L’article d’aujourd’hui sera bref, mais efficace.

Il vous présente 13 passoires à travers lesquelles vous devriez passer vos titres d’articles et vos sujets d’email.

Si cela bloque à un endroit, changez tout simplement votre titre :

1. Mon titre va arrêter les gens dans ce qu’ils font

Ils sont occupés, ils courent partout, et ils sont super-sollicités par des milliers d’informations par heure. Votre titre doit les arrêter net.

2. Ce n’est pas un titre bateau, c’est un titre mystérieux et impactant

Une belle manière d’arrêter les gens. De leur offrir un peu de fun, d’insolite et surtout d’aventure. Lâchez-vous : un titre c’est pas long, donc vous pouvez dire ce que vous voulez. Sortez des clichés.

3. Mon titre peut être compris par un enfant de 8 ans

Laissez le jargon aux gens compliqués. Utilisez des mots simples et faciles à comprendre.

4. Si je parle d’une douleur dans mon titre, ça ne fait pas trop mal

Le but n’est pas d’être trash ou volontairement violent. On veut arrêter les gens. Pas leur foutre leur journée en l’air.

Même si on vous a dit que le sensationnel fait vendre (ou ouvrir ou cliquer), vous n’êtes pas obligé de tomber dans le piège.

5. Mon titre est crédible et plausible (et pas une promesse trop grosse)

Rien n’est plus frustrant d’ouvrir un mail ou de commencer un article qui vous a attiré et de découvrir que cela n’a rien à voir avec ce qu’on vous a promis.

Bref, ne frustrez pas vos lecteurs pour rien. Ils vont s’en aller. Et vous l’aurez mérité.

6. Mon titre est le plus spécifique possible

Certains titres très courts comme « Terminé !« , ou « Test« , ou « STOOOP !« , ou autre mots quasi uniques font ouvrir les mails. Du moins au début.

Avec le temps, les gens comprennent la combine, et ils n’ouvrent plus.

Donc revenir vers le spécifique (le titre qui parle précisément de ce qu’il y a dans le mail) est souvent salutaire.

Ça vous empêche pas d’employer le mystère. Un mystère spécifique.

7. Je pose une question ou je parle d’un truc qui sort du commun

On rejoint un peu le n°2 : les gens aiment qu’on les bouscule un peu. Leur poser une question fait débuter un processus d’éveil d’intérêt.

Donc pensez à la question le plus souvent possible. Surtout si c’est une question que s’est déjà posé votre lecteur.

8. Si j’utilise un nombre il n’est pas rond

Il vaut mieux utiliser 7, 9, 14 ou 28 par exemple plutôt que 10, 20 ou 30 ou autre chiffre avec un zéro. Parce que c’est plus fun. Et ça fait moins cliché.

« Je reviens dans 10 mn » est bien moins impactant que « Je m’absente 3 minutes 37 ». Même si on sait que ce ne sera pas « juste » 3mn37, c’est plus recherché que 10mn, qui se transforment souvent en une heure.

9. Tous les nombres qui apparaissent dans mon titre sont écrits en chiffres

Parce qu’un nombre écrit en chiffre attire l’attention. Un nombre écrit en lettres se fond dans la masse des autres mots. Et on perd le gros pouvoir des nombres.

Et c’est dommage.

10. S’il y a des mots clés dans mon titre, ils sont là naturellement (et pas comme s’ils arrivaient de nulle part)

Combien de fois voit-on des titres qui ne veulent rien dire parce que l’auteur a rajouté un mot-clé sur lequel il veut se positionner. Et ce mot n’a pas de rapport avec les autres, ou alors il arrive comme un cheveu sur la soupe.

Ou alors il est cliché. Ou bateau. Ou juste inintéressant.

Exemple : « Comment passer un titre parmi ces filtres pour écrire un titre efficace »

11. Le titre contient moins de 10 mots

Il y a quelques jours, je vous parlais de 3 mots. C’est l’idéal, en effet. Si vous voulez en mettre plus, ne dépassez pas 10 mots. Sinon, c’est trop long.

12. Les mots intéressants sont entrecoupés de mots « normaux »

Pour qu’on s’intéresse à un mot, il faut qu’il soit isolé. Si vous dites « J’ai vu un pangolin au milieu de mon salon », c’est insolite et intéressant.

Si vous écrivez : « J’ai senti la présence suintante et brinquebalante d’un pangolin rempli de fourmis suantes de miellat dans la savane mongolienne. » on ne sait pas sur quoi s’arrêter.

Bref, orientez les gens sur une seule idée insolite. Vous pourrez garder les autres pour le corps de ce mail-ci ou pour un autre.

13. J’emploie la juste ponctuation

Le but n’est pas de toujours mettre un point d’exclamation ou 3 petits points « … ».

L’idéal est de mettre la ponctuation qui traduit la juste émotion que vous voulez transmettre. Mettre un point d’exclamation devrait normalement être réservé à un « cri » dans le texte. Comme ça : « Ouvrez, bon sang, vous allez le rater ! »

Ailleurs, même si ce que vous dites semble intéressant, le point est de rigueur. Ou rien du tout. Surtout dans un titre.

A vous de jouer !

Tous vos titres d’articles et vos sujets de mails devraient passez ce test des 13 passoires. En tout cas ils devraient en passer au moins 10 sur 13.

Surtout si vous voulez que vos visiteurs deviennent des lecteurs.

Essayez et comparez ;)

Devenez membre de Copywriting Pratique !

Si vous souhaitez :

  • Recevoir chaque nouvel article du blog directement dans votre boîte mail (si vous le souhaitez),
  • Avoir accès à des générateurs en ligne inédits (générateur de slogans, de noms de marques, d'accroches, un dico des synonymes avec une mise en situation, un formateur d'emails et même le fameux calculateur du Sympathomètre d'un texte),
  • Un guide qui vous explique comment trouver plus de 354 millions d’images gratuites et libres de droits...

Pour vous inscrire et avoir accès à tout ça, c'est facile : Indiquez votre prénom et votre email dans le formulaire ci-dessous :