RSS
 

Ce que vous devez absolument savoir avant d’imprimer et de distribuer vos flyers

01 nov

 ’ai commencé à vous parler des flyers hier, mais un commentaire m’a fait me rendre compte que j’avais oublié quelques chose de très important dans le mode de distribution :

Je ne vous ai en effet pas parlé des flyers que l’on positionne à côté de la caisse d’un magasin de proximité (boulangerie, épicerie, librairie, etc…).

C’est en effet un mode de distribution intelligent et très intéressant pour vous, car ce genre de flyers arrivent dans la main des lecteurs par choix :

Ils voient le flyer posé à côté de la caisse, et le texte les attire. Ils le prennent, le lisent, et l’emportent avec eux.

hand holding price tag

Trucs et astuces pour que ça fonctionne

1. Avantages

Dans l’absolu, cette technique est très avantageuse pour vous car :

  • Vous n’avez qu’à convaincre la personne qui se trouve derrière la caisse de laisser vos flyers (ou le boss du magasin),
  • Vous n’êtes pas obligé d’en laisser beaucoup. Une vingtaine suffisent,
  • Si une personne emporte votre flyer, c’est qu’elle est intéressée par votre texte, et donc, c’est déjà à moitié gagné pour la visite,
  • Ca vous coûte moins cher en impression car vous en imprimez moins,
  • Vous pouvez sélectionner dans la durée les meilleurs endroits qui reçoivent le plus de gens intéressés par votre blog, et ainsi optimiser votre "campagne".

2. Convaincre le magasin

LE problème de taille est juste de convaincre les magasins de laisser vos flyers à côté de la caisse.

Alors vous pouvez prévoir un certain nombre d’arguments pour les inciter à le faire.

Par exemple, vous pouvez créer une page "partenaires" sur votre blog, et faire une courte présentation du magasin en question (quelques lignes, rien de très détaillé) avec un lien vers leur site web (s’ils en ont un).

Vous pouvez également créer un article vite fait qui regroupe les magasins qui ont accepté. Une sorte d’article de remerciement.

Bien entendu, vous pouvez vous servir de ces arguments pour emporter l’adhésion du magasin en question.

3. Suivre sa campagne

Si vous choisissez ce mode de distribution, il est important de mesurer les scores des différents points de distribution.

Pour cela, c’est facile : Il vous suffit de noter, dans un tableur par exemple, le nom du magasin, combien vous avez laissé de flyers et quand vous l’avez fait.

Puis vous repassez une semaine plus tard, et vous notez combien il en reste.

Si votre tas ne descend pas, c’est soit que votre texte n’est pas assez percutant, soit que les clients de cette boutique ne sont pas intéressés.

Vous pourrez donc décider soit de modifier votre texte, soit d’abandonner purement et simplement l’endroit pour en trouver un meilleur.

4. A prévoir en dernier

Notez bien ce qui suit :

Cette façon de procéder (laisser ses flyers auprès d’une caisse) devrait être tentée APRES avoir testé la distribution manuelle ou sur pare brise.

Ceci afin de mesurer l’impact de votre texte.

Quitte à l’adapter par la suite en fonction du magasin, mais vous devriez d’ores et déjà avoir un texte qui vous apporte du résultat.

Pourquoi vous devez tout faire vous-même

Quand on s’attaque à une campagne de flyers, on pourrait être tenté d’aller s’adresser à un imprimeur et à des distributeurs pour gagner du temps.

Je vous déconseille fortement de faire ça, et ce pour 3 raisons majeures :

1. Il faut que vos flyers aient un look amateur.

Il existe des centaines de manières de faire des flyers professionnels de nos jours. Cartonnés, sur papier glacé, avec du relief, des couleurs, des flashs…

D’ailleurs si vous regardez les flyers qui trainent par-ci par-là, vous pouvez avoir un aperçu de ce qui se fait.

Le souci, c’est que toutes ces manière d’enjoliver le support font que le tout passe inaperçu.

Exactement comme la bannière 468 x 60, que 90% des internautes ne voient plus tant ils en ont vu.

Vous, vous voulez que les gens VOIENT votre flyers.

Si vous allez dans un champ tout vert, avec des vaches toutes violettes, et qu’une vache est complètement noire, laquelle allez vous voir en premier ? La noire bien sûr.

Voilà pourquoi VOTRE flyer doit être le plus simple et le plus amateur possible : Pour se détacher du lot.

Vous recommandez un site web. L’objectif, c’est que la personne se connecte sur votre site. Et c’est tout.

Vous devez donc vous singulariser par votre minimalisme.

2. Il faut que vous puissiez les modifier à la demande

Hé oui ! Il est inutile de distribuer 4000 flyers si vous n’avez pas testé au minimum deux accroches différentes, et mesuré avec précision les retombées en fonction de ce que vous avez écrit.

Une campagne de flyers se traite comme une campagne de pub sur Adwords. En testant.

En imprimant tout vous-même, vous pouvez suivre tranquillement comment se passe votre campagne. Vous pouvez par exemple en imprimer 900 avec un texte, et voir les retombées.

Puis en imprimer 900 autres avec une phrase différente. Et mesurer encore.

Et ainsi de suite. Jusqu’à ce que vous trouviez la bonne phrase qui amène les gens le plus efficacement possible.

Vous pouvez aussi personnaliser votre flyer en fonction de l’endroit où vous le distribuez, ou de l’endroit où vous le déposez.

Par exemple, lors d’un salon, la phrase ne sera pas la même que si vous déposez votre flyer dans une boulangerie.

Bref, tout imprimer soi-même permet de rectifier et d’adapter votre campagne au fur et à mesure.

Ca va vous demander un peu plus de temps, mais croyez-moi, les résultats devraient vous enthousiasmer.

3. Il ne faut pas que cela vous coûte trop cher

Oui, l’objectif n’est pas de vous ruiner !

Selon les endroits, le thème de votre site et le nombre de personnes potentiellement intéressées par celui-ci, votre campagne de flyers ne va pas donner grand chose. En tout cas au début.

Il va vous falloir affiner, tester, mesurer, comme je le disais au-dessus.

Il vaut donc mieux démarrer l’impression et la distribution vous-même.

Ca ne vous coûtera pas grand chose et vous permettra de ne pas vous mettre la pression inutilement.

Imaginez un instant que vous fassiez imprimer et distribuer 4000 flyers et qu’au final seules 20 personnes arrivent sur votre blog, question moral, vous aurez largement préféré dépenser 20 € pour ça que 100, 200 ou même 3 fois plus…

A la rigueur, une fois que vous aurez testé avec succès votre première campagne, et que vous saurez combien de visiteurs elle vous rapporte, vous pourrez alors évaluer si cela vaut le coup d’externaliser l’opération dans son ensemble.

Mais en attendant, faites tout vous-même !

Et ensuite ?

Cet article commence à s’allonger, aussi vais-je l’arrêter maintenant.

Je consacrerai 100% de l’article de demain au texte à prévoir sur ces fameux flyers, puisque vous l’aurez compris, c’est l’élément clé de votre opération.

D’ici là, vos questions et impressions sont toujours les bienvenues.

 

Merci de partager cet article avec vos amis s'il vous a plu !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! Merci d'avance :

 



Celui d'avant ou celui d'après ? Choisissez :

Envie de lire l'article qui vient juste après celui-ci ? Cliquez là :



Choisissez votre prochain article sympa :

Crédit photos : © Fotolia.com



Juste au cas où...

Je suis pour des articles sans aucune faute d'orthographe ! Si vous en avez repéré une ou plusieurs dans cet article, alors merci de me le signaler en m'envoyant un mail à yvon(at) le présent nom de domaine, en indiquant le ou les mots concernés.
Je corrigerai tout ça au plus vite.

Tags: ,

Je suis sûr que vous avez des choses à dire :

IMPORTANT : Si vous avez un blog, indiquez son adresse dans "Votre site Internet". Un plugin installé sur copywriting-pratique inscrit automatiquement un lien vers votre dernier article, juste SOUS votre commentaire !

 

 

 

 

 



 

Afficher un lien vers mon dernier article
;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Notifiez-moi des commentaires à venir via email.
Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

 

 

  1. franckwylliams

    1 novembre 2011 at 20:32

    Bonsoir,
    les tests, les tests encore les tests…
    c’est en partie la clé de la réussite…
    je suis pas trop d’accord avec le principe de la quantité avant et après!!(paragraphe 3 « suivre sa campagne)
    On peut ce retrouver dans certain cas avec une campagne réaction zéro, si rien ne pousse à l’action derrière.
    J’ai hâte de lire la suite … ;)
    Amicalement
    Bonne soirée
    franckwylliams

     
  2. richard

    1 novembre 2011 at 20:46

    Excellent article comme toujours.

    Je suis en revanche plus mitigé comme le fait qu’il faille que les flyers soient d’un look amateur. Je pense pense, au contraire que l’immense majorité que l’on trouve sont de type amateur, et donc, totalement anonymes de ce fait : jaune, bleu, rose vif, grosse police de caractère bien grasse, ou au contraire tellement de texte autour d’un minuscule clipart. Pour se démarquer, il faut faire plus qualitatif que les autres, mais pas forcément plus tape à l’oeil.

    J’ai essayé, au lancement de mon activité le flyer classique, N&B et couleur, accroches différentes selon l’endroit où je les distribuait (principalement en dépôt dans les boutiques justement), et n’ai jamais été totalement satisfait.

    J’ai ensuite essayé la carte postale (chez vistaprint) et le flyer 9,5x21cm que je dépose à même les boîtes aux lettres des endroits où je vois mes clients.

    Mes conclusions ? Le format carte postale est celui qui me rapporte le plus de demande d’infos, mais le flyer 9,5×21 est celui qui converti le mieux. Ce dernier en couleur fait beaucoup plus classe. Quant au prix, je n’utilise que les offres « gratuites » de vistaprint (frais de port à payer).

    Richard

     
    • Yvon

      1 novembre 2011 at 21:27

      Bonjour Richard, et merci pour ton intervention.

      Amateur ne veut pas dire « n’importe comment ».
      Dans le cas précis d’une demande de connexion à un site web (ou un blog bien sûr), les fioritures ne servent à rien.
      Ce n’est QUE le texte qui sert.

      J’ai testé quant à moi plusieurs fois les uns contre les autres des flyers pro (couleur, glacés, etc…) contre des flyers minimalistes.
      Pour plusieurs types d’activité. Les minimalistes ont toujours emportés la donne quand il a fallu faire se connecter les gens sur un site web.
      Idem pour inviter des gens à une conférence.
      J’avais fait faire des flyers pros d’un côté qui était un bon d’inscription à renvoyer pour s’inscrire + la possibilité d’appeler.
      J’avais fait dans le même temps des flyers moi-même (en bleu foncé sur blanc) qui annonçait un site web sur lequel les gens avaient plus d’infos sur le séminaire.
      Les flyers amateurs ont fait venir 5 fois plus de gens sur le site web que ce qu’on a eu comme appels téléphoniques.

      J’ai l’impression que les flyers pros, c’est comme les plaquettes de société : Ca ne sert qu’à flatter l’ego de l’entreprise qui les distribue, mais ça ne sert pas à grand chose, car personne ne les lit.

      Moi, tu sais, qu’il s’agisse d’un journal, d’un flyer, sur Internet ou même dans la rue, je suis toujours partisan de faire des mots plus gros et plus percutants, même s’il n’y en a que 10. Parfois, on se perd en blabla inutiles et en fioritures, mais ce qui fonctionne, et ce qui attire l’attention, c’est surtout le mot décalé qui intrigue.

      En écrivant ça, je repense à ce mec qui avait passé une annonce dans le New York Times, qui disait : « Envoyez-moi un dollar ». Suivait son adresse.
      Il a passé cette annonce en quart de page, 5 jours d’affilée. Un gros carré blanc, et le texte en gros au milieu. La dernière fois, il a marqué : « Vous avez jusqu’à 15 heures pour m’envoyer un dollar »
      Il a récupéré 300.000 dollars, et il a disparu. Il y avait tellement la queue le dernier jour, que la police a été obligée d’intervenir pour réguler le monde. C’était il y a longtemps, mais ça prouve qu’un texte bien choisi et bien fait n’a pas besoin de fioritures pour fonctionner.

      Bonne soirée

      Yvon

       
  3. claire

    1 novembre 2011 at 20:51

    Bonsoir Yvon,

    Un flyer « amateur » pour se détacher du lot… quelle brillante idée!

    Et j’en profite pour rebondir sur le copywriting (mais de quoi elle se mêle celle-là :hin: ). Je trouve, et c’est un avis très personnel, que la plupart des mails et lettres de vente sont très formatés… D’ailleurs lorsque tu soulignais que le terme ebook est devenu un peu galvaudé, c’est ce que je ressens aussi. Et cela aussi pour de nombreuses autres formulations trop utilisées en marketing.

    Bref, cette théorie pour le flyer devrait pouvoir s’adapter pour le copywriting non ? Je ne parle pas de faire des lettres de vente complêtement « amateur », mais d’adopter un style différent de tout ce qu’on voit.(Et tu me rétorqueras certainement, que ça se fait comme ça parce que ça marche…)
    Mais il y aurait peut être une autre voie à tester, non ?

    Bonne soirée.

     
    • Yvon

      1 novembre 2011 at 21:44

      Bonsoir Claire

      Attention à ne pas faire d’amalgamme entre la distribution de flyer (distribution aveugle, où le but est d’attirer l’attention) et l’envoie de mail et de lettres de vente.
      L’objectif n’est pas le même.
      L’action n’est pas la même.

      Il existe des « standards » en copywriting. Des clefs, des plans à suivre qui donne de bons résultats.
      Mais ce ne sont que des plans.
      Les mots qui composent le texte, eux, sont différents et DOIVENT être adaptés.

      Je vais prendre un exemple tout récent.

      Je suis abonné à pratiquement tout ce qui se fait de listes de marketers.
      Je peux donc suivre en direct des « super lancements » chaque semaine.
      Un super lancement se construit avec un plan précis.

      Le voici :

      > Contact d’une vingtaine d’acteurs connus pour avoir des listes de gens
      > 3 ou 4 vidéos gratuites mis à disposition
      > Une page de vente disponible jusqu’à tel jour à telle heure avec X personnes maxi
      > Attention, déjà presque plus de place et la porte qui se referme dans quelques heures.
      > Heure de fermeture
      > Il y a eu un problème de serveur, ou un pb de client, ou un problème de… la date est repoussée de 24 heures (ou de 12 heures)
      > Attention dans 2 heures c’est vraiment fini !
      > Plus qu’une heure !
      > C’est fini ! Merci à tous
      > J+ 2 : J’ai eu tellement de gens qui m’ont dit que j’étais con comme un emballage de chewing gum d’avoir fermé les inscriptions que j’ai décidé de les rouvrir pour 24 heures, pas une heure de plus…

      Voilà.

      Le plan est celui là.
      C’est tellement cousu de fil blanc, et tellement utilisé qu’il n’y a plus aucune surprise.
      Résultat : les rendements chutent. Les gens zappent. Et ils attendent la fin en sachant pertinamment comment ça va se passer.
      Car les marketers utilisent toujours et encore les mêmes ficelles.

      Si demain j’ai un produit à vendre, personnellement, je ne choisirai jamais ce plan là. Non pas parce qu’il est mauvais. Mais parce qu’il est trop utilisé.
      Par conséquent, les ficelles ne prennent plus. Comme les bannières 468×60.
      Donc il faut inventer de nouvelles choses. Tester de nouvelles manières, de nouveaux textes et de nouveaux processus.
      Mais ce n’est pas donné à tout le monde de créer de tels plans.
      Et il faut avoir le gout du risque pour ça.

      Un flyer, c’est facile : On peut commencer par tester le plus simple pour voir si ça fonctionne.
      Pour un produit, c’est du lourd à créer.
      Tu comprends donc pourquoi tu vois autant de mails plus ou moins basés sur le même modèle.
      Mais de temps en temps, quelqu’un sort du lot et met en palce uun nouveau modèle.
      C’est le cas de Jean de Webmarketingjunkie. Son modèle est original et innovant.
      Je ne l’ai encore pas vu imité, mais m’est avis que ça ne saurait tarder…

      C’est la vie du marketing ;)

      Il y a les ouvreurs et les suiveurs. Et là, c’est plus Pareto. C’est la loi du 1/999 ;)

      Bonne soirée

      Yvon

       
      • claire

        1 novembre 2011 at 23:08

        Merci pour ta réponse très complète, et très enrichissante.

        C’est amusant parce que j’avais justement marqué la page de vente de la formation de Jean, dans mon dossier pour m’en inspirer le jour où je lancerai ma formation. Et elle figurait toute seule. Parce qu’à part ça rien ne m’avait vraiment tapé dans l’oeil, jusqu’à hier… (je ne sais pas si tu as vu la lettre de vente de la formation copywriting hypnotique de C.G., mais elle est géniale)… Bon ben maintenant j’ai deux modèles dans mon dossier (et quels modèles :) )

        Et oui tu as raison, le flyer n’a évidemment pas la même destination qu’une lettre de vente.

        Merci pour tout.
        Tes conseils et ce blog sont vraiment d’une grande valeur pour nous.

         
        • franckwylliams

          2 novembre 2011 at 10:07

          Bonjour Claire,
          j’ai le même avis que toi si l’on suit pas mal de personnalités sur le web on se rends aisément compte que tout ce ressemble en partie…
          Beaucoup de personne dirons qu’il faut reproduire à l’identique des procédés qui fonctionnent déjà..
          Je suis un peu comme toi à me dire que c’est pas la solution de faire ainsi ; cela ressemble à du « copier-coller » , j’aimerai faire autrement et tout comme toi sortir du lot!
          J’ai peut-être tout faux…ou bien j’ai peut-être tout bon .. :red:
          l’avenir nous le diras!!
          amicalement

          PS : dans quel domaine est-tu?

           
      • Thierry

        5 juin 2012 at 08:17

        Bonjour,

        Je rebondis sur le modèle commercial de webmarketingjunkie.
        Son système de vente fonctionne aussi parce que :

        1- il travaille avec une Sté basée à l’étranger où la loi scrivner ne s’applique pas. Donc il peut se permettre de ne pas verrouiller ses ventes à postériori

        2- impossible de savoir si il y a des retours négatifs vis à vis de ses formations puisque son blog ne laisse pas la porte ouverte aux commentaires.

        Je ne suis donc pas certain de son même succès sur un modèle classique français.

        Par contre je confirme le succès des flyers minimaliste et pas seulement pour un blog puisque j’utilise ce concept en immobilier.
        Je réalise des modèle A6 en 80g couleur post-it R°/V° avec un mot manuscrit bleu foncé (vraiment manuscrit !) que je mets en boîte aux lettres.
        Les retours sont top !

         
  4. BK

    1 novembre 2011 at 21:02

    Bonsoir Yvon,

    Ah ben voilà la réponse à la question que je me posais hier : faut-il mettre des flyers dans une boutique ?

    Seul problème, tu conseilles de tester d’abord la distrib à la main ; mais, en ce qui me concerne, si je pense tout à fait approprié de mettre les librairies ésotériques à contribution, je ne crois pas que distribuer des flyers, où que ce soit dans la rue, soit une opération très ciblée pour un blog de spiritualité.

    Mais pour le reste, c’est que du bon !

    Bernard

     
  5. Geoffroy

    1 novembre 2011 at 21:14

    Bonjour Yvon,

    Cela devient de plus en plus passionnant.

    Le fait que tu dises qu’il faut se démarquer en réalisant des flyers simplistes m’interpellent.

    Je parle pour mon cas qui est de promotionner mon entreprise.

    Les gens pourraient penser que je n’ai pas assez d’argent pour imprimer des flyers et donc passer pour quelqu’un de pas sérieux

    Car tout le monde sait que les flyers cela ne coutent pas grand chose.

    Autre point : tester. Je suis d’accord avec toi mais comment tester l’efficacité d’un magasin par rapport à un autre ?

    Ici je viens de faire une pub (pas un flyer) dans un souper.

    J’y ai mis un bon de réduction de 15 euros. Dans 15 jours, je vais encore une pub qui va être distribuées à 15.000 personnes. La j’ai mis une réduction de 10 euros.

    On pourrait appliquer ce même principe polir les flyers.

    Mais vois-tu d’autres possibilités surtout si on n’a rien à vendre sur son blog (du moins directement).

    Peut être utiliser un raccourcisseeur d’url pour le placer sur son flyer.

    J’ai aussi mis un numéro de téléphone différent sur mes flyers ou pub. Avec une redirection de mes appels sur mon téléphone portable principal.

    De cette manière je peux comptabiliser tous les appels quand je reçois ma facture de téléphone. Cela ne me coute que 5 euros par mois donc le test en vaut la peine.

    J’attends la suite avec impatience.

    Geoffroy
    Geoffroy Son dernier article : Comment générer le buzz autour de votre blog et faire venir des milliers de visiteurs en une semaine ?

     
    • richard

      1 novembre 2011 at 21:25

      Salut, peut-être qu’un QR code à flasher avec un mobile pourrait être utile dans ton cas ? Tu créé une landing page dédiée avec une promo et vois les retombées.
      Richard

       
      • xavier

        2 novembre 2011 at 01:07

        Pour le fun
        Voici le code QR de …….copywriting pratique ;)
        http://xavtheol.free.fr/code-qr-cp.php
        Tu me pardonnera le copier collé Yvon ?

        Pour le lire?

        Il suffit d’avoir un smartphone équipé
        d’une application de lecture (QR Reader en anglais) :
        pour iphone télécharger Qrafter,
        pour android Barcode Scanner
        et pour blackberry c’est QR Code Scanner Pro.

        Et pour les pc ?
        Dans chrome installer l’extension Qreader
        https://chrome.google.com/webstore/detail/bfdjglobiolninfgldchakgfldifphic
        puis un simple clic droit/lire qr code from image.

        Ou si on utilise pas chrome…. télécharger l’application barcapture http://barcapture.en.softonic.com/

        Pour les flyer je pense que c’est vraiment un plus en effet.
        Pour ma part c’est imprimé je teste en réel demain!

         
        • Yvon

          2 novembre 2011 at 08:46

          Merci Xavier :)

          Je ne sais pas encore quoi en faire car je n’ai pas du tout d’expérience dans ce domaine.
          Mais je le testerai un de ces 4.

           
    • Yvon

      1 novembre 2011 at 21:55

      Salut Geoffroy

      Cette idée qu’une personne juge une entreprise sur son flyer est absurde, cher ami.
      Ce n’est pas un concours de beauté.
      Dois-je te rappeler le design de la société la mieux placée en visites mondiales sur le web ?? (Google)

      Ne perds pas l’objectif d’un flyer. Il est pas là pour faire joli. Il est là pour faire agir.
      Tu veux frimer avec ta société ? Fait une belle plaquette pleine de couleurs et d’embossés, de textes, de photos en tous genre. Ca en jette, c’est beau, c’est rutilant, et ça montre que tu as 2500 euros à mettre dans un support pub qui en « jette ».

      Mais si tu veux que les gens t’appellent, ou viennent sur ton site Internet, prend une feuille blanche, partage là en 3 dans le sens de la hauteur, et écrit UNE phrase mystérieuse avec au-dessous un téléphone ou un site web. Les gens ne sauront pas qui tu es, mais si ta phrase est assez intriguante, ils viendront voir.
      Relis mon histoire du mec à 1 dollar.

      Bonne soirée

      Yvon

       
  6. richard

    1 novembre 2011 at 21:22

    À bien y réfléchir, la différence du flyer amateur et du flyer plus sophistiqué tient peut-être uniquement au message que l’on veut faire passer ou à l’activité dont le flyer fait la publicité ?

    Par exemple, ceux que je viens d’aller chercher dans ma boîte aux lettres il y a 2 mn sont plutôt bruts de chez brut : flyer blanc, encre verte, activité : liée à l’entretien des espaces verts. Problème : il y en à 3 très similaires, de 3 artisans différents. Aucun ne sort du lot, hop poubelle…

    Il y en a 2 liés à l’immobilier.

    Le premier est sur papier glacé et m’informe que l’agence X a vendue un pavillon dans mon quartier en seulement 15 jours. La photo est celle du pavillon en question que je reconnais facilement (vraiment très proche de chez moi donc). L’agent immobilier, est lui-aussi sur le flyer, tout sourire. Nous avons là, un flyer qui me semble très élaboré, et qui pour moi, m’inspire confiance, et qui, si je devais vendre, me porterait naturellement vers cette agence.

    Le second flyer d’agence avec ce lot de 5 est très insipide en comparaison : l’agence Y est présente dans ma région depuis 25 ans et on peut lui faire confiance. Flyer blanc, encre bleue, clipart de pavillon. Rien de plus : hop poubelle.

    Voilà, voilà…
    Richard.

     
    • Yvon

      1 novembre 2011 at 22:13

      Cher Richard, tu n’as pas jeté le deuxième flyer de l’agence immo parce que le flyer faisait amateur, tu l’as jeté parce que le texte écrit dessus était nul, sans aucun intérêt pour toi, et pas attirant pour un sou.

      Mais qu’en aurait-il été si tu avais découvert ça :

      Je vends votre maison dans les 11 jours
      où je vous fais cadeau des frais d’agence :

      vente-immo-express.com

      Tu n’aurais pas jeté ne serait-ce qu’un petit coup d’oeil ?? ;)

       
  7. Thierry Valker

    1 novembre 2011 at 21:46

    Salut Yvon

    Je ne sais pas si tu as vu l’article sur la règlementation des flyers alors je te le remet.

    http://www.bepub.com/view_fiche_pratique.php?id_fic=19

    J’attends toujours l’aspect copywriting pour pouvoir réaliser les miens.Tant pis pour la phase de test, je n’aurais pas le temps. Il me les faut dans 4 jours. J’espère viser à peu près juste du 1er coup. :)

    Je t’annoncerai les retours que j’ai eu (si j’en ai). ;)
    Thierry Valker Son dernier article : Mon idée trafic: le E-book

     
  8. Nordine D.

    1 novembre 2011 at 22:02

    Bonjour,

    1. Il faut que vos flyers aient un look amateur.

    Alors là, je m’incline devant l’évidence… Je suis surtout surpris par le fait que quelqu’un comme toi, qui est plutôt « perfectionniste », prône pour de l’amateurisme :-o
    Je ne suis pas tout à fait d’accord sur ce point, mais ça n’engage que moi, et libre aux lecteurs de se fonder leur propre opinion sur ce sujet ;)

    2. Il faut que vous puissiez les modifier à la demande

    Sans vouloir prêcher pour ma paroisse :-x l’impression numérique est l’outil idéal pour cela
    A partir d’1 page…
    C’est un métier peu connu, mais il existe ;)

    3. Il ne faut pas que cela vous coûte trop cher

    Comme plus haut, je ne suis pas là pour faire ma pub, à la base je viens ici pour m’instruire en copywriting, l’impression étant mon métier, je donne juste une (autre) piste que je connais très bien :

    J’ai fait des tests, demandé à mes clients, fais des recherches : il en ressort que quoiqu’il en soit, imprimer sur sa petite imprimante de bureau reviendra toujours plus cher que chez l’imprimeur du coin, si bien sur, il n’abuse pas sur ses prix…

    Voici quelques raisons :

    - La 1ere chose à prendre en compte c’est l’obsolescence programmée (par les constructeurs) de votre imprimante. Donc rachat d’une nouvelle imprimante plus rapidement que prévu.
    - Le prix du papier : L’imprimeur paiera forcément moins cher son papier que vous. (A qualité égale bien sur)
    - Le prix des cartouches d’encre…
    - Le temps passé à surveiller/réparer l’imprimante.

    Et je ne remettrai pas sur le tapis le coté plus « sérieux » de la qualité d’impression…

    Désolé Yvon, depuis le temps que je viens sur ton blog, je n’ai jamais eu à te contredire, je poste même quasiment jamais, mais là… c’est plus fort que moi, parce que d’après moi tu as faux sur certains points.

    Ça fait 16 ans que je fait ce métier, je pense savoir de quoi je parles, enfin j’espère :haha:

    Allé, vivement le sujet de demain, c’est celui ci qui m’intéresse, le type de sujet que tu maitrise parfaitement :super:

    Cordialement,
    Nordine D. Son dernier article : Calendriers et cartes de vœux 2012

     
    • Yvon

      2 novembre 2011 at 01:01

      Bonjour Nordine,

      Au risque de me répéter, je parle bien des flyers qui servent à faire venir du monde sur son site ou sur son blog.

      Je ne sais pas combien tu fais spécifiquement de CE TYPE de flyers par an, et dans le cas où tu en fais, je ne sais pas non plus quels sont les résultats obtenus avec ta version pro.

      Mais je peux aisément parier ce que tu veux que le combat « flyer pro » contre « flyer amateur » pour faire venir les gens sur un blog est loin d’être gagné d’avance pour le pro.

      Je ne remets pas en cause ta profession ni ton expérience dans le domaine. Je te parle moi en termes de résultats.

      En termes plus simples, si tu publies 2000 flyers pros et que JE publie 2000 flyers amateurs en noir et blanc, qui font tous les deux venir les gens sur un blog, tu es certain à 100% que c’est ta version qui va faire venir plus de monde sur le blog en question ??

      En ce qui me concerne, les tests que j’ai faits me prouvent le contraire. Et 3 fois.

      Mes explications sont que les flyers sont tous pros. En tout cas pour la plupart. Les entreprises se fendent de quelques centaines d’euros pour avoir des flyers jolis et modernes, mais ils se foutent un peu des retombées en terme de résultats.

      Résultat : Les gens ne lisent plus ce qu’il y a dessus. C’est pour cela que l’on affiche royalement des rendements moyens de 1 pour 1000 avec ce support (c’est ce que j’ai pu noter ici ou là).

      Mes résultats à moi font état d’une centaine de visites sur 2000 flyers distribués. Soit environ 5 %.

      C’est relativement peu par rapport à un formulaire sur un blog, mais on est loin de 1/1000.

      En conclusion, peut-être qu’il serait bon d’essayer UNE FOIS un design amateur pour voir si ça fonctionnerait pas mieux.

      Je conçois que c’est pas vraiment cool pour ton business, et dans l’ensemble, je suis d’accord avec toi en ce qui concerne tes arguments relatifs à l’imprimante, la cartouche et le temps, mais de mon côté, moi qui suis plus axé résultats que moyens mis en oeuvre, mon choix est sans conteste ;)

      Merci pour ton intervention, quoi qu’il en soit.

      Bonne soirée

      Yvon

       
      • Yannick

        24 avril 2014 at 18:03

        Bonjour Yvon,

        Pour commencer, merci pour ce blog et notamment pour cet article qui devrait m’être utile très prochainement.
        Je réagis sur un point en particulier : vous évoquez la création de flyers en « noir & blanc » alors qu’à ma connaissance, c’est interdit car réservé à l’administration. Avez-vous identifié une solution pour « contourner » cette contrainte légale ?

        Yannick

         
    • elenapoint

      2 novembre 2011 at 08:28

      Bonjour Nordine,

      Je regrette de te le dire, mais c’est toi qui as faux sur les points que tu développes.

      L’obsolescence d’une imprimante ne se compte pas sur quelques travaux, mais sur sa durée de vie totale qui n’est tout de même pas minime, même si, à notre époque, les fabricants prévoient, peut-être pour leurs produits, une durée limitée.

      Une imprimante, même personnelle et pas chère, dure tout-de-même quelques années et permet de faire pas mal de milliers de flyers !

      L’imprimeur paie, bien sûr, moins cher le papier, mais, sur une petite quantité, cela ne compte pas.

      Et puis, tu achètes, bien sûr, ton papier moins cher, mais tu le revends plein pot à ton client, ce n’est donc pas celui-ci qui bénéficie de ce prix moins élevé (attention, je ne dis pas qu’il n’est pas normal de faire une marge, mais simplement que ton argument ne tient pas ici).

      Et puis, si on s’y connaît un peu, n’importe qui peut acheter, dans les papeteries en gros (chez qui se fournissent les imprimeurs) des fins de stocks en relativement petites quantités (le nom exact m’échappe, là) pas chères du tout et qui peuvent concerner de très belles qualités de papier.

      Il suffit d’acheter, si elle nous convient, la quantité totale, en prévoyant nos besoins futurs.

      Bien sûr, à condition d’avoir un SIRET, mais celui qui exerce une activité à con compte en dispose déjà, ce qui est certainement le cas de tout le monde ici.

      Il suffit d’appeler une papeterie en gros pour savoir ce qu’ils ont sur le moment.

      Sans aller jusque là, deux ramettes donnent 2000 flyers A5 et, au détail, coûtent au maximum 10€ (et moins si on cherche un peu), et les cartouches d’encre, si on les achète là où il faut, coûtent moins de 10 €, pour peu que l’on mette un peu de couleur.

      20 €, je ne trouve ce prix nulle part pour 2000 prospectus ( :hin: mais oui, Yvon ! :hin: ).

      Des fournisseurs de cartouches pas chers, il suffit d’une recherche sur notre moteur préféré pour comparer leurs prix.

      Pour les cartouches, originales ou compatibles, j’en ai un très bon, il vous suffit de m’écrire et je vous l’indique (je ne suis pas son apporteur d’affaires ! :D )

      « Amateur », comme le dit Yvon, n’a jamais voulu dire « mauvaise qualité » (« amateur », nom masculin : Celui qui a de l’attachement, du goût pour quelque chose).

      Un flyer en apparence amateur ne donnera pas au client potentiel l’impression de payer trop cher son produit parce nous n’aurons pas fait d’énormes frais de flyer ( quadri, pelliculage, découpage avec une forme, etc), il pensera qu’il paye le juste prix pour notre produit/service et il n’aura pas tort.

      Un texte bien fait et un imprimé en une seule couleur (le bleu ou le violet foncé donne une impression de bon marché).

      Alors, dans le cas qui nous intéresse, l’intervention d’un imprimeur est totalement superflue.

      Quand on sait à combien revient l’impression pour l’imprimeur et combien le client la paie, on n’en revient pas, d’autant plus que les prix des imprimeurs sont très fantaisistes, pour un même travail, ils peuvent passer du simple au décuple et plus !

      Bien au contraire de ce que tu dis, si je passe par un imprimeur pour ce type de petits travaux, le prix que je paierai prendra en compte l’amortissement des machines (très chères), le salaire et les charges du personnel, la location et les frais inhérents aux locaux, etc… etc…

      C’est parfaitement normal et bon pour les gros travaux, mais totalement inutile dans le cas de petits prospectus/flyers que nous voulons simples mais efficaces.

      Je travaille depuis 45 ans avec des imprimeurs et j’ai eu, durant quelques années, ma petite imprimerie intégrée avec offset de bureau et tout le matériel (taqueuse, agrafeuse, massicot, … professionnels), y compris pour développer les films, et insoler les plaques.

      L’imprimerie ne m’est donc pas totalement étrangère.

      Laissons donc, sans discutailler, Yvon nous raconter, avec son talent reconnu, comment rédiger et présenter des petits flyers amateurs de très bonne qualité, et, ne t’en déplaise, Nordine, c’est aussi un sujet qu’il semble très bien connaître.

      Bien amicalement,

      Elena.

       
  9. Gino

    1 novembre 2011 at 22:26

    Bonjour Yvon

    Je crois que pour mesurer les résultats pour 2 versions ou plus de flyers que l’on veut tester, il serait possible de si prendre de la façon suivante.

    Donner un cadeau aux gens en échange d’un numéro ou d’un mot inscrit sur le flyer, qui sont bien sûr différents pour les 2 versions de flyer.

    Lorsque les gens viennent s’inscrire sur ton blogue, il suffit simplement de demander ce mot ou numéro, comme cela l’analyse des résultats est facile (même si tu n’aime pas le mot facile :-)) à faire par la suite.

    On peut aussi créer 2 pages d’inscription différentes en mettant un URL différente pour chaque version de flyer.

    Ça permet de cibler plus vite ce qui fonctionne le mieux entre les différentes versions de flyers.

    Comme cela, pas besoin d’écouler un grand stock de flyers de chaque version avant d’obtenir des résultats, on peut même écouler les 2 versions dans un même évènement ou dans les pare-brises de stationnement.

    Pour mon entreprise offline, je m’étais créé un superbe flyer professionnel, le message était très clair et ciblé, le même texte que sur mes cartes de visite s’y retrouvait, j’avais eu de très bons taux de conversion avec mes cartes de visite.

    Pourtant le résultat des flyers a été decevant.

    Je pense que les raisons suivantes peuvent expliquer ce fait.

    Raisons #1 : Les prospects sentent peut-être qu’un flyer trop professionnel se répercute sur le coût de nos prestations. Je ne sais pas vraiment, je n’ai pas vérifié ma théorie mais je peux te dire que mes simples cartes de visite convertissaient mieux que mes flyers qui avaient été ciblées dans des quartiers qui étaient bons pour moi.

    Raison #2 : J’avais aussi fais faire de la distribution par le publi sac, c’est à dire que ce mode de distribution de mon flyer pouvait moins ressortir que les façons que tu proposes dans ton article d’hier.

    Raison #3 : Même en passant en laissant des flyers à chaque porte à des maisons aux prises avec le problème que je venais réglé, il y a eu peu de retour d’appel ce qui rejoint à mon avis la raison #1 du coût possible plus élevé de la prestation. La même technque avec mes cartes de visite me donnait d’excellents rendements.

    J’aime donc assez ta suggestion de faire un peu plus amateur avec un flyer pour tester différentes choses et de cibler tout en économisant aussi les coûts superflus. Je n’ai jamais testé cette formule.

    Encore un très bon article de ta part et j’ai hâte à la suite.

    Salutations

    Gino
    Gino Son dernier article : Facilité, efficacité, réussite et Yvon

     
    • Yvon

      2 novembre 2011 at 00:41

      Bonsoir Gino

      Comme je le disais juste avant, le « résultat » comme tu dis, c’est quand la personne arrive sur ton blog. Point final.
      Le reste n’a rien à voir avec le flyer. C’est le blog ou le site qui s’occupe de tout…

      Je n’ai JAMAIS DIT qu’il fallait faire amateur pour un flyer qui vend un truc. Je parle de l’action qui consite à faire venir du monde sur son blog ou son site web.

      Oui OK, j’ai l’air de me répéter, mais j’ai l’impression que tout le monde a zappé cette action pour m’emmener vers des trucs qui ne concernent pas cet article.

      Bonne soirée

      Yvon

       
      • Gino

        2 novembre 2011 at 02:06

        Salut Yvon,

        Je me suis peut-être mal exprimé au niveau du terme faire amateur, on peut faire quelque chose qui peut être génial en texte ou en accroche visuelle pour arriver à un résultat qui dépasse un pro

        En parlant de mon expérience offline, ça peut aider les gens à faire autrement que la normale. J’ai payé pour du pro mais avec des résultats moindres qu’une feuille que j’aurais pu faire chez-moi tout en demeurant correct au point de vue du prospect que je ciblais alors.

        Là où je te rejoins, c’est que ce sont les textes qui vont attirer les gens à venir sur le blogue.

        Je comprend aussu que se sont des flyers pour faire venir des gens sur le blog mais si tu veux en vérifier l’impact et avoir un « certain taux de conversion » ou cibler un secteur pour une future promotion de vente, je crois qu’il faut que tu puisses déterminer quel flyer et secteur a eu le plus d’impact.

        C’est pourquoi j’amenais l’idée de la mesure de résultat sur le blogue, qu’ils arrivent par une url ou l’autre, ça ne change rien pour le visiteur, il sera tout de même sur ton blogue, tu verras l’efficacité de chaque flyer indépendamment et c’est une économie de temps pour l’analyse des résultats qui serviront plus tard.

        C’est simplement cela mon point, je me suis peut-être égaré du sujet un peu mais je voulais apporté mon point de vue à tes lecteurs aussi.

        Quand je parle de faire amateur, ça ne veut pas dire d’être de mauvais goût, ou de manquer de professionnalisme dans notre approche mais simplement de se démarquer à notre façon et ne pas nécessairement copié des recettes déjà usées.

        Si tu as disons 1000 flyers et que tu as 100 visiteurs sur ton site, et que tu repasses dans tes points de distribution de flyers et que tout tes flyers sont partis.

        Dans la réalité, il y a peut-être eu 80 conversions pour le modèle X de flyer contre 20 pour le Y.

        Comment fais-tu pour différencier les deux versions de flyers à moins de mettre de longs intervalles entre la cueillette de renseignements?

        Salutations

        Gino

         
        • Gino

          2 novembre 2011 at 02:15

          Correction d’une partie de mon texte précédant

          Désolé

          Si tu as disons 1000 flyers de deux modèles différents (500 de chaque) et que tu as 100 visiteurs sur ton site plus tard, tu repasses ensuite dans tes points de distribution de flyers et ils sont tous partis.

          Comment fais-tu pour savoir la vraie efficacité de tes flyers si tu ne mesures pas cela sur ton blogue?

          etc…

          Gino

           
  10. Olivier

    1 novembre 2011 at 22:32

    Juste une question : pourquoi faire un flyer ?
    de mémoire, tu as indiqué que sur un blog, on en devait pas vendre de produits directement …
    donc si je crée un flyer pour faire venir sur mon blog, il faut ensuite que j’organise mon blog pour que ces prospects deviennent des clients…
    n’y-a-t-il pas mieux, moins cher et plus efficace pour vendre ?
    [ la réflexion tient aussi pour la réponse: faire venir des personnes sur ma boutique en ligne , ne crois-tu ps qu'il y a mieux pour cibler sa clientèle ? ]
    Olivier Son dernier article : Les conseils de David Jay pour booster son business avec la video ! #W2C11

     
    • Yvon

      2 novembre 2011 at 00:38

      Non mais je parle en patagon, aujourd’hui, moi ou quoi ?
      J’ai dit quelque part qu’un flyer servait à vendre quelque chose ?

      Le but, c’est de FAIRE VENIR DES GENS SUR SON BLOG.
      C’est ça l’action… Une fois que les gens viennent, c’est gagné.

      Je ne parle pas de flyer pour vendre.
      Ni pour prendre un rendez-vous téléphonique.
      Ni pour un devis…

      Dans cet article, je parle de flyer pour faire venir les gens sur un site web ou un blog.

      J’ai beau chercher, je n’arrive pas à trouver des mots plus simples pour l’expliquer.

      Yvon

       
      • Charles

        2 novembre 2011 at 01:02

        Question technique.

        Pour mesurer l’impact, tu vas utiliser un NDD court qui renvoi sur ton site principal. Est-ce que dans GA, on a la visite comme « referral » ou « directe » ?

        Je sais pas si j’ai été clair.

        Mais du coup, ça serait bien de savoir exactement combien de visites on reçoit en plus.

         
        • Yvon

          2 novembre 2011 at 08:45

          Salut Charles

          J’en parle dans l’article du jour ;)

           
      • xavier

        2 novembre 2011 at 01:27

        Une image vaut parfois mille mots;)
        Un code QR n’est il pas pour un peu l’image mystérieuse

        qui peut accompagner la phrase mystérieuse
        dont tu parle un peu plus haut?

        voir http://xavtheol.free.fr/code-qr-cp.php

        Amicalement
        Xavier

         
        • Yvon

          2 novembre 2011 at 08:49

          SAlut Xavier,

          Comme je le disais ci-avant, je n’ai aucune expérience dans ce domaine, donc je ne sais pas du tout quelles peuvent être les retombées d’un tel système.
          N’étant pas vraiment friand des smartphone (oui, moi et la technique geek, ça fait 2), je ne peux pas savoir quel impact ce fameux QR peut avoir sur les gens. Quoi qu’il en soit, j’imagine que cela doit correpondre à une génération. Ca dépendra donc du thème du blog.

          Bonne journée

          Yvon

           
          • didier

            23 novembre 2013 at 06:35

            Bonjour Yvon,

            je trouve votre article fort intéressant je suis moi même en train de réaliser des flyers pour ma société serait il possible d’avoir votre avis dessus.

            merci par avance de votre réponse

             
  11. daneuilie

    2 novembre 2011 at 08:00

    Suite de l’article et les différents commentaires m’enrichissent de jour en jour.Je vous remercie tous de participer, pour ou contre et quels avantages et incovénients ?
    Bonne continuation à tous! :coeur: :coeur: :coeur: :super:

     
  12. Geoffroy

    2 novembre 2011 at 12:15

    Pour résumer ce que tu viens de dire :

    1- il faut se démarquer
    Cela veut donc dire qu’on ne doit pas faire comme les autres même si cela parait mieux, plus beau, plus professionnel etc…
    -> support différent et décalé par rapport à ce qui existe en majorité

    2- il faut tester
    donc inutile au début de voir grand et d’imprimer 10.000 flyers.
    Se lancer avec quelques uns dans différents établissements ou donnés de main à main dans des endroits précis et en rapport si possible avec le thème du site.

    3- Mesurer les retours
    Mettre en place un système pour comptabiliser les retours en fonction des flyers et des endroits où ils ont été déposés/distribués

    4- un flyer ne vend pas. Il amène du trafic sur le site.
    Donc inutile de faire la promotion de son produit mais plutôt intriguer pour inciter le lecteur à le prendre et ensuite à se rendre sur le site ou téléphoner.

    5- Utiliser le copywriting
    = sujet de l’article du 2 novembre.
    A suivre….

    J’espère avoir bien résumé les étapes à suivre.

    Geoffroy
    Geoffroy Son dernier article : 6 techniques pour trouver des (nouveaux) clients en une semaine sans casser votre tirelire.

     
  13. Christian

    2 novembre 2011 at 13:22

    Bonjour Yvon,

    Ces articles tombent vraiment à pic, je suis en train de faire des flyers.
    vivement la suite que je puise finioler mon truc et vite les distribuer.
    Christian Son dernier article : Gardez vos hérissons.

     
  14. DAVID

    15 août 2012 at 15:42

    bonjour,
    j’interviens à propose des flyers au look fait par un prof ou un amateur,
    j’avais un flyer tout simple bleu clair recto avec une impression en noir fait par moi même en 20 minutes, le nom pas de logo, l’adresse, une phrase d’accroche, une image d’accroche, un prix à partir de et un téléphone, j’ai eu très bon taux de retour.
    j’ai fais faire un flyer par un prof recto verso couleur, s’inspirant fortement du premier vu les bon retour, le retour est faible, je crois que ca fait trop ‘j investie » ou c’est trop « beau » le message disparait au détriment de la vision globale en quelques secondes de vue, enfin bref je vais refaire des flyers simples, c ‘est bien plus efficace.

     
  15. brigitte

    7 janvier 2013 at 00:22

    magnifique qui arrive à point nommé car je veux faire connaitre mon site et mes services dans ma région et je suis a court d accroche pour vendre « <des extensions de cheveux "j ai hâte de lire la suite

    Brigitte

     
  16. Eddy

    23 août 2013 at 13:43

    Bonjour.
    Bravo pour ces articles sur les Flyers.
    Une bonne idée, peu exploitée.
    Une précision importante, afin de ne pas être confronté à la législation.
    Il vaut mieux faire apparaitre en tout petit, en bas ou sur un côté du flyer la mention « Ne pas jeter sur la voie publique ».
    Bravo encore pour vos articles qui sont UNIQUES ! :super:
    Eddy Son dernier article : L’importance du son dans la vidéo

     
  17. Alain

    26 mai 2014 at 18:02

    Un truc qui s’applique à tout moment : la réflexion! Quel que soit le domaine d’application, il est bon de rappeler à certains l’importance d’une bonne préparation en amont et de ne rien faire dans la précipitation! Une belle piqûre de rappel que vous nous offrez là! Merci encore pour tous ces conseils! J’adhère à 100%!