Et à vous, ça vous viendrait à l’idée de faire un truc pareil ?

Il y a quelques jours, il est tombé chez moi en une journée l’équivalent d’une semaine de pluie habituellement.

Des cordes !

Des grosses gouttes bien dodues, du genre de celles qui vous trempent jusqu’aux os même avec un parapluie tellement elles sont lourdes et rebondissent sur le sol quand elles le touchent.

pluie

J’en étais donc là, en train de contempler ce spectacle par la fenêtre, tout en me disant que ce serait une belle aubaine pour le jardin, quand soudain, j’aperçois mon voisin qui s’avance sous la pluie battante, attifé d’un K-Way dernier cri, couleur bleu délavé façon génération 70.

Une curieuse façon d’occuper son temps libre…

Je le vois rentrer dans son jardin, et commencer à arracher les grosses herbes bien hautes qui envahissent l’endroit. Il ne s’en occupe pas trop d’habitude (oui en fait ce n’est pas un jardin, c’est plus une parcelle en vrac), et je suis carrément étonné de le voir en train de faire ce truc sous la pluie battante !

Je décide de lui faire part de mon étonnement par la fenêtre à l’aide d’un "Et bien alors, tu n’as pas trouver meilleure occupation que de désherber sous la pluie ?" un peu hilare.

Il me répond un truc du genre "Ben oui, c’est plus facile à arracher les herbes quand il pleut !!".

J’ai laissé tomber…

La bonne et la mauvaise façon de procéder

En fait, il est bien plus facile de désherber APRES qu’il ait plu !

Quand il pleut, il y a des flaques, ça glisse, il y a de la boue partout, et surtout, l’eau n’a pas encore pénétré dans la terre qui n’est mouillée qu’en surface.

En gros, c’est la galère, et la seule chose qu’on arrive à enlever en faisant ça, ce sont les petites herbes qui n’ont pas de grandes racines.

Pour désherber son jardin (surtout quand les herbes font 50 cm de haut), l’idéal est de le faire le lendemain : La terre est profondément humide, et ça sort tout seul.

Sans parler du fait que le lendemain, on n’est pas obligé de sortir en K-Way et de batailler avec la pluie !

Le rapport avec l’élaboration d’une lettre de vente.

Beaucoup pensent qu’il faut s’attaquer tout de suite à l’écriture de leur lettre.

Parce qu’ils sont inspirés, parce qu’ils pensent qu’ils ont une bonne idée de ce qu’ils veulent dire, parce qu’ils croient que leur expérience et leur connaissance personnelle suffira à trouver ce qui fera acheter les gens.

Ils se précipitent donc pour "arracher" les idées de leur cerveau, et pour les poser sur le papier le plus vite possible en négligeant toute la phase de recherche.

Seulement, procéder comme ça, ce n’est pas la bonne façon de faire.

En procédant de la sorte, le "sol" est encore trop dur. Le cerveau ne s’est pas encore mis en branle et n’a pas encore "assoupli" le terrain de l’inspiration.

Il s’ensuit que les idées qui sortent ne sont que les idées qui se trouvent à la surface. Avec de petites racines.

Les bonnes grosses idées –celles qui font vendre- celles-là, impossible de les extraire à froid.

Il s’ensuit des lettres médiocres, qui ne font qu’effleurer la surface de ce qu’il faut dire. Des lettres qui ne font pas réagir les gens, et qui ne font bien évidemment pas acheter beaucoup de monde.

Voici plutôt comment il vaut mieux procéder :

Soignez la recherche

AVANT de commencer à écrire une seule ligne de votre lettre, vous allez devoir trouver et rassembler un maximum d’idées.

Et pour cela, il faut prévoir du temps.

Vous devez poser des questions à votre cerveau, et c’est ensuite votre inconscient qui fera le reste. Mais vous devez lui laisser un peu de temps. Le temps pour lui d’aller fouiner dans tous les recoins dont il dispose pour pouvoir vous sortir les bonnes idées qui feront de votre lettre de vente une lettre qui vend.

Et pour l’aider, vous allez devoir faire quelques recherches à propos du produit dont vous faites la promo.

Rechercher d’autres produits identiques, d’autres sites qui parlent de votre sujet, d’autres pages de ventes, des forums ou des blogs où on en parle…

C’est la profusion d’informations sur le sujet du produit que vous vendez qui fera que votre lettre de vente sera parfaite.

Pas forcément longue. Juste.

  • Parce que vous trouverez plus d’exemples et d’anecdotes à raconter,
  • vous trouverez plus de choses pertinentes et intéressantes à dire
  • et surtout, vous aurez une vue d’ensemble plus actuelle que ce que vous connaissez personnellement de votre sujet…

Parce que les choses changent et évoluent à une vitesse considérable de nos jours. Et ce qui était intéressant il y a 10 ans est totalement "has been" aujourd’hui.

C’est par exemple le cas des clichés du genre "le temps c’est de l’argent" ou "le travail c’est la santé".

Combien de fois voit-on encore ces bons vieux dictons centenaires qui ne servent à rien du tout sur une page de vente (ou même dans un article de blog !) ? Bien trop souvent !

Quand on n’a pas renouvelé les infos qu’on donne à notre inconscient, ou qu’on ne lui a pas laissé le temps de les digérer, alors primo on va avoir du mal à écrire, et secundo ce que l’on va écrire sera bien trop superficiel.

A vous de jouer !

Si vous avez à écrire un mail ou une page de vente, prenez du temps pour réfléchir.

Ne partez pas de but en blanc à écrire tout ce qui vous passe par la tête.

Une lettre de vente, ce n’est pas un article de blog : Ca ne fonctionne pas à l’inspiration.

Au contraire, plus vous aurez abordé votre lettre de manière réfléchie, et mieux elle sera à la fin.

Passez au moins 3 jours pleins à faire des recherches et à fréquenter les endroits où l’on parle de votre produit. Vous devez vous imprégner du langage employé, des problèmes de vos clients, de ce qu’ils recherchent…

Cherchez des histoires et des témoignages sur votre thème et sur des produits similaires.

Dès que vous trouvez des questions, notez-les dans un coin. Vous pourrez faire un produit complet avec les réponses à ces questions, et vous en servir de cadeau à donner avec votre produit…

Bref, passez du temps à préparer le terrain. Ce sera ensuite bien plus facile d’écrire votre lettre.

On sous-estime le travail de préparation quand on écrit une page de vente. C’est pourtant la seule manière de faire quelque chose d’efficace.

Précédent

7 astuces pour monétiser son blog

Suivant

3 règles à suivre pour arrêter de perdre bêtement des ventes sur Internet

  1. Hihi, quelle belle métaphore !

    Merci Yvon pour cet article.

    Je pressentais que c’était une méthode efficace, mais cet article me conforte encore dans mon idée.
    J’ai une journée de formation à animer dans 3 jours et je ne peux pas la préparer tout de suite. Par contre, j’ai bien pris soin de relire le sujet et de m’imprégner de la thématique dès maintenant car je sais que mon inconscient (même quand je dors !) commence à travailler sur le sujet et m’amène les bonnes idées et les bonnes façons de faire.
    Quand je préparerai ma journée, ça va « couler tout seul ».

    Bon, j’avoue, je me suis reconnu également dans ton voisin en kway sous la pluie. Cela m’arrive quelque fois de m’y mettre tout de suite. :hin:

    Belle journée à tous, sous le soleil ou sous la pluie. 8))

    • Il faut, pour ta présentation, il faut manier la métaphore et l’analogie tout aussi bien qu’Yvon dans cet article.

      Moi je croyais qu’il allait faire le Dany Boon avec le KWay : quand tu tournes la tête dans un KWay (quand la capuche est mise) tu vois plus rien ! :-)

  2. Bonjour Yvon,

    Tu n’as pas parlé des études de marché à réaliser auprès de ses prospects ou clients, grâce notamment aux sondages en ligne.
    J’utilise cela souvent et cela amène des idées et permet d’orienter son discours pour qu’il colle réellement aux besoins de sa cible.

    Est-ce que tu n’en parles pas parce que tu ne trouves pas cette technique efficace ? Je serais curieux d’avoir ton avis la-dessus ;)

    Merci.

    David

    • Bonjour David

      L’étude de marché est hors sujet pour un copywriter.
      Son action arrive APRES tout ça. On donne un produit, on doit faire sa lettre. Point.
      On suppose donc que cette étape a déjà été réalisée par le client.

      Et quand on vend son propre produit, alors autant espérer que ça a été fait avant, parce qu’au moment où on en est à la lettre de vente, c’est trop tard.

      Yvon

  3. Salut Yvon:
    On dit que quand nous écrivons un article nous devons imaginer quelqu’un en face de nous pour s’adresser à lui tout seul.

    Et bien, j’ai l’impression d’ètre moi la persone qui était en face de toi pendant que tu écriviais aujourd’hui.

    Toutes leserreurs dont tu parle je les ai faite.

    Merci pour les alternatives.

    Bone soirrée.

    amicalement,

    Jaime.

  4. Delyska

    Bonjour Yon,

    je vous lis depuis longtemps et en lisant votre article (sous la pluie) cela m’a permis de me rendre compte que mes idées sont encore prises très loin dans mon inconscient merci pour votre message. :super:

    Delyska

  5. cette phrase est à encadrer et à mettre au mur:

    Les bonnes grosses idées –celles qui font vendre- celles-là, impossible de les extraire à froid.

    Sur mes sites, il m’a fallu des années pour optimiser les pages pour qu’elles « vendent ».

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER