apportera de l’eau à ton moulin Yvon :
    http://www.youtube.com/watch?v=s0pLNZTE6PU

    Cordialement,
    Lud@vic

  13. Coucou Yvon,

    Le problème pour moi, quand il y a trop de choix, c’est la perte de temps, car ayant peur de me tromper, je regarde les produits un à un, avant de me décider. Alors comme chez moi le temps est une denrée rare, de peur de trop en perdre, je ferme les yeux et je passe mon chemin.

    Sur mon blog, j’ai facebook, twitter, et hellocoton (ma communauté comme tu dis) et celui là j’y tiens, car j’ai plus de traffic par ce biais que tous les autres réunis. Je pense que 3 ça suffit !
    J’ai mis aujourd’hui en bas de mon article l’icône de 1blog1jour, je vais voir si j’ai plus de clic en le mettant sous l’article.

    Sur ce, je vais voir si je peux trouver un train pour rentrer chez moi.

    Bonne fin de journée
    Marie-Do

  14. Bonjour Yvon,

    Très intéressant comme toujours. Peut être pourrait on étendre ce modèle aux produits à vendre sur un site. Il vaut peut mieux se focaliser sur la vente d’un ou 2 produits d’affiliation plutôt que de trop se disperser.

    C’est en tout cas la résolution que je vais prendre ;)

    A bientot

  15. Hello Yvon, bon article comme d’habitude !

    Je suis ok avec ce que tu dis mais attention tout de même, offrir le choix, si c’est bien fait et si c’est facilité, c’est à dire si un choix en particulier est d’une manière évidente avantageux cela peut devenir très intéressant et augmenter les ventes par rapport à un choix unique.

    On peut se servir du choix pour mettre en avant un produit en particulier et mieux le vendre mais je pense que tu vas en parler dans tes prochains articles…

    Sinon j’aime bien tes boutons de partage, c’est un plugin ou tu as créé quelque chose ?

    Merci encore pour tes articles…

    Stéphane Colle

    P.S: Je t’ai envoyé un mail mais pas de réponse à ce jour, tu as bien reçu ou pas ? (avec les filtres antispam je me méfie…)

    • Salut Stéphane,

      Je traiterai en effet de ça lundi ;)
      Pour les boutons de partage… Hum… As-tu regardé la vidéo de samedi dernier ?? J’en parle justement. Avec les codes pour les mettre sur ton blog et tout et tout :)

      Bonne journée

      Yvon

      PS : Pas reçu de mail de toi, désolé. Peux-tu le renvoyer steplait ?

      • Hello Yvon, j’avais manqué cette vidéo ! A ce propos je trouve qu’il manque quelque chose sur ton blog qui est une véritable mine d’or d’informations (ou alors j’ai mal vu) :

        Un moteur de recherche !

        Je suis plusieurs fois venu chercher des infos sur ton blog mais pas facile de les trouver, je pense qu’avec un tel contenu tu devrais y penser, c’est vraiment dommage de ne pas pouvoir faire de recherches par mot clé sur un blog qui contient une telle quantité d’informations…

        Merci de penser à nous :-)

        Sinon as tu bien reçu le mail que je t’ai envoyé dans la semaine ?

        Amicalement,

        Stéphane

        • Salut Stephane

          Oui le moteur de recherche, je sais. :)
          Ca viendra. Pour l’heure tu peux déjà le faire via Google. Procédure : site:copywriting-pratique.com mot clef

          Bonne journée

          Yvon

  16. Salut Yvon

    D’une manière générale et même avec plusieurs boutons de partage, pour mon cas, c’est twitter qui est le plus utilisé. Je devrais donc ne laisser que celui-là alors.
    Quel est votre bouton de partage le plus utilisé ?

  17. Bonjour Yvon.

    Même dans ma vie j’ai trop de choix. Comme je suis un touche-à-tout, j’ai parfois de la misère à me fixer dans mes propres choix. Ton article m’a fait réfléchir encore plus, quoi que cette réflexion est sérieusement amorcée depuis un certain temps.

    Dernièrement je suis en mode réduction, mes projets principaux sont de me concentrer sur mon travail, mes projets webs et ma famille. Pas nécessairement dans cet ordre mais ce sont mes 3 priorités.

    Je viens de faire un gros pas pour couper les liens avec le passé aujourd’hui et recentrer mes énergies vers la poursuite de mon rêve qui est de vivre de mes revenus sur le web tout en aidant les gens ou mes clients à améliorer leurs propres sorts aussi.

    Voir le lien de l’article ci-bas mentionné.

    Je vais bien sûr continuer à te lire pour avancer plus vite vers mes objectifs.

    En passant, merci de m’avoir intégrer à un de tes cercles sur Google+

    Gino

  18. Suite à ma lecture de cet article, j’ai décidé de ne laisser sur mon blog que : +1 de Google, Facebook, Twitter et l’envoi par mail. Dommage que le plugin « Shareoholic » ne propose pas le bouton +1 parmi ses multitudes de boutons !
    Merci, je partage. ;)

    Chafik

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER