RSS FB
 

Comment faire bailler vos lecteurs en 4 secondes chrono. Démonstration :

17 oct

 out le monde le sait : Pour gagner de l'argent sur Internet, le temps c'est de l'argent. Et l'argent est dans la liste. Qui d'autre veut devenir celui qu'il a toujours rêvé d'être pour seulement 1500 € ? Si vous voulez le savoir, suivez le guide...

Et voilà... 4 phrases, 7 clichés.

Vous les aviez vu venir ? Probablement.

Et même si vous ne vous êtes pas dit ouvertement "Tiens, voici 7 clichés", en 4 phrases j'ai réussi à faire une chose que près de 9 vendeurs / blogueurs sur 10 font avec leur page de vente ou sur leur blog : Vous ennuyer.

Vous faire bailler intellectuellement.

ennui

Vous l'aurez compris, aujourd'hui, sur Copywriting Pratique, on parle de clichés.

Ces mots ou ces phrases qui font déconnecter les gens de votre texte en moins d'une seconde, et qui sont les responsables de la perte de centaines de millions d'euros et de lecteurs par an si on met en commun toutes les pages de vente – et tous les blogs - qui existent.

Qu'est-ce qu'un cliché ?

Mon Larousse 76 le définit comme suit : "Lieu commun. Banalité".

En ce qui me concerne, je le définirais autrement : "Mot ou  expression qui n'évoque plus rien d'émotionnel à celui qui le lit".

Le plus rigolo, c'est que son sens premier (toujours selon le Larousse) est très proche de ma définition : "Image photographique négative".

Pourquoi ? Parce que justement, quand vous employez un cliché, cela ne provoque plus aucune image chez votre lecteur. Effet émotionnel zéro. Le calme cérébral total. Un peu comme un épisode des "Feux de l'amour".

En d'autres termes, vous parlez pour ne rien dire. Et vos lecteurs baillent, et s'en vont à tire d'ailes aussi vite qu'ils sont arrivés.

Certains n'hésitent pas à en mettre en gros, et même en tout premier. En accroche, ou en titre de paragraphe. Ce qui fait que la première chose que voient les gens quand ils arrivent, ce sont des phrases qui les font repartir aussi sec.

Autant vous le dire tout de suite : Si vous employez cette technique sur vos blogs ou sur vos pages de vente, arrêtez tout de suite.

Vous perdez des lecteurs, du chiffre d'affaires, et un nombre incalculable de clients.

Comment reconnaître un cliché ?

La méthode la plus facile consiste à mettre la phrase en question entre guillemets dans Google. Si le nombre de résultats dépasse les 100.000 résultats, le cliché n'est pas loin.

Ensuite, il faut distinguer plusieurs sortes de clichés.

Les phrases bouche-trou

C'est une phrase qui n'apporte aucune information supplémentaire à votre argumentaire ou à votre article.

Elle est là pour boucher un trou. Pour faire du remplissage d'espace.

C'est le cas des dictons et proverbes. Qui non content d'être fréquemment compris de travers, n'apportent en général que très peu d'info supplémentaire sur votre sujet.

Le temps c'est de l'argent,

Les lapalissades

Ca, ce sont des phrases qui énoncent des évidences, des trucs qui ne servent à rien, du genre : "Si j'étais venu, j'aurais été là", ou encore "3 jours avant ma mort, j'étais encore en vie".

La dernière que j'ai vue sur une page de vente (que son auteur me pardonne) c'est celle là : La théorie, c'est tout sauf la pratique.

En gros, et en sous-titre.

C'est une évidence. Un truc qui ne sert à rien. Une phrase qui, si elle est retirée, n'appauvrira pas du tout le texte. C'est d'une banalité à faire pleurer un barreau de chaise.

Les généralités

Ca, c'est de loin le plus fréquent sur les pages de vente. Généralité, c'est l'inverse de "spécificité".

Quand je dis :

"Vous passez 3 heures par jour à chercher les bonnes informations sans jamais obtenir de réponse précise à vos questions ?"

...c'est une généralité !

Ca ne sert à rien du tout.

Il vaut mieux écrire :

"Cela fait 3 mois que vous passez 1 heure par jour à chercher comment créer un blog / coudre un cardigan / monter votre terrasse en bois, et vous n'arrivez jamais à trouver un tutoriel facilement compréhensible qui vous explique tout de A à Z ?"

Là, au moins, on sait de quoi on parle. On comprend le problème. On peut s'identifier.

Une "information", c'est trop vague. Une "bonne information" encore pire. Quant aux réponses précises à une question, ça, je vous renvoie à la lapalissade ci-dessus.

Les phrases censées faire agir, mais trop lues et trop entendues

C'est le cas de "Satisfait ou remboursé" ou encore "Si vous n'agissez pas aujourd'hui, demain il sera trop tard", ou bien "Qui d'autre veut...", "le client est roi", "suivez le guide"...

Ce sont des phrases qui ont marché un temps, mais qui ont aujourd'hui perdu de leur superbe, car on les a trop vues.

Devenez celui que vous avez toujours rêvé d'être, rencontrer la femme idéale, l'homme idéal, l'argent est dans la liste, etc...

Il faut modifier ces phrases. Rajouter des mots, ou en changer.

Les mots et phrases avec un passé trop lourd

Ceux-là, ce sont les pires.

Ils font fuir les gens encore plus vite que le reste, car en plus du cliché, il y a le préjugé:

  • Gagner de l'argent sur Internet,
  • Ebook
  • Sexe
  • Développement personnel
  • Coaching
  • Formation en ligne
  • Réussir en ligne
  • Loterie gratuite
  • Inscrivez-vous gratuitement
  • Marketing de réseau

Toutes ces phrases font penser à des évènements douloureux passés pour beaucoup de monde, car ils ont été utilisés trop longtemps à mauvais escient.

L'exemple le plus frappant est le terme "ebook" qui est hélas associé à bien trop d'images négatives.

Une petite liste ?

Il existe des centaines de clichés.

En voici une quinzaine avec le nombre de résultat sur Google :

  • Satisfait ou remboursé (33 millions)
  • Le temps c'est de l'argent (2,2 millions)
  • ...toujours rêvé d'être (2,37 millions)
  • L'argent est dans la liste (798.000)
  • Le beurre et l'argent du beurre (1,39 millions)
  • Le meilleur ... du marché (91 millions)
  • Le client est roi (1,89 millions)
  • On compte sur vous (1,74 millions)
  • Qui d'autre veut... ? (313.000)
  • ... € seulement (189 millions)
  • L'homme ou la femme de ma vie (2,68 millions)
  • L'homme / La femme / La personne idéale (1,54 millions)
  • Suivez le guide (4,6 millions)
  • Si vous ne le faites pas pour vous, faites le pour... (237.000)
  • On n'a pas deux fois l'occasion de faire une première bonne impression (168.000)
  • Ebook (18,1 millions)
  • Qu'en pensez-vous ? (6,1 millions)

Vous en connaissez plein. Et vous en employez beaucoup aussi.

Certains sont sournois. Comme le premier de la liste : "Satisfait ou remboursé".

Dans son sillage, cette phrase traine également sa sœur : "Satisfaction 100% garantie".

On vous a toujours dit qu'il fallait que ça figure sur votre lettre de vente. Je réponds : Oui bien sûr, mais le souci, c'est qu'on l'a beaucoup trop vu.

Ce qui fait que maintenant, quand les gens arrivent sur cette phrase, ils ne la voient même plus, car ils la sautent instinctivement.

Votre phrase ne sert donc plus à rien.

C'est comme le "seulement" derrière un prix.

On le voit pratiquement à chaque fois sur une page de vente. Et ce quel que soit le prix de l'article. Je l'ai même vu dernièrement à côté d'un prix exorbitant (1500 €).

Comme s'il était devenu obligatoire d'indiquer ce terme à côté d'un prix, quel qu'il soit.

Bref, vous l'aurez compris, il est URGENT de vous débarrasser de tous les clichés qui trainent sur vos pages de vente et sur vos blogs : Ils sont néfastes pour vous car ils font fuir vos lecteurs.

Mais comment faire pour vous débarrasser de ces clichés ?

La méthode anti-cliché Ctrl + "H"

Si vous utilisez un logiciel de traitement de texte, vous connaissez ce raccourci clavier qui veut dire : "Rechercher / Remplacer".

Vous voyez de quoi je veux parler ? Il vous suffit de transformer vos phrases cliché par des phrases que les gens ne connaissent pas, soit en les remplaçant en entier, soit en remplaçant quelques mots.

Par exemple, au lieu de dire "Satisfait ou remboursé", dites plutôt :

  • Vous aimez ou c'est gratuit
  • Enfant satisfait ou maman remboursée
  • Moins de stress ou vous êtes 100% remboursé

Vous comprenez l'idée ? Le but est de "casser" la phrase cliché en en mettant une autre que les gens n'auront jamais vue.

Il suffit de se creuser la tête, c'est possible avec n'importe laquelle des phrases que je vous ai mises ci-dessus.

Voici 5 exemples :

  • Le temps c'est de l'argent : Plus vous attendez avant de..., et plus vous perdez d'argent
  • Devenez celui que vous avez toujours rêvé d'être : Devenez un(e) super-(maman, blogueur, couturière, bricoleur, agent de change, etc...) en moins d'un mois.
  • L'argent est dans la liste : En moyenne, un abonné à une liste d'email rapporte 1,5 € par mois.
  • Le client est roi : Vous pouvez compter sur notre rapidité à répondre aux questions de nos clients : 2 heures maxi
  • Suivez le guide : Découvrez ci-dessous comment vous pouvez...

A vous de jouer

Ne sous-estimez jamais le pouvoir destructeur du cliché.

C'est de loin la denrée la plus efficace pour vous séparer de vos lecteurs, de vos clients et surtout, c'est la raison numéro 1 qui pousse à l'inaction. Soit l'inverse absolu du copywriting !

C'est comme les fins d'articles de blog.

On dit qu'il est toujours de bon ton de poser une question à la fin d'un article, pour "encourager les gens à laisser un commentaire".

Certains appliquent ce principe à CHAQUE article, ce qui ne déclenche plus aucune action de la part des lecteurs, car bien sûr, une question de temps en temps fait réagir, mais une question à chaque fois habitue le lecteur à la voir, ce qui fait qu'ils ne la lisent même plus.

D'autant que certains mettent cette question en italique ou en couleur pour BIEN que les gens la voient.

Le problème c'est que comme la bannière publicitaire que les gens occultent inconsciemment de leur champ visuel il en est de même pour cette question.

Et alors quand la question est le fameux "qu'en pensez-vous ?", alors là...

Bref... Supprimez toutes les phrases clichés de vos textes. C'est URGENT !

Notez que pour faire passer mon message sur cette fameuse question de fin d'article, au lieu de vous donner des exemples j'aurais pu vous dire :

Trop de questions tue la question... Mais bon... faut pas pousser mémère dans les orties. C'est pas aux vieux singes qu'on apprend à faire la grimace. Alors, qu'en pensez-vous ? Je compte sur vous pour me répondre. Si vous ne le faites pas pour moi, faites-le au moins pour vous...

 

Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas en parler autour de vous ?

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :

Envie de lire l'article qui vient juste avant ? Cliquez ici :



Vous aimerez peut-être lire ces articles :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite. Merci BEAUCOUP d'avance !

Tags:

Un avis sur cet article ? Donnez-le ici :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet" afin que les visiteurs puissent venir voir ce que vous faites.

 

 

 

 

 



 

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

 

 

  1. kategriss@blogging

    17 octobre 2011 at 11 h 34 min

    D’un côté je suis d’accord avec toi, certaines expressions ont été trop vues (et en plus parfois elles sont un aspect négatif : ebook, développement personnel…).
    D’un autre, à force de vouloir faire original, je me demande à quel point on ne rend pas ses articles/pages de ventes/blogs « too much ». En gros à quel point ça reste toujours clair et compréhensible.

    Parce que « satisfait ou remboursé » c’est peut-être quelque chose de très très (très) utilisé mais au moins c’est clair. Soit on est satisfait par le produit/service, soit on est remboursé. En deux mots (trois si on veut être précis :P).

    Alors qu’une formule comme « Moins de stress ou vous êtes 100% remboursé » c’est lourd. Enfin je trouve. En gros ça me fait l’effet de « comment faire compliqué quand on peut faire simple »…

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 15 h 54 min

      Mais si, c’est très clair.
      La langue française possède quelque chose comme 150.000 mots, pourquoi s’obstiner à vouloir utiliser tout le temps les mêmes ?
      Ce n’est pas parce qu’on sort des sentiers battus qu’on ne sera pas compris, t’inquiètes pas…

      Parfois, un peu de libre arbitre et un peu d’originalité, ça paye. Ca fait moins mouton. Ca bouscule un peu les gens. Le but n’est pas d’employer des phrases compliquées. Le but est d’employer des phrases qui n’endorment pas les lecteurs. Qui les font réagir, quoi…

       
      • Jean-Philippe

        17 octobre 2011 at 19 h 09 min

        J’aime beaucoup ta défense de la diversité et de la richesse de la langue française. Plus on diversifie et plus on enrichit nos lecteurs au lieu des les abrutir avec des phrases passe-partout. :super:

         
  2. Emanuelle

    17 octobre 2011 at 11 h 37 min

    Très amusant ! Mais qui fait réfléchir… merci Yvon de nous pousser à l’excellence tout en étant si ludique. Je m’engage de ce pas à être plus spécifique dans mes articles. A bas les clichés !

     
  3. Christine | Ooooohhhh !

    17 octobre 2011 at 11 h 50 min

    Donc, à la place de
    « Satisfait ou remboursé » je vais dire :

    « Elle est satisfaite ou tu es remboursé »
    :haha:

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 15 h 55 min

      Voilà ! T’as tout compris !
      La formule fait sourire, ce qui est bien entendu un excellent moyen d’attirer l’attention.
      C’est spécifiquement ce que je recommande ici.

       
    • BK

      17 octobre 2011 at 17 h 38 min

      Dans ce cas spécifique,

      « Elle est satisfaite ou tu es remboursé »

      qu’entend-on exactement par « remboursé » ?

       
  4. Geoffroy

    17 octobre 2011 at 12 h 17 min

    Bonjour Yvon,

    Je suis d’accord avec ta vision des choses mais as-tu pensé à toutes ces personnes qui aiment bien avoir ce « satisfait ou remboursé » par exemple ?

    Ce genre de personnes qui, pour être rassurées, aiment lire cette phrase qu’elles ont déjà vu des centaines de fois.

    Parce que quand tu veux jouer l’originalité, il faut que la subtilité que tu mettes dans ta phrase soit bien comprise par ton lecteur.

    Cela les raccroche à quelque chose de connu et donc cela rassure.

    Cela dépend donc du lectorat que tu as.

    Mais sur le fond je suis entièrement d’accord avec toi sur toutes les expressions que tu as proposées.

    Bonne journée

    Geoffroy

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 00 min

      Bonjour Geoffroy

      Mais non, ils s’en foutent de lire cette phrase en particulier. Ce qu’ils veulent savoir avant tout c’est s’ils prennent des risques en achetant ton produit. Et justement, vu qu’on voit partout cette expression, ils ne peuvent pas vraiment savoir si c’est « juste une expression » ou si c’est réellement ce qui va arriver.

      Le but n’est pas forcément d’être compliqué. Le but est de leur faire comprendre qu’ils ne risquent rien. Et surtout, qu’ils le comprennent bien.
      Donc tout ce qui les forcera à se dire : « Ha oui, ils remboursent au cas où ça ne marche pas. Donc je ne risque rien. » sera bien.

      Bonne journée

      Yvon

       
  5. Pierre Scherb

    17 octobre 2011 at 12 h 23 min

    Bonjour Yvon,

    Cet article fait tout, sauf bailler.

    Une question demeure : comment peut-on remplacer le terme Ebook ?

    Meilleures salutations.

     
    • kristoch

      17 octobre 2011 at 12 h 41 min

      bonjour, vrai que livre électronique…
      ________________________________________________________________
      Réf: Yvon

      Et voilà… 4 phrases, 7 clichés.

      Vous faire bailler intellectuellement.

      Non je n’ai pas ni baillé ni décroché comme tou(te)s car notre confiance en toi et à ce qui va suivre dans l’article est inébranlable!
      :hin:

      non aux clichés!
      oui aux images!
      ;)
      (la métaphore c’est peut être pas méta car pas en rapport niveau tag et mots clé mais c’est trop fort.)

       
    • Christian de Sommeil Infos

      17 octobre 2011 at 13 h 30 min

      Bonjour,

      « livre électronique », par exemple.

       
      • BK

        17 octobre 2011 at 13 h 34 min

        Guide, dossier…

         
  6. elecinfo

    17 octobre 2011 at 13 h 33 min

    Bonjour Yvon

    C’est marrant car cet article est à la fois curieux et captivant.
    Comme Ketegriss je suis d’accord sur certaines expressions qu’on a trop vues, mais à qui la faute.

    Des spécialistes du copywriting nous matraquent en permanence avec des conseils de ce qui marche et ne marche pas, en ce qui me concerne je pense que pour faire un passer un message il faut aller à l’essentiel, apporter une touche d’originalité et de créativité sans faire compliqué.
    Si je reprends l’expression « satisfait ou remboursé « c’est subjectif pour un produit d’information, un livre électronique, une formation.

    Pour un frigo le satisfait ou remboursé est une valeur sûre, soit ça fonctionne, soit ça fonctionne pas. Et c’est une lapallisade.
    Dans le cadre d’un produit immatériel tout va dépendre de l’implication de l’acheteur et de son degré de connaissances.
    Dans ce cas pourquoi ne pas utiliser la description suivante « Votre problème est solutionné ou nous vous remboursons intégralement ».

    Il suffit simplement de se mettre à la place de votre lecteur et là c’est pas simple, mais surtout d’identifier rapidement le prospect pour repousser les indésirables.

    Amicalement
    Stéphane Munnier

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 04 min

      Bonjour Stéphane

      Mais pourquoi tout le monde bloque sur ce « satisfait ou remboursé » ??
      Ce n’est qu’un cliché parmi les autres…

      Et ce n’était pas le plus important ;)

      Yvon

       
  7. Jean-Yves

    17 octobre 2011 at 13 h 34 min

    « Merci pour cet article » …. ah zut, 11 800 000 résultats sur google… commentaire cliché !

    Je suis d’accord sur le principe, mais comment ferais-tu commenter tes lecteurs sans leur poser de question en fin d’article ?

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 07 min

      L’idée est de ne pas le faire à chaque fois. La question n’est pas obligatoire à chaque coup.
      Regarde mes articles. Il n’y a pas de question sur chacun, ce qui n’empêche pas d’avoir des commentaires.
      C’est à apprécier au cas par cas…

      En outre, vu que la moitié des blogueurs appliquent à la lettre ce qu’on leur dit sans dévier d’une virgule à la méthode, on se retroue avec touours les mêmes questions, ou toujours les mêmes intros… Dans le doute « qu’en pensez-vous ? »…

      Triste à pleurer, je confirme… Mais sur un blog, c’est pas encore trop grave…
      Quand il s’agi de vendre, par contre, c’est autrement plus tragique car la concurrence veille ;)

       
  8. BK

    17 octobre 2011 at 13 h 51 min

    Salut Yvon,

    Mon sentiment rejoint le tien : cliché = caca ; originalité = beau !

    Mais (car il y a un mais et en le développant je ne vais malheureusement pas faire preuve de beaucoup d’originalité) la plupart des gens éprouvent un malaise plus ou moins inconscient dès qu’un mot les sort des rails de leurs habitudes mentales.

    Je me souviens de l’expression qui m’a le plus marquée, de la part des journalistes, lors de la guerre du golfe : « Saddam Hussein souffle encore le chaud et le froid ». Aie ! Aie ! Aie ! Si j’avais touché un Euro chaque fois que je l’ai entendue, celle-là, je serais milliardaire !

    Eh oui, mais c’est le boulot du journaliste de se vouer corps et âme au psittacisme. C’est institutionnel ! C’est religieux !

    Alors, bien sûr, ça rend dingue tous ceux qui disposent d’un minimum d’autonomie intellectuelle. Mais les autres sont ô combien reconnaissant de pouvoir continuer à somnoler dans le confortable giron du connu.

    Donc, à mon avis, la proportion de clichés et de formulations originales devrait être en rapport avec le degré d’autonomie intellectuelle de la clientèle supposée.

    Bernard

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 18 min

      Salut Bernard

      Le contexte d’un blog ou d’une lettre de vente est différent d’une info à la télé. En fait, les journalistes s’en foutent carréement que tu boives une bière ou que tu te cure les ongles pendant qu’ils parlent. Eux ils sont là. Le message est relativement passé, et tout va bien…

      Sur un blog, un article, quoi qu’on en dise, a une mission. Informer, certes, mais aussi, dans une moindre mesure, il doit pousser à la lecture, et à la fin, il doit pousser au commentaire. C’est une alchimie bizarre qu’il serait bon de mesurer; Je fais quelques tests avec certaines questions et avec certains titres d’articles, et force est de constater que tous les titres, toutes les intros, et toutes les questions qui surprennent multiplient les taux de lecture et les commentaires par 2 ou 3.

      Sur une page de vente, c’est encore pire. Là, le moindre faux pas, et c’est l’envol à tire d’ailes. On croit que je plaisante ou que ce n’est pas important, mais faites un jour un test avec ce fameux Satisfait ou remboursé, et remplacez le par une autre formule. Et voyez les changements en terme de rendement. Et voyez aussi pourquoi aucune de mes lettres de vente, ni aucune des lettres de vente que j’ai écrite pour d’autres ne comporte cette expression trop vue. Tout comme aucune de ces lettres ne comporte le mot ebook… Ceci ne tient pas du tout du hasard.

      Bref, un blog, ou une page de vente, même combat : Ce n’est pas là pour endormir les gens. C’est là pour faire réagir le lectorat. Lui faire faire quelque chose. Même un tout petit truc. Commenter, réfléchir, penser à soi, se documenter… Bref, t’as compris l’idée.

      En cela, tout ce qui sort le lecteur de sa torpeur est bon pour ça.

      Yvon

       
      • BK

        17 octobre 2011 at 17 h 34 min

        En fait, les journalistes s’en foutent carréement que tu boives une bière ou que tu te cure les ongles pendant qu’ils parlent. Eux ils sont là. Le message est relativement passé, et tout va bien…

        N’aurais-tu, ma parole, jamais entendu parler de l’audimat et des chaises musicales ? Les journalistes ne s’en foutent pas du tout de répéter les mêmes expressions ; ils le font exprès. Pour bien carrer l’info direct dans la masse cervicale d’une majorité d’auditeurs.

        Tiens, ya pas trois jours, je postais un commentaire chez Cédric, à propos de la créativité. Allez, un p’tit transit, et coucou le revoilà :

        Quand une idée fait son chemin dans le cerveau, elle active des circuits neuronaux. Ensuite, cela demande une dépense en glucose beaucoup moins importante de réutiliser ces mêmes circuits neuronaux pour traiter le même type de problème avec la même réponse.

        C’est une question d’économie d’énergie. Quand l’énergie crépite du feu de Dieu dans la citrouille, pas de problème ! Mais quand elle n’y grimpe que très tranquillement, faut faire des économies !

        Cela dit, ce débat ne me semble pas vraiment nous concerner. A la lecture de tes articles et des commentaires qui s’affichent sur ton blog, il est clair que tu t’adresses à des gens pour qui la formule originale fait beaucoup plus « tilt » que la formule toute faite.

        Quant à moi, qui fais dans ce que j’ai appelé « la spiritualité sceptique » lors d’un commentaire précédent, je te leur mitonne du marginal à leur transformer les neurones en caramel tellement ils auront besoin de glucose !

        Bernard

         
  9. soky

    17 octobre 2011 at 13 h 55 min

    « Il suffit de » => 31.700.000 résultats (dont cette page ^^)

    Coquille: « D’autant que certains metteNT cette question… »

    Je suis assez d’accord avec kategriss. Les formules toutes faites ont l’avantage d’être comprises rapidement. Les autres formulations sont trop alambiquées.

     
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 28 min

      « Hors sujet » –> 16 millions. Dont ton commentaire.
      « Résultats » –> 554 millions. Dont ton commentaire.

      Le but n’est pas de passer tous les mots via Google. On a besoin de mots pour écrire, on va pas en inventer.

      Je suis assez d’accord avec kategriss. Les formules toutes faites ont l’avantage d’être comprises rapidement. Les autres formulations sont trop alambiquées.

      Pas alambiquées. Différentes. Mais je comprends tes réticences (et les siennes). Ce n’est pas donné à tout le monde d’être différent. Certains aiment bien faire comme tout le monde. Rester dans le moule, et ne surtout pas en sortir. Ce n’est pas une mauvaise chose. Il en faut des gens comme vous. :)

      Moi je ne suis pas comme ça. Mais c’est pas un scoop ;)

      Merci pour la coquille. Je corrige.

       
  10. Fabien

    17 octobre 2011 at 14 h 12 min

    Je suis d’accord avec Kristoch, « livre électronique » c’est pas le top comme traduction d’ebook !

    Et il a raison aussi de dire qu’avec Yvon on ne peut bailler sur les premières phrases de son article car on sait d’avance que ce qui va suivre va nous intéresser ou nous captiver
    captivons/capte yvon ? :D
    je les lis depuis quelques temps déjà sans jamais réagir il fallait donc que je le fisse !

     
    • kristoch

      17 octobre 2011 at 16 h 05 min

      salut,

      ça tombe très bien je suis à la fois d’accord avec toi et aussi avec moi donc nous sommes tous d’accord!

      pourtant monsieur Yvon pose les questions sans donner les réponses: que mettre à la place de tous ces termes?!

      « remboursez-nous! » hurlaient les eunuques du harem dont aucune des femmes n’avait été satisfaite. (citation) mdr

       
      • Yvon

        17 octobre 2011 at 16 h 40 min

        Salut
        L’objectif, c’est AUSSI que tu bosses un peu :)
        C’est interactif, ça te fait réfléchir, et ça améliore ta créativité.
        Choisis-en 5 et propose… :super:

         
    • Yvon

      17 octobre 2011 at 16 h 30 min

      Mais fisse fisse !
      « Guide pratique » ça fonctionne pas mal pour le moment à la place d’ebook. ;)

       
      • BK

        17 octobre 2011 at 17 h 40 min

        C’est vrai que quand faut fisser, faut fisser !

         
      • Marie

        18 octobre 2011 at 10 h 43 min

        Bonjour Yvon,

        « Guide pratique » ça fonctionne pas mal pour le moment à la place d’ebook.

        Sauf que tous les ouvrages en question ne sont pas forcément des guides pratiques. :D

        Je rejoins l’avis de Bernard pour dire que (presque) tout dépend du lectorat auquel on s’adresse. Selon le produit vendu et la cible, plus ou moins d’originalité sera nécessaire. Ou alors, on écrit pour le plaisir de s’exprimer, pour l’art, pour partager et faire évoluer la pensée (du moins la représentation) ; mais là nous ne sommes plus dans l’exercice de la lettre de vente.

         
  11. Emilie

    17 octobre 2011 at 14 h 26 min

    Bonjour Yvon,

    Comme d’habitude, c’est fort instructif cet article qui sonne comme un gong pour réveiller l’originalité et la créativité de chacun d’entre nous.

    Il est sûr que l’originalité est plus percutante qu’un cliché mais à condition que ce soit bien fait.

    C’est une bonne idée de faire une recherche dans Google pour déterminer si une phrase est un cliché.

    Emilie.

     
  12. Daneuilie

    17 octobre 2011 at 15 h 27 min

    C’est une très bonne idée Yvon!Merci mille fois!
    J’ai appris énormément sur le copywriting depuis que je suis membre à ton blog. :super: :super: :super: :D :D :coeur:

     
  13. Marie-Noel

    17 octobre 2011 at 16 h 24 min

    Un article qui tombe bien à point: le titre de mon mail donnait un milliard de vues! avec les mots « découvrez + eBook+ actualité »

    Merci de me sauver de cette grosse bétise!

    Belle fin de journée!

    Marie-Noël

    PS: je crois que je vais tapisser mon bureau avec tes billets de blog!
    Au moins, j’aurai tous tes conseils sous les yeux!

     
    • elecinfo

      17 octobre 2011 at 19 h 17 min

      Bonjour

      Dommage que le lien de votre site ne fonctionne pas.

      Amicalement
      Stéphane Munnier

       
  14. Benoît

    18 octobre 2011 at 16 h 11 min

    salut Yvon,
    haha tu m’as encore bien fait rire (et pas bailler)
    J’aime particulièrement le

    C’est d’une banalité à faire pleurer un barreau de chaise

    :)

    Bref, je suis vraiment d’accord avec toi, et ce qui m’énerve le plus c’est pour le mot « coaching » que j’utilise dans le nom de mon site. Ce mot est tellement utilisé à tout va que je dirais que 95% des gens ne savent pas ce que cela veut vraiment dire.

    La plupart pensent qu’il s’agit par exemple de donner des conseils ou de dire ce qu’il faut faire, alors que du coaching n’est pas du conseil… C’est un accompagnement, mais d’une autre forme, car centré sur la personne coachée.

    Par ailleurs, il est difficile de ne pas placer un cliché comme ça de temps en temps dans ses textes. Mais c’est comme tout, ça doit pouvoir se travailler…

    Benoît

     
  15. Davy - TonWebMarketing.fr

    18 octobre 2011 at 22 h 58 min

    Cette lecture a été un délice!

    « Les clichés font fuir ». Ou devrais-je dire, trop de clichés moins de clients :)

    Après ta lecture, je m’interroge quand même, sur les publicitaires qui passent des heures à réunir le plus de clichés possible, pour les balancer dans un spot de 30 secondes, ou pire, en slogan d’une multinationale …

     
  16. Lebartek

    23 octobre 2011 at 13 h 25 min

    Bonjour Yvon,
    En tant que journaliste, j’approuve complètement cet article.
    Je pense par contre que (ce qui ressort pas mal des commentaires d’ailleurs) ce n’est pas si simple. Il y a quelques années, je bossais pour des émissions de vente d’appels surtaxés en direct à la TV (genre « l’appel gagnant », ça se trouve sur youtube). Le job c’était d’analyser des courbes (quasi en temps réel) en fonction du nombre d’appels et du type d’appelant. Bref, Babylone que t’imagines même pas. La première fois que j’ai fait flasher un gros « appelez maintenant » en bas de l’écran, la courbe a percé le plafond avant de changer d’échelle. Mieux encore, tu écris « appelez maintenant », tu prends tout de suite un appel, et dix minutes après tu refais le coup, la courbe re-perce le plafond, re-change d’échelle, et tu peux la laisser grimper pendant une heure sans problème. C’est cynique, mais les premiers mots de la boss de cette boîte (qui applique le même concept dans 60 pays différents) étaient « people are stupid, you have to fuck them ». Et le manager: « Ca te choque? Ca te choquera encore plus quand tu te rendras compte que c’est vrai ». « Les clichés ont encore de beaux jours devant eux » (là je mets un copyright) ;)

     
    • Yvon

      23 octobre 2011 at 16 h 03 min

      Bonjour Lebartek

      Merci pour ton intervention. Je ne dirais pas que le terme « Appelez maintenant » tel que tu le présentes soit réellement un cliché dans le sens où je l’entendais.

      Ce que je voulais surtout dire, c’est que dans une lettre de vente, il y a beaucoup de texte. Par conséquent, l’instinct naturel du lecteur est de passer ce qui est « superflu ». En cela, les clichés sont des phrases qui sont fréquemment sautées « instinctivement », car l’oeil n’a pratiquement plus besoin de s’arrêter dessus.

      Donc, dans le fond je suis d’accord avec ta phrase copyright ;)
      Mais je modulerais sur le support : A la télé, où les gens ne sont habitués qu’aux images, alors ok.
      Sur une page de vente, un cliché perdu au milieu d’une multitude d’autres phrases, c’est pas gagné :)

      Bon dimanche

      PS : J’adore tes chroniques.