L’art d’écrire du contenu web optimisé et intéressant pour les lecteurs

Aujourd’hui, je publie mon premier article invité, et j’accueille pour l’occasion Adina Barvinschi, de la société de traduction Lingo24.

Adina est chargée des stratégies de SEO pour les sites français et néerlandais de cette entreprise et elle nous explique ci-dessous comment écrire du contenu web optimisé et intéressant pour les lecteurs.

Tous ceux qui écrivent pour le web le savent bien : il est souvent difficile de rédiger du texte optimisé pour les moteurs de recherche sans pour autant négliger le fait que le lecteur devra l’apprécier.

ecrire-pour-le-web Ecrire pour le web : Un style et une stratégie différente

Les deux aspects doivent être pris en considération, car l’audience du Web doit à la fois trouver votre texte (d’où la nécessité de faire un peu d’optimisation) et le trouver assez intéressant pour le lire et vous offrir un lien, de l’argent ou son attention.

L’OMR, c’est quoi ?

L’OMR, ou « optimisation pour les moteurs de recherche » est tout simplement le processus qui aide à augmenter la visibilité d’un site Internet dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Que vous écriviez sur un blog qui parle de musique baroque ou que vous vendiez du mobilier restauré, vous devez essayer de vous placer dans les dix premiers résultats affichés pour une recherche de type « musique baroque » ou « vente mobilier style ».

Les liens et la promotion sur les sites sociaux sont également très importants quand on fait de l’OMR, mais la recherche des mots-clés est primordiale et, bien sûr, plus encore quand on est l’auteur de texte publicitaire.

Recherche et placement des mots-clés

Les mots-clés sont les mots et les phrases que les gens saisissent dans la boîte de recherche d’un moteur pour trouver quelque chose.

Ils peuvent être courts ou longs (un mot ou bien quatre ou cinq).

Les termes courts sont généralement les plus usités (pensez « vente mobilier ») mais les mots longs, très spécifiques, peuvent être très utiles si vous écrivez du texte commercial, car ils permettent notamment de cibler parfaitement son public (pensez « vente mobilier style Grenoble »).

Aussi, même si vous optez pour des termes très longs, accordez un peu de place aux courts, susceptible d’attirer plus de trafic web.

Utilisez les mots-clés dans vos titres, titres de section et dans le texte mais n’en abusez pas : le lecteur se lasserait vite et les moteurs de recherche utilisent des logiciels sophistiqués pour identifier les sites qui pratiquent une OMR trop intensive.

Fiche pratique : Comment trouver des mots-clefs ?

  • Identifiez les mots-clés qui vous semblent pertinents, en n’oubliant pas le jargon, les abréviations et les variantes régionales
  • Faites une recherche sur le Google Keyword Tool et vérifiez le nombre d’utilisateurs réels qui utilisent vos mots-clés et leur degré de concurrence
  • Vérifiez régulièrement vos mots-clés, car les habitudes des internautes peuvent changer radicalement et en très peu de temps

Écrire pour le web

Le copywriting web est tout a fait différent de la rédaction publicitaire traditionnelle.

Lire sur un écran fatigue très vite les yeux et ceux qui lisent un texte sur le web ont tendance à le scanner et à chercher les informations les plus pertinentes avant de passer à une lecture plus approfondie.

Ces habitudes de lecture sont très différentes de celles des personnes qui lisent un texte imprimé.

Des études ont montré que ceux qui lisent sur un écran passent très vite du titre aux titres de section, aux images et aux mots soulignés et qu’ils reviennent à ces éléments durant toute la lecture.

Fiche pratique : Comment écrire pour le web

  • Organisez votre texte dans des sections courtes et faciles à lire
  • Écrivez les informations les plus pertinentes dans les premières lignes de votre texte et gardez les détails pour les sections finales (style « pyramide inversée »)
  • Utilisez des titres de section qui attirent l’attention

Écrire pour son audience

Si les conseils présentés ci-dessus s’appliquent à la plupart des textes écrits pour le web, la nature de l’audience peut imposer d’autres approches.

Si vous écrivez pour un public académique ou pour un public très spécialisé, qui cherche des informations précises, des spécifications techniques par exemple, il est important de leur offrir ce qu’ils cherchent.

Un public très instruit a tendance à chercher des textes complexes et riches, et c’est à vous de décider si ce public est celui que vous ciblez.

Il est assez difficile de combiner les deux approches et de tenter de gagner l’attention à la fois du public spécialisé et du public général.

Quel que soit votre cas, une première page qui présente brièvement votre contenu, avec des liens vers les sections plus approfondies peut être bien plus digeste pour n’importe quel public.

Et même les communications scientifiques sont plus attractives si elles savent jouer avec les paragraphes.

Garder un bon équilibre entre une OMR efficace et un contenu intéressant peut être difficile et ce format a ses difficultés spécifiques.

C’est pourtant cet équilibre qui fera la différence entre les textes que personne ne lit et les autres, et c’est donc la chose la plus importante à trouver quand on écrit pour le web.

A propos de l’auteur

Adina Barvinschi fait partie d’une société de traduction nommée Lingo24, fondée en septembre 2001 par Christian Arno, qui en est actuellement le directeur général.

Avec des bureaux dans quatre continents et des clients dans plus de soixante pays, Lingo24 a réalisé un chiffre d’affaires de 8 millions de dollars en 2010 (+42%).

Précédent

Le pouvoir de la relance ou comment doubler ses chances de gagner. A chaque coup…

Suivant

Procédure vidéo : Rajouter des extraits de commentaires dans sa barre latérale

  1. Bonjour Adina.

    Je suis content de te voir également sur ce blog. Comme toujours, tu nous a écrit un excellent article, merci ! :)

    Daouda

  2. alexisestreet

    Excellent article très intéressant qui permet d’être plus au clair avec certains points en général un peu flous :)

    L’idée de la pyramide inversée est aussi excellente !
    Merci Adina :)

    Alexis

  3. Bonjour,

    Merci pour ces précisions. C’est très clair.

    C’est vrai qu’en misant sur la longue traîne on peut facilement récupérer du trafic sur son site web.

    Le choix des mots clefs est très important c’est pourquoi il faut prendre son temps pour écrire des articles optimisés pour les moteurs et les lecteurs.

    A bientot

  4. Bonjour,

    Pour trouver vos mots clefs pensez aussi à aller voir dans Google Analytics / Sources de trafic / Mots clefs.

    Ça permet de voir les requêtes qui ont conduits des visiteurs vers votre site … cela pourra vous donner de nouvelles idées d’optimisations sur certains mots clefs auxquels vous n’aviez pas pensé.

    De plus, effectivement il est très important de travailler sur les « requêtes longue » (aussi appelé longue traine). il est en général plus facile de se positionner en tête sur ce type de requête et au final la somme de toutes ces requêtes peut être bien plus importante qu’un seul mot clef ou la concurrence et très forte (et donc où il sera difficile d’apparaitre en tête des résultats). C’est du vécu :)

    Xavier

  5. Bonjour Yvon,

    Encore un article plus qu’intéressant !

    Pour y mettre un peu de sel j’aimerais ajouter qu’avec PANDA, Google est en train de faire un grand ménage sur le web.

    Ton article « L’art d’écrire du contenu web optimisé et INTERESSANT pour les lecteurs » est plus que jamais d’actualité !

    C’est bientôt la fin des sites qui rabâchent des contenus dégradés parce qu’ils n’apportent aucunes valeurs intéressantes à leurs lecteurs.

    Bravo pour ton site Yvon ! Panda à déjà du ET va encore bientôt, j’en suis certain, lui faire faire des bonds !!

    Pour terminer et pour ceux qui veulent en savoir plus, je trouve que :
    Google Panda Update: 11 Important SEO Facts You Should Know http://bit.ly/pxuqtV
    complète efficacement ton article

    Cordialement et bonne continuité !

    • Bonjour José

      Merci pour ce commentaire sympa.

      Je te rappelle néanmoins que Panda est juste une nouvelle facétie de Google… avant la prochaine.

      En ce qui me concerne, je me force à ne garder que 10% de mon trafic grâce à Google car adoré un jour détesté le lendemain, je connais bien :)

      Il n’empêche que le SEO (l’OMR comme l’a défini Adina) est important tant que cela ne prend pas trop de temps. Et puis ça fait plaisir d’être bien placé dans Google.

      Merci pour ton lien. Je vais tenter une traduction un de ces 4 , c’est vrai que c’est assez pertinent. Il ne faut pas néanmoins oublier que cela concerne les US. En France, ça arrive doucement, mais les impacts seront différents je pense. Déjà parce qu’on doit représenter genre 3 % en matière de contenu par rapport aux sites US. Donc ça va être plus pointu mais d’autres règles vont certainement émerger au fil du temps.

      Bonne journée

      Yvon

      • La vache, seulement 10%!
        Le reste viens de la news, sites refents?

        • Salut Fabrice

          Ma réponse est ici : http://www.copywriting-pratique.com/peut-on-se-passer-de-google-quand-on-a-un-blog

          10% c’est le maximum que je recommande pour Google. Il y a au moins 14 autres manières d’obtenir du trafic. :)

          • Ha oui déjà lu, bon article.
            Je te jure j’essaye mais je n’y arrive pas!

          • Mais c’est où que ça bloque ??

            As-tu bien lu mes articles sur la semaine du trafic ?

            Entre twitter, les autres blogs, les diggs like et les articles invités, sans parler des forums de voyages, des échanges de liens et les RSS, tu n’arrives pas à trouver 90% de ton trafic en dehors de Google ?

            Ca me parait incroyable ! OK on a une thématique différente, mais je n’arrive pas à concevoir que les leviers principaux (ne serait-ce que sur les blogs et sur les forums) ne parviennent pas à te faire venir du monde qualifié.

            Si j’avais plus de temps, je ferais de ton cas un cas d’école pour arriver à un objectif de trafic ciblé en quelques mois. Mais j’ai déjà pas assez de 24 heures pour mon propre taf, alors tu vois ;)

            Déjà 2 questions :

            Combien de blogs de VOYAGE cibles-tu avec tes commentaires ?
            Combien de forums ?

          • Tes accés directe, c’est tes abonnés Aweber?

            Pour les blogs de voyage, il y en a peu qui sont vraiment actifs. Et au niveau trafic, c’est pas des gros chiffres. Perso, je suis parmi les 3 plus gros.
            De plus, commenter je le faisais beaucoup au début mais depuis deux mois, j’ai du mal, cela me soule.

            Pour les forums, pas évident, je me suis fait viré de deux et pourtant je postais pas beaucoup!Et puis, cela n’a jamais représenté beaucoup de visites.

            Pour la news, je m’y suis mis que depuis 2 mois, c’est en progression.

            Les RS restent stablent, les digglike m’ont jamais beaucoup amené de visites, mais sans doute je dois mal m’y prendre.

            Voilà pour quelques réponses…

          • ha tiens et que penses-tu d’un partenariat avec un forum/portail de voyage, visibilité en home des deux?
            Je pense que c’est bénéfique car complémentaire.
            Le risque est peut-être que mes lecteurs aillent plus vers le forum pour chercher des infos pratiques…

          • Bonjour Yvon,

            « 10% c’est le maximum que je recommande pour Google. Il y a au moins 14 autres manières d’obtenir du trafic »

            Si tu obtiens plus de 10% de Google, tu fais comment pour éliminer le surplus de trafic ? ;) C’est une blague ! ;)

            Je comprends que tu as peut-être déjà eu des problèmes avec Google, particulièrement des pertes de revenus, mais pourrais-tu être plus clair ?

            Google est un moteur de recherche et,une business.

            Le sujet de ton article invité c’est :

            « Tous ceux qui écrivent pour le web le savent bien : il est souvent difficile de rédiger du texte optimisé pour les moteurs de recherche sans pour autant négliger le fait que le lecteur devra l’apprécier ».

            Je suis peut-être complètement nulle mais dans certaines de tes réactions, il me semble que c’est comme si quelqu’un disait : »En général, je refuse la circulation sur les autoroutes et je préconise presqu’uniquement les routes de campagne. Ce sont les SEULES qui vous mèneront à destination de façon efficace, esthétique et rentable. »

            Mais pour les sites grand public qui offrent des solutions pratiques aux internautes ordinaires, un moteur de recherche permet de trouver la solution recherchée, non ? Et dans ce cas, un résultat dans un moteur de recherche sera plus éloquent parce que l’internaute ordinaire ne fréquente pas nécessairement les médias sociaux.

            Non ?

          • Re-bonjour Yvon,

            D’ailleurs, juste pour voir, je viens de taper « Copywriting » dans mon fureteur. Et devine où ton blog est positionné ?

            Tu vas avoir à faire beaucoup d’efforts pour sortir de la page 1 de Google et retrouver ton pudique 10% ! :hin: :hin: :hin:

            Mais, good for you, de toutes façons !

            Ouais, les bons mots clés, ça te connait !

          • Coucou MarieBo

            Tu n’as visiblement pas compris l’objet de mon article sur Google. :)

            La différence entre une autoroute et Google, c’est qu’une autoroute ne te fermera jamais son accès sur un coup de tête.

            Google si…

            Et donc si tu bases ton business sur les résultats d’un moteur de recherche qui peut décider du jour au lendemain de te bannir à jamais, alors tu prends le risque de passer de 120.000 euros de CA par an à 0.

            Si on te coupe l’accès aux autoroutes, il te reste les transports en commun, et les routes normales…

            Si on te coupe Google, il te reste toutes les autres méthodes de trafic dont j’ai fait la liste : Mais ça va te prendre un temps fou pour arriver à générer autant de trafic qu’avec Google. Et pour arriver à un niveau de trafic identique à celui que GG pouvait te fournir, tu vas devoir produire un travail infernal qui va te couter beaucoup d’argent.

            Alors que si tu as dès le début réparti tes tâches parmi 10 sources, lorsque GG décide de te fermer ses portes, tu as encore 90% de ton revenu qui est là, et tu n’as que 10% à récupérer…

            Voici les résultats de mon site sur les 30 derniers jours :

            Sites référents : 4 784,00 (46,92 %)
            Accès directs : 3 932,00 (38,56 %)
            Moteurs de recherche : 1 448,00 (14,20 %)
            Autres : 32 (0,31 %)

            Vu les dispositions de ce blog, je ne risque pas de me faire éjecter de Google avant longtemps. Mais imaginons que le mot « copywriting » soit associé à plusieurs soucis d’ordre juridiques et que Google décide que tous les sites qui en traitent n’ont pas à figurer chez lui je fais quoi ?

            Et si un ou plusieurs concurrents jaloux décident de faire tout leur possible pour me détrôner de cette place, et que je me retrouve, bon an mal an en 2, 3 ou 4ème page, que faire ?

            En ce qui me concerne, je ne perdrais « que » 14% de mon trafic, et ça me va très bien !

            Crois moi : Mettre tous ses oeufs dans le même panier, c’est jamais bon.

            Et je ne parle pas du temps COLOSSAL que la majorité des gens perdent en optimisation en tout genre, si ce n’est pas de l’argent pour payer des gens pour s’occuper de leur reférencement.

            Bonne journée

            Yvon

  6. Bonjour,

    Un choix judicieux de mots clés est effectivement un atout majeur pour attirer du trafic naturel et pas seulement des visiteurs provenant des médias sociaux. C’est particulièrement efficace avec des sites (ou blogs) orientés grand public.

    On peut en apprendre beaucoup sur les mots clés utilisés par nos visiteurs en consultant nos statistiques régulièrement. En plus des longues traines et des expressions régionales, certains mots clés contiennent des fautes d’orthographe dont il faut parfois tenir compte au moins dans les tags.

    J’apprécie énormément les ressources gratuites, mais je me suis procurée Market Samurai et je dois avouer que c’est un des meilleurs investissements que j’ai fait pour la recherche des mots clés et aussi observer le positionnement de la concurrence pour certains termes ou le choix de noms de domaine.

    Bref, excellent article de base qui présente clairement le b-a-ba de ce qu’il faut faire pour attirer du trafic naturel. J’aime bien le sigle OMR pour traduire SEO.

  7. Re-bonjour,

    J’ai présenté ici quelques outils gratuits pour la recherche de mots clés http://tinyurl.com/67czpne

  8. dominique

    vraiment tres interressant Merci pour les renseignements :hin: :super:

  9. Bonjour Adina, bonjour Yvon,

    merci pour cet article, une bonne piqûre de rappel et des notions incontournables comme la technique de la pyramide inversée que je prône mais n’utilise absolument pas ! :hin:

    Gros problème quand même : un article bourré de « bons » mots-clés ne fait pas un « bon » article pour autant, avec une densité suffisante d’informations pertinentes.

    La remarque de José concernant Panda laisse augurer de jours meilleurs avec de meilleurs contenus mais « qui » va se charger d’en évaluer la qualité ?

    Si ça intéresse quelqu’un, j’utilise l’application Tynt (http://www.tynt.com/) qui permet de savoir combien de fois nos contenus ont été copiés (ce qui témoigne entre autres de l’intérêt qu’ils suscitent) mais aussi quels sont les mots et expressions qui nous ont amené du trafic (et ceux sur lesquels nos visiteurs on quitté notre site). C’est assez surprenant parfois mais très instructif !

    Amicalement,
    Alexandra

    • Bonjour Alexandra,

      Merci pour l’information sur Tynt. Je vais l’essayer.

      Et tu as bien raison, une grosse « soupe de mots-clés » est indigeste pour les lecteurs et n’est pas nécessairement un indice de qualité. ;)

  10. Cet article a le mérite de mettre en exergue la difficulté d’écrire sur les sujets qui passionnent qui font l’objet des thèmes abordés par les blogs et la technique plus rébarbative mais essentielle pour toucher le plus de lecteurs possibles pour partager ces passions.
    L’adage: » joindre l’utile à l’agréable » devient d’une limpidité éclatante.

  11. Voilà un article bien intéressant!
    Pas facile pour le débutant…

  12. La pyramide inversée… l’art de trouver l’accroche qui fera que le lecteur restera sur la page et n’ira pas papillonner ailleurs, il faut pour cela une information pertinente et de qualité. Mais il faut aussi que le contenu soit bon et digerable aux yeux de google pour qu’il nous délivre le sésame : les lecteurs/potentiels clients.

    Entre les deux, la juste mesure à trouver entre le saupoudrage de mots clés et l’information recherchée.

  13. C’est vraiment un excellent article. Surtout grâce aux commentaires.

    On veut toujours plus de google. Et on pense qu’à GOOGLE.

    Perso, j’ai 70 % de mon trafic qui vient des sites référents mais cela me demande beaucoup de temps à lire et commenter.

    Donc je m’intéresse de plus à plus à google.

    Mais je pense que je vais essayer de suivre ton exemple

    Et dans mon cas je vais essayer d’avoir max 50% google et le reste ailleurs.

    Du coup, si google me fait la tête, je ne perdrais que 50% même si c’est beaucoup ;)

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén