L’art du bon de commande et pourquoi 95% des vendeurs sur Internet perdent des sommes à 4 chiffres chaque année

De tout temps, qu’on officie dans la vente à domicile d’encyclopédie ou de casserole, dans la vente d’une voiture ou d’une prestation dans un garage, ou dans la vente du moindre stylo dans une entreprise, le bon de commande a toujours fait partie intégrante de la stratégie commerciale du vendeur.

Cela a d’abord une valeur d’engagement.

Signer un bon de commande, c’est "s’engager" à recevoir la marchandise, et c’est surtout s’engager à payer…

Mais cela a surtout une valeur légale.

handshake isolated on business background

Bizarrement, avec la vente sur Internet de produits d’information, on assiste à une aberration incroyable à ce propos :

Dans 99 sites de vente sur 100,
le bon de commande n’existe plus.

A la place, on y trouve un bouton de paiement et une plateforme où on laisse son numéro de CB et son adresse email (pour recevoir la marchandise commandée).

On ne prend pas le nom ni le prénom des gens, on ne prend pas leur adresse, et surtout, on ne les oblige pas à lire les conditions générales de vente du site avant de signer.

Et pourtant, toutes ces opérations sont obligatoires quand on fait du commerce à distance depuis la France.

Mais non ! La majorité des vendeurs pensent différemment :

Plus vite les clients payent, plus vite on leur refourgue notre marchandise, plus vite ils s’en vont, et plus vite on peut passer à autre chose…

Donc, voici ma déclaration du jour :

Si vous vendez des produits sur Internet et que vous n’avez pas de bon de commande ENTRE le bouton d’action de la page de vente ET la page de règlement, ALORS non seulement vous êtes un amateur, mais EN PLUS vous perdez des sommes colossales chaque année !

 
Je vous explique pourquoi dans un moment, mais auparavant, le petit chapitre qui gonfle :

Ce que vous risquez légalement

Si vous pratiquez votre métier de vendeur en dehors de la France, alors ce chapitre ne vous concerne pas… Passez au suivant (encore que…).

Mais si vous officiez depuis la France, par contre, et que vous ne faites pas cocher une case à votre client juste avant qu’il ne paye votre produit, indiquant qu’il accepte les conditions générales de vente de votre site, alors vous êtes sur un terrain excessivement glissant d’un point de vue légal.

En effet, l’article L111-1 du code de la consommation est très clair à ce sujet, et vous dit qu’en cas de litige, "il appartient au vendeur de prouver qu’il a exécuté ses obligations d’information du consommateur".

Donc si vous ne lui faites pas cocher de case (activement), alors c’est à VOUS de prouver que le consommateur a bien lu vos CGV.

Et devant n’importe quel tribunal, il pourra dire qu’il ne les a pas trouvées, ou que le lien ne fonctionnait pas, ou qu’il n’a pas compris ce qui y était dit.

Les jurisprudences qui corroborent ce fait sont légion. Même pour des prix de 30 €. Certains clients sont procéduriers à outrance et c’est toujours le vendeur qui trinque.

Il est donc indispensable que vous ayez un bon de commande pour pouvoir faire cocher cette fameuse case.

Mais au-delà du risque juridique, le fait de ne pas avoir de bon de commande vous fait perdre beaucoup d’argent chaque année.

Vraiment BEAUCOUP BEAUCOUP d’argent.

Voici pourquoi :

Qui vous achète vos produits ?

Des centaines, de milliers de vendeurs sur Internet sont prêts à retourner des montagnes pour obtenir le prénom et l’adresse email d’un prospect pour pouvoir ensuite lui vendre quelque chose, mais dès que le client est prêt à s’engager, on ne lui demande plus rien d’autre que son email et son numéro de CB !

On ne sait pas comment il s’appelle et on ne sait pas où il vit… C’est un inconnu TOTAL qui paye et qui s’en va… Comme dans un supermarché !

Impossible de le recontacter plus tard. Impossible de lui envoyer quoi que ce soit chez lui. On vient de recevoir de l’argent, mais on ne sait pas d’où il vient.

Ou plutôt si : Il provient d’une vague adresse email obscure que le client en question peut avoir créée pour l’occasion !

Question sérieux et suivi commercial, avouez qu’on a rarement fait pire…

Donc en ne prenant pas d’infos sur son client, vous vous coupez d’un maximum de ventes ultérieures, qui ne pourront être faite qu’en contactant le client "par mail", anonymement, comme les milliers d’autres entreprises qui vous démarchent quotidiennement sur Internet.

Vous avez la chance d’avoir un client qui a déjà acheté chez vous, mais vous préférez le traiter comme tous les autres. Bizarre !

Mais c’est loin d’être tout…

Tout le monde a Paypal ?

Un jour, un gourou a dit :

C’est facile de gagner de l’argent : Ouvrez un compte Paypal, mettez un bouton sur votre site, et encaissez des sous…

Et tout le monde a suivi… Sans se poser de question…

Problème : Parmi vos clients potentiels, qui connait Paypal ? Tout le monde ?

Pas beaucoup de ménagères déjà… Si vous vendez des contes pour enfants, ou des livres de cuisine, ou des méthodes d’amaigrissement, ou pour arrêter de fumer, alors 90% de ces clients n’ont pas de compte Paypal.

Ca vous étonne ? Et pourtant, c’est le cas…

OK, maintenant, Paypal permet de payer par CB sans avoir de compte Paypal.

Mais combien le font effectivement ? Pas grand monde dans ce genre de niche. Si j’en crois mes chiffres, 75% payent en CB, et seulement 5% en Paypal…

Faites le calcul : 75 + 5 = 80 %

Et les 20% qui restent, ils payent comment, eux ?

Bonne question, non ?

Voilà un scoop : Ils payent en chèque ou en mandat

En turf, c’est 17%. Dans l’amaigrissement, c’est 25%… Dans le marketing ? 2%…

Donc faites votre calcul avec votre produit. Et mesurez combien d’argent vous perdez chaque année parce que vous ne proposez pas plusieurs mode de règlement à vos clients.

Seul le bon de commande peut vous permettre de le faire…

Mais attendez, ce n’est pas fini…

Comment vous gérez les fauchés ?

Les fauchés ? Mais les fauchés n’achètent pas !

Mais si, ils achètent ! Et ils achètent même très fort pour autant… qu’on leur donne la possibilité de le faire !

Un bouton Paypal ne vous offre qu’une seule option : Tout payer d’un coup.

37, 47, 67, 97 €, ce n’est pas énorme, mais pour certains, c’est une dépense qu’ils ne peuvent se permettre… Surtout pour un produit "non obligatoire".

Si vous mettez un bon de commande avec le choix de régler en 1, 2, 3 ou même 4 fois, vous allez voir le nombre de gens qui vont choisir cette option !

Dans le turf, c’est 50% de mes clients !

Vous me direz : C’est parce que tu le proposes !

Hé non !

J’ai essayé un jour de ne mettre que le règlement en 1 seule fois. J’ai fait 50% de ventes en moins par rapport à d’habitude. J’ai remis le paiement en plusieurs fois, et les ventes sont rentrées dans les chiffres habituels.

Donc, acceptez cet état de fait : Si vous vendez un produit qui coûte plus de 20 euros et que vous ne proposez pas de règlement en plusieurs fois pour que ça fasse des mensualités de moins de 20 euros, alors vous perdez un pourcentage non négligeable de vos ventes.

Si vous vendez un produit supérieur à 50 euros sans facilités de paiement, c’est plus de la moitié des ventes que vous perdez…

Revenons à nos moutons

Désolé, je vous ai un peu bousculé depuis le début de cet article… Mais en copywriting, chaque élément compte…

Vous passez des jours et des jours à faire une page de vente qui cartonne, mais si derrière vous n’avez pas de bon de commande, alors vous perdez l’équivalent du CA que vous réalisez chaque année.

Cela ne vous pose peut-être pas de souci, mais j’ai trouvé important que vous le sachiez.

Je vous raconte tout ça, car si vous suivez la série d’articles qui vous parle de cette opération spéciale, alors aujourd’hui, on avait prévu de parler du bon de commande, qui est, vous vous en doutez, un élément tout simplement OBLIGATOIRE dans le cas où vous faites payer votre client plus tard.

Parce que forcément, pour que le client puisse recevoir son produit chez lui et qu’il puisse alors vous payer ensuite, il vous faut au minimum ses coordonnées postales et son email.

Vous savez maintenant que le bon de commande est également indispensable même si vous faites régler votre client tout de suite.

Les 5 parties essentielles du bon de commande

1. Un résumé

Un bon de commande, c’est d’abord et avant tout un résumé de la page de vente.

Il reprend idéalement :

  • Le visuel du produit
  • Un résumé de l’avantage principal de votre produit
  • La liste des cadeaux offerts
  • Et surtout un gros OUI qui matérialise l’acceptation de votre client

Le bon de commande est un canalisateur d’énergie acheteuse, car en résumant tout ce que le produit va faire pour votre client, vous orientez ses pensées VERS l’achat.

Et donc pour le bon de commande axé sur l’opération visant à lui livrer son produit sans qu’il le paye, voici les 4 éléments supplémentaires qui doivent impérativement figurer dessus :

2. Les coordonnées complètes de votre client

Cela inclut :

  • La civilité (Mr, Mme, Mlle)
  • Le nom
  • Le prénom
  • L’adresse complète
  • Le téléphone

Je ne vous conseille pas de rendre le téléphone obligatoire, mais comprenez que si votre client ne paye pas, et que vous avez son téléphone, les choses peuvent être plus rapides et plus faciles.

Tous les autres éléments sont obligatoires par contre

3. L’adresse email du client

Ca coule de source ? C’est sûr…

Mais là, il faut prévoir quelque chose de plus : Vous DEVEZ vous assurer que le client vous a bien donné une adresse valable, car c’est elle qui vous servira à le relancer s’il tarde à vous payer.

Je vous suggère donc de rajouter une phrase du genre :

"Vous recevrez par email le récapitulatif de votre commande, ainsi qu’un cadeau surprise de bienvenue pour vous remercier"

Ou toute autre phrase incitant à laisser une adresse email valide pour recevoir quelque chose.

Dans le mail de confirmation qu’il reçoit, vous pouvez même inclure un lien de validation qui finalise directement sa commande, déclenchant ainsi la livraison du produit.

C’est de loin la meilleure manière de vous assurer que l’email est valide et utilisé.

4. Les conditions générales de ventes à valider

Ici, ces fameuses conditions générales de ventes doivent comporter un paragraphe qui récapitule les différents points de votre accord, notamment en matière de délai de règlement et du fait que le client s’engage contractuellement à vous régler le CD rom ou à vous le retourner sous xxxx (délai à compléter).

N’oubliez pas : Il faut une case à cocher, devant laquelle une phrase indique :

"En cochant cette case, je confirme avoir lu les Conditions Générales de Vente de ce produit et déclare expressément les accepter sans réserve"

5. Un bouton de validation

… précédé d’une phrase du genre :

"En cliquant sur le bouton ci-dessous, je m’engage à vous régler ce CD-Rom dans les 15 jours qui suivent sa réception si son contenu me convient, ou à vous le retourner en bon état dans sa pochette le cas échéant"

Et sur le bouton, une phrase du style : "Envoyez moi mon CD-Rom".

La phrase sert d’ultime engagement avant de signer. Vous pourrez vous en servir dans vos relances ;).

Et maintenant ?

Et voilà ! Vous avez maintenant toutes les armes en main AVANT la livraison du produit.

Demain, nous verrons le dernier élément indispensable : La séquence de relances pour vous faire payer.

Précédent

Le secret de la page de vente qui transforme 30 lecteurs sur 100 en clients…

Suivant

Le pouvoir de la relance ou comment doubler ses chances de gagner. A chaque coup…

  1. Bonjour Yvon.

    C’est la première fois que je vois un article qui détaille l’importance du bon de commande.

    Et c’est vrai qu’en le lisant, on comprend qu’un bon de commande est indispensable pour ne pas perdre des ventes.

    Moi qui hésitez à me procurer le script PMP qui sert justement à créer des bons de commande, tu m’a convaincu ! ;)

    Merci !

    Daouda

  2. Bonjour,

    Un bon de commande ?
    Nous revoilà quelques années en arrière :)

    Le paiement en plusieurs fois, je trouve que cela devient lourd pour un service à 60 euros à payer en 3 fois, plus les rappels à renvoyer, la gestion des paiements, je me demande si on y perd vraiment en ne proposant que Paypal !

    • Bonjour
      Relis ma première phrase bordée de bleu dans l’article. ;)

      En quoi c’est lourd ? Ca se met en place en 5 minutes chrono… et ça augmente les ventes d’au moins 30%…

      Après tu es peut-être assez riche…
      Ce que je peux concevoir… :hin:

      • Bonsoir Yvon,

        C’est lourd car un paiement en trois fois suite à un bon de commande, ce n’est pas automatique, c’est le client qui doit faire trois fois le paiement, si il n’oublie pas, un rappel, deux rappel, des timbres, surveiller les paiements entrants … je trouve cela lourd à faire pour un article à 60 euros.

        je ne vois pas la première phrase en bleu, seul « Si vous vendez des produits sur Internet et que vous n’avez pas de bon de commande… » :-/

        • Mais si c’est automatique j’te dis…
          Le client valide son achat la première fois comme s’il payait comptant, et en fait il ne paye que le tiers.
          Il sera débité ensuite 2 fois de plus, à un mois d’intervalle, automatiquement de la même somme… Je répète que ça prend 3 minutes (1 minute par bouton).

          • oui dans le cas de Paypal, je suis d’accord, mais maintenant le client décide de payer en trois fois par virement par exemple …

          • Aucun intérêt. L’objectif n’est pas de relancer le client pour qu’il honore son règlement.
            Par contre, je demande aussi 3 chèques, remis à 1 mois d’intervalle. Et j’en ai beaucoup :)

          • ha ben oui, en France … en Belgique, le chèque est autant utilisé que le silex pour faire du feu :)

  3. Simon

    Bonjour Yvon,

    Merci encore pour cette suite !
    Ca fait un moment que je me pose la question pour le paiement
    en plusieurs fois, mais un détail technique m’arrête :
    Comment l’automatiser ?

    L’abonnement Paypal oblige les gens à ouvrir un compte. Pour l’avoir
    essayé, je récupère des miettes, mais pas 50% de ventes !

    Le gères-tu simplement avec des relances automatiques par email,
    en comptant sur le fait que la plupart des gens paieront ?

    Ou alors utilises-tu une plateforme de paiement plus souple
    que Paypal, qui permettrait de faire de la facturation récurrente ?

    (j’ai jeté un oeil à Ogone, mais pas encore essayé)

    Merci !

    • Bonjour Simon.

      Mais tout est automatisé avec Paypal et avec les plateforme de règlement en ligne des banques !

      Chez Paypal, ça s’appelle « Abonnement ». Il suffit de paramétrer 3 boutons « acheter » : Un en paiement en une fois, et 2 en paiement récurrent (2 fois et 3 fois).

      Tu demandes au client en combien de fois il veut payer avec par exemple 3 cases à cocher, et ensuite il suffit d’afficher le bouton correspondant au choix.

      Tu as un exemple sur un de mes bons de commande ici :

      http://www.editions-perceval.com/forum/recevoircd101.php

      Yvon

      • Simon

        Oui mais pour le faire chez Paypal, i lfaut que le client ait un compte Paypal.
        Je vois que tu passes par la solution de la caisse d’épargne. Tu en es content ?
        Personne ne connait Ogone ?

        • Cher Simon, moi je propose les deux systèmes : CB ET Paypal.
          Donc si le client choisit Paypal, c’est qu’il a déjà un compte. Sinon, il passe par la CB normale.

          Je suis content de la CAisse d’épargne oui, d’autant que j’ai été l’un de leur 10 premiers clients. Ca me permet d’avoir des options que n’ont plus les autres utilisateurs aujourd’hui. Comme l’abonnement infini, par exemple. Je déplore juste leur P… de 3DSecure, mais c’est une autre histoire :)

          Je ne connais pas Ogone, mais je connais des entrepreneurs qui l’utilisent. Je crois que la Poste aussi l’utilise. Il y a aussi la plateforme utilisée par Jean de WMJ (2CheckOut)

  4. Bonjour à vous,

    Avec toutes ces bonnes informations que vous nous dispensez généreusement, toi, Yvon, Cédric, toi aussi, Daouda, sur ton blog, quand vous associez-vous pour vendre, comme beaucoup d’autres, une formation à un petit million d’euros seulement, payable, au choix, en 10 petites mensualités de 99.999 € ?

    Bravo, Yvon, pour cette idée de nous rappeler ou, même, nous faire redécouvrir le bon de commande (personne n’y pense, sur Internet, même les plus célèbres, je n’en ai jamais vu), les conditions générales et tout et tout ?

    En ce qui concerne le lien à valider pour confirmer la commande une fois réalisé le paiement, quelques-uns , dont Christian Godefroy, l’utilisent.

    Si ce lien mène à un auto-répondeur, il peut servir de confirmation opt-in (sous réserve de la précision que le client recevra, ainsi, un cadeau, des informations, …), ce qui permet, effectivement, de le relancer ultérieurement.

    Encore merci, Yvon et vous tous pour cette incroyable formation gratuite.

    D’autres devraient s’en inspirer, qui ne manquent pas, à la fin de chacune de leurs « formations » « gratuites » en visio-conférence, de nous proposer leur toute dernière formation hors de prix !

    Bien amicalement,

    Elena.

  5. Bonjour Yvon,

    Excellent comme toujours ! Quand à Paypal je ne l’utilise pas même si on a beau me dire que c le moyen de paiement le plus sécurisé, je paie par carte bancaire. Il est evident que pour les personnes qui sont fauchées, il faut absolument proposer un paiement en plusieurs fois, je ne l’envisage pas autrement et proposer le mode de paiement par chèque et mandat.
    Et le bon de commande aussi, je pense que c’est un gage de sérieux !

    Bien à toi

    Brigitte :haha:

  6. Bonjour Karim,

    En plus je trouve qu’aujourd’hui « Bon de commande » fait un peu vieillot.
    Quel terme proposes-tu à la place?

    Bonne soirée,

    Didier

  7. Bonjour ,

    L’ensemble de ces articles consacré a cette methode de vente …
    me fais penser aux « qui perd gagne » cité dans le fameux livre connu dont je ne vais pas citer pour la simple raison que c’est déja fait 10 articles avant….

    § 3 : Dans le mail de confirmation qu’il reçoit, vous pouvez même inclure un lien de validation qui (  » finalise directement sa commande, déclenchant ainsi la livraison du produit » ).

    Ok mais il faut bien penser a indiquez aux tête en l’air qu’ils vont RECEVOIR l’ email A VALIDER … ?
    -Sinon ils risque de camper longtemps devant leurs boîtes aux lettres…

    @ Karim : Si il ne faut jamais appeler un bon de commande… bon de commande …

    Alors comment L’appeler ?

    -Formulaire de commande c’est idem ?
    -Formulaire d’adhésion … pour un Abonnement
    -Bon de livraison « pour meuble ieka
    -Formulaire de livraison …

    Tout dépends du produits proposés non ? …

    A+

  8. Bonjour Yvon

    Je vois aujourd’hui que j’ai quelques « trucs » à modifier sur mon processus de vente. Je vais de ce pas m’y mettre.

    Merci de tes précieux conseils.

    Puis-je avoir ton avis sur mon dernier article ? Je me suis permis de mettre un lien vers ton blog (si ça ne te dérange pas évidemment). :hin:

    Cordialement

  9. Hello Yvon,

    ouch… ! Merci de nous remettre les idées en place Yvon, ça calme !

    En fait, bien que sur le fond on ait les mêmes contraintes légales, je vois deux cas de figure : 1. le cas que tu décris dans ce dossier et qui impose un parcours fléché assez rigoureux et 2. le cas de la vente en ligne pour laquelle le principe qui prime c’est l’immédiateté, donc la simplicité maximale.

    En gros : un clic, on paie, on télécharge. D’autant que, pour ce que j’ai pu lire à droite à gauche, PayPal n’apprécie pas trop les pages de redirection après achat où les gens ne peuvent pas obtenir leur produit tout de suite. La question est de savoir où ça « gêne » le moins le client de devoir remplir un formulaire pour obtenir son achat.

    Certainement hors sujet ici mais comme tu as soulevé la question du paiement fractionné, en effet pour la vente en ligne, ça pose quelques soucis techniques… hors de portée des petits artisans ! :red:

    Si quelqu’un connaît une solution simple et peu onéreuse pour automatiser, elle sera bienvenue.

    En tout cas merci Yvon, avec ce que tu développes ici, on peut tous plus ou moins regarder la poutre qui nous aveugle ! :hin:

    Bon ben j’ai du boulot hein… :-P
    Alexandra

    • Bonjour Alexandra

      Pour le paiement échelonné, jette un coup d’oeil ici, ça devrait t’intéresser.
      Voici la solution avec moneybooker:
      http://blog.epages.com/fr/2010/12/07/proposez-le-paiement-echelonne/

      Je ne sais pas si il existe d’autres solutions.

      Cordialement

    • Bonsoir Alexandra

      La simplicité ne veut pas dire « bâclage ». Quand un gars commande chez Amazon, il doit ouvrir un compte. Je pense que les clients sont habitués. En tout cas les miens le sont.

      Et justement, en faisant s’inscrire les gens AVANT le règlement, tu es en parfait accord avec la charte Paypal, puisque dès que le règlement est comptabilisé, le client est redirigé directement sur la page de téléchargement. Le client s’inscrit, il paye, il télécharge.

      Il n’y a aucun souci technique, Paypal a tout prévu.

      Tiens si tu veux je peux faire ma vidéo de samedi sur le sujet : Mettre en place un système de règlement en 1, deux ou 3 fois avec Paypal. Ca prend 5 minutes :)

      Si ça en intéresse quelques un, qu’on me le dise.

      Bonne soirée

      Yvon

      @ Thierry : Oui MoneyBookers le fait aussi. En fait toutes les plateforme de paiement le font aussi :)

      • Re-bonsoir Yvon

        « Merci pour le lien dans ton bel article, très détaillé par ailleurs. »

        Merci du commentaire.

        P.S.: la vidéo sur l’échelonnement de paiement paypal serait intéressante (j’était persuadé que paypal ne pratiquait pas cela), à condition que je ne suis pas le seul à en faire la demande.

        Cordialement

      • Bonjour Yvon,

        en fait pour moi c’est ok, je sais comment créer un paiement échelonné sur PayPal (mais ton projet de vidéo peut aussi servir à d’autres), et je crois comprendre en ayant vu ta page d’exemple qu’il s’agit juste de créer trois dispositifs différents.

        Je ne voyais pas comment concevoir le « bon de commande » et avec quelles options mais l’exemple de ta page est parfait, je vois bien comment faire maintenant y compris dans WordPress.

        Donc en somme on peut diriger les acheteurs sur une page de ce type à partir de la page de vente, j’avais tendance à trouver ça un peu lourd, ceci dit, dans ces conditions, on n’a que des clients vraiment motivés et on est au clair avec les dispositions légales.

        Very good ! :super:

        Bonne journée !
        Alexandra

  10. Je ne suis pas tout a fait d’accord quand vous dite qu’il faut inclure un bon de commande.
    Nous sommes passé sur le site au paiement sur une page ( et plus de tunnel de paiement de 4 pages) , resultat ca a bien boosté les ventes, plus de fuite ( a chaque etape on avait entre 5 et 10% de fuites).
    de plus on a toutes les info necessaire nom prenom adresse et mail… quoi d’autre?

    Pour le paiement je confirme que que paypal est marginal, mais il ne faut pas le négliger!

    Cerise

  11. Salut Karim

    En fait, un bon de commande ne s’appelle pas :)
    C’est une page quoi… Une simple page sans titre :)

    • Tu as testé en le mettant et en l’enlevant ?

      Moi c’est un truc que je n’ai jamais testé : Je ne mets jamais de mention relatif au mot « Commande » dans une page. Ca peut m’échapper parfois, mais c’est rare et je corrige quand j’en vois.

      Quant au fait d’appeler son bon un « bon d’essai sans risque », bof… Je trouve que ça fait cliché.

      Mais bien entendu, si tu testes et que ça marche mieux, je ne peux que m’incliner :)

  12. Bonjour Yvon

    Comme souvent tes conseils sont pleins de bons sens et judicieux.

    Aurais tu un exemple de ce type de page à nous montrer STP ?

    Merci

    @micalement

  13. Aladine

    MERCI ! Je dirais autant de fois Merci que je le ressentirais à la lecture de chacun de vos articles clairs et qui apportent vraiment quelque chose.

  14. Un article plus qu’indispensable merci à son auteur.
    C’est vrais qu’on oublie facilement l’essentiel quand ton rédige des pages de vente.
    Arriver à faire plus de 10 % en ROI c’est possible si on applique certaine des techniques dites plus haut.
    Je rajouterais que la vidéo est aujourd’hui indispensable pour booster son trust.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER