Apprendre le copywriting pour être plus zen…

On n’y pense pas forcément au premier abord : apprendre le copywriting, en général, c’est surtout pour vendre plus. Sur Internet ou ailleurs.

Et pourtant, quand on maîtrise cette discipline qu’est le copywriting, on est plus zen grâce à plein de trucs.

Notamment parce que lorsqu’on connait les bonnes ficelles et les bonnes « actions » à faire en copywriting, on a beaucoup moins de gens qui gueulent.

Qui vous disent que vous racontez des salades ou que vous faites des promesses que vous ne pourrez pas tenir.

Oui, parce que le quotidien des gens qui vendent leurs prestations ou leurs produits sur Internet et qui font de la pub pour ça, c’est d’essuyer les critiques à tout bout de champ, de gens qui sont pour la plupart jaloux ou frustrés de ne rien faire.

Et quand on maîtrise le copywriting, ce genre de souci n’est plus vraiment d’actualité car une des grosses fonctions du copywriting, c’est JUSTEMENT de provoquer une harmonie entre le vendeur, le produit et l’acheteur potentiel.

Provoquer une harmonie, c’est quoi ?

En fait, quand on regarde la définition de ce terme, qui vient bien sûr de la musique, on lit : c’est le fait que divers sons perçus ensemble concordent ou vont bien ensemble.

En copywriting, c’est pareil : on s’assure avec nos mots que ce que l’on propose s’accorde au maximum avec ce que veulent nos clients.

Quand on ne maîtrise pas le copywriting, il est facile de partir sur de mauvais chemins et de provoquer de solides désaccords parmi ceux qui lisent notre prose.

Par exemple, prenons la promesse et le truc qu’oublient presque TOUJOURS ceux qui vendent un produit ou une prestation : les pré-requis.

Le problème bien caché des pré-requis

Ça a l’air de rien, mais si vous dites à quelqu’un qu’il est facile de gagner son premier million en 1 mois en vendant des coachings à 20.000 euros à 50 personnes, et que vous omettez de dire que pour cela, il vous faudra avoir au moins 1000 personnes dans votre liste qui sont prêtes à débourser cette somme d’un seul coup, forcément, tout le monde vous prendra pour un charlot.

Si vous dites à quelqu’un qu’il pourra perdre jusqu’à 15 kilos par mois en mangeant à sa faim, mais que vous omettez de dire que ça ne pourra fonctionner que si la personne ne mange que des choux à volonté chaque jour, forcément, on vous prendra pour un voleur, voire même un assassin en puissance.

Et pour finir avec un 3ème exemple, si vous dites à quelqu’un qu’il peut avoir un site Internet complet pour 10 € par an, et que vous omettez de dire que le site en question ne comportera qu’une seule page non modifiable, forcément, toute la profession des créateurs de sites qui vous font payer 5000 € le site (ou même 500) vous tomberont dessus en vous traitant de charlot et de menteur.

Bref, vous l’avez compris, quand on fait une promesse, on la fait en entier. Avec les petites lignes du contrat bien mises en évidence et les pré-requis bien listés et bien détaillés.

Ça évite les rageux ;)

Il y a un autre point à bien prendre en compte aussi :

La valse des exemples irréalistes

Cela rejoint ce que je viens de vous dire : construire sa promesse avec des exemples irréalistes, c’est s’attirer les foudres des gens NORMAUX, qui sont justement ceux qui vous achètent vos produits.

Il parait donc évident qu’il faille donner des exemples et des témoignages réalistes, établis par des personnes « normales », dans un environnement « normal ».

Je ne dis pas qu’il ne se peut pas qu’une personne perde 15 kilos par mois de manière régulière en mangeant ce qu’elle veut, qu’on puisse trouver 50 clients à 20000 euros en ayant les bons partenaires, ou qu’on puisse réaliser un site complet avec 10 € max par an si on s’y connait à fond en codage Internet et en design, mais pour la plupart des gens, tout cela relève de l’utopie absolue et ils n’arriveront jamais à avoir le centième de ce qui est promis.

Le mieux est donc de mettre des témoignages de gens « normaux », comme votre client idéal, avec des compétences normales, et un langage normal et compréhensible par tout le monde, et des résultats « normaux ».

Les principes d’une promesse qui provoque l’harmonie

C’est pour cela que lorsqu’on se décide à apprendre le copywriting, il y a toute une section sur la promesse qui permet d’éviter les erreurs de base qui provoquent une levée de bouclier de ceux qui voient les pubs sur les réseaux ou ailleurs.

Si vous préparez bien votre promesse en étant réellement à l’écoute de vos clients, et que vous arrivez à faire s’allumer une petite lumière de bienveillance et d’envie saine de tester votre produit à l’intérieur de chaque lecteur de votre offre, alors chaque personne qui lira votre annonce ou votre page de vente pourra savoir avec certitude si la formation ou le produit que vous vendez est bien fait pour elle.

Je vous reparlerai de la manière de construire une promesse forte en restant bienveillant et malgré tout persuasif.

D’ici là, avez-vous plus d’avis négatifs et de commentaires désobligeants sous vos pubs que vous ne le souhaiteriez ?

Si c’est le cas, posez-vous la question de savoir si les promesses que vous faites sont bien alignées avec les possibilités de vos futurs clients et si vous n’argumentez pas sur des résultats « optimaux » qui arrivent rarement.

Se poser la question, c’est déjà faire un pas en direction de plus d’harmonie et plus d’instants zen.

Et ça, ça n’a pas de prix.

Précédent

Démotivé ?

Suivant

Utiliser cet instant magique…

  1. perpetue

    merci pour ce plus

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER