Voyons si vous connaissez et utilisez ce truc de fourbe pour attirer et garder les gens chez vous…

 maginez : Vous écrivez un article, et à la fin, il est incompréhensible. Que faire ?

Aujourd’hui, je vais vous donner 7 astuces à appliquer dès maintenant sur vos articles les plus monotones pour qu’ils deviennent aussi clairs que possible, afin que TOUT LE MONDE puisse les comprendre.

truc-de-fourbe

Dont une astuce absolument imparable qui “forcera” littéralement vos lecteurs à vous lire jusqu’au bout.

Êtes-vous prêt ?

Quand vous êtes prêt, cliquez sur ce gros bouton, là :

cliquez-juste-ici

7 astuces pour transformer un texte monotone en récit haletant

Astuce n°1 : Rendez seulement QUELQUES mots visibles

Bien évidemment, c’est la toute première astuce : Mettre en valeur les mots importants.

Pour autant, dans beaucoup d’articles de blog, je vois des phrases entières qui sont en gras. C’est une erreur.

Quand UN mot est en gras ou en majuscules dans une phrase normale, alors on ne voit que lui.

Si toute la phrase est en gras, aucun mot ne se détache.

Dans mes articles, je ne mets toujours que quelques mots en gras dans une phrase. Jamais une phrase entière.

Donc, si vous souhaitez que les gens vous lisent et vous comprennent, alors mettez les mots IMPORTANTS de votre article en gras.

Et si le mot “IMPORTANTS” est en gras et en majuscules, c’est pour une bonne raison : C’est parce que seuls les mots les plus importants doivent être mis en valeur.

Astuce n°2 : Faites un résumé de ce que vous allez dire en introduction à votre article

Si vous résumez les idées les plus importantes de votre article dès le début, et que vous annoncez ce que les gens vont trouver plus bas, alors vous les “préparez” à ce qu’ils vont trouver.

Et si à la fin de votre présentation, vous mettez une petite phrase qui ressemble à une puce promesse basée sur votre contenu, alors vous suscitez l’intérêt de votre lecteur.

Il devient alors bien plus attentif.

Astuce n°3 : Utilisez des comparaisons ou des métaphores imagées

J’en ai déjà parlé dans 2 précédents articles :

Si vous racontez un truc insolite, ou que vous faites une comparaison très explicite, alors non seulement ça aidera à la compréhension de votre texte, mais en plus, ca donnera envie aux gens de continuer à lire, au cas où vous en mettiez une autre.

Donc utilisez des comparaisons, et faites-le le plus tôt possible dans votre texte.

Astuce n°4 : MONTREZ ce que vous voulez que les gens voient

Vous aurez surement remarqué que j’utilise les quelques astuces dont je vous parle ici dans cet article en particulier.

Par exemple, pour celle-là, même si vous êtes pressé, même si vous n’avez pas le temps, et même si vous avez passé ne serait-ce que 5 secondes sur cette page, alors vous n’avez pas pu manquer ces 3 énormes flèches rouges qui vous montrent le bouton sur lequel je vous ai demandé de cliquer.

Rappelez-vous en : Si vous avez quelque chose de VRAIMENT important à dire, et que vous voulez que vos lecteurs s’en souviennent, alors mettez des flèches pour le montrer.

Vous êtes certain que personne ne le ratera !

Astuce n°5 : Faites AGIR les gens de manière insolite

Soyez honnête : Vous avez cliqué sur le bouton de cet article ?

Oui ? Pourquoi ?

Parce que ça vous a intrigué. Parce qu’un bouton comme ça, posé au milieu d’un article, ça attire l’œil. Alors on clique. Juste pour voir.

Rappelez-vous de ça pour votre article : Vous pouvez rajouter un bouton ou un lien d’une autre couleur que le texte pour faire agir les gens.

Changer l’aspect du texte, rajouter une boite jaune autour, demander de cliquer, de compter, de calculer…

Bref, à un moment donné, faites agir les gens. On se rappelle et on comprend bien mieux les choses quand il y a un autre sens que la vue qui rentre en action.

Astuce n°6 : Les gens aiment bien se gratter

Ce jeu de mot débile pour vous dire que vous pouvez transformer des paragraphes rébarbatifs en puces. Avec des flèches.

Pourquoi ?

  • Parce que c’est facile à lire
  • Parce que c’est percutant
  • Parce que ça attire l’œil sur l’important
  • Parce que ça fait une liste (les gens adorent les listes)
  • Parce que ça rajoute une image et une flèche (voir astuce 4)

Bref, si vous mettez des puces au milieu de votre texte, vous pouvez être sûr qu’elles seront lues.

Alors pensez-y.

Astuce n°7 : Tenez les gens en haleine dès le titre de votre article

Voici le truc de fourbe dont je vous parlais dans le titre de cet article.

Si vous laissez planer un doute dans votre titre, ou si vous annoncez quelque chose d’insolite à venir, alors primo, les gens vont avoir envie de lire votre article, et secundo, vous allez les mettre dans un état réceptif “actif”.

Ils vont “rechercher” quelque chose.

Donc, ils seront plus attentifs.

Bien souvent, on ne comprend pas une chose parce qu’on n’est pas assez concentré dessus. On survole. On scanne.

Si vous mettez un peu de piment à la lecture (un truc à trouver, un secret à découvrir, une astuce insolite), alors forcément, l’attention et la concentration seront là.

Donc, si votre article est monotone, soignez son titre, quitte à rajouter la chose intéressante à trouver à la fin.

Et mettez du mystère dedans. De l’envie. Du désir.

A vous de jouer

Il est incroyable le nombre d’articles que je peux lire et que je ne comprends pas.

Pas forcément parce que les mots employés sont compliqués. Mais parce que lorsqu’on lit sur Internet, alors on a l’habitude de passer sur les textes à la vitesse de l’éclair.

Si on ne met pas des barrières ou des “stop-yeux” au milieu, alors sitôt arrivé, sitôt parti !

Utilisez donc ces 7 astuces aussi souvent que possible dans vos articles de blog.

Il en existe plein d’autres, mais elles sont moins importantes que celles-là.

Comment trouver et utiliser des comparaisons pour être plus clair ?

 ier, nous parlions de l’exemple comme élément pouvant rendre un texte obscur un peu plus clair.

Aujourd’hui, nous allons voir l’élément suivant :

L’art de la comparaison ou la simplification instantanée

Cette discipline est un peu plus complexe à pratiquer que l’exemple.

Même si ça semble plus simple au premier abord.

En effet, une comparaison correspond à une sorte d’explication, qui, non content d’améliorer la compréhension de l’ensemble, permet également d’en renforcer l’impact.

script-cool

En gros, la comparaison, c’est un exemple compact. Imagé. Et fort.

Voici quelques exemples pour illustrer ça :

  • La grossesse, c’est comme une gastro qui dure 9 mois (Florence Foresti)
  • Changer son habitude d’écrire, c’est comme changer de main pour se brosser les dents : Ce n’est pas facile
  • Elle était heureuse comme lorsqu’on retire des chaussures trop petites en fin de journée.

Le but est de partir d’un concept abstrait, de rajouter “comme”, et de définir le concept abstrait en le comparant à une situation bien plus facile à comprendre, ou alors insolite.

Comment construire une bonne comparaison

Il existe plusieurs techniques pour faire des comparaisons réussies.

En voici 3 :

1. Utiliser son environnement immédiat

Il s’agit de faire un tour d’horizon des objets qui se trouvent dans votre champ de vision.

Un clavier, un écran, une paire de ciseaux, une assiette, un casque, un micro, un livre, un sucre, etc… (j’ai fait un petit tour d’horizon de mon bureau pour l’exemple)

Ensuite :

  • vous partez de votre concept abstrait,
  • vous rajoutez “comme”, “c’est comme” ou “un peu comme”
  • puis vous rajoutez l’un des objets que vous avez listé,
  • et vous laissez ensuite divaguer votre imagination pour finir la phrase

Par exemple, prenons le concept abstrait suivant :

“Les mauvaises habitudes”.

Quelques propositions :

  • Les mauvaises habitudes, c’est comme un clavier qui ne fonctionne plus : Il suffit d’en changer pour que tout remarche.
  • Les mauvaises habitudes, c’est comme un écran d’ordinateur qui tombe en panne toutes les 3 heures : Ca vous pourrit la vie et vous fait perdre un temps fou.
  • Les mauvaises habitudes, c’est comme une paire de ciseaux qui… (pas d’idées, on passe à la suivante)
  • Les mauvaises habitudes, c’est comme une assiette ébréchée : Ca peut foutre le bazar à n’importe quel moment, et ça arrivera quand ça vous handicapera le plus

2. Utiliser un dictionnaire

On peut faire la même chose, mais en utilisant un dico.

Le principe est simple : Vous ouvrez le dico au hasard, et vous choisissez un mot dedans. Un mot concret.

Puis vous construisez votre comparaison comme ci-dessus.

3. Utiliser les connaissances des autres

Ca c’est très malin !

Rendons à César ce qui est à César, c’est à Cédric, du blog Virtuose Marketing, que revient la paternité de cette excellente astuce pour trouver des centaines, voire des milliers de comparaisons.

Il s’agit d’aller marquer le début de votre comparaison dans Google, et de voir ce qu’en ont dit les autres internautes.

Je vous engage à utiliser cette technique à outrance, car c’est très efficace et très prolifique.

A vous de jouer !

La comparaison est un élément très puissant pour rajouter un peu d’âme à vos textes, mais également pour les rendre plus compréhensibles.

Je vous recommande donc de ne pas hésiter à les employer dans vos articles de blog : Ca leur donnera une toute autre dimension.

Jeudi, nous verrons le 3ème outil de clarté d’un article. Le plus long à trouver, mais quand c’est bien fait, c’est imparable !

L’art absolu d’être clair comme de l’eau de roche quand on écrit

 ier, j’ai publié une vidéo sur la génération Y réalisée par la société Adesias, et en me rendant sur leur site web, je suis tombé sur une vidéo assez sympa qui explique leur travail.

Il se résume à ça :

Expliquer simplement les
idées les plus complexes.

Cela m’a donné l’idée d’écrire cet article, car il est vrai que lorsqu’on écrit sur un blog – ou ailleurs – il n’est pas facile d’être clair.

Je dirais même que c’est hautement compliqué.

Surtout si on traite de concepts abstraits comme le marketing, le bien-être, le développement personnel, etc.

Je vous propose de faire le point avec vous sur cette notion de clarté.

eau-limpide

Réapprendre à être clair

Il ne faut pas se voiler la face : Plus on avance dans le temps, et plus l’information se multiplie sur Internet.

Il devient donc de plus en plus urgent d’aller à l’essentiel quand on écrit, mais surtout, il devient IMPERATIF d’être totalement clair et limpide.

Déjà que les gens n’ont plus le temps de lire, mais si en plus ils doivent batailler comme des fous pour comprendre ce que vous dites, alors votre blog est hélas voué à l’échec à terme.

Voilà pourquoi il est URGENT de réapprendre à être clair quand on écrit.

Pour cela, il faut apprendre à reformuler sa pensée pour la rendre plus simple.

Et ça, comme tout changement de comportement, c’est ardu. Surtout si vous n’êtes pas habitué à écrire clairement.

Ce qui vous attend

C’est ardu à peu près autant que de se laver les dents de la main gauche si vous êtes droitier (ou inversement). Avez-vous déjà essayé ?

C’est pas évident.

En fait, tout est une question d’habitude.

En effet, c’est à force de vous laver les dents avec la même main depuis des années qui fait que maintenant, vous ne faites même plus attention aux gestes que vous effectuez.

C’est devenu machinal.

Changez de main, et vous allez comprendre tout de suite.

Il en est de même pour beaucoup d’autres chose dans sa vie.

Ecrire avec un stylo, par exemple. Manger, couper sa viande, cliquer sur les boutons d’une souris.

Changez de main pour toutes ces actions, et vous verrez.

Quand on écrit, c’est la même chose.

On a une manière d’écrire qui nous est propre. Ca nous vient de ce qu’on a appris et pratiqué à l’école. Mais aussi et surtout de nos différentes lectures. D’aujourd’hui et d’hier.

Et la puissance de l’habitude a fait le reste.

Une fois que vous vous êtes forgé un style d’écriture, alors il est très dur d’en changer.

Et si vous avez l’impression que les gens ne vous comprennent pas, où que vous avez grand mal à exprimer vos idées, alors il va falloir MODIFIER la manière que vous avez d’écrire.

Il faudra vous forcer un peu au début.

Mais heureusement, vous allez pouvoir vous faire aider.

En effet, il existe un certain nombre d’outils pour faire passer nos idées avec plus de clarté.

En fait, il y en a 3 principaux.

Aujourd’hui, nous verrons le premier.

Outil de clarté n°1

Le premier de ces outils est le plus “facile” des trois à employer.

Comprenez que les trois sont difficiles, mais que sur les trois, celui-ci l’est moins.

Par exemple, il est plus facile de faire décoller un avion que de le poser. Et pourtant, si vous n’avez jamais piloté d’avion, les deux tâches vous semblent très difficile.

C’est pareil ici.

Ce premier outil, c’est la force de l’exemple.

Utiliser un exemple pour illustrer vos propos, c’est transformer n’importe quelle notion abstraite (difficilement compréhensible) en une notion concrète.

C’est replacer une idée qu’on ne peut pas matérialiser dans un contexte concret qui nous permet de la visualiser en action

 
Je viens de le faire à l’instant avec mon histoire d’avion, et un peu plus haut avec mon histoire de brosse à dent.

Je lis beaucoup de blogs, et je suis forcé de constater que beaucoup de blogueurs n’emploient pas cet outil.

Ils parlent souvent de notions abstraites. Et moi, j’ai du mal avec l’abstrait, parce que je suis quelqu’un qui a beaucoup d’imagination.

Ainsi, à chaque fois que je lis un texte, je le projette dans ma tête pour le transformer en images. Sinon, j’ai du mal à comprendre.

Donc, si un texte est trop abstrait pour moi, si on se cantonne à me dire des trucs vagues et compliqués, je décroche très vite car je ne peux le transposer.

Vous pouvez voir la différence ?

Je vous parle d’exemple, alors en voici un :

Un texte abstrait me parle d’amour, de joie, de bien-être. Un peu comme ça :

C’est si bon d’être amoureux. Ca procure tellement de joie et de bien-être qu’il n’existe rien de plus merveilleux dans sa vie.

Ce genre de texte fait se poser plein de questions. Questions dont on n’a pas la réponse dans le texte. Donc on est frustré.

Un texte concret ne fait pas ça.

Il me parle de Céline qui rougit et qui sent son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine quand elle voit Adam s’approcher d’elle avec un grand sourire et le souffle court.

Et elle pourrait sauter et hurler de joie sur place tellement elle se sent bien après qu’Adam l’ait embrassée à pleine bouche… Il a un gout de caramel.

Je n’ai pas besoin de continuer.

Vous avez saisi la différence ?

  • Je peux me mettre à la place de l’un des personnages,
  • Je connais le bruit que fait un cœur quand il bat fort,
  • Je connais la sensation de rougeur qui monte aux joues,
  • Je peux visualiser une personne qui saute et qui hurle de joie,
  • etc.

Tout ceci évoque des images dans ma tête, et tout est beaucoup plus clair pour moi que de vagues notions d’amour, de joie ou de bien-être.

Et encore, avec l’amour, ça va encore.

Imaginez que je me mette à vous parler de marketing…

A vous de jouer !

Il est absolument impératif que vous rajoutiez toujours au moins UN exemple dans vos articles.

Un exemple concret. Tangible. Qui met en scène des humains. Et auquel vos lecteurs peuvent s’identifier.

Reprenez le concept que vous exposez, et transposez-le dans la vie d’un être humain.

Pour se faire, répondez à un maximum de ces 13 questions à propos de votre personnage :

  • Comment s’appelle-t-il ?
  • Que fait-il ?
  • Que sent-il ?
  • Que voit-il ?
  • Qu’entend-il ?
  • Que ressent-il au niveau du gout ?
  • Que ressent-il au niveau du toucher ?
  • Que ressent-il au niveau émotionnel ?
  • Où se trouve-t-il ?
  • Quelle heure est-il ?
  • Pourquoi il est là ?
  • Comment procède-t-il ?
  • Avec qui est-il ?

Si vous incluez ce genre de questions et surtout leurs réponses pour trouver

Si vous vous contentez de concepts abstraits, vos lecteurs s’ennuient et partent.

Au début, ce ne sera pas facile.

Vous devrez batailler pour en trouver un bon.

Mais prenez quand même l’habitude d’en mettre un à chaque fois.

Je vous assure que le nombre de vos lecteurs satisfaits va grimper en flèche.

Demain, nous verrons le deuxième outil de clarté que tous les blogueurs à succès utilisent dans chacun de leurs articles pour être appréciés par tous.

D’ici là, reprenez vos derniers articles, et voyez si vous y avez bien inclus des exemples pour expliquer vos concepts abstraits.

Procédure : Comment opérer quelqu’un de l’appendicite avec un Kindle en 3 étapes faciles

 a voisine se plaint d’une douleur fulgurante au ventre. Et comme j’aime bien ma voisine, j’ai envie de l’aider.

Quand j’étais jeune, j’ai étudié un peu la médecine (ma mère m’avait acheté “le petit médecin illustré” et j’ai adoré ça), alors je sais maintenant “d’instinct” que ma voisine fait une crise d’appendicite.

Ca tombe bien, je sais comment opérer d’une appendicite, parce qu’un de mes amis chirurgien me l’a expliqué un jour.

J’en parle donc à ma voisine, et je lui dis : “Couche-toi là, je vais t’opérer d’une appendicite.

kindle-operation-appendicite-couche

Elle me dit “OK ! J’ai trop mal. Tu sais comment faire ?”

Je lui réponds que oui, parce que je me rappelle de la procédure qu’on m’avait expliqué.

J’ai même eu l’idée d’en faire un produit numérique :

Comment opérer d’une appendicite

Etape 1 : Stérilisation

Enfilez une blouse stérile. Mettez un masque. Allez vous laver les mains dans un bac stérile avec une eau stérile.

Puis séchez-vous les mains dans un torchon stérile. Ensuite, enfilez des gants en latex stériles, ne touchez plus à rien, et rentrez dans la salle d’opération (ou dans votre garage, ça dépend où est le patient).

Etape 2 : Opération

Approchez-vous de la personne à opérer d’un pas alerte, saisissez le scalpel n°15, et entaillez précisément à l’endroit où se situe l’appendice de la personne. Voyez le schéma ci-dessous pour le localiser :

kindle-operation-appendicite

Epongez.

Puis cherchez l’appendice, et quand vous l’avez, hop, coupez-le d’un geste ferme.

Etape 3 : Couture et pansement

Ensuite, saisissez du fil stérile, puis une aiguille stérile, et recousez le bout de l’appendice. Juste après, faites de même avec l’ouverture sur l’abdomen.

Essuyez, nettoyez, désinfectez, et mettez un pansement.

Et voilà ! Vous avez vu ? Sympa non, une opération de l’appendicite ?

Et si on était sérieux 3 minutes ?

Je me tiens le bide de rire quand j’imagine votre tête quand vous avez lu ça. Vous avez dû vous dire :

“C’est bon. Le Yvon a décartonné de la citrouille, faut l’enfermer.”

Oui, vous avez raison.

Cette entrée en matière était bien une blague.

Parce que même si la procédure est simple, facile et rapide, il faut au minimum 7 ans d’étude pour savoir réellement quoi faire en cas de souci lors d’une opération pareille.

Sans parler des outils et de l’endroit adéquate pour le faire.

Et franchement, même le plus idiot de la planète ne proposerait pas à sa voisine – ou à qui que ce soit d’autre d’ailleurs – de l’opérer d’une appendicite à moins d’avoir l’intention de l’assassiner.

Ca vous semble logique, pas vrai ?

Vous n’iriez pas proposer ça à votre voisine si vous n’êtes pas chirurgien ?

Logique.

Et pourtant, même si cette histoire est dure à avaler, je ne peux m’empêcher d’y penser quand on me parle de…

Publier sur kindle

Vous savez le dernier sujet de formation à la mode : Publiez votre ebook sur Kindle !

Depuis quelques mois je vois des dizaines, des centaines de publications sortir les unes après les autres. 7 euros, 17 euros, 27 euros, 97 euros…

Tous les prix. Toutes les qualités.

D’un point de vue strictement “produit”, pourquoi pas ?

Je veux dire que ce genre de publication – en tout cas celles que j’ai testées – vous expliquent de long en large :

  • comment vous inscrire sur Amazon,
  • comment vous servir de l’outil de publication sur Kindle,
  • comment faire votre promo,
  • comment faire du trafic,
  • comment sélectionner des sujets vendeurs…

OK ! Ce sont des guides PRATIQUES comme d’autres sur d’autres sujets.

Ce qui me dérange fortement, c’est l’argumentation qui va derrière. Le message véhiculé pour appâter le chaland.

Encore une fois, il est exagéré, et totalement en décalage avec ce qui est fourni.

On vous parle – encore une fois – de devenir riche ou d’avoir du succès sans rien faire. C’est dit avec des mots plus légers du style :

  • Devenez indépendant même en dormant,
  • Générez facilement des revenus sur Internet en ne faisant presque rien,
  • Publiez une fois et gagnez une rente à vie,
  • Devenez aussi riche que l’auteur d’Harry Potter…

Soyons sérieux 5 minutes !

Le Kindle, c’est un OUTIL. C’est comme le scalpel du chirurgien.

Vous pouvez apprendre à le manier avec une procédure en plusieurs étapes, mais ça ne fera pas de vous un auteur à succès pour autant.

Parce qu’une fois qu’on a enlevé l’outil, il reste le livre produit et la personne qui l’a écrit.

Et si cette personne était une quiche en écriture avant d’utiliser l’outil, alors l’outil n’y changera rien : elle restera nulle et son livre numérique ne sera qu’une grosse daube qui viendra grossir la pile de grosses daubes qui trainent dans la boutique Kindle.

Parce que si toutes ces publications vous apprennent à vous servir de l’outil, elles ne vous apprennent certainement pas à écrire comme il faut.

Et elles ne vous apprennent certainement pas à avoir du succès.

En tout cas, elles ne peuvent pas vous le garantir.

Surtout que lorsqu’on regarde ce qui fleurit dans la boutique Kindle depuis quelques mois, franchement, il y a de quoi se poser de sérieuses questions sur un quelconque succès via ce moyen.

Parce que depuis qu’on a ouvert les vannes de cette publication sur Kindle, alors on voit fleurir des bouquins de 20 pages qui se déclarent comme étant de véritables chef d’œuvres.

Et au final, on se retrouve avec un pauvre livre qui ne propose que du vide à ses lecteurs.

Et même à 2 euros, le vide c’est cher.

Le succès d’un livre n’est pas lié au support

Que vous publiez un vrai livre auprès d’une vraie maison d’édition, ou que vous le publiez vous-même chez Lulu, chez Amazon, ou même simplement chez vous, c’est exactement la même chose en terme de succès :

Ce qui fait le succès d’un livre, ce n’est ni l’endroit où il se trouve, ni le support sur lequel il est publié, ni la puissance du marketing qu’il y a derrière.

Non.

Ce qui fait le succès d’un livre, c’est :

  • Son titre et de quoi il parle (le fond),
  • Comment il est écrit (la forme),
  • Ce que les premiers lecteurs en disent et SURTOUT s’ils le recommandent (le ressenti)

Et concernant ce dernier point, sur la boutique Kindle, c’est DE LOIN ce qui sera le seul et unique vecteur de réussite de votre ouvrage.

Et ça, si votre livre est une belle daube (ou qu’il est ressenti comme tel), alors la sentence sera immédiate et terrible.

Je ne vous donnerai que 3 exemples, bien qu’il y en ait des centaines.

Allez lire les commentaires liés à ce livre sur Amazon, et également celui-ci et celui-ci.

Qu’il s’agisse du fond ou de la forme, les commentaires des clients déterminent généralement le sort (positif ou négatif) de votre livre.

Alors avant de plonger tête baissée dans une “formation” pour publier sur Kindle parce que vous pensez que vous allez devenir millionnaire avec vos ouvrages, assurez-vous AVANT que vous savez écrire.

Et si ce n’est pas le cas, alors formez vous D’ABORD à l’écriture avant tout le reste. Ou alors faites vous assister.

Tant pour la rédaction que pour la correction.

A l’intention de celles et ceux qui vendent des formations au Kindle

Cet article est là à cause de vous. En tout cas à cause de beaucoup d’entre vous.

Quand je lis des accroches du style de celles que j’ai mises en exemple ci-dessus, ça m’énerve.

Cela me donne l’impression de revenir 5 ans en arrière quand on voyait les pages de vente pour des systèmes pyramidaux. Ou pour des ouvrages de 15 pages qui vous expliquaient comment gagner de l’argent en revendant à l’infini le système pour gagner de l’argent.

En véhiculant ce message de facilité, de succès et d’argent facile avec le Kindle, en ne prévenant pas vos clients de ce qui les attend réellement, vous faites passer les acteurs sérieux de l’édition pour des charlots.

Et les copywriters pour des marchands de chameau.

Et vous vous apprêtez à faire évoluer les règles d’Amazon.

Comme ça a été le cas avec E-Bay, qui a décidé un jour qu’on n’avait plus le droit de vendre des ebooks chez eux suite aux abus constatés.

Ca en prend le même chemin.

Amazon ferme des comptes par milliers aux USA. Et c’est loin d’être terminé.

Je vous recommande donc d’adapter votre message à la réalité.

De dire aux gens que vous leur fournissez les outils pour qu’ils puissent publier eux même leur ouvrage sur Amazon, ce qui est déjà une très bonne chose en soi.

Il y a des centaines de manières d’argumenter pour ce genre de choses :

  • Gagnez du temps
  • Evitez les erreurs
  • Devenez votre propre éditeur gratuitement
  • Prenez les raccourcis
  • Suivez les étapes de A à Z
  • etc.

Mais en leur assurant un succès (et des gains) que vous ne POUVEZ pas leur garantir, vous vous aventurez sur un terrain très glissant.

Et si vous en doutez, laissez-moi conclure cet article avec un fait tout ce qu’il y a de plus avéré :

L’ancien directeur de la Fnac de Grenoble est l’un de mes amis.

Il est aujourd’hui parti ailleurs, mais il m’a raconté comment ça se passait à la Fnac avec les nouveaux ouvrages reçus.

En fait, il recevait environ 20 nouveaux livres par semaine. Des livres qu’il était obligé de garder en vente pendant au moins 6 mois avant de les renvoyer.

Ce qui donne donc environ 520 nouveaux livres à vendre tous les 6 mois.

Sur ce nombre de livres, à votre avis, combien ne voyaient PAS un seul de leur exemplaire de vendu en 6 mois ?

Une idée ?

Voici la réponse : 470 Smile

Ce qui veut dire que 90% des livres qu’il recevait ne se vendaient tout simplement pas. ZERO vente !

Ils étaient pourtant sur les étagères, avec les autres…

Et parmi la cinquantaine qui se vendait, UN SEUL dépassait les 20 ventes en 6 mois !

Bref… Ne croyez pas que parce que c’est facile de publier un livre sur Kindle, cela va être aussi facile de le vendre.

Amazon propose de bons systèmes de vente, mais le succès dépendra toujours de la qualité du livre et SURTOUT de ce que les premiers clients en diront.

Et ça, vos formations n’y changeront jamais rien !

Autant prévenir vos clients et adapter votre message tout de suite avant de passer pour quelqu’un de pas franchement sérieux. Winking smile

Champagne, petits fours et musique : Ce blog a tout juste un an !

 t voilà !! Nous sommes le 7 avril 2012, et ça fait très exactement UN AN que ce blog a vu le jour !

A cette occasion, j’ai décidé de vous dire un petit mot, les yeux dans les yeux, au travers de cette vidéo que voici :

Et à l’occasion de ce premier anniversaire, je vous remets ci-dessous la quinzaine d’articles que j’ai préféré écrire parmi les 374 qui peuplent ce blog.

anniversaire-un-an-copypratik

Ca vous donnera l’occasion d’en connaître un peu plus sur moi si vous n’êtes pas là depuis longtemps, ou alors de redécouvrir les quelques articles qui font que ce blog existe :


calin-merciMerci !

Assis devant mon ordinateur, en train d’écrire mon article du jour, je me recule sur ma chaise, et je marque un temps d’arrêt :

Ca fait 5 minutes que ça me tourne dans le cerveau, et je dois bien me rendre à l’évidence : Je vous dois beaucoup.

A vous… Mes fidèles lecteurs !

Il serait temps que je vous le dise ! Lisez la suite ici >>>


hirooLa théorie de l’envol, et ce que vous devez absolument savoir à mon sujet…

Il est difficile de se défaire d’une image de "disciple".

Quand on parle de copywriting francophone, la première personne à laquelle on pense, c’est bien entendu à Christian Godefroy.

C’est lui qui a fait connaître cet "art" au grand public en France dans les années 80 avec sa méthode "Comment écrire une lettre qui vend", et donc forcément, chaque personne française qui traite de ce sujet… Lisez la suite ici >>>


Winter fun woman winner and success conceptJoyeux Noël ! A cette occasion…

Aujourd’hui, j’ai un scoop d’enfer : C’est Noël !

Alors je vous souhaite un très joyeux Noël, et tout ce qui va avec !

Pour cette vidéo du dimanche, j’ai voulu célébrer ce jour avec une histoire. L’histoire d’une fillette pour qui ça n’avait pas vraiment bien commencé.

Mais elle s’est accrochée. Et à la fin, c’est elle qui remporte la victoire. Une victoire sur tout. Lisez la suite ici >>>


Portrait of business colleagues holding each other and laughingLa seule vraie bonne résolution à prendre pour cette nouvelle année

Nous voici enfin en 2012.

Je vous souhaite donc une merveilleuse année. Pour vous, et pour toutes les personnes qui vous sont chères.

A cette occasion , je cherchais une histoire inspirante à vous raconter, mais au bout de 15 minutes, j’ai arrêté de chercher.

Je voudrais juste vous dire ceci : Le premier de l’an, il est de tradition de prendre tout un tas de bonnes résolutions. Lisez la suite ici >>>


pas-envieAujourd’hui, ça ne vient pas…

Y’a des jours comme ça…

Vous vous acharnez, vous parcourez des livres ou des forums, ou des blogs à la recherche de la bonne idée qui va vous permettre de pondre un article qui "envoie" la sauce, comme on dit, mais ça ne vient pas

Dois-je m’acharner malgré tout à vouloir écrire mon article du jour, comme me le faisait remarquer un membre tout à l’heure en commentaire ?

Dois-je vraiment … Lisez la suite ici >>>


aimez-vos-visiteursLa mienne est plus longue que la vôtre… Et alors ?

Il y a des endroits, tant dans la vie que sur une page, où on doit faire court quand on veut convaincre.

Dans un ascenseur, par exemple.

Imaginez vous retrouver avec une jolie fille (si vous êtes un gars) ou avec un beau mec (si vous êtes une fille), et que vous souhaitiez quelque chose.

Obtenir son numéro, l’inviter à boire un verre, ou avoir sa carte de visite, peu importe. Lisez la suite ici >>>


motivation-demotiveDécouvrez la BURM : Base Universelle de Remontage de Moral pour blogueur et web-entrepreneur en détresse

Vous avez un blog à faire vivre ? Un site à entretenir ? Un produit à vendre ? Une activité à domicile ?

Si vous travaillez de chez vous, quelle que soit votre activité, comment vous motivez-vous ?

Comment trouvez-vous la force de vous lever chaque matin pour faire ce que vous faites ?

Est-ce qu’il y a des jours où vous restez couché ? Des jours où… Lisez la suite ici >>>


Intouchables-afficheVos lecteurs s’ennuient… Bousculez-les un peu, pour changer…

Je viens de rentrer d’une séance de ciné qui m’a fortement décrassé les cordes vocales, tellement j’ai ri à gorge déployée.

Il s’agit du film “Intouchables”, avec Omar Sy et François Cluzet. Si vous avez une ou deux heures devant vous et qu’un ciné vous fait envie, alors allez voir ce film.

C’est un véritable chef d’œuvre, et à bien des niveaux. Lisez la suite ici >>>


Surprised businesswoman looking to the future La bonne vieille polémique de la bonne longueur d’une page de vente

Si vous trainez sur les blogs ou sur les forums de marketing, fatalement, vous le verrez un jour ou l’autre, à la section copywriting : "Les gens ne lisent plus les longues lettres de vente", "Dès que je vois une lettre de vente de 4 kilomètres, je zappe" ou "C’est quoi la bonne longueur d’une bonne page de vente ?"

Ces phrases et les gens qui les écrivent m’énervent. Lisez la suite ici >>>


concertEst-ce que 7 centimes peuvent vraiment vous en faire dépenser 2000 ?

Je viens de rentrer d’un concert à l’Arena de Genève.

Ce qui m’est arrivé à l’entrée, alors que je n’avais pas encore mis UN SEUL PIED à l’intérieur de la salle, m’a donné l’idée d’écrire cet article.

J’y parle du fait qu’au delà du travail de copywriting, quand vous vendez un produit, il peut être extrêmement bénéfique de vous poser un peu et de réfléchir à comment vous organisez vos affaires Lisez la suite ici >>>


grenouille-carreeComment j’ai gagné 400 euros et 5% de visiteurs en plus grâce à une grenouille…

Il y a 3 mois, un matin, j’entends à la radio (RTL2, c’est la radio que j’écoute le matin) qu’on peut gagner un IPod en laissant une petite blague sympa sur leur répondeur.

Si ma blague est sélectionnée, qu’elle passe à l’antenne, et qu’elle est choisie ensuite par les deux animateurs parmi les 3 retenues, alors c’est bon, je gagne !

Bref… Ce jour là, j’ai décidé de leur sortir ma bonne blague sur la grenouille… Lisez la suite ici >>>


colere-pop-upLa méthode infaillible pour mettre vos lecteurs en colère en moins d’une minute

Imaginez-vous un peu devant un truc ultra passionnant à la télé.

Une finale de coupe du monde, par exemple, au moment où un des joueurs de votre équipe favorite se retrouve tout prêt de marquer un but…

Ou devant un film que vous adorez… au moment où vous allez découvrir – enfin – l’assassin, au terme d’un suspense intense de plus d’une heure… Lisez la suite ici >>>


chimieLes composés explosifs qui provoquent la mort immédiate de vos chances de vendre

Si vous avez comme moi la chance d’avoir (eu) parmi vos connaissances ou mieux dans votre famille, des personnes qui s’intéressent de près à la botanique ou à la chimie végétale, alors ce dont je vais vous parler aujourd’hui vous sera familier.

Avant toute chose, une précision : Je suis un passionné de chimie organique et végétale.

Mais, comme en copywriting, je suis surtout un passionné d’expériences. Lisez la suite ici >>>


mesaventureEst-ce que ce genre de mésaventure peut aussi vous arriver sur Internet ?

Dans la première partie de ma vie professionnelle, j’étais responsable du rayon jouets d’un hypermarché qui avait la particularité d’être classé 3ème de France en terme de chiffre d’affaires annuel.

Ma tâche quotidienne était de vérifier que les actions "basiques" de bonne tenue d’un magasin étaient bien effectuées.

A dire vrai, dans ce genre d’endroit, on passe un bon tiers de sa journée à rendre les rayons conviviaux, bien rangés, et attirants. … Lisez la suite ici >>>

Merci encore pour tout !

Du fond du cœur, encore 1000 fois merci d’être là !

Prévoyez un peu d’humanité pour vos photos…

 uand on écrit un article de blog, il est important – vous le savez – d’y intégrer une ou plusieurs photos.

En effet, cela donne de la couleur et permet, quand la photo est bien choisie, de prolonger un peu ce qui est dit dans l’article.

C’est surtout important dans les extraits qui se trouvent en page d’accueil.

Bien souvent, une bonne photo donne envie d’en savoir plus, même si le texte d’intro est médiocre.

photo-humain

En effet, la photo a un vrai rôle de teasing de l’article. Si elle est bien choisie, vous allez voir vos clics sur “lire la suite” exploser.

Et d’ailleurs, à ce sujet, prenez bien en compte ce qui suit :

Pensez aux humains !

Sur beaucoup de blogs, je vois des photos d’illustration d’articles qui ne sont que des icônes, des dessins ou des objets.

Allez faire un tour sur quelques blogs que vous suivez et vous verrez.

Je trouve ça dommage.

Parce qu’on est 100 fois plus attiré par une personne que par un objet.

Cela éveille bien plus de choses en nous.

Et surtout, cela nous permet de nous identifier bien plus facilement au sujet de l’article correspondant.

En effet, à part lors de soirées particulièrement arrosées où là tout est possible, je ne sais pas si vous avez déjà essayé de vous identifier à un objet, mais ça reste relativement difficile – pour ne pas dire ridicule.

Alors qu’avec un humain, une personne, tout devient bien plus facile. On peut se projeter bien plus facilement.

Pensez-y !

Je vous conseille donc de mettre systématiquement des photos de personnes quand vous illustrez vos articles – si c’est possible.

Utilisez le guide des 7 millions de photos pour vous aider à en trouver, ou alors Fotolia si vous ne voulez pas perdre du temps à trop chercher.

A l’occasion de la journée de la femme, lumière sur…

 lors ! Aujourd’hui, vu que c’est la journée de la femme, j’avais dans l’idée d’essayer d’expliquer comment on vend à une femme par rapport à un homme, mais comme j’imagine que ça va être traité à pas mal d’endroit, j’ai décidé de faire autre chose.

En plus, sublimer les femmes en cette journée qui leur est consacrée en disant comment leur vendre un truc…

Bof, pas très sympa.

Et pour finir, il ne faut pas oublier que je ne suis qu’un homme.

Et comme le disait très justement le Dr Alan Francis dans son livre : “Tout ce que les hommes savent à propos des femmes”, hé bien les hommes ne savent rien du tout. En effet, ce livre est totalement vierge. 120 pages blanches.

Bref, ne faisons pas les malins. Surtout aujourd’hui.

journee-de-la-femme-pt

Non. Aujourd’hui, puisque les femmes sont à l’honneur, j’ai eu envie de vous présenter quelques blog tenus par des femmes.

Elles ont beaucoup à nous apprendre, notamment par leur sensibilité et leur manière toute féminine d’aborder des sujets qui ne sont pas forcément féminins.

Voici donc mon top 12 des blogs tenus par des femmes. Pas de classement, parce que les femmes s’en foutent des classements.

Les blogs ci-dessous sont donc classés par rien du tout.

Ils sont là parce que j’aime bien celles qui y écrivent, et parce qu’en ce jour qui leur est dédié, c’était la moindre des choses que de leur renvoyer un peu l’ascenseur, parce qu’elles ont toutes, un jour ou l’autre, commenté ici.

Sans parler du fait qu’elles m’ont toutes appris beaucoup de choses à la lecture de leur blog.

Bref, cet article est le leur. Alors profitez-en pour aller leur rendre une petite visite…

Marie-Do

MarieDo

On ne la présente plus ! Marie-Do est l’une des plus fidèles lectrices de ce blog – elle est là depuis le début, et c’est avec un grand plaisir que je la cite aujourd’hui, car elle le mérite bien !

Avec son blog Ado Mode d’emploi, elle livre aux parents d’ados son expérience de l’adolescence, avec des astuces et des recettes à appliquer en l’état, que seule une mère bien concernée par la chose peut connaitre et transmettre.

Donc si vous avez des ados, ou si vos enfants avancent à grand pas vers cette période (qui va de 13 à 19 ans, je le rappelle), inscrivez-vous vite sur son blog et venez le voir souvent.

En plus d’être efficace, il est bien souvent drôle et décapant, avec des vidéos, images et sujets “pas piqués des hannetons” comme on dit. Bref, courrez-y vite !

Claire

Claire

Voilà une personne que j’adore !

Tant dans sa manière de voir les choses en général, que dans sa manière délicieuse de réagir en commentaires à mes articles, qu’elle suit depuis le début de ce blog.

Elle figure dans la liste de mes blogueuses préférées, d’autant qu’elle vient de créer un blog super sympa :

Il s’appelle Univoix, et il vous parle de cet organe si important pour notre activité de blogueur : La voix.

Et vous devriez aller vous inscrire dessus dès maintenant.

Pourquoi ? Parce que Claire réalise dessus des vidéos de formations sur la voix comme il en n’existe nulle part ailleurs sur le net. Avec des exercices, des mises en situation et des réponses à toutes les questions qu’on lui pose.

Un vrai cours, 100% gratuit, qui vous servira grandement si vous avez un blog ou que vous comptez en avoir un, car vous passerez obligatoirement par la production de vidéos.

Par conséquent, apprendre à maitriser et à améliorer votre voix est une étape essentielle que vous allez apprendre facilement grâce à Claire.

Bref, un blog à suivre d’urgence pour ne pas en perdre une miette. 

Blandine

Zenie

Si j’avais un seul mot à écrire pour résumer ce que l’on ressent quand on est sur le blog des Phrases de Zénie, alors ce serait “Sérénité”.

Vous apprécierez sa manière douce et calme de parler des choses qu’elle pense. Sur à peu près tout.

On a tous son style d’écriture, et je crois que les mots ont le pouvoir de vous mettre dans un certain état.

Sur le blog de Zénie, une fois qu’on a fini de lire, on est serein et calme. Elle a su faire passer ses idées sans forcer.

Bref, j’aime bien passer un peu de temps sur ce blog de temps en temps. Ca me détend, et je me sens plus calme ensuite. Essayez, vous verrez… C’est magique.

Marjorie

Marjorie

Son blog, Histoires à Vivre parle des livres personnalisés pour enfants. Cette passionnée des livres vous raconte avec délice comment elle crée ses histoires.

Quand on est blogueur l’écriture est notre quotidien. Sur son blog, vous découvrirez pas mal d’infos sur l’écriture, sur l’école à travers le monde, sur les enfants et sur leur rapport à la lecture… Et bien d’autres choses encore.

Marjorie est fraiche, sympa, nature. Elle écrit comme elle pense, et j’aime bien ce qu’elle pense. Allez faire un p’tit tour dans son univers de l’histoire. Dépaysement assuré !

Alexandra

AlexandraLemonnierL’un des blogs les plus fournis en éléments graphiques et en infos associées qu’il m’ait été donné de connaître. Il s’appelle Ressources Web Design, et on parle de centaines de milliers d’éléments à télécharger ou d’infos à découvrir.

Soit directement sur le blog, soit en suivant les liens qu’elle indique. 

Je me demande comment on peut se passer de ce blog quand on fait du blogging, ou même du webmarketing. C’est vraiment la place incontournable à visiter.

Je vous recommande donc chaudement de vous y rendre et de vous y inscrire au plus tôt.

Ma catégorie préférée : Les outils en ligne. Vous comprendrez vite pourquoi…

Et je profite de cet article pour remercier Alexandra pour la fidélité dont elle fait preuve avec ce blog depuis le début. Même si elle passe moins souvent ces temps-ci pour cause de boulot monstre, ses interventions toujours pertinentes apportent toujours quelque chose. Donc, MERCI.

Léa

LeaVoici une blogueuse qui se donne à fond dans le webmarketing. D’ailleurs, son blog Collectif Webmarketing vous donne la mesure de sa passion.

J’aime particulièrement ce blog, surtout grâce à ce qu’elle appelle ses “Rétrospective Twitter” dans lesquelles elle passe en revue les Tweets les plus intéressants qu’elle trouve au hasard de ses visites sur le site de l’oiseau bleu.

Je vous avoue que ça me fait gagner un temps fou dans ma recherche d’infos pertinentes, et que cela m’évite ainsi d’avoir à aller parcourir Twitter : Elle le fait à ma place. Je l’en remercie publiquement ici !

Allez suivre ses rétrospectives Twitter, vous verrez que vous ne perdrez pas votre temps.

Marie-Eve

marie-eveVoici un blog que j’ai découvert tout récemment, mais qui m’a conquis déjà grâce à son nom : Les doigts dans le net

Mais c’est aussi de mon point de vue un blog exceptionnel par sa clarté et par sa manière très didactique d’expliquer des choses compliquées.

Vous y trouverez des articles très détaillés et sur la création et la gestion des sites Web, conseils dont vous pourrez vous servir pour votre propre blog puisque Marie-Eve aborde beaucoup de sujets qui peuvent être utilisés dans ce cadre.

Il y a notamment quelques petits cours de CSS (vous savez le truc rébarbatif qui permet de régler le design d’un site ou d’un blog) très bien expliqués qui montrent qu’elle sait de quoi elle parle.

Bref un blog de pro tenu d’une main de maitre(sse). A visiter et à suivre d’urgence également.

Ludivine

LudivineSon blog a un nom bien original : L’ordonnance ou la vie.

Pas vraiment de rapport avec mon domaine, mais quand même, je suis conquis par la manière qu’elle a d’expliquer ces choses qui nous concernent tous et toutes.

Et puis il faut reconnaitre aussi que d’un point de vue navigation et contenu, son blog est un modèle du genre.

Je vous engage donc à aller y faire un tour de temps en temps, d’autant que sa maitrise du sujet vaut vraiment le déplacement.

Florence

florenceSur son blog, A mots déliés, Florence vous parle de son métier (écrivain publique et biographe) et aussi, mais surtout, des mots.

Tranches de vies, conseils pratiques pour écrire, réflexions sur son métier de biographe, vous en retirerez forcément quelque chose.

J’apprécie particulièrement sa rubrique “Coup de cœur” – que je suis depuis un bon moment, et où je viens de m’apercevoir qu’il y avait un article qui m’était consacré ! Merci ! – dans laquelle j’ai trouvé pas mal d’infos sympas sur des livres, des blogs, et même de la musique.

Bref, suivez-là. C’est également une très bonne spécialiste de l’orthographe. Juste au cas où…

Marie-Noël

marie-noelEncore une fidèle parmi les fidèles que je me devais de présenter ici, puisque Marie-Noël est là depuis le début de l’aventure de ce blog.

D’autant que ses commentaires bien souvent directs et tranchants m’ont bien aidé à avancer – quand ils ne donnaient pas carrément lieu à de bonnes grosses idées d’articles juste derrière.

Quant à son blog, aux Editions Label Vie, maison d’éditions qu’elle vient de créer, il est à suivre tranquillement. Vous y trouverez  tout un tas d’infos très pertinentes sur l’écriture, la publication d’auteurs et aussi… sur les ebooks.

Vous apprendrez notamment comment les écrire… et les distribuer. Bref, allez faire un petit tour sur son blog !

Patricia

PatriciaLe titre de son blog en dit long sur son sujet : “Attention ! Bonheur possible”. Oui, oui, c’est bien le titre.

Vous apprécierez particulièrement le ton enjoué, calme et serein de Patricia, qui sait nous parler de bonheur avec des mots rassurants et joyeux.

Par contre, vous prenez un risque en allant là-bas :

Vous risquez de prendre la vie du bon côté, d’apprendre à rester positif en toutes circonstances, de communiquer plus sereinement, et de profiter de chaque instant ou presque pour faire de votre vie un hymne à la joie de vivre.

Vous l’aurez compris : J’aime ce blog, et je vous recommande chaudement sa lecture à haute dose pour vous remettre les idées en place en cas de blues.

Sophie

SophieEt pour finir, voici un blog comme je les aime. Il s’appelle Market Blogueuse.

Sophie y raconte tout un tas de trucs sur le Webmarketing, du côté pro, avec des articles vachement bien fournis, et vraiment très très bien documentés.

Si vous voulez en apprendre plus sur ce domaine, alors c’est vraiment son blog qu’il faut suivre car aucun doute : Elle maitrise son sujet de la meilleure manière.

Vous trouverez notamment des études de cas pratiques sur des sociétés à faire pâlir les économistes. Je prends pas mal de chiffres sur son blog.

Et vous découvrirez également quelques petits bijoux assimilés à du copywriting, notamment dans sa rubrique Marketing & Webmarketing dans laquelle elle aborde notre métier avec une lucidité comme on en voit rarement.

Bref une adresse incontournable pour moi.

Pour aller plus loin…

Et voilà… J’ai mis 5 heures à écrire cet article, mais il me semblait important. Et approprié à la journée, surtout !

J’espère que cette liste non exhaustive de blogs féminins vous aura conquis autant que moi.

Il se cache vraiment de véritables bijoux dans ces quelques blogueuses, et il m’a semblé évident que c’était le jour parfait pour les mettre en valeur.

Elles le méritent toutes !

Bien entendu, il existe tellement de blogs tenus par des femmes qu’il m’aurait été totalement impossible de tous les citer ici.

Mais tout de même, je voudrais laisser la possibilité ici à toutes les femmes blogueuses qui le souhaitent de présenter leur blog dans les commentaires de cet article.

Alors si vous êtes une femme et que vous avez un blog, sur N’IMPORTE QUEL sujet, venez vous présenter ici.

Dites qui vous êtes, quel est votre blog, et présentez-le avec autant de mots que vous le voulez.

Vous pouvez mettre un lien vers votre blog dans votre commentaire en plus de celui qui renseigne la case “blog-site web”.

Et si vous êtes un homme, vous avez le droit de réagir à cet article bien sûr, mais la demande ci-dessus ne vous concerne bien évidemment pas Clignement d'œil

3 éléments à vérifier chaque année sur votre site si vous ne voulez pas vous faire voler vos visiteurs

 e vous en parlais hier :

Le web est un endroit hyperactif. Dynamique. En constante évolution.

Il est donc impératif, si vous travaillez sur Internet et que vous avez pour cela un blog, un site web ou une page de vente (ou les 3), que vous les mainteniez à jour.

Je vous propose donc aujourd’hui de passer en revue les 3 éléments qui sont présents sur les 3 supports sus-cités, et que vous devez impérativement actualiser chaque année.

Header

C’est la seule manière que vous avez de ne pas vous faire dépasser par la flopée de nouveaux sites web qui naissent chaque jour, prêts à prendre votre place – et vos visiteurs – parce que vous semblez “has-been”.

Le design

Premier contact avec vous et votre univers, le design est ce qui donne en une fraction de seconde la fameuse “première impression” qui vous collera à la peau pendant toute la durée de la relation que vous aurez avec vos visiteurs.

Si votre site a l’air ringard, ou avec un design d’il y a plus de deux ans, alors beaucoup de gens partiront.

Il est donc important de moderniser un peu votre site, votre blog ou votre page de vente chaque année.

Le but n’est pas de changer radicalement de couleurs ou d’agencement. Non.

Il s’agit d’actualiser un peu l’ensemble :

  • Renouveler le header et le footer,

    Ne changez pas les couleurs de base. Evitez aussi de changer la hauteur et la largeur. Changez juste le design global.

  • Changer votre photo si possible

    (on sait très bien que vous n’avez plus l’âge de votre photo, pas la peine de le nier. Vous vieillissez, comme les autres)
    ,
  • Modifier les boutons d’action,

    On repère surtout l’ancienneté d’un site et d’une page de vente à ses boutons d’action. Ce sont les éléments qui vieillissent le plus vite. Donc modifiez leur design. 

Même en rajoutant certains effets actuels, ça montre que vous suivez le mouvement, et que vous ne vous laissez pas dépasser par le temps.

De plus, ça brise la monotonie pour vos visiteurs réguliers.

L’année de copyright

Le truc tout bête.

Modifiez l’année qui se trouve au bas de votre site. Il est du plus mauvais effet de voir un site ou un blog ou même une page de vente avec un truc du genre :

Copyright © 2011

…alors qu’on est en 2012.

Donc si vous avez créé votre site en 2011, inscrivez “Copyright © 2011-2012”.

Au moins, les gens sauront que vous êtes encore là et que ce site est encore actif.

La date de modification du site

Saviez-vous qu’il existe un moyen de savoir précisément quelle est la dernière fois que vous avez modifié votre site web ?

Faites un essai avec n’importe quel site : Ouvrez-le. Puis marquez simplement dans la barre d’adresse :

javascript:window.document.lastModified

Ca vous affichera la date de dernière modification du site.

Tout le monde ne connait pas cette astuce, mais ceux qui la connaissent – et qui s’en servent – le font pour une bonne raison :

Ils veulent voir si votre page de vente, votre produit ou vos informations sont encore d’actualité.

Et si on voit que la dernière fois où vous avez modifié votre page remonte à 2 ou 3 ans, ça ne fait pas de votre site un média très “actuel”. En fait, on peut même croire qu’il est à l’abandon.

Pour un blog, c’est rare puisque tout évolue en direct.

Mais pour une page de vente, ou un site statique, c’est autrement plus ennuyeux.

Donc prévoyez de rajouter ou de modifier quelque chose tous les mois sur votre site si vous n’avez pas de blog.

Idem pour une page de vente.

A vous de jouer

Je sais… Ce que je vous dis ici ne vous fait pas spécialement plaisir.

Vous pensiez peut-être qu’une fois que votre blog, votre site ou votre page de vente était en ligne, vous pourriez passer à autre chose, et ne plus vous embêter avec le design.

Vous pouvez décider de faire ça, en effet. Mais c’est idiot.

Parce que tout le travail que vous avez accompli ne sert plus à rien si au bout de 1 ou 2 ans, votre site semble vieux et dépassé.

Et vous vous apercevez alors qu’un simple soupçon de modernité peut relancer la machine comme au premier jour.

Sur mon gros site principal, je change de design tous les ans. C’est toujours accueilli avec grande joie par mes membres, car mine de rien, les gens aiment bien être dans un endroit moderne et actuel.

Même vous. Et pas uniquement sur le web.

Pensez-y sérieusement.

Demain, nous verrons les 7 éléments à modifier au moins une fois par an sur votre blog, si vous en avez un.

L’art de s’adapter pour survivre, ou comment devenir un caméléon

 ier, je vous ai montré deux vidéos sur les caméléons.

Le propre de cet animal, vous l’aurez compris, c’est de prendre la même couleur que son environnement pour… passer inaperçu auprès des prédateurs qui voudraient en faire leur repas.

En quelque sorte, un caméléon est un être qui s’adapte à son environnement pour pouvoir survivre.

cameleon

Je ne peux pas m’empêcher de faire un parallèle avec le métier de web-entrepreneur.

Car s’il y a bien un endroit où on doit faire en permanence le caméléon, c’est bien quand on travaille sur Internet.

Un environnement en perpétuel mouvement

En effet, tout avance à vitesse grand V sur le web.

Les codes changent, les envies changent, les internautes changent… Bref, tout change. Et ce qui était “tip-top mode” il y a un an, ne le sera plus très bientôt.

Il est donc impératif de suivre l’évolution des choses, et de s’adapter au plus vite aux nouvelles contraintes que nous impose le web.

Car si on ne s’adapte pas, on ne tient pas longtemps. Je pense que vous le savez. Et si vous ne le savez pas, c’est que vous êtes mal parti.

Car Internet n’est pas un média passif. C’est même tout le contraire.

Et s’il est bien un métier où on ne peut pas se reposer sur ses lauriers, c’est bien celui de web entrepreneur.

Tout ne fait que bouger sur le web.

Et en copywriting, c’est la même chose.

Une page de vente qui cartonnait il y a 2 ans doit certainement faire un gros flop aujourd’hui.

Parce que même les mots évoluent.

Adapter votre langage à votre époque

Prenons le mot “ebook” par exemple.

Il y a 5 ans, on pouvait employer ce terme sans souci sur nos pages de vente, nos sites, et même dans les noms de domaine.

Aujourd’hui, on ne peut plus. Parce qu’on associe ce mot à un produit bien trop superficiel, et de piètre qualité.

Donc si vous vendez des ebooks, il faut vous adapter à ce dévoiement, en modifiant votre langage pour que votre produit ne fasse pas les frais de la mauvaise réputation de son appellation.

Il est donc fortement conseillé d’employer un synonyme de ce mot, comme :

  • livre électronique
  • guide
  • rapport
  • dossier
  • cours…

Si vous ne vous adaptez pas, vos visiteurs iront ailleurs.

Dans le même ordre d’idées, je pressens également que le mot “formation” pour désigner un cours sur Internet va bientôt être à bannir au même titre que l’ebook, parce que ce mot est employé à tort et à travers par n’importe qui, pour désigner n’importe quoi.

Dès qu’on fait une vidéo, ça devient une “formation”.

Idem pour le mot “coach”, qui prend le même chemin. En tout cas sur Internet.

Bref, si vous vendez un produit d’information, il est important de suivre l’évolution de ses ventes en fonction des mots que vous employez pour le décrire.

Parfois, changer simplement l’intitulé du produit – ou du service – est suffisant pour produire une augmentation substantielle des ventes.

Et au-delà du langage, il y a beaucoup d’autres choses qui demandent à être régulièrement modifiées à titre “d’adaptation”.

Je vous propose de vous expliquer ça demain.

En attendant, peut-être avez-vous des idées sur ce qu’il faut vérifier et changer au moins une fois par an sur votre blog, votre site, ou sur votre page de vente ?

Je vous écoute…

5 conseils pour mieux communiquer avec les journalistes

 ujourd’hui, je reçois Catherine DAAR, spécialiste en communication digitale, qui nous parle de la meilleure manière de s’adresser à des journalistes pour avoir une chance d’être publié.

Débordés, sollicités de toutes parts et difficilement joignables, les journalistes sont une espèce particulière qu’il faut savoir approcher subtilement.

Car toute stratégie marketing réussie passe nécessairement par la case média, qui demeure un relai indispensable entre vous et vos clients potentiels.

Alors, pour que les journalistes s’intéressent à vous et relayent les informations que vous leur communiquez, voici quelques conseils qui devraient faciliter vos relations avec la sphère médiatique.

journaux-journalistes

Conseil n°1 : Repérez les journalistes qui comptent pour votre domaine

Les journalistes ont souvent une, voire plusieurs spécialités.

Ciblez les journalistes qui vous intéressent en fonction de votre secteur d’activité et concentrez votre communication sur eux. Ce conseil est aussi valable pour les médias eux-mêmes.

Si votre entreprise vend du matériel informatique, renseignez-vous sur les revues spécialisées dans ce secteur, les magazines de référence et faites le même travail pour le web en distinguant bien les petits blogs personnels sans grande influence des sites qui génèrent un plus gros trafic.

Renseignez-vous également sur les articles écrits par les journalistes que vous avez repérés et parlez-leur éventuellement de tel ou tel article que vous avez apprécié, sans verser pour autant dans la basse flatterie !

A partir de là, vous pouvez établir un tableau avec les coordonnées des différents journalistes repérés pour votre secteur, en les classant par ordre d’influence en fonction de leur spécialité et du média où ils travaillent.

Conseil n°2 : Fournissez-leur un contenu de qualité qui sort du lot

Les journalistes sont sollicités en permanence, alors pour avoir une chance de les intéresser, il faut tirer son épingle du jeu.

Pour cela, une seule règle : ne pas chercher à les courtiser à tout prix ou à devenir leur ami, mais tout simplement faire la preuve de la qualité de votre travail.

Votre information doit être nouvelle et intéressante.

Vérifiez que le même sujet n’a pas déjà été traité récemment dans les médias et rendez-la aussi attractive que possible.

Essayez d’être créatif et original plutôt que de vous faire mousser, et rédigez des newsletters et des communiqués de presse clairs, précis et factuels en essayant autant que possible de raconter des histoires (storytelling).

Conseil n°3 : Développez une relation de confiance avec les journalistes

Une fois que vous aurez établi un premier contact avec les journalistes spécialistes de votre domaine, tentez d’instaurer une relation sur le long terme, qui ne se cantonne pas à l’envoi mensuel d’un communiqué de presse.

Vous pouvez par exemple offrir votre expertise pour une interview dans un secteur que vous connaissez bien, ou informer le journaliste des innovations dans votre domaine.

La relation que vous construirez avec les médias doit se faire dans les deux sens, être basée sur l’échange et ne pas relever du seul opportunisme.

Conseil n°4 : Ayez le sens du timing

La priorité première du journaliste est d’informer en tenant compte de l’actualité.

Si vous intégrez vous aussi cette contrainte, votre information aura plus de chance de faire l’objet d’une publication.

Renseignez-vous sur l’actualité et essayez de faire des liens entre cette dernière et votre contenu. Envoyez votre communiqué de presse à un moment stratégique.
Imaginons que vous vendiez des Smartphones et que se tient dans deux semaines le salon annuel des nouvelles technologies.

C’est le moment d’envoyer votre communiqué de presse et de vous rappeler au bon souvenir des médias.

Ainsi, s’ils écrivent un article sur le salon, il est tout à fait possible qu’ils vous mentionnent au passage.

Conseil n°5 : Ne soyez pas trop intrusifs

Vous avez un produit à vendre, certes, mais cela ne justifie pas que vous harceliez les journalistes, qui ont d’autres chats à fouetter.

Sachez les relancer sans exagération, plutôt par téléphone que par mail, ce qui rendra la relation moins anonyme et leur permettra de vous repérer plus facilement.

N’envoyez pas d’email de masse mais un texte adapté à chaque journaliste et espacez suffisamment vos envois.

Pas question donc de saturer la boîte mail de votre destinataire qui aura tôt fait de vous ranger dans la catégorie « spam ».

Pour résumer

Même si le développement du web a quelque peu atténué l’influence des journalistes en donnant la possibilité à chacun de devenir son propre promoteur, le recours aux médias d’influence reste un passage obligé pour qui souhaite se faire connaître durablement.

Dans cette optique, il faut garder en tête que les journalistes sont, comme vous et moi, des gens très occupés, et qui ne sont pas payés pour faire de la communication.

Alors traitez-les en égal, fournissez-leur un contenu agréable qui sort du lot, ménagez-les, développez une relation d’échange, et gardez en tête que le travail finit toujours par payer.

 

catherine-daar Cet article à été écrit par Catherine Daar, spécialiste en communication digitale. Catherine a passé ces 20 dernières années à aider des entreprises et organisations à promouvoir leur marque et leurs services.

Son expérience internationale (New-York, Londres, Boston, Genève) lui a donné une ouverture d’esprit et une vision globale pour élaborer des campagnes qui s’affranchissent des frontières.

Elle à fondé son agence CommNation en janvier 2010, et son blog en janvier 2011. Elle enseigne aussi les Relations Publique Digitales chez Créadigital, Polycom et au SPRI (Institut Suisse des Relations Publiques).