Demander à ceux qui savent

Quand on pratique le copywriting trop souvent, on arrive parfois à certaines situations qui demandent de l’aide extérieure.

En effet, quand on écrit une lettre de vente, on est “dans son truc”. On a fait beaucoup de recherche, on a suivi un plan précis, on a de l’enthousiasme à revendre, et… aucun retour sur nos écrits.

Pour remédier à ça, il y a 2 solutions :

1. Demandez à ceux qui ont acheté

Pourquoi ne pas sélectionner quelques uns de vos premiers clients pour leur demander leur avis ?

Vous pouvez tout à fait en sélectionner une dizaine et leur demander, contre un cadeau – ou une réduction, de vous dire sincèrement ce qu’ils ont pensé de votre lettre.

Quitte à leur proposer après coup un avoir de la totalité du prix de votre produit.

Je m’explique :

1. Attendez d’avoir vos 10 premiers clients.

2. Contactez-les directement en leur expliquant que vous souhaitez  leur demander un service contre un avoir du montant total de leur achat.

3. Préparez des questions précises à leur poser, du genre :

  • Comment trouvez vous cette page d’un point de vue présentation ?
  • L’avez-vous lue jusqu’au bout ?
  • Les textes des liens vous ont donné envie de cliquer ?
  • L’annonce du prix vous a été douce ?
  • L’accroche vous a donné envie de lire ?
  • Avez-vous trouvé le prix démesuré par rapport à ce que vous vous attendiez ?
  • Quel paragraphe vous a décidé à acheter ?
  • Sur quel lien avez-vous cliqué ?
  • Pourquoi lui ?
  • Trouvez-vous la promesse décalée avec le produit ?
  • Certains arguments vous semblent déplacés ?
  • etc.

Soyez aussi précis que possible. Le but est d’améliorer votre lettre d’un point de vue pratique.

Voilà pourquoi il faut le faire avec des clients qui vous ont effectivement acheté votre produit à l’issue de cette lettre de vente.

Ensuite, vous avez une deuxième manière d’avoir un retour sur votre lettre :

2.Ceux qui n’ont PAS acheté

Pour avoir ce retour, rien de plus simple : Rajoutez un script qui permet d’ouvrir une fenêtre au moment où votre lecteur quitte la page.

Un fenêtre qui habite un genre de QCM du genre :

ATTENDEZ ! Juste avant de partir, dites moi pourquoi vous avez quitté cette page sans acheter ce produit ?

Suivent alors entre 3 et 5 choix possibles (pas plus) dont un champ “Autre raison” avec un champ à remplir.

Tous ne répondront pas à ce QCM, mais ceux qui le feront vous feront avancer bien plus loin que ce que vous auriez pu deviner bien plus tard.

Vous pouvez aussi changer l’ordre des questions, et n’en mettre que 3, mais qui changent constamment. Genre préparer une trentaine de questions, mais n’en afficher que 3 à chaque coup, de manière aléatoire.

En demandant aux personnes directement concernées par votre présentation, vous vous assurez une denrée très très rare et très prisée des copywriters : une petite porte d’entrée dans la tête et dans le ressenti de vos clients.

Tentez le coup, même – surtout – si vous démarrez !

Précédent

L’art d’accepter la critique

Suivant

La meilleure façon d’avancer

  1. L’art de faire vivre une page de vente, qui plus est avec les idées des autres. C’est vraiment une bonne idée. Certains y pensent , mais ne le font pas ! Merci pour ces éléments !
    Le deuxième point, ceux qui n’achètent pas, mérite de s’y pencher un peu plus. Il y a certainement d’autres pistes à trouver….

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER