RSS FB
 

Expérience…

30 juin

 e viens de lire cette citation d’Elizabeth Towne : “L’expérience n’est pas seulement le meilleur maître, c’est aussi le plus infaillible.

Je suis excessivement d’accord avec ça. Pas vous ?

Je trouve personnellement que dans cette époque où certaines personnes se déclarent “expert” parce qu’elles ont lu 3 livres sur un sujet quelconque ou qu’elles ont vu un reportage à la TV (certains encouragent même les gens à devenir “expert” comme ça), remettre un peu les choses en perspective n’est pas du luxe.

Car dans un apprentissage, rien ne remplacera jamais l’expérience. C’est en effet de loin la manière la plus rapide et la plus infaillible d’apprendre quelque chose.

experience-maitre-infaillible

Bien entendu, il n’est pas question de se passer du savoir de ceux qui sont passés avant nous. Pas du tout. Le savoir est primordial.

C’est ce qui permet de transmettre toute la connaissance et l’expérience passée aux générations futures.

L’expérience des autres...

Pour autant, les livres, les reportages, les histoires sont en général là pour raconter l’expérience et le savoir d’autres personnes.

Mais d’un point de vue personnel, le savoir, les livres, les reportages, ça reste de la théorie.

Pour que vous en profitiez vraiment, pour que vous SACHIEZ vraiment de quoi il s’agit, alors vous devrez en faire l’expérience vous-même.

Et c’est comme ça dans tous les domaines.

En fac de médecine, par exemple, on vous enseigne la théorie, issue de l’expérience et de la recherche des gens qui sont passés avant vous, mais on vous demande aussi d’expérimenter les choses par vous-même avant d’exercer.

Parce qu’il n’existe pas une seule institution assez folle pour laisser un médecin ou un chirurgien exercer s’il n’a pas eu des années de vraie pratique physique de la chirurgie et de la médecine.

C’est comme pour le blogging, l’affiliation ou le copywriting...

Vous pouvez décider un jour d’acheter des livres sur ce sujet. Ou de vous abonner à des formations. Si vous ne faites que lire, alors vous n’irez pas bien loin. Seule l’expérience réelle que vous en aurez donnera vraiment de la valeur au savoir qu’on tente de vous enseigner.

C’est en cela que l’expérience est le seul vrai maître que l’on devrait écouter. Et c’est pour cela que malgré tout ce qu’on vous aura dit, c’est uniquement en expérimentant les choses par vous-même que vous arriverez au final à acquérir les compétences nécessaires.

Vous saurez aussi ce qui vous convient vraiment, et ce qui ne vous convient pas. Et ça c’est absolument infaillible !

Et juste au cas où…

Et si l’idée vous venait de tenter (je dis bien tenter) de transmettre un savoir que vous n’avez lu que dans un livre, ou dans une formation en ligne, sans l’avoir expérimenté, comment vous dire... Abstenez-vous bien sûr !

Mais je sais bien qu’il ne vous viendrait jamais à l’idée de faire un truc pareil...

Y’en a par contre... :hin:

 

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ? Dites-leur qu'il existe !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Et si on restait encore un peu ensemble ? Choisissez :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags: , ,

N'ayez pas peur de donner votre avis :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. Clément

    19 juillet 2013 at 12 h 57 min

    Salut Yvon,

    Tout ce que tu dis est vrai. Notamment pour le statut « expert » qui est employé à toutes les sauces aujourd’hui. Et le blogging n’en fait pas exception.

    Le problème, c’est qu’aujourd’hui on pense que lorsqu’on en sait plus que 99% des gens sur un domaine, on devient expert.

    Mais que dire des journalistes qui à travers leurs articles, cherchent à nous apprendre des trucs ? Et qui se reposent sur les expériences et le savoir des autres. Que ce soit pour perdre du poids, lancer une entreprise ou courir un marathon.

    C’est quand même le lot de bien des magazines. Même si parfois, il font appel à la parole des « experts » directement dans leurs colonnes, ils se basent avant tout sur leur travail de journaliste pour synthétiser l’information et la rendre pratique au plus grand nombre.

    Alors, bien sûr, eux ne se considèrent absolument comme des experts, car ce sont des journalistes :hin:

    Mais dans ce cas, ne pourrait-on pas envisager par exemple de faire connaître l’expérience des autres, les études et autres recherches menées dans le domaine, à travers ses écrits, sans pour autant se targuer de la casquette de celui que tu sais ? De celui qui a tout testé ?

    Le truc, c’est que quand on tiens un blog, qu’on écrit des articles sur un sujet donné. Pour peu que ces articles intéressent les gens, ce sont eux mêmes qui ont tendance à nous considérer comme expert, même si on n’y a fait mention nulle part sur son site.

    Bonne journée.

    Clément

     
    • Confucius

      19 juillet 2013 at 13 h 00 min

      Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve

       
    • Xavier@ club du succès Internet

      19 juillet 2013 at 15 h 03 min

      Salut Clément,

      Le problème, c’est qu’aujourd’hui on pense que lorsqu’on en sait plus que 99% des gens sur un domaine, on devient expert.

      Si seulement 99% blogueurs maîtrisaient leur domaine, nous serions à l’abri de certains travers observé sur le web Francophone aujourd’hui.

      Amicalement,
      Xavier

       
    • Yvon

      19 juillet 2013 at 15 h 11 min

      Salut Clément,

      Un conseil n’a de valeur que celle que tu lui donnes après l’avoir testé toi même (la fameuse expérience).

      Je crois que mon article veut dire ça (et je crois que j’ai oublié ce point d’ailleurs).

      Quand tu lis un conseil de journaliste, c’est à toi ensuite qu’il appartient soit de le valider avec un autre conseilleur, soit carrément de le tester pour voir si c’est viable.

      sans pour autant se targuer de la casquette de celui que tu sais ?

      De qui parles-tu ? 2 autres commentateurs m’ont dit à demi mot que j’étais énervé contre quelqu’un. Ce qui n’est pas le cas. De qui parle-t-on ?? :hin:

      Bonne journée

      Yvon

       
      • Clément

        19 juillet 2013 at 16 h 18 min

        Je parlais de la casquette de l’expert en général, c’est tout. Je ne visais personne en particulier. :hin:

        Comme quoi, tout ce qui peut-être compris de travers (ou d’une toute autre façon) a de grandes chances de l’être.

        C’était simplement pour ne pas répéter le mot une énième fois.

        Mais je sais que parfois je suis hélas le seul à comprendre ce que je raconte (ça fait beaucoup de « je » tout ça)

        Merci pour ta réponse.

        Au passage, c’est dommage qu’il n’y ait plus le petit compte à rebours après publication du commentaire pour corriger ses fautes éventuelles…

        Clément

         
  2. Madeleine

    19 juillet 2013 at 13 h 19 min

    Hello Yvon,

    Est-ce une réaction à fleur de peau, une manière de dire les choses tout en douceur ?

    Je signe ton article d’aujourd’hui.

    Je retiens surtout le mot : EXPERIENCE. Avoir l’expérience de ce que l’on transmet, de ce que l’on fait, de ce que l’on dit … et cela dans tous les domaines.

    Et dire que l’autre jour je suis tombée sur un blog de cuisine ou l’auteure présentait une recette qu’elle n’a jamais testée … si, si, je te jure. A tel point que je n’ai pas retenu le nom, mais qu’importe.
    Je cherchais une recette originale, je l’ai trouvée et rien ne me dit que c’est bon tant que je ne l’ai pas expérimentée, testée. D’autres feraient la recette directement pour leurs invités.

    Bon exemple, tu ne trouves pas ?

    Ceci dit, il est vrai que je vois passer des offres de formation dans mon domaine et je suis souvent surprise de voir que les personnes qui la donnent n’ont JAMAIS suivi un séminaire ou ont été suivi en accompagnement par un professionnel en psychologie. C’est grave, elles ont un savoir mais elles n’ont pas l’expérience de ce que c’est que de parler d’elles, de découvrir comment elles arrivent à régler leurs problèmes.

    Je pense que cela concerne bien des domaines.

    J’ai envie de reprendre ton article et de le mettre dans le dynamisme de mon domaine. Es-tu d’accord ? Bien sûr, je citerai ma source.

    Tout bon week-end à toi. A bientôt.
    Madeleine

     
  3. Marie

    19 juillet 2013 at 13 h 27 min

    Bonjour Yvon,

    En effet le terme d’expert a été mis dangereusement à la mode par un certain nombre de formations et de blogs qui prétendent que nous sommes tous des experts potentiels moyennant la lecture de deux-trois livres ou formations.
    Quand tu dis que certains n’ont lu pour cela que 3 livres, ce n’est même pas toujours le cas : un livre par sujet et encore.

    Inversement il ne suffit pas de pratiquer ou être diplômé de quoi que ce soit pour être compétent : les exemples pullulent dans tous les domaines de la vie non virtuelle.

    Celui de la médecine n’est d’ailleurs peut-être pas le mieux choisi. Pour ce qui est par exemple de la prévention des maladies, qui devrait pourtant par essence être son objectif premier…pour le lien alimentation-maladies idem.
    La théorie n’est même pas assurée, au vu du nombre d’heures consacrées à ces deux domaines dans les études de médecine.

    La situation n’est donc pas simple en réalité.

    Cordialement.
    Marie.

     
  4. kksinfotel

    19 juillet 2013 at 14 h 16 min

    Salut Yvon,

    une citation qui illustre bien cet article est la suivante: « il y a un écart moindre entre la théorie et le savoir; qu’entre le savoir et la pratique »

    La pratique permet d’entériner ce qu’on a appris.

    Sans la pratique, la théorie ne vaut rien. ;)

     
  5. sylvie

    19 juillet 2013 at 14 h 24 min

    Très bon article!

    Les supposés coachs devraient le lire! Cependant il y a un point dont tu ne parles pas… les « enseignants »…

    Je me souviens d’une phrase qu’on m’avait déjà dite il y a plusieurs années à propos des professeurs. Elle disait, en gros, ceci:

    « Lorsque tu n’es pas bon dans ton métier, deviens professeur. C’est le seul moyen de travailler dans ce domaine. »

    Malheureusement, cette phrase s’est bien souvent avérée vraie…

    Des avocats qui n’ont pas brillé par leurs réussites ont été embauchés pour enseigner le droit.

    Des finissants en médecine qui n’ont pas réussi à se faire embaucher sont devenus enseignants en médecine.

    Des francophones qui ne sont pas parfaitement bilingues sont devenus professeurs de langue étrangère.

    Des prêtres n’ayant jamais, de par leur vœux de chasteté, vécu en couple, ont mis en place des cours de préparation au mariage.

    Des internautes ayant lu qu’il est possible de s’afficher « spécialiste » en lançant une formation à fort prix dès le départ se disent aujourd’hui coachs et certains, sans aucune formation de coaching particulière, vont même s’annoncer « coachs de coachs ».

    Le web francophone est comme une grande salle de classe, dont plusieurs « étudiants » se croient encore en récrée, qui n’a pas d’enseignant spécialisé et compétent.

    Chacun tente de s’en sortir au mieux car le temps des examens approche et il faudra faire de son mieux pour passer à l’étape suivante.

    Alors on s’accroche à celui qui a plus confiance en lui et qui se croit plus compétent. On croit ce qu’il dit de lui, que ce soit les témoignages bidon dont il parsème ses sites, ses revenus faramineux dont personne n’a vu la preuve, etc.

    On essaie de lui soutirer un maximum d’informations pour tenter de sortir de cette noirceur dans laquelle la plupart sont toujours. Le web est, pour plusieurs, la dernière chance de remonter la pente financièrement. Alors on y cherche un prof capable de nous inculquer son savoir en 2 secondes moyennant un certain montant. Mais la connaissance, comme tu l’écris si bien, sans pratique ni expérience, n’a que peu de valeur et on ne peut pas accuser la formation ou le formateur.

    Il est donc difficile de lancer la pierre à ceux qui acceptent de transmettre ce qu’ils ont appris. Est-ce la meilleure formation disponible? Peut-être pas. Mais quand la personne a fait un certain travail dans ce domaine et qu’elle se donne la peine de partager ses acquis, je ne peux que me dire:

     » L’amateur qui partage ce qu’il sait, est un meilleur professeur que le spécialiste qui se tait. »

    Bonne journée !

    Sylvie Laflamme

     
    • Xavier@ club du succès Internet

      19 juillet 2013 at 16 h 00 min

      Salut Sylvie,

      Très bonne analyse.

      C’est plus facile d’enseigner la théorie que d’enseigner la pratique.
      Mais un enseignement bien fait implique les deux phases. la phase pratique qui peut comme tu le dis être enseigner par un feignants, et la phase pratique qui elle, nécessite d’avoir de l’expérience.

      Amicalement,
      Xavier

       
  6. Olivier@entreprendre

    19 juillet 2013 at 14 h 30 min

    Oui, les termes « expert », « formation », « coach » sont complètement galvaudés par certain(e)s sur internet …
    et pour assoir cette réputation, ils se servent de témoignages de clients qui ne s’y connaissent pas, c’est donc facile de se voir décerner des médailles … en chocolat pour la plupart !

    Je crois bien qu’un de nos « amis » t’a un peu « énervé », çà me rappelle une discussion que j’avais eu il y a 2 ans avec un blogueur copywriter … ;-)

     
    • Yvon

      19 juillet 2013 at 15 h 20 min

      Salut Olivier

      Personne ne m’a énervé cette fois-ci. Je parcourais un bouquin sur les citations ce matin au réveil, et je suis tombé sur celle là… L’idée de l’article a suivi…

      Alors qui est cet « ami » dont tu parles ?

      Bonne journée

      Yvon

       
  7. Xavier@ club du succès Internet

    19 juillet 2013 at 14 h 56 min

    Salut Yvon,

    Tes articles comme je les aime.

    Rien comme tu le dis, vraiment rien au monde ne peut remplacer l’expérience.
    L’expérience lui par contre peut remplacer un « GROS » diplôme.

    Lorsque je me formais en Maintenance et Administration des systèmes Informatiques, j’ai appris pas mal de trucs sur le fonctionnement des ordinateurs.

    Interpréter les signaux, comment les dépanner, mais c’est seulement l’expérience acquise après plusieurs années de pratique sur le terrain qui me permet de faire la différence face à des situations vraiment compliquées.

    Au début bien sûr, ce n’était pas aussi facile.

    Comme tu le dis, c’est pareil dans le blogging et le web-marketing.

    Il y a des gens comme tu le dis qui s’autoproclament expert dans tel ou tel domaine simplement parce qu’ils ont lu quelques articles sur le sujet. Du coup, ils essaient même de créer des e-formations dans ce domaine. ( ce qui est vraiment grave).

    Je n’est rien contre tous ceux qui veulent gagner de l’argent à tous prix sur Internet ( d’ailleurs j’en fait parti), mais je pense qu’il faut un peut d’étique si on veux vraiment réussir.

    C’est en cela que l’expérience est le seul vrai maître que l’on devrait écouter. Et c’est pour cela que malgré tout ce qu’on vous aura dit, c’est uniquement en expérimentant les choses par vous-même que vous arriverez au final à acquérir les compétences nécessaires.

    Bien vu Yvon

    Amicalement,
    Xavier

     
  8. Geoffroy

    19 juillet 2013 at 15 h 20 min

    Salut Yvon,

    Ton article tombe à pic, si je peux m’exprimer ainsi.

    Je suis actuellement en train de réfléchir sur un possible changement professionnel dû au fait que j’ai etudié le marketing, le copywriting, le blogging etc… depuis près de 5 ans.

    Je ne m’estime pas être un expert car, à mon sens, il faut au moins 10 années de pratique alors que je n’en ai à peine 5. Et encore, je n’ai pas travaillé à temps plein sur ces domaine depuis 5 ans.

    Depuis un an, j’ai commencé à aider une entreprise dans ce domaine, je viens d’en prendre une autre il y a un mois et une troisième est aussi d’accord pour que je l’aide à développer sa clientèle.

    Penses tu que c’est raisonnable de se mettre dans ce créneau sans avoir énormément d’expérience, mise à part ses propres tests effectués sur son propre business et quelques retours positifs sur mon premier client ?

    Geoffroy

     
    • Yvon

      19 juillet 2013 at 15 h 31 min

      Salut Geoffroy

      Comme je le disais à Clément, un conseil n’a vraiment que la valeur que celui qui le reçoit lui donne.

      Et je ne pense pas qu’il soit judicieux de parler de « durée » quand on parle d’expérience.

      En ce qui me concerne, par exemple, je ne me considère expert en rien du tout. Je ne fais du blogging que depuis 2 ans et demi, du copywriting depuis environ 30 ans (plus ou moins), du php depuis que ça existe, et de la chimie en amateur…

      Ca ne m’empêche pas de donner des conseils en ci ou en ça… Est-ce que je dis à mes lecteurs de suivre à la lettre ce que je dis ? Bien sûr – et heureusement – que non.

      Le dicton qui dit « Les conseilleurs ne sont pas les payeurs » est vrai. Puisque ce sont les payeurs qui essuient les plâtres – ou pas – des conseils qu’ils ont suivi.

      Dans le cadre de l’entreprise, pose toi les vraies questions que voici : Quelle sera la nature de ton engagement vis à vis de l’entreprise que tu souhaites aider ? Passeras-tu un contrat ? T’engageras-tu sur un résultat ? Est-ce que la pérennité de l’entreprise en question dépendra de ce que tu vas leur dire ?

      Quand je donne des conseils en copywriting sur ce blog, ces conseils n’engagent que moi. Ils sont basés sur mes opinions, et sur ce que j’ai appris et expérimenté tout au long de ma vie. Les lecteurs les suivent, ou pas. Ca les regarde. Ce ne sont que des conseils.

      Quand un client me demande une lettre de vente, tout change. Là je dois m’engager. Sur un résultat. Donc, mon expérience compte, mais surtout dans la décision du client de me choisir moi. Et il s’engage en le faisant. Il demande donc également un engagement de ma part ce qui est totalement normal.

      Donc, entre nous, ton expérience de 5 ans, c’est juste une vitrine que tu proposes à ton client pour qu’il te choisisse. L’important, c’est ce que toi tu penses que tu es capable de faire, car là ce n’est pas un concours de qui fait le mieux et de qui a la plus grosse expérience. Là c’est : Es-tu capable d’assumer la tâche de redresser une entreprise en modifiant son marketing ?

      C’est la seule question que tu devrais te poser, mon ami. ;)

      Bonne journée

      Yvon

      PS : Ce commentaire est également un conseil. Il t’appartient ou non de le suivre ;)

       
    • Xavier@ club du succès Internet

      19 juillet 2013 at 16 h 13 min

      Salut Geoffroy,

      Dans mon activité au quotidien, je me base sur le résultat obtenu en amont pour décider de la marche à suivre.

      Pour ton cas, je pense que les résultats obtenu avec les deux premières entreprises peuvent te permettre de savoir si tu peut continuer dans ce domaine ou pas.

      J’ai un principe qui me dirige dans tout ce que je fais.

      Le voici « Chaque problème à toujours une solution, mais il suffit de bien chercher pour mettre la main dessus ».

      Partant de cette réflexion. j’arrive toujours, quelque soit le cas à trouve la solution. Même s’il faut passer par un confrère.

      Amicalement,
      Xavier

       
  9. Claire

    19 juillet 2013 at 16 h 12 min

    Je suis d’accord avec toi,Yvon. Nous vivons à une époque où le « jeunisme » est mis à l’honneur. Après 40 ans on est déjà considéré comme « has been ». Le monde occidental est pourri par le « tout tout de suite ».
    On ne prend plus le temps d’étudier, de pratiquer. C’est peu rentable et trop « dur ».
    Déjà Descartes disait « cent fois sur le métier remettez votre ouvrage« .
    L’expertise ne s’acquiert qu’en mouillant sa chemise et en prenant le temps. Il est tellement plus facile de copier les autres sans se poser de questions; et si cela rapporte, tant mieux.
    C’est valable pour tous les domaines de la vie, pour toutes les études, les formations, les métiers, …
    On confond trop souvent le but et le point de départ : obtenir un diplôme n’est pas un but, c’est le début d’une longue histoire; se qualifier pour les Jeux Olympiques, idem; idem aussi pour un entretien d’embauche, pour une élection et bien d’autres choses.
    Quand l’enfant nait, l’histoire commence…
    Trop souvent on se réjouit d’avoir franchi la première marche; trop souvent on ne sait pas qu’après il y a un escalier à gravir.
    La diffusion rapide de l’information, l’accès à tout sans expérience nous plonge dans un monde d’apprentis sorciers surfant sur les 7 pêchers capitaux :
    – l’orgueil : être « the one », « the best », en mettre plein les yeux, avoir sa cour et ses caniches incrédules. Mais comme disait Victor Hugo, « l’orgueil a au moins cela de bon qu’il préserve de l’envie« ; et je rajouterais « et de la paresse ».
    – l’envie : de voir que d’autres arrivent à des résultats, sans même connaître les coulisses de leur(s) succès et entraîner autrui dans cette chasse aux trésors
    – la paresse : donner ? oui mais juste ce qu’il faut, pas un iota de plus; la paresse est très facile à atteindre, il suffit de ne pas trop se bouger
    – la luxure : le plaisir avant tout; le marketing (internet) joue habillement avec cette notion, carpe diem, n’en faites pas trop ! « cocotiers, plages dorées… le tout à votre portée »
    – l’avarice : surtout ne pas trop s’investir, cela coûte ! ne pas trop donner non plus, le filon pourrait s’épuiser
    – la gourmandise : plus, plus, plus et très vite
    – la colère : et oui, si cela ne marche pas il y a bien un responsable quelque part…

    Il devient bien difficile de dénicher les « imposteurs » des vrais experts. Ce n’est qu’en les côtoyant, les uns et les autres, qu’on se rend compte de leurs valeurs respectives.
    Et cela aussi c’est un apprentissage; je n’ai d’ailleurs pas encore vu de formation parlant de ce sujet. Serait-ce là un nouveau créneau ?
    Mais cela aussi coûte : il faut du temps, des investissements, des apprentissages, des échecs et des réussites.
    Et cela touche tous les domaines essentiels de la vie.
    Comment rencontrer/trouver un bon médecin, un bon kiné, un bon électricien, un bon boucher, un bon agriculteur, un bon formateur, un bon créatif, un bon associé, un bon conjoint, … honnête et bienveillant ?
    Bien souvent ces perles se cachent parmi ceux qui font le moins de bruit!
    Un bon conseil, lorsque vous pensez avoir trouvé cette perle ne la lâchez plus, même s’il y a moins cher et plus rapide ailleurs !

    Notre principal défi est de devenir expert de notre propre vie !
    Et là, quel défi !!

    claire

     
  10. EcoEcolo

    20 juillet 2013 at 3 h 35 min

    Bonjour,

    La vérité n’existe que dans l’expérience. L’expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n’éclaire que le chemin parcouru.

     
  11. Christian de Destresse Marketing

    20 juillet 2013 at 10 h 16 min

    Salut Yvon,

    Jamais, au grand jamais (c’est pour ça que j’ai déjà dépensé une fortune en formation de tout genres, c’est pour pouvoir parler un peu sur tout :D :D :D ).

    Enfin bref, la morale de l’histoire c’est qu’il faut en fait se méfier de ceux qui se prétendent être des experts.

    Moi, en matière de blogging, j’ai mes références.

    C’est un gars qui m’a dit qu’il était expert depuis 20 ans en blogging, création de blog wordpress, référenceur de milliards de Bill Gates…un vrai pro quoi.

    J’en avais un qui avait un superbe élevage de formateurs mais ils ont attrapé la maladie de Creutzfeld Jacob, du coup, j’ai moins confiance.

    On ne me la fait pas à moi!!!

    @+
    Christian.

     
  12. Magloire

    20 juillet 2013 at 20 h 49 min

    Bonjour les Amis.
    Bien sûr que l’expérience soit le vrai maître, ne bafouillons pas la Magie des Livres.

    De nos jours, Il ne suffit pas d’être entouré de ses parents et des personnes de bonnes intentions pour évoluer.

    Les personnes de votre environnement immédiat peuvent être habituées à des fausses pratiques depuis des siècles. Le fait que tout le monde soit habitué à de telles pratiques feront croire à la masse que ce sont de bonnes pratiques.

    Il faut forcément avoir le discernement pour sortir de la masse ignorante routinière. Et, pour sortir vraiment du lot, l’homme doit lire des livres utiles relatifs et pratiques.

    A la première vue, celui qui lira le présent article et qui ne fait pas attention peut croire que l’auteur est contre la lecture des livres. Non?

    Personnellement, ce qui m’aide beaucoup dans ma vie en général se présente comme suite:
    1. Le désir de la recherche, le diagnostique;
    2. Le pouvoir de la lecture;
    3. L’esprit analytique,
    4. La volonté de la pratique.

    L’expertise naît de l’expérience. l’expérience naît de la pratique quotidienne. Mais, la lecture précède et accompagne les deux.

    Je suis en début de carrière sur le net. Quand j’ai lu, sur ce blog, l’article  » Comment créer un ebook et le mettre en téléchargement sur son blog  », j’ai considéré Yvon comme mon expert dans ce domaine. Aussi Yvon peut apprendre de quelqu’un qu’il considérerait comme son expert. C’est ainsi que d’autres qui apprennent de moi, pourraient me considérer aussi comme leur expert.

    Sur toute la ligne, nous somme tous des élèves. Monsieur Yvon, veuillez accepter que je vous appelle mon expert si vous m’ apportez réellement des solutions pratiques aux problèmes contextuels que je vous pose et, laissez les autres se considérer aussi comme experts dans leur domaine.

    « AVANCEZ ET LAISSEZ ALLER »

    Il n’y a pas de grade plus élevé que celui de  »Elève »:
    Expert? Docteur? Spécialiste? N’ y a-t-il pas toujours quelque chose à apprendre?

    Expert, n’est-il pas relatif?
    Bien sincèrement

    Magloire de SUCRE

     
  13. Catherine

    23 juillet 2013 at 13 h 52 min

    Bonjour Yvon,

    Oui, tu as raison.

    Et c’est pour ça que j’envie les indépendants qui ont une activité marketing : ils peuvent tester les théories sur leurs propres activités.

    Pour ce qui concerne les autres activités : c’est toujours un peu délicat de tester quelque chose pour un client.

    Sans compter, qu’il faut que nous nous mettions aussi au marketing ! Pffff!

     
  14. Bernard

    3 août 2013 at 11 h 09 min

    Bonjour à Toutes et Tous,

    En lisant les premiers mots, de cet article, trois notions me viennent directement en tête. D’une part, « l’expérience est la somme des erreurs » et, d’autre part, « La critique est facile, l’Art est difficile ». Cela je ne sais plus qui l’a dit, mais c’est bien fait.

    Pour ma part, j’ai pu exercer mes différents talents dans bien des domaines, uniquement pour comprendre de quoi il s’agissait (les règles, le fonctionnement, … et la passion que l’on peut avoir pour le sujet). Ces domaines étaient surtout axés sur le sport, mais aussi la cuisine, les antiquités, ….
    Dans ma profession, j’ai aussi eu à faire avec des « experts » … qui en connaissaient moins que moi sur la spécificité de mon travail, mais eux,
    Par contre, au point de vue « blog », j’ai suivi les conseils d’un « expert » et … cela fait trois mois que je patauge dans la choucroute pour essayer de mettre quelque chose de valable sur la toile. Comme quoi …
    « Tout est relatif, en ce bas monde », telle est ma troisième notion,
    même dans des domaines aussi spécifiques que l’Histoire.
    Pour ma part, une personne qui n’a fait que lire l’un ou l’autre livre n’est pas vraiment un expert…
    Rien de tel que la pratique

     
  15. nicoplanet

    14 septembre 2013 at 20 h 53 min

    je suis d’accord avec Elisabeth Towne et avec tes commentaires.
    Selon moi c’est cet aspect « infaillible » de l’expérience qui rend le chemin de chaque personne Unique.
    C’est pour cela que sans arrêt j’encourage les jeunes et moins jeunes à vivre LEUR expérience, même si elle va à l’encontre des codes établis. Car c’est elle qui va leur permettre de mieux se connaître et de grandir, beaucoup plus sûrement que si on les obligeait à suivre les pas des autres.
    C’est elle qui va leur permettre d’exprimer LEUR créativité et de trouver la stabilité intérieure.