Ils vous proposent !

Je suis à New York pour quelques jours. Je peux ainsi être témoin en direct des « stratégies » commerciales qui se pratiquent ici dans la rue pour vous vendre n’importe quoi…

Ca a commencé à la sortie de l’aéroport… Il y a 11 personnes (pas 1, pas 5, pas 10 : ONZE) qui m’ont demandé si je voulais un taxi !!

Puis quand je suis arrivé à Time Square, il y a eu plus de 25 personnes habillées en rouge qui ont voulu me vendre un tour de New York en bus à deux étages… Certains ont voulu me vendre des hot dogs, des parapluies, des tee-shirts, des montres…

On m’a filé 3 CD de musique en me disant que c’était gratuit. J’ai dit non merci : « BUT IT’S GRATIS !!! ». J’ai dit OK… Ils m’ont dit « On voudrait un petit don, par contre si c’est possible ». Je leur ai tendu une pièce de 1 dollar. L’un des gars m’a dit « On ne prend pas les pièces, on ne prend que les billets ». J’ai dit « alors désolé, j’ai pas de billet ». Ils m’ont repris les CD…

Et l’apothéose, ça a été quand un gars déguisé en moine tibétain a voulu me donner une image dorée… pour me vendre un habit de moine !

Bref… à New York, la vente est PARTOUT ! Vous ne pouvez pas faire 15 mètres sans croiser un vendeur à la sauvette. Où que vous soyez…

Et ça continue ailleurs que dans la rue…

Quand vous prenez un petit dèj’, ils essayent de vous en mettre plus et encore plus. Ils vous recommandent ce dessert vraiment très bon, cette bière qui va bien avec ces patates, ce jus d’orange plus grand, mais hors formule… Quand vous achetez une place pour un monument, ils vous proposent AVANT TOUT les versions au-dessus (avec un guide, un bouquin, un audio, une ligne où on n’attend pas, la possibilité de revenir dans la journée autant de fois qu’on veut, etc.)

Les commerçants new-yorkais sont nés avec des stratégies commerciales en intra-veineuse. Ils se moquent TOTALEMENT de savoir si ça vous dérange ou pas, ils vous proposent. A côté de ça, ils sont très sympas et proches de vous, quoi que vous preniez. C’est juste dans leur culture de proposer plus.

Faut s’habituer… En France, on est plutôt pudique à ce niveau. Et je parlais des formules il y a quelques jours, mais ce que je vois là, c’est juste un autre monde.

Donc, sans forcément tomber dans l’excès que je peux constater toutes les 5 minutes à New York, je suis sûr qu’en réfléchissant 5 minutes sur VOTRE business, vous POUVEZ proposer mieux.

Si vous faites des événements ou des conférences, proposez des places VIP deux fois plus chères. Plein de personnes seront ravies de vous les acheter. Proposez même une version « platine » avec des places 6 fois plus chères. Trouvez un truc pour les clients « spéciaux ». Il y en a plus que vous ne le croyez.

Si vous faites des formations en ligne, proposez au moins 2 versions de plus. Une avec une place à 1,5 fois le prix de base, et une avec 3 fois le prix. Créez des groupes privés, greffez un live en présentiel, des rencontres avec des experts, n’importe quoi qui fera grimper le prix de la formation.

Si vous vendez des produits en ligne, proposez la version envoyée par courrier, des études de cas, des exemples des extensions, des produits supplémentaires, des attentions spéciales, une garantie plus longue… Mais donnez le choix entre 3 options le plus souvent possible.

Non seulement vous aurez un CA plus élevé, des clients qui dépensent plus car vous vous occuperez plus d’eux, mais en plus, vous ferez baisser la valeur « monétaire » du produit tout seul. Ce qui fait que les gens auront encore plus l’impression de faire une bonne affaire en achetant chez vous.

Bref… Proposez plus !

Précédent

Suivre ou ne pas suivre…

Suivant

Tu l’as laissé tomber !!

  1. Geoffroy

    T’as raison Yvon.
    On est trop gentil et pas assez agressif.
    Pas besoin de faire comme les US mais au moins se donner la peine de proposer plus de possibilités.
    J’ai parfois l’impression que lorsqu’ on fait un produit, on est déjà content qu’il sorte et on pense au second produit à créer alors qu’on pourrait réfléchir sur comment doubler son prix d’abord. ;)

  2. Dans notre culture, il y a la peur du « non » …
    dailleurs, aux USA l’échec fait partie du parcours normal …
    alors qu’en France, c’est une tare !

  3. Il nous l’ont remonté comme une pendule notre Yvon, les New yorkais !
    C’est vrai que cela peut être lassant . Mais ils sont tellement passionnés. ils sont dans leur truc, quoi !
    Et finalement, le rejet renforce encore et encore la persuasion. Sujet d’un livre de Jia Jiang.

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER