Je pourrais vous traiter de sapajou à cornes sans que vous le sachiez…

Je ne sais pas ce qui arrive aux blogueurs – et aux créateurs de sites – en ce moment, mais j’ai l’impression que la mode du gris sur blanc refait surface…

C’était déjà une hérésie il y a quelques années, mais aujourd’hui, à l’ère des smartphones, où 95% des consultations de sites & blogs sont faites via ce média, c’est encore pire.

Si je vous écris quoi que ce soit comme ça, et que vous êtes dans la rue en plein soleil avec votre téléphone, je me demande comment vous pouvez lire ça. Je pourrais vous traiter de sapajou à cornes, que vous ne le sauriez même pas.

Et pourtant, le nombre de sites ou de blogs qui se croient « design » et dans le vent en écrivant comme ça est colossal.

Noir sur blanc…

Donc, au risque de passer pour un vieux croulant qui radote, je me permets de rappeler que la bonne couleur pour un texte qui se veut impactant, c’est noir ou gris très foncé sur un fond blanc ou très clair. L’idéal étant évidemment du noir sur blanc.

La grille est facile.

Quand on s’y connait un peu en html, vous avez les couleurs web qui vont du #000000 (noir) au #FFFFFF (blanc).

Les deux premiers chiffres, c’est la quantité de Rouge, les 2 suivants c’est la quantité de Vert, les 2 derniers, la quantité de Bleu.

Pour obtenir du gris, il faut que les 3 groupes de chiffres soient identiques.

Ainsi, les nuances de gris partent de #010101 à #FEFEFE

Les 14 nuances de gris primaires

Avec les infos ci-dessus, voici donc les 14 « codes couleur » de base d’un texte en gris :

  • #111111
  • #222222
  • #333333
  • #444444
  • #555555 -> Nuance maximale lisible.
  • #666666
  • #777777
  • #888888 -> Quand on commence à écrire comme ça, ça devient quasi illisible.
  • #999999
  • #AAAAAA
  • #BBBBBB
  • #CCCCCC
  • #DDDDDD
  • #EEEEEE

Vous comprenez, avec ce nuancier, que si vous souhaitez que votre texte soit lisible, son code couleur ne doit pas commencer au dessus de 5 avec un fond blanc.

Tout ce qui est au-dessus est difficilement lisible, tout simplement.

Si votre public est jeune, vous pouvez vous permettre d’aller un peu au-dessus. Mais si votre lectorat a plus de 35 ans, sachez que c’est très très pénible pour eux de lire des polices qui démarrent à plus de 5. Donc ils s’arrêtent, tout simplement.

Et notez également que le mieux, c’est le noir sur blanc. Toujours.

Les journaux sont écrits comme ça, les livres aussi. Ce n’est pas pour rien…

Les adeptes du design sont sûrement déjà morts à la lecture de ce texte, mais on s’en fout parce qu’ils n’arriveront jamais à lire ça…

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez recevoir :

  • Chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail,
  • Un article complet, pratique et inédit chaque semaine, non publié sur le blog et réservé aux seuls membres, à consulter par mail et/ou à télécharger en PDF,
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et recevoir tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Cette erreur stratégique qui m’a fait perdre 5000 €

Suivant

Les règles d’or de la rédaction web

  1. Bonjour,
    Cela m’agace profondément tous ces textes en gris. Dès qu’il y a le moindre reflet, on ne peut plus le lire.
    Sapajou à cornes, c’est quoi au fait?
    Belle et douce journée

  2. Yvon

    Tout à fait d’accord avec toi. Effectivement tu « radotes ».

    Mais c’est du simple bon sens. Je crois d’ailleurs me souvenir que tu avais dit que si tu tombes sur une page illisible, tu la refermes immédiatement !

    Toujours un très grand merci pour tes articles quotidiens.

    Elisabeth

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER