2 astuces infaillibles pour éviter que votre communiqué de presse finisse systématiquement à la corbeille

Aujourd’hui, je vous propose un article “invité” de notre ami Bernard KLEIN, du blog Vous-y-êtes, ancien journaliste, qui nous explique ici comment il choisissait parmi les centaines de communiqués de presse qu’on lui proposait.

Cet article est la retranscription d’un commentaire que Bernard a laissé sous l’article de lundi dernier, qui parlait de 23 conseils de spécialistes pour faire connaître son activité.

Ceci représente donc un 24ème conseil très pertinent à l’attention de celles et de ceux qui auraient envie d’utiliser les communiqués de presse comme moyen de se faire connaître :

communique-presse-poubelle

Astuce n°1 : Bien écrire

Si je me remets en situation, disons il y a 10 ans lorsque j’étais journaliste, voyons comment je réagissais aux communiqués de presse que mon patron me collait par dizaines, voire par centaines, dans les mains chaque mois.

Première évidence : quand vous avez 150 communiqués à lire… vous ne les lisez pas !

Vous avez déjà vos sujets (ceux qui vous intéressent), et vous n’avez que moyennement envie de passer votre journée à éplucher les demandes de publicité gratuite des commerçants.

Donc, vous survolez très rapidement toutes ces feuilles volantes ; et tout ce qui est mal écrit passe direct à la poubelle.

Pourquoi ?

Parce que si le gars n’est pas capable de communiquer correctement, il y a statistiquement peu de chances pour que ce qu’il a à dire soit intéressant.

Et puis, au cas où vous auriez un trou à boucher, vous préférez ne pas vous prendre la tête à corriger des textes illisibles pour en faire des articles.

Donc :

Le style du communiqué doit être le plus proche possible de celui d’un article ou, mieux encore, d’un de vos articles.

Astuce n°2 : Pensez au relationnel

Maintenant, au cas où votre problème ne serait pas de boucher un trou mais de trouver un vrai sujet intéressant… alors là, bien sûr, vous allez généralement privilégier ce qui est original.

Mais pas forcément.

Ça peut ne pas être hyper original, mais éveiller votre sympathie.

Prenons l’exemple de Rika Zaraï. J’avais fait un premier papier sur un de ses bouquins de médecines douces…

Un papier pas gentil du tout, du tout.

Puis elle a changé de genre et nous a sorti un bouquin de psy… hyper mais alors pas original du tout, du tout !

J’ai donc commencé par essayer de dissuader mon patron de m’envoyer l’interviewer.

Mais, le communiqué qu’elle nous a fourni, puis la conversation téléphonique que nous avons eu m’a fait changer d’avis.

Pourquoi ?

Parce que cette petite maligne lisait soigneusement les articles des journalistes spécialisés dans les domaines qu’elle exploitait, et elle les caressait dans le sens du poil.

Avec moi, me sachant branché Spi, elle usa donc d’arguments à tendance “spiritualisante”… et elle se rendit immédiatement beaucoup plus sympathique, sans pour autant avoir besoin de se donner la peine d’être originale.

Attention : ne me dites pas que c’est plus facile quand on est connu.

Non, concernant Rika Zaraï, c’est uniquement parce qu’elle a toujours su mettre les gens dans sa poche qu’elle a été connue.

Et non l’inverse !

D’autant que, dans les médecines douces, elle n’était pas connue pour la qualité de ses bouquins ! On l’évitait plutôt.

En conclusion

Si vous êtes original, tant mieux ! Vous plairez aux journalistes (au pluriel).

Mais si vous savez vous mettre le journaliste (au singulier) dans la poche… c’est aussi bien, sinon mieux !


bernard-kleinArticle rédigé par Bernard Klein, auteur-journaliste spécialisé dans les spiritualités du monde depuis 30 ans.

Il vous invite, au fil des articles de son blog consacré à l’éveil spirituel, à réaliser qu’il est inapproprié de chercher… car « vous y êtes » déjà !

Précédent

Questions, défis et autres ficelles de copywriter pour inciter vos lecteurs à commenter vos articles

Suivant

C’est quand la dernière fois que vous avez entendu quelqu’un parler de son métier avec passion et exaltation ?

  1. Merci à Bernard pour cet article qui nous rappelle l’importance de la communication dès que l’on gère un blog. De bons conseils que je ferai miens.

  2. Coucou Yvon et Bernard,

    Pour l’astuce n°1, je reconnais que je l’ai déjà employée pour recruter du personnel. Ce que tu faisais avec tes communiqués de presse, nous le faisions avec les CV, car nous recrutions des secrétaire et lorsque tu reçois un CV et une lettre bourrés de fautes et avec une présentation horrible, tu te dis que whaouu ! donc tu lis même pas.

    En revanche pour l’astuce n°2, j’ai découvert que l’on pouvait mettre dans sa poche ce séduisant et talentueux journaliste qu’est Bernard, à l’éloquence hypnotisante et parfaite, bourré d’humour, un mec en or que tous les femmes rêveraient d’avoir comme partenaire, dont la spiritualité impressionne et fait chavirer.
    Mais moi je sais que je n’oserais même pas essayer :red:

    Bonne soirée
    Marie-Do

    • BK

      Hello Marie-Do,

      j’ai découvert que l’on pouvait mettre dans sa poche ce séduisant et talentueux journaliste qu’est Bernard, à l’éloquence hypnotisante et parfaite, bourré d’humour, un mec en or que tous les femmes rêveraient d’avoir comme partenaire, dont la spiritualité impressionne et fait chavirer.

      Tout plein de bonbons fun et bons, hein ?

      Dans ce registre de quantités, c’est au moins pour une poche de kangourou ?

      Bonne soirée

      Bernard

  3. Hello!

    Quels conseils! Merci de les partager. Je suis justement en train de préparer un communiqué de presse pour la sortie de mon Livre.
    Tout en écrivant je m’attache à me mettre à la place de mes futurs lecteurs; Pas facile quand on a pas une idée exacte sur le métier de journaliste! Ou plutôt sur l’état d’esprit de ce journaliste…
    A moi de vous surprendre alors, en suivant vos « astuces »!

    Olivier

  4. Salut Bernard, salut Yvon

    Logique, mais pas toujours simple à mettre en oeuvre. La pratique régulière permet d’améliorer considérablement son style d’écriture.

    Plutôt intéressant à connaitre l’exemple de Rika. Comme quoi un mauvais style, peut passer aussi. A condition de savoir dire au journaliste ce qu’il a envie d’entendre.

    C’est plutôt astucieux quand on y pense.

    Mais pour sa propre crédibilité auprès des lecteurs, la solution d’un très bon communiqué doit quand même être beaucoup plus efficace.

    • BK

      Bonsoir Thierry,

      Comme quoi un mauvais style, peut passer aussi.

      Attention : ce qui peut passer, c’est le manque d’originalité (s’il est compensé par quelque chose de sympathique).

      Parce que… le mauvais style du communiqué, ça passe généralement à la poubelle !

      Cela dit, il y a quand même deux niveaux de communication possibles avec un journaliste :

      – soit on se contente de lui envoyer le meilleur communiqué dont on est capable, pour qu’il en fasse, sans trop se prendre la tête, un article lisible.

      – soit on est amené à le rencontrer pour une interview ; et là, mieux vaut faire vibrer la corde de la sympathie.

      Dans ce dernier cas de figure, il est même encore plus payant de s’en faire un ami, de l’inviter au restau, de lui passer quelques coups de fil à l’occasion, sans rien lui demander en particulier, de discuter périodiquement avec lui de la pluie et du beau temps.

      Pour cela, il faut évidemment résider dans la même région que lui ; mais si le lien se crée, c’est quelqu’un qui te consacrera plusieurs articles très positifs au fil du temps, et qui te fera une pub d’enfer pendant des années.

      Moi-même ai certainement été à l’origine unique de deux ou trois réussites commerciales, et j’ai probablement été le premier à contribuer à la notoriété de quelques dizaines de personnes ou d’entreprises.

      L’exemple le plus frappant a été celui de ce couple de jeunes gens qui vendaient leur produit « 100% artisanal baba cool » sur les marchés bio de Paris, et qui m’ont été si sympathiques que je leur ai consacré une page, puis un ou deux encadrés dans d’autres articles.

      Un an plus tard, je les retrouve sur ce même marché, à la tête d’une véritable petite entreprise. Ils me reconnaissent et me sautent au cou éperdus de remerciements car c’était uniquement mes articles, m’affirment-ils, qui leur avaient permis de démarrer leur business de manière sérieuse.

      Aujourd’hui, leurs produits sont en vente dans tous les magasins diététiques et en grandes surfaces.

      Tout ça uniquement parce que ces braves petits hippies, retour des Indes, s’étaient rendus sympathiques à un journaliste !

      Ajoutons tout de même que leur produit était vraiment de bonne qualité !

      Bernard

      • Bonsoir Bernard

        Merci beaucoup d’avoir permis l’écriture de cet article :super:
        Et en plus, pour le même prix, tu assures en commentaires !
        Et si je créais la « chronique du jeudi de Bernard » sur ce blog ?? :hin:

        En tout cas, vraiment trop sympa cette histoire avec tes deux hippies.

        Bonne soirée

        Yvon

        • BK

          Bonne soirée mon cher Yvon,

          Allez, disons plutôt la « chronique de jeudi du Bernard » et n’en parlons plus.

          Et c’est moi qui te remercie.

      • Merci pour ce complément très instructif qui pourrait faire un article à lui seul comme l’a déjà précisé Yvon. :

        Je suis aussi de ton avis qu sujet de l’amitié liant deux personnes, comme étant le meilleur moyen d’obtenir des retours très positifs.

        Félicitation pour ton histoire avec ces deux hippies. C’est une belle anecdote, et une belle preuve de réussite dont tu n’es pas étranger.

        Thierry

  5. Bonjour.
    Caresser les gens dans me sens du poil est certes nécessaire pour se faire de la pub. Si c’est uniquement pour vendre. Écrire un livre représente pourtant une masse de travail considérable. Le faire uniquement dans une volonté d’appat du gain me consterne. Je respecte ce blog car il a une démarche totalement differente. Que penses tu des convictions sincères? Vont elles aller directement a la poubelle?

    • BK

      Mohamed bonsoir,

      Si la conviction sincère transparaît sans équivoque possible dans le texte d’un communiqué, et si, bien sûr, le journaliste qui le reçoit vibre sur la même longueur d’onde, c’est la meilleure ambassadrice dont on puisse rêver.

      Il y a des tas de choses qui forcent la sympathie.

      La sincérité n’est certainement pas la dernière d’entre elles.

      Bernard

  6. Comme quoi… les articles de Bernard ont des allures d’Ebook, et ses commentaires sont de véritables articles :hin:

    Merci pour ces conseils. C’est amusant, parce que j’avais déjà lu ce commentaire et là, il m’a semblé différent.
    Comme quoi la mise en page a un impact considérable.

    Bonne soirée à vous deux

    • BK

      Bonsoir Claire,

      Ne me dis pas que, dans le sud, vous ne savez pas comment on fait un bon minestrone !

      Bernard

    • Bonsoir Claire

      Oui il est vrai que Bernard a largement de quoi alimenter 4 blogs sur le même sujet en même temps. :hin:
      Son premier commentaire en réponse à Thierry ferait un complément d’article bien honorable.

      Très bonne soirée à toi aussi

      Yvon

      • BK

        Tiens, puisque tu passes dans le coin, j’en profite pour te remercier de ce chaleureux accueil et des appréciations dithyrambiques que tu as la générosité de diffuser sans compter concernant ma prolificité textuelle.

  7. Merci Bernard pour ces conseils.

    C’est peut-être un peu moins facile de caresser les journalistes dans le sens du poil pour les CP en ligne non ?

    • BK

      Florent bonjour,

      Oh ben, à mon âge, je parlions d’un communiqué de presse à visage humain, d’un communiqué qui peut passer dans une vraie poubelle en chair et en os.

      Toute façon, les robots sont imberbes, non ?

      Bernard

  8. Salut Bernard, salut Yvon,

    Donc, si moi bien comprendre pour avoir le chance publier communique de presse:

    1) devoir écrire bien. Cela est probable le plus difficile pour pas faire chier le jouraleux.

    Mais chaque tous les jours, je suivre cours de copywratage chez Yvon, blogueur spécialiste. Ca devoir mieux le faire rapidos puisque 386ème court.

    2) Le relationnel: a défaut de convaincre par la seule élégance de sa plume, il faut circonvenir le journaliste en prêchant des qualités humaines qu’il n’aurait pas pu soupçonner.

    Le persuader avec une habilité sans faille que nos aptitudes à nous rendre agréables peut être désolidarisée de la médiocrité de notre prose.

    Peu importe la pertinence ou non de nos propos pourvu qu’il soit séduit par une personnalité affable, le journaliste pourrait consentir à colporter l’information.

    Faire croire par exemple à un ténor de la langue française que l’on partage avec déférence le respect du à celle-ci, l’infléchirait à promulguer un texte dont la formulation ressemblerait à celle telle que reproduite au point un.

    Ou alors, un dernier truc jamais évoqué, on lui file 100 balles. Mais connaissant un peu Bernard à la lecture de ses commentaires ça m’étonnerait que ça marche.

    Mais « heureusement » si, par extra-accoutumée premier conseil respecté mal, méthode peut être utile convenablement pour avoir chance un jour article voir à publier.

    Ou moi foutre mon pèze, pour que Yon ne sale pas commenteire qu’écris-je moi?

    @+ et merci Bernard d »avoir à nous dévoiler trucs abordement journaliste.
    Christian.

    P.S.: Yvon, je suis maudit pas de lien pour moi. Et Jafar n’arrive à rien.

    • BK

      Salut Christian,

      C’est exactement ça… mais en plus simple : 1000 balles, ça ira !

      Bernard

  9. Bonjour Bernard et Yvon

    Merci de ces excellents conseils.
    Quand on écoute nos professeurs de marketing…ça à l’air évident et tout facile de faire des communiqués de presse.
    Mais….ils en reçoivent des centaines…excellent.
    On va donc penser à la bonne pub payante à l’ancienne.
    Oh bien sûr rien à perdre à essayer de proposer des communiqués de presse mais bon, apparemment, mieux vaut prendre du recul dans l’attente de résultats.

    Cordialement
    Janette

    • BK

      Janette bonsoir,

      Je m’en voudrais d’avoir pu tenir des propos incitant au découragement prématuré !

      Un groupe de presse, ou même un simple magazine, reçoivent des centaines de communiqués, de docs diverses, d’échantillons de produits, de bouquins, de CD de musique, de DVD, de mails ou de coups de fil, etc.

      Là dedans, il est évident qu’on fait un tri.

      Mais si le communiqué est bien fait, s’il est envoyé à plusieurs journaux ou magazines, s’il est éventuellement relancé, etc., il a ses chances !

      Sursum corda !

      Bernard

  10. Bonjour Bernard, Bonjour yvon,
    Je vous remercie Bernard pour ces conseils vraiment enrichissants.
    Meme si je crains que apres la lecture de cet article on aura plus d’auteurs avec des coeurs rouges qui s’envolent autour à la vue des journalistes et cela soit au depend d’originalité et la creativité.
    Meme si moi je préfere dire qu’il faut plutot rassembler les deux en un seul pack: contenu originale en plus d’un journaliste dans la poche comme ça on aura les poches bien rempli par la suite ça c’est garanti.

    Merci

Laisser un commentaire

;) :super: :red: :hin: :haha: :evil: :cry: :coeur: :cafe: :beer: :D :?: :-z :-x :-o :-P :-? :) :( 8))

Créé et géré avec par Yvon CAVELIER