Et si vous augmentiez le taux de clic sur vos liens dans Twitter ?

Je ne vous apprends rien : Twitter est l’endroit le plus approprié pour partager des infos, mais aussi pour parler de vos articles de blog, et par conséquent, contribuer à faire connaître votre prose autour du monde.

Quand vous écrivez un tweet pour que vos suiveurs viennent lire votre article de blog (ou celui d’un autre), vous faites ce qu’on appelle un tweet de contenu.

C’est à dire que celui-ci se compose d’un texte (en général le titre de l’article) et d’un lien court vers votre blog (le contenu).

Dans cette discipline, il y a une difficulté majeure. Vous allez comprendre.

En effet, lorsqu’on écrit une info sur Twitter, c’est juste une info. L’objectif est qu’elle soit lue, et, à la rigueur, retweetée.

Mais lorsqu’on écrit un tweet de contenu, il y a une action supplémentaire à prévoir… Le clic sur le lien.

twitter-clic

Brian Clark, du blog Copyblogger, a constaté que la règle des 80/20 s’applique également à ça : 80% de gens lisent les tweets de contenu, mais seulement 20% cliquent sur le lien.

Calculer votre taux de clic sur Twitter

Dans l’absolu, il est impossible de savoir combien de personnes lisent vos tweets.

On pourrait partir sur le nombre de suiveurs que vous avez, mais si on prend mon exemple, je ne suis jamais sur twitter, et donc je ne suis pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un vrai suiveur.

Donc forcément, les chiffres qui suivent seront forcément pessimistes, puisqu’on ne peut savoir combien lisent vos tweets. D’un autre côté, sont inclus dans les clics les différents retweets obtenus, donc ça compense.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez déjà faire une moyenne de vos clics "bruts" mensuels pour vous donner une idée.

Pour ce faire, suivez ce plan en 4 étapes :

  • Comptez le nombre de tweets de contenu que vous avez fait en 1 mois.
  • Ensuite, allez voir dans Analytics le nombre de visites que vous a amené Twitter (sites référents, puis Twitter.com + t.co)
  • Divisez vos visites par le nombre de tweets postés, vous avez alors le nombre de clics moyens obtenus sur vos liens dans Twitter.
  • Pour calculer votre taux de clic, divisez ce nombre de clics par le nombre de suiveurs que vous avez.

Voici par exemple mes chiffres pour le mois d’août 2011 :

  • 12 tweets de contenus postés
  • 289 visites via Twitter
  • 289/12 = 24 clics en moyenne
  • Nombre d’abonnés au 31/08 : 392.
    Taux de clic moyen : 24/392 = 6,12%

Et pour le mois de septembre :

  • 8 tweets de contenus
  • 313 visites via Twitter.
  • Nombre de clics moyen : 39
  • Taux de clic moyen : 39/417 = 9,35%

A vous de calculer le vôtre.

Comment améliorer le nombre de clics sur ses tweets de contenu

Votre objectif du jour va donc être de travailler un peu plus vos titres d’articles pour qu’ils soient adaptables sur Twitter, et que vos tweets arrivent à mener de plus en plus de gens chez vous.

Pour cela, voici quelques règles de copywriting :

1. Faites court et concis

Selon Julian Lewis Watkins et son étude sur les 100 meilleures publicités jamais écrites (livre en anglais), 95% des meilleures accroches ont un maximum de 8 mots.

Ca ne veut bien entendu pas dire que vos tweets doivent impérativement respecter cette règle, mais dans la mesure du possible, plus votre titre sera court et puissant, et plus vous devriez avoir de clics.

En plus, dans Twitter, il y a une limite imposée en nombre de caractères (140 maxi). Mais ne calculez pas trop vite.

Un tweet de contenu comporte un lien, qui prend environ 20 caractères, ce qui vous en laisse 120 pour le titre, mais il faut aussi prévoir que certains de vos suiveurs vont retweeter votre message.

Donc laissez l’équivalent du nombre de caractères de votre pseudo Twitter + 5 libres pour permettre le Retweet.

Par exemple, pour YvonCAVELIER, ça fera 12 + 5 = 17 caractères à laisser, car le retweet donnera ça : RT @YvonCAVELIER ou via @YvonCAVELIER

Je dispose donc de 140 – 20 – 17 = 103 caractères pour écrire mon titre, ce qui donne, pour des mots de 7 lettres en moyenne, un maximum de 14 mots.

A adapter bien sûr avec votre cas personnel, mais on peut partir sur un maximum de 105 caractères en moyenne pour votre titre.

2. Soyez utile pour vos lecteurs

Utile, ça veut dire que votre titre doit apporter quelque chose de concret et d’avantageux à votre lecteur.

Ici aussi, on parle d’avantages, et pas de caractéristiques.

Préférez donc toujours des titres qui promettent de grands moments une fois qu’on aura cliqué sur votre lien.

C’est ce que je m’efforce de faire avec mes titres d’articles. En rajoutant notamment le mot "Pour…" aussi souvent que je le peux.

Comme ça je réponds à la question implicite qui arrive à vos lecteurs quand ils voient votre titre : "Pourquoi j’irais lire ça ?". Pour

Exemples :

  • Copywriting Pratique : Le blog de référence POUR vendre plus
  • A télécharger : 66 badges de garantie POUR rassurer les clients sur vos pages de vente
  • La technique la plus efficace et la plus rapide qui existe POUR faire venir du monde sur son blog
  • L’art d’écrire des tweets de contenu à la façon d’un copywriter POUR être plus lu

3. Préférez une question

Quand on pose une question, on s’attend à une réponse. C’est naturel.

Le lien qui suit devient donc LA réponse à cette fameuse question, et cela favorise les clics.

Bien entendu, variez les plaisirs. Ne mettez pas QUE des questions.

Je vous rappelle quelques mots qui débutent les questions qui font cliquer ?

En voici quelques uns :

  • Laquelle de ces…
  • Quel…
  • Pourquoi…
  • Comment…
  • Combien de…
  • Où…
  • Qui…

4. Essayez la flèche à la place des deux points

Vous avez le choix.

  • Soit comme ça : >>
  • Soit comme ça : –>
  • Soit carrément comme ça : ►
  • Ou comme ça : →

Faites des tests.

Une flèche, ça focalise l’attention.

Je visitais le blog de Maurane (la chanteuse), hier, elle utilise plein de caractères spéciaux dans ses tweets. Ca surprend, mais ça attire l’attention.

N’en abusez pas bien sûr, mais de temps en temps, pour vraiment attirer l’attention sur un article particulièrement important pour vous, utilisez-les.

Pour le faire, vous pouvez aller dans Word, ou dans OpenOffice, et faire "Insertion" + "Caractères spéciaux". Vous choisissez la flèche que vous voulez, et ça la colle dans votre document, vous n’avez plus ensuite qu’à copier et coller dans Twitter.

Vous pouvez aussi la copier à partir de cette page dans la liste ci-dessus.

A vous de jouer !

Je tiens à vous préciser une petite chose à mon sujet sur Twitter et consorts avant de conclure :

Twitter est un endroit où on discute, et où on échange de bonnes infos. Enfin, je crois que c’est surtout sa fonction première.

C’est une sorte de mini réseau social et à ce titre, je pense que le considérer UNIQUEMENT comme un endroit pour faire son auto-promotion est une erreur à terme.

Pour tout vous dire, je ne suis pas vraiment très au fait de ce qu’il faut faire ou ne pas faire dans ce contexte, d’un point de vue "diplomatique" en tout cas.

Et pour être parfaitement honnête avec vous, je me sers très rarement de cet outil pour communiquer avec mes "suiveurs" sur autre chose que sur les articles de mon blog. En cela, je reconnais que ça doit être une mauvaise stratégie puisque ça contredit ce que je disais plus haut.

Je le confesse, j’ai énormément de mal avec les réseaux sociaux. Totalement hermétique à Facebook, utilisateur plus que rare de Twitter, et même quand on m’ajoute à Google+, je ne sais pas vraiment quoi faire en retour pour être "correct".

J’en suis désolé. N’y voyez pas là un quelconque snobisme de ma part. Juste un manque de temps et d’intérêt.

Tout ça pour dire que cet article n’a pas pour vocation de vous encourager à ne faire QUE des tweets de contenu pour auto-promotionner votre blog. Pas du tout.

Il vous explique juste COMMENT vous devriez faire pour améliorer votre taux de clics sur vos liens QUAND vous faites un tweet de contenu.

J’imagine que plus vous aurez de tweets de qualité, plus votre communauté aura tendance à vous suivre plus facilement.

Et donc, au milieu de toutes les supers infos et discussions que vous pouvez avoir avec vos suiveurs, si vous trouvez des sites ou des infos sympas à leur transmettre, vous ferez alors un tweet de contenu.

Dans ce cas, et dans ce cas uniquement, alors utiliser les quelques conseils de cet article devrait vous permettre d’être plus efficace et d’améliorer à terme le taux de clic sur vos liens via Twitter.

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :



Précédent

Comment récupérer des centaines de ventes perdues chaque année…

Suivant

Les 4 erreurs les plus communes qui font partir vos emails à la poubelle en 1 seconde chrono

  1. Tim

    Bonjour,

    Merci pour ces conseils pratiques et exemple.
    Je vais essayer de mettre en pratique,
    le plus rapidement possible sur mes comptes Twitter.
    Il va falloir que je soit plus concis… :-x

    Tim

  2. Salut Yvon,

    En fait je croyais qu’il fallait multiplier par le nombre de retweet divisé en fonction des « j’aime » auquel on a additionné les clics sur G+.

    J’obtenais comme ça la liste des tweeter qui faisait partie des 80% en choisissant les mots à sélectionner pour les 20% restants.

    En complément, je recevais aussi l’âge du capitaine mais c’était moins important.

    Comme quoi, le nombre de méthode égale les identifiants de vos abonnés.

    @+
    Christian.

  3. Bonjour Yvon,
    Je suis Marie Da Cruz de Mon Blog est un Roman… et je tenais à te remercier infiniment pour cet article !

    J’ai appris des tas de choses à faire afin d’être (enfin !) lue sur Twitter ! Je ne connaissais pas du tout les détails que tu décris et qui sont inévitablement nécessaires pour accrocher les reteweets !

    Je vais d’ores et déjà m’y appliquer et merci encore !

    Je te souhaite une excellente journée !

  4. Premier de trois commentaires

    Pour envisager sérieusement attirer des lecteurs à ses articles sur blogue avec Twitter, il faut d’abord avoir foule d’abonnés à celui-ci.

    – Combien ?

    Des milliers, je pense. N’en ayant que 15, je ne peux pas en dire plus d’expérience personnelle.

    Si 20 abonnés sur 100 se rendent à l’article, ça ne fait que 200 visiteurs par millier. Je trouve plutôt irréaliste qu’optimiste ce 20/80.

    Pour un internaute débutant, inconnu, sans point fort, je n’espérerais pas plus de 10 visiteurs au mille. Mon politicien préféré est loin d’avoir 10 visiteurs au mille ou je ne connais rien à Alexa.

    J’ai à l’oeil ce super talent de chez-nous qui a fait auparavant ses preuves en journalisme internet. Il a ce midi 39,983 abonnés

    Son site se méritait le rang mondial Alexa 2,345,968 le 12 octobre, le mien le rang 2,710,238. Est-ce que la toolbar expliquerait toute la différence proportionnelle ! Je ne crois pas.

    • Bonjour Robert

      Le succès réside dans le nombre de message que tu mets. Avec un seul message, bien évidemment, le résultat sera faible. Mais au fil du temps, en fonction de la teneur de ce que tu dis, alors de plus en plus de suiveurs viendront te voir. Il ne faut pas imaginer que ça va fonctionner très fort sans rien faire ;)

      Yvon

      • J’en conviens Yvon.

        Le fait est que le blogue dont je me suis servi pour expérimenter Twitter n’a de nouveaux messages qu’une fois par mois : des statistiques d’évolution sur le rang Alexa des sites de partis politiques au Québec, sur l’augmentation du nombre de « j’aime » à leur Facebook et sur celui de leur nombre d’abonnés à Twitter. Je vois ces renseignements comme un complément, sinon une alternative aux sondages ou nombre de membres pour estimer leur évolution.

        Pour que ces statistiques soient lues par plus de personnes, il sera plus simple et moins coûteux de les mettre en lien sur un site déjà achalandé que de les annoncer sur mon Twitter. Commenter quotidiennement la nouvelle politique pour me constituer un lectorat est au dessus de ma disponibilité et de mes intérêts.

        Par contre, j’ai un autre blogue à contenu méthodologique. Sur ce dernier moins concurrentiel, j’aurais confiance de rassembler progressivement un court lectorat sur Twitter en m’abonnant au préalable au Twitter de centaines de personnes que ce sujet pourrait intéresser. Vous m’y faites réfléchir.

        • Bonsoir Robert

          Twitter est un endroit où l’on discute. Une sorte de grand salon ouvert à ses « amis » virtuels.
          Si vous voyez ça comme un simple moyen d’attirer du monde, ça ne pourra pas fonctionner. Quoi qu’il en soit.
          On devrait discuter au moins 10 fois dans la journée pour couvrir une large fourchette de disponibilités.
          Avec 300 messages par mois, on ne surcharge pas, et on ratisse large. Un seule message par mois, autant faire autre chose, hélas.

          Bonne soirée

          Yvon

  5. Merci Yvon. J’ai appris des choses.

  6. Je note que je devrai discuter sur Twitter si je m’y remets.

    Je le confesse, j’ai énormément de mal avec les réseaux sociaux. Totalement hermétique à Facebook …

    Je n’utilise pas plus que vous le compte Facebook que je me suis donné pour connaître un peu. Je devrais peut-être y mettre mes tableaux plutôt qu’à un blogue et y construire de mois en mois un groupe d’intérêt. Je me demande si mon but premier est simplement d’exposer des statistiques ou plutôt de convaincre.

    Les partis politiques que je file sur mon blogue préféreraient maintenant leur compte Facebook à leur site. Les liens que j’avais mis en widget texte sur mon blogue à leur site ont été réadressés à leur compte Facebook à mon insu. À leur demande ?

    Lors de mon suivi de partis politiques plusieurs mois avant et après une élection, j’ai observé que les internautes ne sont pas représentatifs de l’ensemble de l’électorat. Par exemple, à la veille de l’élection, les gens se disaient majoritairement insatisfaits du parti au pouvoir. Logiquement, celui-ci se méritait 9 fois moins de « j’aime » de Facebook que son plus proche concurrent. le jour de l’élection, incroyable, les deux partis recueille sensiblement le même nombre de votes.

  7. Bonjour,
    pour gagner en nombre de caractères je vous conseille fortement d’utiliser le service https://bitly.com/ qui raccourcit vos liens, avec la possibilité de consulter le nombre de clics sur le lien raccourci!

    En espérant que mon commentaire aidera, cordialement.

    Jean-Paul Debeuret

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER