La bonne vieille polémique de la bonne longueur d’une page de vente

Si vous trainez sur les blogs ou sur les forums de marketing, fatalement, vous le verrez un jour ou l’autre, à la section copywriting : "Les gens ne lisent plus les longues lettres de vente", "Dès que je vois une lettre de vente de 4 kilomètres, je zappe" ou "C’est quoi la bonne longueur d’une bonne page de vente ?"

Ces phrases et les gens qui les écrivent m’énervent.

Ils m’énervent parce qu’ils montrent de façon évidente que ces personnes n’ont absolument rien compris aux lettres de vente, et à quoi elles servent.

Surprised businesswoman looking to the future

Ecrire une lettre de vente, ce n’est pas un concours d’écriture. Ce n’est pas non plus un challenge entre ceux qui feront la plus courte lettre. Ou la plus longue…

En fait on se moque totalement de la longueur d’une page de vente.

Et si on voulait répondre à cette question idiote "Quelle est la bonne longueur d’une page de vente ?", alors la seule réponse valable serait :

Ca dépend du produit. La bonne longueur c’est celle qui fait le plus vendre

 
Quand vous aurez compris ça, alors vous aurez tout compris aux pages de vente.

C’est comme si je vous demandais : "Les voitures rouges sont elles plus rapides que les voitures noires ? Quelle est la bonne couleur pour une voiture ?"

Cette question est idiote, car chacun ici sait très bien que ce n’est nullement la couleur qui détermine si une voiture est rapide ou non.

Pour les pages de vente, c’est pareil : La longueur ne détermine en rien si une lettre est "bonne" ou pas.

En fait, ça évolue en fonction du produit vendu, mais également de ce qu’on a à en dire.

Le mythe du prix en rapport avec la longueur

Il est très fréquent de lire également que la longueur d’une page de vente est en rapport avec son prix.

Encore une belle idée reçue !

La seule certitude, en matière de prix, c’est qu’on ne vend pas de la même manière une voiture à 50.000 euros, une villa à 400.000 euros, un ebook à 7 euros, et un logiciel à 150 euros.

Déjà parce que la cible est différente. Les attentes aussi.

Dans le cas de la villa ou de la voiture, c’est d’abord et avant tout le prix qui a déterminé la cible. Le produit ne vient qu’après. Un jeune couple qui démarre dans la vie – à moins d’être pourvu d’un bon héritage – ne se retrouvera jamais devant une villa à 400.000 euros à acheter. Idem pour la voiture.

Pour le livre et le logiciel, par contre, c’est différent. On prend d’abord connaissance du produit et seulement ENSUITE on regarde si on peut se le payer.

Donc à partir de là, est-ce que le prix peut être en rapport avec la longueur de la page de vente ?

J’en doute fortement !

Quand on vend un ebook à 5 € ou 7 €, on vous dira qu’il n’est pas besoin d’écrire des kilomètres de texte pour vendre.

Et bien là encore, ça dépend.

Parce que si vous avez déjà vendu un produit à ce prix-là, alors vous avez dû constater que vous ne vendiez – bien sûr – pas à 100 %.

Et peut-être même que vous ne vendez même pas à 10% (10 acheteurs sur 100 visiteurs).

En fait, je peux même dire – sans trop m’avancer – que si vous vendez à 5% (5 acheteurs sur 100 visiteurs) hé bien c’est déjà un exploit. Dans la majorité des cas, c’est moins. Beaucoup moins.

Je ne ferai pas l’affront de montrer certaines pages de ventes qui trônent sur le net pour vendre des produits à 7, 27 ou même 97 euros, mais certains rêvent debout.

Car ici plus qu’ailleurs, l’important ce n’est pas la quantité. C’est la qualité. Et ce quelque soit le prix.

Vous pouvez réaliser une page de vente de 18 écrans de longueur qui parle des caractéristiques d’un produit, cette lettre vendra 10 fois moins qu’une seule phrase qui parle spécifiquement du principal problème de votre client et de la manière dont votre produit pourra lui résoudre.

Vous êtes sceptique par rapport à ça ?

Je m’en doutais :)

Voyons donc si ce petit exemple convient mieux à votre esprit critique :

Et si vous dépensiez 4000 €, là… tout de suite ?

Si vous vous faites mordre par une vipère au détour d’une de vos promenades en montagne, et qu’on vous dit que la seule manière de vous sauver est de vous faire un vaccin qui coûte 4000 euros, pas besoin de vous écrire une page de vente de 20 écrans de hauteur.

Une seule phrase suffit :

"Vous venez de vous faire mordre par une vipère, et si vous ne voulez pas mourir, il vous faut ce vaccin à 4000 euros. Vous le prenez ?"

Vous voyez ? Pas besoin d’en écrire une tartine.

Par contre, si juste avant de partir en montagne, un représentant en vaccin vous dit qu’aujourd’hui, exceptionnellement, vous pouvez vous procurer ce vaccin à 3000 euros et le prendre avec vous, comme ça en cas de morsure vous pouvez vous l’administrer de suite, forcément, l’argumentaire de vente devra être cent fois, 1000 fois plus long.

Car le "En cas de morsure" pèse 1000 fois moins lourd dans votre esprit que "Vous vous êtes fait mordre, et vous risquez de mourir".

L’idée passe mieux comme ça ?

Note : Je n’ai pas pris un exemple bidon : Le vaccin pour se faire soigner d’une morsure de vipère coûte réellement 4000 euros et n’est dispensé que dans les CHU (une vingtaine en France). 

Tout ça pour vous dire que le prix ne détermine en rien la longueur d’une page de vente.

Mais alors qu’est-ce qui détermine une BONNE lettre de vente ?

Ce qui détermine une BONNE page de vente, ce n’est absolument pas sa longueur :

C’est plutôt la QUALITE des arguments que vous avez à apporter quand vous parlez du produit que vous vendez.

Bénéfices CONTRE Caractéristiques

Parlez-vous des caractéristiques techniques de votre produit ? Ou parlez-vous des bénéfices qu’il procure à votre client ?

Si vous employez des caractéristiques, alors il vous faudra une longue page de vente pour convaincre (aussi longue que le nombre de caractéristiques qu’a votre produit).

Mais si vous parlez en termes de bénéfices, quelques phrases bien tournées suffiront.

Exemple caractéristiques :

  • Ce vaccin permet au venin d’être neutralisé en moins de 25 minutes par l’effet de son action sur le système immunitaire du patient.
  • Il fait une sorte de barrière entre votre cœur et le venin, le temps que les molécules du vaccin puissent faire leur travail.
  • Il contient des immunoglobulines spécifiques qui permettent de rendre le venin du serpent inopérant en quelques minutes. C’est mieux que les anciens vaccins qui eux opéraient en 2 ou 3 heures, laissant le patient dans d’atroces souffrances pendant tout un après midi.

On pourrait rajouter des phrases sous chacune de ces caractéristiques techniques. On pourrait également rajouter encore des centaines de puces promesses pour en parler. La page ferait bien 2000 mots ! Facile…

A grand renforts de peurs, de mots effrayants, de notions émotionnelles et de belles histoires…

Par contre, cette puce-là transformerait 5 fois plus de visiteurs en clients :

  • Ce vaccin vous sauve simplement la vie. Si vous êtes mordu, sans vaccin, vous en avez pour 1 heure à vivre. Maximum. Il n’existe rien d’autre sur terre capable de vous sauver à part ce vaccin.

Avec quelques preuves, un bon de commande et des facilités de paiement, pas besoin d’en parler pendant 1000 ans.

Vous pouvez même rajouter une phrase de ce style :

Aurez-vous le temps d’arriver jusqu’à l’hôpital en moins d’une heure ? Ou préférez-vous l’avoir sur vous pour l’administrer immédiatement en cas de morsure ?

Mais vous le voyez, on n’a pas parlé d’une seule caractéristique dans cette deuxième puce.

Problème principal CONTRE Problèmes secondaires

C’est également la manière que vous aurez de parler du PRINCIPAL problème de votre client, et de la manière dont votre produit va le résoudre qui va déterminer si votre lettre sera efficace.

Vous remarquerez qu’au-dessus, le problème PRINCIPAL est matérialisé par une seule phrase :

Si vous êtes mordu, sans vaccin, vous en avez pour 1 heure à vivre.

On aurait pu parler de la souffrance, des séquelles, du fait qu’on ne pourra plus se promener, qu’on va être fatigué pendant 5 jours, qu’on aura peur de se promener toute sa vie, etc…

LE vrai problème, c’est que vous risquez de mourir. En moins d’une heure. Tout le reste n’est que futilité.

Donc plutôt que d’essayer de trouver des micros problèmes sans importance, trouvez LE plus gros problème de votre client, et ne parlez que de ça.

 
Vos lettres seront moins longues, plus intéressantes du point de vue du client, donc plus efficaces.

Preuves CONTRE arguments

Voici le troisième élément indispensable que doit comporter une page de vente : des preuves.

Dans le cas du serpent, si vous avez rencontré une personne qui s’est faite mordre et qui est morte en une heure, et une autre qui s’est faite mordre et qui a été sauvée par le vaccin, alors pas besoin de vous en parler pendant 107 ans : Vous serez convaincu.

Par contre, si vous ne pouvez juger de ce vaccin QUE sur la foi de ce qu’un vendeur vous en dit, forcément, le poids est moins fort.

Mais si c’est un médecin qui vous en parle, alors là, c’est déjà autre chose. Et si ce médecin n’est pas intéressé financièrement à la vente de ce produit alors c’est encore mieux.

Tout ça pour dire que quitte à faire une longue page de vente, alors enchainez des témoignages de personnes qui ont acheté et testé le produit plutôt que de parler d’arguments.

Ou mieux, trouvez le témoignage d’UNE SEULE personne qui fait autorité dans votre domaine. Un seul bon gros témoignage d’un expert reconnu comme tel par tout le monde dans le domaine où vous exercez vaudra 1000 témoignages de personnes inconnues.

Pourquoi croyez-vous que les auteurs font préfacer autant que faire se peut leurs ouvrages par des gens connus ?

A vous de jouer

Je ne sais pas ce que vous pensez de la "bonne longueur" d’une lettre de vente, mais quoi que vous en pensiez, ce n’est PAS important.

Ce qui est important c’est la QUALITE de ce que vous y mettez dessus.

Concentrez-vous plutôt sur ça pour votre page de vente, à l’exclusion de tout autre critère futile et accessoire.

Et répondez à ces 4 questions :

  • Avez-vous pu identifier le principal problème de votre client ? Celui auquel il pense jour et nuit, qui l’empêche de dormir, qui l’empêche de vivre même parfois, comme le venin de ce serpent ?
  • Avez-vous pu résumer ce problème en une seule phrase, ou au maximum en un seul paragraphe ?
  • Avez-vous pu identifier avec certitude QUELLE PARTIE de votre produit résout spécifiquement CE problème ?
  • Avez-vous des preuves à apporter de ce que vous annoncez ?

Tout le reste, tant que ceci n’a pas été fait, est inutile.

Ces 4 choses sont à faire en tout premier quand vous voulez vendre quelque chose. Qu’il s’agisse d’un livre, d’un logiciel ou même d’une formation.

Quel que soit son prix.

Et quel que soit son domaine…

Précédent

Comment obtenir des échanges de liens qui vous rapportent 6000 visiteurs de plus chaque mois

Suivant

Pourquoi vous devez tanner vos clients pour qu’ils vous envoient un témoignage

  1. La page de vente, un sujet que je ne voulais pas maitriser il y a encore quelques mois.
    J’ai fait ma première page de vente pour ma formation Facebook pour les entreprises, et les résultats ont été plutôt bons ! (j’ai été aidé aussi ^^)
    Pour mon prochain produit, je vais revenir ici Yvon pour prendre des conseils, sois-en sûr.
    Merci pour cet article instructif !

  2. Bonjour Yvon,

    J’ai une petite question :hin:

    Y a-t-il une raison au fait que tu ne mettes plus de légende sous les photos de tes articles depuis quelques temps ?

    Amicalement,
    Stéphane

    • Salut Stéphane

      Oui : La flemme :)
      Et aussi parce que la légende apparait dans l’extrait sur la page d’accueil et dénature le texte.

      Et comme un article de blog n’a pas vocation de faire agir les gens dans un but précis, alors je zappe volontiers.
      Je dirais même que la photo, dans mon cas, est légendée par le titre de l’article :)

      @Rémy : Je vois qu’Hector fonctionne bien :hin:
      Merci pour ton commentaire sympa :)

      Bonne journée

      Yvon

  3. Coucou Yvon,

    Il est vrai que sur le net on voit de tout. Certaines lettres pourtant très courtes ne donnent envie de lire que quelques lignes et on zappe.
    Alors que pour certaines qui font 4, 5 pages, on lit tout jusqu’au bout, elles ne lassent pas, elles sont faites de telle manière que l’on veut en savoir plus sur le produit, comme une petite histoire on a envie de connaitre la fin : ;) (même si on sait que la fin a un rapport avec notre carte bleue).

    En tout cas, merci pour cet article qui nous résume bien en 4 points, ce qui important.C’est cool d’avoir cette trame.

    Bonne journée

    • Bonjour MarieDo

      Tu as raison : L’important c’est qu’on puisse rester scotché au texte d’un bout à l’autre.

      Pas mal du tout ton nouvel article ! Un sujet parfait pour un ebook, tu vois.

      Tu donnes les 10 principaux sur ton blog, et tu proposes le reste dans un ebook à télécharger contre un email.

      Pratique, indispensable, et très accrocheur !

      Bonne journée

      Yvon

  4. Bonjour Yvon !
    Vraiment, la longueur des pages de ventes est devenue dans ces derniers années la mode des web entrepreneurs !
    Mais ce n’est qu’un casse tête…
    Je veux juste ajouter, qu’on peut mettre une vidéo à la place… comme le webmarketingjunkie ^^
    Une vidéo c’est du marketing viral, qui peut booster les chiffres d’affaire sans rien écrire… Et aussi les images et le son ^^
    Mais bon, tant qu’on est sur un blog du copy-writing, on parle de l’écrit plus que d’autres méthodes…
    Merci pour l’article de qualité Yvon :super: !
    Bonne journée,
    Soufiane

    • Bonjour Soufiane

      La vidéo ne fait que déplacer le problème.
      Et c’est le même problème.

      Une vidéo de vente n’est jamais virale. C’est juste une lettre de vente sur un support différent.

      Bonne journée
      Yvon

  5. Marie-Noel

    Votre client ne sait peut-être même pas qu’il a besoin de votre produit : voilà pourquoi il est inutile de parler de ses caractéristiques. Par contre, rencontrez les besoins de sécurité, d’amour, d’appartenance et de reconnaissance de votre propect, rappelez-lui ses complexes et jouez sur les péchés capitaux dont il se défend pour qu’il soit vraiment tenté d’appuyer sur « Achetez maintenant ».

  6. Dont acte…
    C’est vrai que j’ai déjà lu ce genre de réflexions « lettre trop longue, qui n’est plus lue, zappée,etc. »
    Mais franchement peut-on vendre quelque chose sans en parler un minimum ? :-o
    Bon c’est vrai qu’il y a la manière de le faire.
    Moi ce qui me fait zapper les pages de ventes en général , ce sont les « preuves » un peu bidonnées (extraits de compte Paypal ou autre).
    Je suis capable d’en produire à la pelle des preuves de ce genre… :D

    Je vais tenter une nouvelle approche de mes prospects en tenant compte de ces informations. ;)

    J’ai créé ma page de vente(http://dysagwen.free.fr/accueil.html) qui est assez longue. :-?

    Je ne pense pas quelle soit pour autant super efficace, mais sur 68 personnes contactées par email j’ai réussi à faire venir 22 personnes, pour un taux de lecture de 2.32 pages. :super:
    Il est vrai que je n’ai encore rien vendu :( mais je ne désespère pas (j’ai mis en ligne ces pages le 22 juin seulement)

    Je pense qu’il faut que je tente une approche similaire au serpent pour faire comprendre à mes prospects l’avantage de cette méthode de vente immobilière.
    Mais je ne suis que débutant dans ce genre d’exercice, et je me rends compte du chemin à parcourir :cry:

    • Bonjour Didier
      L’important, c’est surtout de répondre aux 4 questions ci-dessus.
      Une fois qu’on a passé du temps à y répondre, alors tout est beaucoup plus simple

  7. je n’ai jamais considéré la longueur d’une lettre de vente comme un problème. Du moment où ce que je lis est intéressant, la longueur importe peu.

    Alors évidemment, si on a pas le temps, on ne lit pas tout, on survole, on s’arrête sur les morceaux qui nous intéressent et qui nous mettent en appétit. :-P

    De toute manière, si la lettre est barbante, on s’arrête vite fait.

    Mais une bonne lettre est toujours intéressante, pour le prospect ou celui qui étudie le copywriting. Car on y apprend des choses, on découvre certaines idées que l’on peut mettre en pratique, même si on n’achète pas le produit.

    Et j’ai tendance à penser qu’un argumentaire de vente à un impact direct sur la façon dont on va utiliser le produit.

    Je trouve qu’une lettre bien rédigée, qui nous parle, qui suscite le désir et nous stimule au plus haut point va davantage motiver à mettre en pratique ce qu’on apprend. Qu’en pensez-vous ?

    • J’en pense que moi qui suis copywriter j’aime les longues pages bien informées, mais ce qui me met le ravioli en ébullition par contre, c’est quand un texte d’une dizaine de lignes me donne envie d’acheter tout de suite !

  8. Karim

    Salut Yvon

    Je suis content que tu ais écrit cet article. Je ne sais pas si tu as remarqué mais ceux qui disent que la longue lettre de vente est morte, ne sont pas du tout copywriters :) Il vaut mieux ne pas les écouter.

    Bien amicalement,
    Karim

    • Salut Karim.
      Non non je ne les écoute pas mais j’aime bien appuyer mes articles sur une idée reçue.
      Ca fait toujours réagir les foules :)

  9. J’ai eu de la chance d’avoir quelques conseils lors de notre repas, donc mon commentaire n’est pas en rapport avec ce billet…

    mais avec le mel que j’ai reçu pour annoncer cet article…
    il est écrit tout en rouge ? suis je le seul ? fais-tu un test ?
    parce que c’est pas agréable ! ;-)

    • Pour moi, dans le mail, le titre est en rouge mais le reste (texte) en noir, donc pas de soucis.

    • En fait, si le mail est rouge, c’est parce que, et je ne comprends pas pourquoi, certaines lettres du mail sont remplacées par des « !!!! »
      Donc quand le « ! » tombe sur la fermeture d’un tag «  » (ce qui ferme l’attribut de couleur), alors la police reste rouge pour le reste du mail. Parfois c’est en gras, ou en italique.

      Je suis en train de vérifier le système mais on dirait que c’est un bug du serveur. Bref, je cherche.
      Si quelqu’un a des idées…

  10. Bonjour Yvon

    Beau sujet, mais comme tu le dit toujours très polémique. Je rajouterai que la bonne longueur pour une lettre de vente est celle qui nous convient (après avoir effectué quelques test évidemment). Bien sur elle doit aussi comporter les points que tu abordes.
    Ma conclusion: la meilleure lettre de vente est celle qui vend le plus. :hin:

    Cordialement

  11. Bonjour Yvon,

    Lorsque je reçois tes articles la pluaprt du temps ils sont ecrits comme ceci Et si ce médecin n’est pas intéressé financiÃ, Est ce normal ?

    Bien à toi

    Brigitte

    • Bonjour Brigitte
      Oui c’est dû à un mauvais codage. Normalement l’utf8 est universel, mais je vois que non.
      Je crois que je vais repasser au format texte pour les mails parce que ça craint un peu.
      Encore que je ne suis même pas sûr que ça règlerait le problème.
      Bonne journée
      Yvon

  12. Encore un article génial pour continuer à apprendre et se former.

    Les commentaires précédents sont riches aussi, alors je ne vais pas en rajouter…

    Je voulais juste dire que si j’ai besoin (ou envie) de faire un texte de vente pour un produit, je me tournerai vers vous pour prendre des conseils, en espérant que ça soit possible.

    J’espère aussi que quelqu’un à une réponse à la problématique de Brigitte :)

    A bientôt,
    David

  13. Bonjour Yvon,

    Un excellent article que je garde dans mes favoris. Et entre parenthèses, ton email était parfait, donc le problème ne se pose pas partout.

    Bon, maintenant je vais parler de mon expérience personnelle comme acheteuse. Et quand j’aurai quelque chose à vendre, je vais en tenir compte, car il y a plusieurs styles d’acheteurs sur le net.

    Tout d’abord, je suis allergique à toutes formes de pression. Achetez maintenant car le prix va monter dans 3 jours. Bof ! Je zappe. Achetez maintenant : il n’en reste que 28 exemplaires. Et le vendeur parle de ebooks format PDF. Non, mais, il nous prend pour des c… ? Je zappe.

    Mais revenons au sujet. Oui, les longues lettres m’énervent, mais voici comment je les aborde.

    1° Est-ce que j’ai vraiment besoin de ce genre de produit en ce moment ?
    2° Je descends tout de suite en bas de page pour vérifier le prix, la garantie de remboursement et la possibilité de payer par Paypal.
    3° Prix trop élevé, je zappe.
    4° Prix élevé, mais je ne peux pas me le permettre maintenant : je « remonte » et lis attentivement la lettre puis je conserve la page dans mon favori « Achats ».
    5° Prix abordable, je « remonte » et lis la lettre attentivement pour être certaine que le produit m’apporte quelque chose de nouveau et de valable et j’achète joyeusement ! Mais entre 2 produits équivalents, je vais préférer celui qu’on peut acheter sur Paypal.
    6° Je note la date prévue pour un remboursement au cas où. C’est rare que je me fasse rembourser, mais parfois, malgré une super lettre de vente, ce qui est offert est tout simplement du réchauffé tout simplement présenté sous un angle un peu différent.

    Voici le fonctionnement (et la nouvelle sagesse) d’une ex-junkie de ebooks achetés pour la plupart du temps en pure perte. ;)

    • Bonjour MarieBo et super !

      Belle liste de « réacteurs » émotionnels. :super:

      Paypal est devenu un incontournable puisque c’est de l’argent « en transit ».
      Facile à dépenser donc :)

      Ta liste me donne une idée d’article donc, double merci pour ça !

      Bonne journée

      Yvon

      PS : Pour l’email, je n’y comprends rien. C’est certainement dû à mon script. Je vais rechercher sur les forums de dev. Il doit bien y avoir un endroit où on en parle.
      Je suis plus ou moins comme toi quand j’achète. Et depuis toujours.

    • Bonjour MarieBo,

      je pense qu’il ne faut pas faire une page de vente en fonction de ta réaction à toi vis à vis des pages de ventes. Tes clients n’ont surement pas tous la même réaction que toi, ni le même comportement. En faisant une page de vente en fonction de tes critères tu risque de te priver d’une partie de tes prospects et donc vente possible.

      La seule façon est de tester ce qui marche le mieux dans ta niche.

      • Bonjour Christian,

        C’est un fait reconnu que les internautes ne sont pas friands de longs textes et que le temps de concentration est très bref devant un écran. Le syndrome de la zappette n’existe pas seulement devant un écran de télé. ;)

        Je crois tout simplement qu’il faut AUSSI tenir compte des personnes qui ont une longue expérience des achats en ligne et qui réagissent comme moi.

        Donc, comme tu conclues si bien, il faut tester.

  14. Nico

    Bonjour,

    je lis qu’il faut « identifier le principal problème de votre client ? Celui auquel il pense jour et nuit, qui l’empêche de dormir ».

    Mais comment fait-on si on vend des chaussettes par exemple. Je me demande si il est toujours possible de trouver un problème important pour un produit.

    Bonne journée,
    Nico

    • Bonjour Nico

      En fait la pub sert à ça.

      Le mec qui veut acheter des chaussettes va aller dans un hypermarché, ou va regarder sur le net.
      S’il n’a que le choix de la taille, de la couleur et de la matière, alors il va choisir selon ses gouts, et il y a de fortes chances que ce soit le prix ou les motifs qui fassent la différence.

      Mais s’il tombe sur un site qui a indentifié un véritable problème avec les chaussettes, et que le site en question argumente expressément là dessus, alors c’est justement ça qui va faire que le mec va acheter ici plutôt qu’ailleurs.

      Alors bien sûr que le problème des chaussettes ne va pas forcément l’empêcher de dormir, mais l’idée est là.

      D’ailleurs, si tu connais le site http://www.archiduchesse.com, de Patrice CASSARD, alors on a ici un exemple frappant d’identification du problème majeur du mec qui veut acheter des chaussettes sur Internet : La dématérialisation…

      Quand on achète des fringues sur le web, le problème est qu’on ne peut pas les essayer, qu’on n’a pas beaucoup de choix, qu’on ne sait pas s’il en reste, etc…. Ca empêche pas de dormir, mais ça freine considérablement l’achat.
      Ce site a essayé de régler ce problème : Photos de qualité exceptionnelle, un choix infernal, des noms de chaussettes qui font rire pour certaines, bref un véritable petit cocon pour le visiteur.
      Le mec qui est passé une fois sur archiduchesse n’achètera plus jamais ses chaussettes ailleurs…

      Je ne dis pas que c’est facile. Je ne dis pas que c’est rapide. Et je ne dis pas qu’on peut le trouver dans la minute.

      Mais quand on réfléchit, si on n’avait pas de problème de sudation des pieds ou de confort dans des chaussures en cuir ou d’harmonie avec un costume, alors on n’achèterait pas de chaussettes.

      Qui dit achat dit manque… Qui dit manque dit problème…
      Tu peux prendre n’importe quel produit, de n’importe quel prix, ça marche :)

      Bonne nuit

      Yvon

      • Nico

        Bonjour Yvon,

        merci pour ta réponse précise et détaillée. Ça répond complètement à ma question.

        Finalement les produits quotidiens deviennent tellement évidents qu’on en oublie quels problèmes ils résolvent.

        Bonne journée,
        Nico

  15. Bonjour Yvon !
    Ah bien, je te croyais en vacances…je ne reçois plus tes mails, alors je suis venue aux nouvelles.
    Et alors elle tombe bien cette page de vente.
    Moi j’ai horreur des longues pages de vente. Au début, je les lisais mais maintenant elles m’agacent fortement car j’ai l’impresion d’y voir toujours à peu près les mêmes choses ou les mêmes tournures.

    On a l’impression qu’il n’y a plus qu’un seul copywriter sur le net.
    Voilà mon impression désagréable.
    Elisandre

    • Bonjour Elisandre,

      Je me permets de mettre mon petit grain de sel. Parce que je te comprends !

      Toutes les pages de vente se ressemblent parce que la plupart des marketeurs ont suivi des formations données par un GRAND gourou du marketing qui lui a généré tout plein de petits gourous du marketing qui redonnent à leur tour des formations sur comment faire une lettre de vente.

      Et le GRAND gourou en chef s’est inspiré des anglophones qui roulent dans le même style depuis déjà 10 ans. (et +)

      Pour dire, je suis une ex fan de Joe Vitale ! Mais je fus exclue de sa newsletter pour opinion trop franchement exprimée, pourtant sans grossièretés. Le king marketeur aux multiples bagnoles de luxe a horreur qu’on ne pense pas comme lui !

      J’étais même une cliente de Grand Gourou à l’époque où il nous envoyait un CD par la poste en nous disant envoyez-moi le paiement que vous trouvez adéquat pour ce produit.

      Bon, « nihil novo sub sole », ou quéque chose du genre.

      ;)

      J’ajouterai que ce qui me plaît dans le site d’Yvon, ce sont les articles substantiels qu’il « pond » quotidiennement et qui se démarquent du reste, même s’il semble être un disciple du grand gourou en question.

      Ce que nous devons tous retenir, c’est qu’il existe plusieurs types de clients : des hommes, des femmes, ceux qui sont nés avant ou après 1980, les baby-boomers, les retraités, les ados précoces, etc.

      Et qu’une lettre de vente doit prendre en considération tous ces acheteurs éventuels avec leur style et leur fonctionnement. Parce que certains sujets ratissent large, veut, veut pas.

      Comme dit Yvon quelque part, quelque soit la thématique d’un blog, SON blog est susceptible d’intéresser TOUS les blogueurs.

      Bon, j’ai du fun, mais je me calme ! :hin:

      • Coucou MarieBo

        Je te remercie pour ce commentaire sympa. La démarquation fait en effet partie de mes objectifs. Dans un but bien précis celui-là :)

        Je voulais rebondir sur le terme de « disciple » que tu as employé, mais devant la taille de ma réponse, je vais en faire le sujet de mon article de demain. merci pour l’idée, et rendez-vous ce soir alors :hin: (puisque toi tu vois mes articles la veille !)

    • Bonjour Elisabeth,
      Tu ne recevais plus mes mails ? Pourtant ils partaient bien. Est-ce que ton adresse est la bonne ?
      Bizarre tout ça. Encore un petit trait d’humour de Wrodpress ? Décidément… :)*
      Je comprends tes réticences pour les pages de ventes. Pour autant, la longueur n’est pas du tout le problème. C’est le fait que ce qu’on y trouve n’est tout simplement pas intéressant. L’objectif n’est pas de saouler les lecteurs. C’est de les faire agir :)

  16. Bonjour à tous,

    Ça m’étonne que personne n’en ait parlé dans tous les commentaires plus hauts, mais j’aimerais rajouter un élément qui enlève complètement le problème de ceux qui voudraient zapper une longue page de vente.

    Pourquoi pensez-vous qu’on insère des boutons d’actions un peu partout dans les pages de ventes? Justement pour que les gens ne se sentent pas obligés de tout lire et qu’ils puissent sauter en bas de la page pour acheter tout de suite.

    D’ailleurs, ça renforce l’idée qu’il faut parler du problème principal le plus vite possible, et ensuite seulement, si certains de vos clients veulent les caractéristiques précises, ils liront facilement la suite de la page. ;)

    • Bonjour Maryse
      Tu as tout à fait raison ! Emailler son texte de boutons action permet de faire prendre un raccourci au lecteur. Il pourra ensuite revenir sur la page ultérieurement s’il a besoin d’autres infos.

  17. Bonsoir Yvon,

    Quelles capacités d’écriture !

    Juste pour raconter une petite histoire. Pour m’équiper de mon appareil quantique (maintenant je sais que tu le connais), et lancer l’affaire, il me fallait 20 000 euros.
    Je ne suis pas allée à la banque.
    Seulement un mail de quelques lignes à quelqu’un qui passait dans ma boîte. Mon besoin, mon projet et une vision d’avenir, et le cadeau pour la personne. J’ai obtenu immédiatement les 20 000 euros ! et trois mois plus tard le tout était remboursé !!

    Merci à ton blog et à ton écriture !

    Emmanuelle (j’ai aussi lancé un blog d’écrivain : http://www.aimaenergy.com)

    • Bonsoir Emmanuelle.

      Bienvenue ici, et merci pour ce premier commentaire.

      Excellente cette histoire !
      Tu n’as pas une copie de ce mail par hasard ?

      Merci et bonne soirée
      Yvon

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER